Gamaëlia


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roan Omeda
Ancien membre
avatar

Nombre de messages : 113
Age : 24
Maison/Métier : Pêcheur ; Ryzeur d'Or .
Familier : Blue, une louve aux yeux Saphirs.
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Lun 3 Aoû 2009 - 17:16

"Il doit être à l'académie à cette heure-ci, mais il faudrait vous dépêcher! Qui sait ce qu'il a déjà pu lui faire?"

Après ces mots très réconfortants, Roan s'était élancé de toute sa jeunesse dans la direction de l'Académie. Si réputée et puissante, jamais Roan n'aurait cru qu'elle pouvait abriter un tel homme que Liven Reaves, l'ex-chef des Chasseurs de Primes, craint de tous d'après le reporter Mikaël Rogers. Mikael Rogers avait, en quelques minutes top chrono, effrayé Roan comme jamais il ne l'avais été par le passé. Mêmes les vampires ne l'avaient pas fait paniquer autant qu'il l'était à présent.
Pourquoi? Pour une simple raison, certes illogique mais compréhensible.
Après avoir décrit Liven Reaves comme un psycopathe déchaîné, meurtrier de ses propres parents pour des futilités, Rogers s'était gentimment occupé de la crainte de Roan, l'augmentant en soufflant habilement sur les braises. Prenant, sans le savoir il faut le préciser, Blue en otage, Rogers avait conduit Roan sur les traces de Reaves pour empêcher l'assassin de tuer son unique amie.
Evidemment, je vous conseille de lire les précédents messages lors de la rencontre entre Roan Omeda et Mikael Rogers pour m'éviter de refaire le raisonnement logique concernant la nature de Blue et donc l'impossibilité de la voir tuée sans raison par Reaves. Car Blue, je le rappelle simplement ici, est une louve blanche aux yeux saphirs, seule et unique amie de Roan à l'heure d'aujourd'hui.
C'est donc par la peur de voir son familier tué par Reaves que Roan s'était rendu directement à l'Académie.

Empruntant des sentiers servant de raccourcis, il remarqua rapidement le toit de l'Académie de Gamaëlia s'élevant derrière les arbres. Il se rapprochait de plus en plus, entendait presque le brouhaha de l'école, des élèves et des familiers réunis, quand un son bref le tira de ses pensées paranoïaques. Un bruissement de feuilles sèches se répéta plusieurs fois. A cinq reprises pour être précise. Et pas dans une seule direction, mais tout autour du jeune pêcheur. Celui-ci tourna doucement, comme une toupie, traquant la cause des bruits d'un regard fou et sa respiration saccadée. Il entendait malgré son propre souffle plutôt bruyant les halètements de sa quête, qui lui tournait autour. Etait-ce Reaves? Peut-être qu'il avait déjà trouvé Blue, avant de vouloir s'en prendre à Roan... Dans son état de panique incohérente, ce fut la seule hypothèse qu'il trouva. Et pourtant, la plus improblable.
Un éclair blanc frappa Roan dans le dos, l'envoyant à terre et lui arrachant un cri de surprise et de douleur.

*Je t'ai eu!*

Roan se dégagea. C'était Blue. Son regard azur le transperçant, et le comblant d'une joie immense.

*Blue!*

Les deux amis se léchèrent amicalement le museau et Roan se blottit avidement contre la louve, respirant l'odeur douce qu'elle portait.

*J'ai eu si peur! Je t'ai sauvée à temps!*
*Pardon?*
*Liven Reaves, on m'a informé qu'il tuait tout ce qui bougeait, je me suis inquiété!*
*Qui?*
*On s'en fiche! Retourne à la maison, je t'y rejoindrais une fois sur qu'il ne te veut rien à toi...!
*Je crois que tu psycotes... Le bouche à oreille chez les animaux est pire que la version humaine. J'aurai été au courant avant toi si ce... Liven était réellement dangereux.*
*Obéis, Blue.*

La louve dévisagea Roan, souffla de mécontentement et tourna les talons avant de s'éloigner, puis de disparaître dans la forêt.
Roan, soulagé, se releva et continua, sans courir, en direction de l'Ecole prestigieuse.
Bientôt, il fut à l'orée du bois, et devant lui sinuait un chemin bien tracé, en graviers blancs. Vérifiant à droite et à gauche, devant et derrière qu'on ne le suivait pas, Roan s'engagea sur la route en direction de l'Académie, qui semblait au final plus loin qu'il ne l'avait cru.
Il devait rester un bon demi-kilomètre quand Roan préféra s'assoir et attendre l'ennemi au lieu d'aller le chercher. Après tout, cela pouvait être un piège!
Le jeune Omeda se trouva donc un rocher argenté sur le bas-côté du chemin, à l'ombre des arbres feuillus, et s'y hissa pour respirer.
Il attendit longtemps. Ses pensées paranoïaques le quittèrent petit à petit, et Roan retrouva la raison.

-Je suis débile de rester-là! Même si je ne suis pas social du tout, si réellement un psycopathe de ce type se baladait dans les rues de Sannom, la police aurait fait du bruit. Enfin, même moi je l'aurais su quoi!... Puis Blue a raison, je dois psycoter. Je travaille trop en ce moment. Allez, Roan, rentre chez toi maintenant!

S'obéissant sans rechigner, Roan sauta du rocher et dirigea ses pas vers Sannom même.
Une silhouette noire se dessinait à contre-jour, à une bonne dizaine de pas devant lui.

[ Monseigneur Reaves, à vous de jouer! ]



My parents called me Roan, Klement called me Roan. Blue call me Roan.
And you, will you call me Roan too?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2804
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Lun 3 Aoû 2009 - 22:00

[O_o Monseigneur carrément ? Mais c'est un plaisir mon cher Omeda-san de me joindre à ce RP ! Je vais tâcher de mériter mon titre.]



Liven était au bord de l'implosion nerveuse par overdose sabbatique. Certes, il s'agissait de son familier et par conséquent de l'être le plus précieux qu'il avait au monde. Evidemment, il l'adorait et se retrouverait réellement désespéré sans elle. Bien sûr, elle lui était indispensable et il était souvent bien heureux de l'avoir à ses côtés. Mais pourquoi diable avait-il fallu qu'elle soit dotée d'un caractère aussi exaspérant ? ! Le jeune homme s'arrêta au milieu du chemin et inspira profondément dans le vain espoir de calmer des nerfs qui s'apprêtaient à lâcher d'un moment à l'autre. Il y songeait depuis dès années...depuis le jour de leur rencontre pour être précis, mais il ne comprenait toujours pas quelle drôlerie de la magie de ce monde avait pu associer à quelqu'un tel que lui un familier aussi proprement insupportable qu'un pie vert insomniaque, à peu près aussi histérique qu'un écureuil auquel on volerait sa noisette, et cent fois plus débordante d'énergie qu'une abeille après une cure d'expresso corsé. Par quel miracle - non, le mot est mal choisi - par quelle malédiction un pur Dalavirien tel que lui s'était retrouvé affublé d'une genette candidate au titre de mascotte transgénérationnelle de la Nashaovie ? ! ! ! C'était à ni rien comprendre... Assurément une mauvaise farce, un complot monté de toute pièce contre sa personne de manière à ne pas lui facilité la vie. En parlant de vie d'ailleurs, il était assuré que si elle continuait plus longtemps sur sa lancée, elle allait la perdre.

Se rendant soudain compte au beau milieu de son euphorie dégoulinante de bonheur que Liven s'était immobilisé et posait une main sur son front avec un air exaspéré, la genette qui était loin de se douter que des interrogations profondément existencielles accaparaient son humain à son sujet, se dit avec une innocence qui avait pour elle l'implacabilité d'une logique évidente que Liven avait tout bonnement une migraine. Prenant acte de ce nouveau paramètre qui avait pour conséquences à la fois immédiates et habituelles de le rendre particulièrement de mauvaise humeur - sous-entendant ici bien sûr qu'elle devenait plus exécrable encore qu'à l'accoutumée - Sabbat s'arrêta à son tour et se retourna pour lui faire face puisqu'elle avait pris la tête à force de sautillement joyeux et autres bonds d'excitations. Penchant sa petite tête de carnassier curieux et innocent, elle l'observa alors de ses grands yeux ambrés avant de prendre l'incomensurable risque de tenter une connection psychique avec le jeune homme au risque d'aggraver son mal de tête. Précisons que dans son état actuel qui résultait du paroxysme du coktail explosif que consituaient la joie, l'impatience et la vitalité, le pauvre familier était incapable d'évaluer correctement les risques sérieux relatifs à son espérance de vie dans pareille situation.

**Pourquoi tu t'arrêtes ? Tu es déjà fatigué ? Tu te fais vieux ? Tu t'inquiète pour la météo ? Tu as un cailloux dans ta chaussure ? Tu es ému aux larmes ?**

**Je réprime des pulsions meurtrières.**

Le regard assassin qui accompagna cette déclaration informa immédiatement la genette quant au destinataire des pulsions auxquelles il faisait référence. Quant à savoir pour quelles obscures raisons une genette aussi adorable qu'innocente devait subir des menaces aussi déraisonnées, cela restait un mystère insondable. Sans même se vexée de cette hostile information, Sabbat prit alors le parti fou, inconscidéré, sans nom - on ne sait même plus comment le qualifier - de l'ignorer purement et simplement en continuant à gambader.

**Tu sais, je me demande si on nous attendra à l'entrée. Tu te souviens quand on était arrivé la première fois ? Ah ! Tant de souvenirs ! ! ! Et puis il faudra absolument qu'on revisite le domaine entièrement de fond en comble ! Surtout que maintenant que tu es professeur on va avoir accès à une partie que l'on avait jamais eu l'occasion de connaître ! ! ! Tu te rends compte un peu, Liv' ? Liv' ?**

**Tu es tellement débordante d'enthousiasme que tu me plonges dans une dépression monstrueuse.**

**Ca c'est parce que tu manques d'humour et d'intérêt pour les surprises. Je te l'ai toujours dit. D'ailleurs à propos de surprise, tu crois que l'on aura droit à un comité d'accueil ? Ce serait...**

**Sabbat ?**

**Oui ?**

**Pitié. Si tu ne t'arrête pas tout de suite, je ne réponds plus de ce qui va pouvoir t'arriver dans les cinq prochaines secondes.**

Elle se retourna à nouveau pour répliquer à la provocation du jeune homme lorsqu'elle croisa subitement son regard et sentit son fameux enthousiasme retombé comme un soufflet au fromage. Il était réellement excédé. Suffisemment en fait pour qu'il puisse succomber à l'envie de l'étrangler. Réalisant enfin que sa vie ne tenait plus qu'à un fil, elle prit une très sage décision. Interrompant d'une part la connexion, elle fila comme une flèche dans les fourrés et le devança d'au moins dix mètres pour disparaître de sa vue et lui offrir ainsi un peu de répit. Reprenant sa marche, Liven soupira d'aise en savourant avec un plaisir sans nom son silence retrouvé qui permettrait certainement à son esprit d'accéder à la quiétude rare et caractéristique des quelques instants suivant la délivrance des crises aigües du comportement nashaovien de son familier. Evidemment, il aurait du se douter que leur retour à l'académie allait la mettre dans un tel état. L'académie... Il n'aurait vraiment jamais cru y remettre les pieds un jour et encore moins en tant que professeur ! Il faut dire que l'on a du mal à imaginer Liven doté d'une fibre pédagogique latente et d'une patience compréhensive envers les adolescents. A la vérité, le simple fait de cette nomination associée à son nom était en choquant en soi.

Cependant, Liven savait ce qu'il faisait et s'il avait insisté pour obtenir ce poste à la condition préalable de démisionner de son rang de chef de guilde, c'était avant tout et comme toujours pour servir ses intérêts. De son point de vu, cette situation était une occasion en or de rassurer les politiciens frileux et effrayés de Sannom tout en gardant un certain champs d'action et une certaine liberté. De plus, c'était le moyen le plus sûr et le moins suspect pour accéder à la précieuse bibliothèque de l'Académie. Là-bas, peut être trouverait-il... Pour le reste, il aviserait. Certes il ne se sentait pas véritablement imprégné d'un destin professoral, mais il savait que cela ne le dérangerait pas vraiment de ce prêté à cette petite comédie. D'autant plus que le niveau des jeunes magas sortant en matière de combat magique devait indubitablement être revu à la hausse. Les mains dans les poches de son costume noir qu'il portait avec décontraction sur une chemise bleu ciel qui rappelait immanquablement la couleur de ses yeux, Liven soupira à nouveau en songeant qu'une fois encore il avait réussi à tirer son épingle du jeu au fis de tous ces branquignoles qui ne trouvaient rien de mieux et de plus futile à faire que lui mettre des battons dans les roues.

Pour l'heure cependant, les calculs stratégiques et les mésaventures relationnnelles avec son familier n'avaient que très peu d'impact dans le terrible drame qui allait se jouer sur cette route qui menait à l'académie mis à part qu'ils expliquaient à merveille l'humeur massacrante dans laquelle il se trouvait. Atteignant le sommet de la petite pente qu'il gravissait depuis un bon moment, Liven put repéré avec un certain dédain qu'un jeune homme faisait le piquet posté sur un rocher en bordure de la route. Un élève curieux de voir son nouveau professeur ? Un journaliste de plus qui aurait la bien mauvaise idée de venir le questionner ? Un simple voyageur esseulé qui n'avait rien demander à personne ? Peu importait en fait. Liven continua son chemin dans la plus totale indifférence jusqu'à ce que parvenu à environ trois mètres, le regard insistant de l'inconnu de l'agace prodigieusement. S'il voulait sa photo elle était disponible dans n'importe quel torchon étalée dans un kiosque et s'il était tout simplement trop niais pour ne pas avoir la distinction de le laisser tranquillement poursuivre son chemin, Liven allait se faire un plaisir de le renseigner sur la politesse de base dont il fallait savoir faire preuve.

Il s'arrêta en posant sur le jeune homme un regard à la fois méprisant et arrogant du haut de son mètre quatre-vingt sans retirer ses mains de ses poches ce qui lui donnait un petit air flegmatique proprement insupportable lorsqu'on le mettait en relation avec le dédain exprimer par ses yeux. Ses yeus si incroyablement bleus et clairs d'ailleurs. D'autant plus qu'à contre-jour, plongés dans la pénombre des mèches qui les recouvraient presque, ils semblaient scintillés au point d'en devenir hypnotisant. Les rayons du soleil parait ses cheveux blonds pourtant rèches et habituellement ternes de reflets plus clairs qu'à l'accoutumé. Assurément, la vision que l'on pouvait avoir de lui en ce moment n'était pas celle d'un homme qui venait de passer plus d'un an à vivre comme un rat dans les bas quartiers de la ville.



[et voilà, il est minuit, je suis crevé et je viens encore de faire un roman. Désolé T_T]



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roan Omeda
Ancien membre
avatar

Nombre de messages : 113
Age : 24
Maison/Métier : Pêcheur ; Ryzeur d'Or .
Familier : Blue, une louve aux yeux Saphirs.
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Mer 5 Aoû 2009 - 2:22

Petit à petit, dans le halo de lumière émise par le soleil, se dessina la silhouette d’un homme. Il semblait grand, bien plus grand que le petit pêcheur de Sannom. Les courbes de son corps étaient falsifiées par un costume noir ravissant sur une chemise blanche. Mais il n’y avait aucun doute sur la silhouette athlétique qui se tapissait sous la tenue chic de l’inconnu.
Mains dans les poches, l’homme montrait une démarche détachée. Lui-même semblait ailleurs, emporté dans des pensées inconnues des autres et qu’il gardait précieusement pour lui

Au fur et à mesure que se réduisait la distance, Roan put distinguer les traits de l’homme. Même si on découvrait une certaine beauté dans son faciès, le jeune garçon fut surtout figé par l’air froid et sombre qu’il inspirait. Mis en valeur par deux pupilles d’un bleu si profond que quiconque souhaiterait y plonger, sans savoir que la noyade est assurée. Bleu si glacial que la mer au petit matin. Si obscur que ses abysses. Et si pénétrant que l’eau en elle-même. Roan sentait doucement la mer le submerger…
Le froid d’un visage dur fut remplacé par un air de lumière, incrusté dans les cheveux d’or de l’humain. Les mèches d’un blond satiné tombaient autour du visage de l’homme et sur les yeux de ciel de celui-ci, reflétant soleil et chaleur. Le contraste faisait du bipède une créature rare et hypnotisante à laquelle le regard perturbé de Roan s’était accroché.

Lui, debout, bras balant, restait figé sur la silhouette fascinante qui s’approchait inéluctablement de lui.
Existait-il un tel pouvoir, ne serait-ce que physique ? La réponse est oui. On appelle ce don du Ciel le Charisme.

Dans l’incapacité de faire un seul pas vers l’avant, Roan recula maladroitement. Glissant on-ne-saura-jamais-comment, le jeune Omeda se retrouva assis sur les graviers blancs, les mains recouvertes de petites tâches rouges à l’odeur forte de fer. La douleur que lui lançaient les petites marques n’était pas bien importante, alors Roan ne tressaillit pas. Il n’osa cependant pas se relever. Les fesses posées sur les cailloux, l’ombre de l’inconnu vint troubler la blancheur du sentier. Le regard du pêcheur s’éleva pour trouver cet homme éblouissant dans la clarté des rayons du soleil.

Comment était-ce possible, que la seule présence de cet homme le captive et l’empêche même de penser ? Comment avait-il pu oublier Blue, Rogers et Reaves à la seule vue de cet inconnu aux cheveux brillants ? Comment ces appréhensions paranoïaques avaient-elles pu s’évanouir au seul regard de ces yeux translucides ?
Roan se sentait si vide d’autres pensées que de l’admiration, soudainement. Amour, Haine, Joie, Peine avaient cédé leur place à cet autre sentiment que le pêcheur connaissait , avait connu, mais jamais à un tel degré.

Son regard d’enfant plongé dans le bleu abyssal des yeux de l’inconnu, Roan entendit le murmure de la mer qui l’appelait, au loin. Et il s’éloigna lentement de la rive, plongeant dans l’eau glaciale et nageant dans ses bras salés, sous un soleil ardent. Puis, quelque chose le saisit par la cheville, et l’emporta loin, loin…

Le corps de Roan s’immobilisa et son torse s’allongea brusquement sur les cailloux blancs. Paupières closes, l’esprit de Roan était parti pour un rêve alimenté de banquise et de déserts.

Fatigue.

Et cette voix… Si froide et chaleureuse à la fois.

[ J'ai tenté le style j'suis aussi fatiguée que mon perso'! Smile ]



My parents called me Roan, Klement called me Roan. Blue call me Roan.
And you, will you call me Roan too?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2804
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: ir   Ven 7 Aoû 2009 - 11:14

Il sembla que les traits de Liven s'adoucirent, au point même qu'un léger sourire moqueur apparaîsse par mégarde sur ses lèvres. Il avait toujours été parfaitement conscient de son physique avantageux et en avait joué plus d'une fois. Il avait l'habitude des regards surpris, des sourires spontanés, des yeux qui l'épiaient. Il savait reconnaître une personne tendant l'oreille pour entendre sa voix ou calcant son pas sur le sien pour lui jeter des coups d'oeil à la dérobée. Après avoir été élève à l'Académie qu'il s'apprêtait aujourd'hui à rejoindre, c'était le genre de choses ennuyeuses auxquelles il avait été confronté dès son arrivée. Néanmoins, même si à l'époque il comptait sur son air sombre et son caractère désagréable pour casser dans l'oeuf la première impression très positive que l'on pouvait avoir de lui, il avait appris en vieillissant qu'il était souvent bien plus utile de se servir de cet impact à son avantage. Cependant, il devait reconnaître qu'il était en face d'une situation inédite qui l'amusait grandement. Quel que soit le degrés de surprise qu'il avait pu faire naître auprès des personnes qu'il avait rencontré, jamais encore ceux-ci n'en étaient arrivés à perdre tous leurs moyens au point de tomber sur le sol.

Le gamin - car il s'agissait bien d'un gamin - s'était débrouillé pour tomber en arrière et n'avait cessé de le fixer de ses grands yeux bruns avec cette expression amusante de stupeur extatique. Au vu de sa taille et de sa musculature, Liven aurait jugé qu'il avait environ dix-sept ans mais son visage avait tendance à démentir son jugement avec ses traits fins et empreints d'une jeunesse encore quelque peu enfantine. En bon adolescent qui se respecte cependant, il arborait une tignasse châtain inextricablement rebelle. Il devait être un amateur de grand air au vu de sa peau mate que le soleil de l'été avait doré à souhait. Liven éprouva de l'indifférence en lisant l'admiration dans ses yeux. Il n'était pas le genre de personne dont l'avis pouvait revêtir une quelconque importance à ses yeux et il n'avait que faire de l'impression qu'il pouvait bien lui faire. C'est la raison pour laquelle il brisa l'enchantement de cette rencontre mutuellement muette et expectative en laissant le naturel revenir au galop.

- Hé ! Gamin...

L'apostrophe était chargée d'assurance et d'indiférrence mêlée dans sa voix grave et pourtant assez sèche. Bien qu'il l'ignora, l'$adolescent n'était cependant plus réellement sur cette route avec lui. Il voguait dans un océan de rêve à des lieux du moment présent. Liven afficha une expression de surprise moqueuse en comprenant qu'il s'était évanoui et ne chercha pas davantage à se préoccuper de son sort. Il s'apprêta à repartir quand une soudaine apparition l'interrompit.

- QU'EST CE QUE TU T'APPRETAIS A FAIRE ? !

Une petite boule de fourrure jaillit du bosquet et s'interposa en plein milieu de la route entre Liven et son ambition de passer son chemin.

- J'allais continuer vers l'Académie.

- Et tu me dis ça comme ça ? ! Sans honte ni remords ?

- Pourquoi devrais-je en avoir ?

La réponse était d'une telle logique aux yeux du jeune homme qu'il était stupéfié que la genette ose lui poser la question. Etant donné que la tierce personne qui aurait pu assister à leur échange se trouvait endormie, ils ne voyaient pas de raison de ne pas s'exprimer à haute voix. Son familier sembla horrifié et resta silencieuse un moment avant de laisser libre court à son indignation.

- Mais enfin Liv' ! On abandonne pas un jeune garçon comme ça en plein milieu de la route en plein soleil ! Tu ne sais ce qui lui ai arrivé, tu ne sais pas si tout va bien, tu ne sais pas...

- Mais je ne veux pas savoir.

Il l'avait interrompu avec un calme olympien comme si c'était là la seule conduite raisonnable qu'il eut pu tenir.

- Ton cas est vraiment désespéré. Au moment où je croyais que tu avais enfin fait quelques progrés, tu régresses brutalement. Quelle déception !

- Si tu veux mon avis, tu n'as pas l'air très déçue. Ton petit numéro manque de conviction.

La genette se détourna ostensiblement, rageuse qu'il l'ait deviné si aisément. Elle s'approcha du jeune homme alors que Liven les contournait et approcha son museau de son visage.

- On dirait qu'il se réveille...

- Tu vois bien que ce n'était rien de grave. Dépèche-toi maintenant, je ne vais pas t'attendre.

- Liven.

Il continua de s'éloigner en priant pour se retrouver rapidement hors de portée de voix.

- Et si c'était un élève de l'Académie ? Ca ferait mauvaise impression si son professeur l'abandonnait sur la route alors qu'il a eut un malaise non ?

Liven stoppa net en essayant de ne pas s'imaginer l'air victorieux que la genette devait afficher en cet instant. En effet, elle n'avait pas tord. En tant que professeur, il ne pouvait pas passer tranquillement son chemin...question de déonthologie.

- Je te déteste.

- Je sais !

La genette lança cette phrase en claironnant au comble d'une petite joie revancharde parfaitement puérile. Son humain quant à lui revint sur ses pas et s'agenouilla aux côtés du jeune homme. Il posa une main sur son front et lança un sort de soin basique pour le tirer doucement des bras de morphée. Il commença à s'agiter dans son sommeil et ouvrit les yeux...en face de ceux écarquillés de la genette.



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roan Omeda
Ancien membre
avatar

Nombre de messages : 113
Age : 24
Maison/Métier : Pêcheur ; Ryzeur d'Or .
Familier : Blue, une louve aux yeux Saphirs.
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Mar 11 Aoû 2009 - 20:59

[Désolée Liveeen... J'ai perdu tout signe d'inspiration! Alors tu vas surement trouver un nombre incalculable d'accumulation de mots sans grand sens... Gomeeeen]

Dans l'inconscience.
Le long chant des vagues.
Les appels délicieux de la mer.
Les cris des mouettes dans le ciel lointain.

Roan se sentit tiré vers la surface par une force qui dépassait l'entendement du rationnel.
Ses paupières si lourdes auparavant, s'entrouvrirent doucement, dévoilant un ciel nuageux aux éclaircies par-ci par-là, mais également le visage clair d'un homme.
Les souvenirs de Roan revinrent rapidement: Mikael Rogers, la peur de perdre Blue, son soulagement quand il la rencontra dans la forêt, et cette illumination lorsqu'il croisa cet homme. Charismatique avait-on dit.
Mais le plus étonnant dans son réveil fut la présence d'une boule de poil brune aux grand yeux à quelques centimètres de ses propres globes oculaires.
Clignant plusieurs fois des paupières, Roan réagit enfin et s'écarta de la petite chose. D'un peu plus loin que quelques centimètres, la peluche ressemblait davantage à un animal appelé communément genette.
Un « Ah! » de surprise s'échappa furtivement de sa bouche.
Puis, en levant de nouveau un regard tiré vers le sommeil mais aussi vif que celui d'un loup en danger, Roan fixa l'homme. Le Charismatique.

-Vous! … Qui êtes vous !? , demanda Roan l'index en direction du Charismatique.

Roan avait franchement l'air d'un gamin. C'est du moins ce à quoi il pensa quand il se rendit compte de la situation. Son doigt provocateur et sa question posée avec ce ton étrange... Qu'allait donc penser l'inconnu de lui?

-Vous êtes magicien! Vous m'avez jeté un sort pour me faire dormir! Avouez!

La mine frustrée de Roan n'était pas volontaire, vous l'aurez bien compris. Sourcils froncés, yeux plissés, l'adolescent n'était pas ce qu'on appelle quelqu'un d'ouvert avec un minois si interrogateur.
Son visage se détendant progressivement, Roan se rendit une fois de plus compte de sa maladresse et de sa stupide question.

*Tais-toi! Baaaaaaaaka!*

-Non! Vous m'avez hypnotisé avec votre regard perçant! Dites-moi!

*Stop it now ! Mierdaaaaa..*

Oui, Roan qui avait été forcé d'étudier les langues terriennes dans sa lointaine -pas tant que ça en réalité- jeunesse, n'avait pas retenu grand chose.
Mais comment réagir à cette force qui le poussait à balancer à un inconnu tant de stupidités?
Assis face à l'animal et au Charismatique, Roan se prenait la tête entre les mains en se tirant les cheveux, déçu de tant d'enfantillages de sa part.
Puis, se reconcentrant soudainement, Roan se surprit à dévoiler un air sérieux au possible. Assis en tailleur, il fit une arabesque avec la tête pour s'excuser.
Peut-être que la petite voix intérieure avait pu calmer et faire obéir le côté surpris et paniqué qu'avait montré Roan quelques instants auparavant.

-Gomen, M. Charismatique. Je m'appelle Roan, et je viens de vivre une des pires journées de ma vie, je crois. Alors j'implore votre pardon.

Enfin, calmer Roan, c'était vite dit. Sitôt il avait cessé d'agresser l'inconnu, il se mettait à le respecter comme un sage.

*Roooooooooooooooooooan!! Cesse donc de t'exciter! Oui cet homme est étrangement envoutant. Mais de là à implorer son pardon! ...*

Sa mimique du "je me tire les cheveux en faisant la moue et en me prenant la tête" avait eu lieu une seconde fois, alors que l'inconnu avait une réaction...



My parents called me Roan, Klement called me Roan. Blue call me Roan.
And you, will you call me Roan too?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2804
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Jeu 13 Aoû 2009 - 15:16

Lorsque le jeune homme reprit conscience, renouant ainsi avec les évènements présents, la genette sauta habilement de son torse pour se percher sur la cuisse d'un Liven toujours agenouillé. Elle était satisfaite de la frayeur que l'inconnu avait eu en la voyant dès son réveil même si elle estimait qu'elle était à peine suffisante. Malgré tout, elle commençait à se résigner à l'idée de ne pas être aussi impressionnante qu'un certain lynx de sa connaissance. Dans un coin de sa tête, elle entendit Liven pousser un soupir mental. Son familier ne cesserait jamais de l'impressionner à repousser toujours plus loin les limites de l'absurde et de la bêtise dès qu'il s'agissait de faire une bonne blague. Cependant, au vue de la réaction de l'adolescent, il sembla qu'elle n'était pas tout à fait de son goût. Liven contempla avec amusement le gamin qui l'apostrophait d'un ton inquisiteur en brandissant devant lui son index comme si ses paroles auraient pu concerner quelqu'un d'autre dans les alentours. Ignorant royalement la question qui était certainement imputable à la panique que quiconque éprouverait en se réveillant les yeux dans les yeux avec une genette, Liven se releva prestement alors que son familier montait se percher sur ses épaules.

-Vous êtes magicien ! Vous m'avez jeté un sort pour me faire dormir ! Avouez !

Liven eut un moment d'arrêt que ses sourcils mirent à profit pour se relever ostensiblement. La surprise d'un tel déballage d'absurdité le laissait sans voix et heureusement car il aurait pu craindre de rater le meilleure de cette farce monumentale.

-Non ! Vous m'avez hypnotisé avec votre regard perçant ! Dites-moi !

La commisure de ses lèvres frémirent compulsivement mais Liven se retint d'éclater de rire, aidé en cela par les griffes de la genette qui traversaient sa veste alors qu'elle même avait toutes les peines du monde à se maîtriser.

-Gomen, M. Charismatique. Je m'appelle Roan, et je viens de vivre une des pires journées de ma vie, je crois. Alors j'implore votre pardon.

Nan... Là c'était trop... Un premier ricanement lui échappa. Il tenta bien dans un dernier effort de concentrer son regard sur le sol plutôt que sur Roan mais c'était peine perdue. Ses épaules se secouaient déjà des tressautements qu'annoncent un monumental éclat de rire. Finalement, un large sourire s'étira sur son visage le faisant soudainement paraître chaleureux et son ricanement se mua en véritable rire à la fois franc et incontrôlable. Pour un peu, il en aurait eu les larmes aux yeux. Alors qu'il se calmait, la genette qui était dans le même état que lui eut la bonne idée de lui rappeler les souvenirs de ce qu'il venait d'entendre.

**Ô Mr. Le Charimatique, soit magnanime et dans ta grande mansuétude accorde lui ton pardon. Et au passage, cesse d'hypnotiser les gens à l'aide de ton regard perçant !**

Liven repartit de plus belle, en tachant tout de même de garder un minimum de dignité en dissimulant une partie de son visage dans sa paume et en laissant ses longues mèches dissuler le reste. Il avait déjà du mal à concevoir que Sabbat ait pu rester sérieuse tout le long de cette longue phrase... inutile... il était incapable de reprendre son sérieux... Finalement, il parvint à maîtriser ce soudain excés d'allégresse et essuya les larmes qui avaient coulées aux coins de ses yeux.

- Ah hum... désolé... C'était plus fort que moi.

Un dernier tressautement l'anima encore avant qu'un sourire joyeux ne vienne conclure cette crise d'hilarité. Enfin remis, Liven posa sur le gamin qui lui faisait face, Roan puisqu'il s'était présenté ainsi, un regard clairement amusé et presque bienveillant. Il faut dire que cela faisait longtemps qu'il n'avait pas rit de la sorte. Quoiqu'il en soit, il était enfin capable de lui répondre et c'est ce qu'il fit en s'avançant vers l'adolescent et en lui tendant une main aimable afin de l'aider à se relever.

- Je suis magas mais je ne t'ai lancé aucun sort. J'ai bien peur que tu te sois évanoui tout seul.

Il remit le jeune homme debout avant de poursuivre.

- Je m'appelle Liven Reaves, enchanté Roan.



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roan Omeda
Ancien membre
avatar

Nombre de messages : 113
Age : 24
Maison/Métier : Pêcheur ; Ryzeur d'Or .
Familier : Blue, une louve aux yeux Saphirs.
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Ven 14 Aoû 2009 - 2:35

Une réaction franchement inattendue, il faut l'avouer. Car le Charismatique avait eu un soubresaut suivi de nombreux autres, avant de rire. Un rire frais, franc et réellement agréable. Pas de ces rires forcés qui sont généralement la spécialité de ces jeunes filles qu'on qualifie de superficielles.
Là, c'était comme un secret que dévoilait l'homme à l'adolescent. Un quelque chose de lui qui n'avait pas l'habitude d'être entendu et apprécié. Un quelque chose de profond qui avait été comme enterré pendant un certain temps. Roan en était persuadé.
Mais le plus étonnant était l'état de la genette par rapport à l'homme. Tous deux semblaient parfaitement en osmose, malgré les airs sérieux et jovials pour l'un et pour l'autre qu'ils gardaient incessamment sur le visage. Leurs rires et leurs ricanements étaient mêlés d'une amitié qui ne laissait aucun doute. Et Roan qui rougissait d'une honte certaine en se remémorant ses propos enfantin, se surprit à sourire de voir que la haine qu'il avait tant craint par une journée aussi marquante que celle-là n'était pas seul sentiment dans ce monde.
Et l'amour qu'il portait à Blue devait à coup sûr ressembler à la relation que la peluche avait avait l'homme en costume.
Blue...
Roan se sentait un peu mal à l'aise d'avoir remballé ainsi la louve alors qu'après réflexion, il savait profondément qu'il s'était inquiété pour peu de chose. Car même si Liven Reaves trainait dans le coin, Blue saurait bien mieux se défendre que lui. Conclusion: si le psychopathe et le pêcheur venaient à se croiser... Roan serait sérieusement dans un pétrin absolu, duquel il ne saurait certainement pas bien se sortir.

- Ah hum... désolé... C'était plus fort que moi.

Après un dernier éclat de rire, l'homme sourit. L'air confiant et heureux de l'inconnu rassurèrent Roan. Il n'était plus seul face au danger, son sauveur, M. Charismatique était là pour l'aider.
L'enfant saisit la main salvatrice et se releva d'un bond. Oui, Roan était survolté!


*Liven Reaves, je t'attends! M. Charismatique va te mettre ta pâtée!*

- Je suis magas mais je ne t'ai lancé aucun sort. J'ai bien peur que tu te sois évanoui tout seul.

Roan risqua un sourire. Magas! C'était trop génial! Il pourrait réellement le protéger et même mettre Reaves hors état de nuire. Quelle veine il avait eu en rencontrant l'inconnu. Ces pensées se bousculaient sans cesse dans sa petite tête, laquelle était pourvu d'yeux brillant et d'une grande joie qui faisait rayonner toute sa physionomie.

- Je m'appelle Liven Reaves, enchanté Roan.

Le gamin souriait bêtement. C'était très étrange. Il avait l'impression d'avoir déjà recontré quelqu'un de ce nom-là...
La bouche de l'enfant s'agrandit lentement, restant béate suite aux présentations qui venaient d'avoir lieu. Ses yeux pour le moins équarquillés ne laissaient plus tant d'étoiles briller de mille feux aux coeur de leurs prunelles inquiètes. Et une convulsion brève et répétée au niveau des pomettes sous-entendait le doute mêlé à de l'incompréhension et à de la peur.
Son mouvement provocateur et impoli de l'index pointé vers l'inconnu, Roan dissimula ses pas à reculons tant bien que mal afin d'éviter la démonstration de sa peur à Liven Reaves.

Spoiler:
 
Il était là, juste devant lui, le...

-Liven... Reaves? Le psychopathe! Celui qui a tué ses parents... Merde. (haussant le ton) Merde! Je t'interdis le moindre mouvement! Espèce de fou! Si tu fais un pas, je... Je …

*Merde! Je fais quoi s'il fait un pas... Oh ! Fucking god! Rogers m'avait prévenu pourtant.. *

Roan, paniqué, cherchait du regard autour de lui quelque chose qui pourrait le sortir de cet inévitable merdier. Mais rien. Oh oui, Roan était seul, lui et son index dans la continuité de son bras pointé sur le magas terrifiant.
Oh oui, juste Roan Omeda, petit pêcheur inconnu et Liven Reaves, l'assassin effrayant.

-Si seulement j'avais bien écouté ce con de reporter... Peut être que je saurai quoi faire là!

Un peu tremblotant, l'adolescent n'osait et ne pouvait faire le moindre mouvement. Seul sa bouche était capable de laisser s'échapper maintes insultes et preuves d'une crainte ô combien puissante.



My parents called me Roan, Klement called me Roan. Blue call me Roan.
And you, will you call me Roan too?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2804
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Mer 19 Aoû 2009 - 12:12

Le visage de Liven retrouva son impassabilité caractéristique tandis que celui de Roan affichait les traits de l'hébétitude. Ainsi on y était donc... C'est étrange un nom. On le donne impunément, sans pudeur, alors que les quelques syllabes dont il sera constitué vous accompagneront toute votre vie. Avoir un nom c'est exister en tant qu'un individu à part entière, c'est protéger l'intégriter de sa personalité unique. Pardoxal n'est ce pas ? Quand on sait que plusieurs milions de personnes portent le même prénom et qu'il n'est pas si rare de touver des homonymes parfaits. Mais c'est avant tout parce qu'un nom raconte une histoire. Il cache un sens, une légende colportée ou non au regard des autres. Un nom c'est avant tout une petite part de soit-même qui nous appartient et dans lequel on se reconnaît. Alors lorsque cette partie de vous est entachée, lorsque sa simple évocation suffit à changer le regard de ceux qui vous entoure à votre déficite, c'est un peu comme si on niait votre véritable existence, votre véritable personnalité. Bien sûr, certains s'en accomodent, d'autres préfèrent l'ignorer mais au fond il est inconcevable de ne pas se sentir intimement blessé. La fierté aussi est une chose étrange.

Un enfant de cinq ans aurait pu interprêter la réaction du gamin qui lui faisait face comme insultante et caractéristique d'une prise de conscience tardive et erronée vis à vis de son nom : Liven Reaves. Evidemment, ce n'était pas comme si le jeune homme ne commençait pas à en avoir l'habitude. Depuis la nuit où sa vie avait basculé, depuis l'invasion, il était traité comme un paria. L'usure et l'habitude aurait déjà du arrondir les angles de sa colère mais il n'en était rien. Sa fierté maladive et malmenée depuis quelques temps ne pouvait pas tolérer cette disgrâce que l'on associait à son nom. La genette enserra le cou de Liven avec sa longue queue touffue dans une attitude protectrice aussi évidente qu'inutile avant que Roan ne soit enfin capable d'articuler quelques mots.

- Liven... Reaves ? Le psychopath e! Celui qui a tué ses parents... Merde.

**S'il veut que je lui montre un vrai fou psychopathe, je devrais lui présenter Ty'**

**Bien essayer Sabbat.**

La tentative d'humour de la genette vailliamment exprimée pour détendre la situation tomba lamentablement à plat sous la voix grave et implacablement dur que le jeune homme lui envoyait mentalement. Il n'avait qu'une envie, répondre à cette provocation avec tout le fiel et le mépris dont il avait l'habitude du temps où il était encore à l'Académie. Difficile en effet de rendre sa voix plus cassante et son regard plus arrogant que lorsqu'il prit la parole à son tour.

- Psychopathe ? Fou ?

Ou avait-on entendu des choses si stupides ? Depuis quand était-il accusé d'avoir tué ses parents ? S'il voulait vraiment faire la connaissance d'un psychopathe fou, il devrait lui présenter Sorel.

- Merde ! Je t'interdis le moindre mouvement ! Espèce de fou ! Si tu fais un pas, je... Je …


- Tu ?

Liven était volontaire provocant, curieux de voir quelles autres bêtises il allait bien pouvoir déblatérer pour prendre un malin plaisir à démonter toutes les inepties qu'il avait pu emmagaziner. Attendez une minute... Emmagaziner ? C'était une bonne question. Où était-il allé chercher tout ça ? Liven fit un pas dans sa direction en semblant peu amène lorsque la lumière se fit sur toute cette affaire.

- Si seulement j'avais bien écouté ce con de reporter... Peut être que je saurai quoi faire là !


Déclic... Colère... Souhait de revanche...

- Un reporter ? Auriez-vous croisé un certain Mikael Rogers par hasard ou lu un de ces articles ?

Le ton sur lequel il prononça ces paroles ne permettait pas qu'on puisse seulement imaginer ne pas lui répondre. Pourtant, il devait y avoir quelque chose de rassurant pour Roan à savoir qu'il s'intéressait davantage à Rogers qu'à sa petite personne.

**La prochaine fois que je vois ce type, je vais lui arracher la langue.**

**Je m'occuperais de ces doigts dans ce cas-là.**

Sabbat eu un ok et observa le visage toujours aussi impénétrable de son humain.

**Tu es sérieux ?**

**Bien sûr que non idiote, il serait trop heureux de dire que j'aurais tenté de le faire taire. En revanche, je vais trouver un moyen de le lui faire regretter à coup sûr.**

Sabbat n'en était pas certaine, mais il lui avait semblé déceler une pointe d'impatience et de joie à cette idée. Par moment, Liven l'effrayait tout de même.



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roan Omeda
Ancien membre
avatar

Nombre de messages : 113
Age : 24
Maison/Métier : Pêcheur ; Ryzeur d'Or .
Familier : Blue, une louve aux yeux Saphirs.
Date d'inscription : 09/05/2009

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Dim 30 Aoû 2009 - 17:18

Les questions de Liven Reaves résonnaient dans l'esprit de Roan comme des souvenirs perturbants. Telles des bombes meurtrières qui s'attaquaient au jeune pêcheur, qui ne pouvait rien faire d'autre que trembler comme une feuille au milieu de la tempête. Devant lui, comme un substantif de la grande faucheuse, la mort s'était accaparée son corps immobile et tétanisé.
A l'annonce d'il-ne-savait-quelle information ou mot, le visage de Liven fut perturbé par une vague de vengeance, mais cela, Roan ne le remarqua même pas. La peur lui empêchait toute autre pensée que celles qui concernaient sa survie potentielle. Alors, le garçon fut réellement surpris et au moins une dizaine de fois plus terrifié quand le ton brutal et froid du psychopathe occupa l'air lourdement.


- Un reporter ? Auriez-vous croisé un certain Mikael Rogers par hasard ou lu un de ces articles ?

Mikaël Roggers. C'était lui qui l'avait envoyé ici en quelques sortes. Lui qui lui avait enseigné les méfaits de l'homme debout devant lui. Qui lui avait intimé d'aller sauver Blue avant que le mal soit fait.
Alors Roan ne pouvait pas mentir: un mouvement vertical de la tête signifiant un « Oui » sans le son fut exécuté en guise de réponse.
Roan ne savait quoi penser de cette question toute à fait inattendue il faut le dire. Mais si Liven en voulait à Mikaël, Roan, malgré ses airs de justiciers, n'irait pas à l'encontre de sa décision... Si cela pouvait le sauver, Roan ferait tout pour débusquer Liven si celui-ci le lui ordonnait. Bien lâche, l'Omeda, j'avoue.

*Blue, Klément, dites moi quoi faire...* se chuchotait-il doucement pour se rassurer.

Mais non, aucune réponse mentale. Quoi que...
Un long grognement s'engouffra dans les pensées du pêcheur, s'amplifiant. Un gargouillement si banal à ses pauvres petites oreilles qu'il n'eut aucun mal à en imaginer la source: la louve au magnifique contraste blanc et bleu.
Ce fut ce simple bruit sourd qui permit à Roan un bref mouvement: celui de se retourner vivement pour déterminer d'où arrivait la louve salvatrice.
D'une démarche lente et distinguée, les omoplates saillantes sous la parure de neige qui l'enveloppait, la belle s'approcha doucement, une aura qui pour Roan était synonyme d'un apaisement certain. Comme si tous ses problèmes, ses craintes et ses doutes allaient s'évaporer d'ici quelques secondes maintenant que Blue était à ses côtés.

*Fais attention, il va te tuer! C'est...
*C'est lui Liven Reaves, le psychopathe dont tu m'as parlé?* L'interrompit Blue sans lui laisser une chance de répliquer.

Quelque chose intriguait Roan au milieu de toute sa frayeur: c'était le calme apparent qui émanait de Blue. Pourquoi n'était-elle pas effrayée alors qu'elle savait qui était l'homme en face d'eux.
Alors, surpris par son air paisible et sa question décalée, Roan hocha la tête promptement.
L'animal se déplaçant entre Roan et Liven (ce qui avait comme objectif d'apaiser Roan le plus possible), s'arrêta soudainement. Ses grands yeux azurs fixés sur Liven et sur sa genette, elle s'adressa d'abord au familier du dit psychopathe, avec qui la discussion promettait d'être fructueuse.

*J'imagine ce qui a du se passer pendant mon absence... Roan a du être un peu abusif sur les mots... Mais il faut dire qu'il y a de quoi. Si Liven avait réellement été un psychopathe comme on le lui a fait croire, ce n'était pas sur que je retrouve Roan vivant. Enfin... Je m'appelle Blue, et je viens récupérer cette chose.* Dit-elle en désignant d'un mouvement de museau l'humain tétanisé derrière elle.

Tournant les talons, elle s'empressa de pousser Roan à lui aussi faire demi-tour, mais celui-ci explosa d'inquiétude, ne prenant même pas attention à communiquer mentalement avec Blue:


-Ne lui tourne pas le dos!
*Calme-toi, cet homme n'est en rien un psychopathe, tu t'es fait royalement bien manipuler...*
-Mais, Mikaël a dit..
*Oui il a dit.. Mais non, tout est faux. D'ailleurs, tu ne ressens pas malgré l'air hautain et glacial qu'il répend, que Liven a l'air au fond un minimum aimable...?*
-Non.
*Bon (désespérée il faut le préciser, de l'entêtement de son ami) , on y va, suis-moi!*

Roan resta immobile, bien que son regard se fasse plus méfiant que terrifié maintenant, et il demanda:

-Tu n'es pas barge alors?



My parents called me Roan, Klement called me Roan. Blue call me Roan.
And you, will you call me Roan too?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2804
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   Lun 12 Oct 2009 - 11:49

**Comme elle est belle !**

**Accessoirement je te rappelle que tu peux aussi lui boucher une dent creuse.**

Une genette avertie en vaut deux et elle prit bien soin de rester prudemment et stratégiquement sur l'épaule du jeune homme, aussi fière de son impeccable pelage moucheté qu'admirative de celui long et immaculé de la louve qui s'approchait d'eux. Concernant Liven, il avait d'autres préoccupations que l'apparence de la nouvelle venue. Roan n'avait fait que confirmer son hypothèse selon laquelle Mikaël ourdissait toute cette délation dans l'ombre...comme à son habitude. Il trouvait terriblement injuste dans sa position actuelle de ne pouvoir lui retourner la pareille. Comment lutter contre des gens tout le seul but existentiel est de détruire votre vie bien à l'abri derrière leur plume et leurs mensonges ? Avec la bonne foi qui le caractérise, Liven ne prenait même pas en compte les quelques vérités que Mikaël et ses compères avaient fait rejaillir en pleine lumière et dont il se serait bien passé. Mais justement, passons... Mikaël était comme une aiguille dans le pied, un cailloux dans la chaussure certes désagréable et souvent horripilant mais dont il pouvait s'arranger. De toute façon, il trouverait bien tôt ou tard un moyen de lui faire payer ses mauvais tours. Il en était là de ses réflexions et songeait à nouveau à passer son chemin lorsque le familier de Roan fit son apparition.

*J'imagine ce qui a du se passer pendant mon absence... Roan a du être un peu abusif sur les mots... Mais il faut dire qu'il y a de quoi. Si Liven avait réellement été un psychopathe comme on le lui a fait croire, ce n'était pas sur que je retrouve Roan vivant. Enfin... Je m'appelle Blue, et je viens récupérer cette chose.*

- Je vous en prie, la méprise est fréquente en ce moment.

Liven leva les yeux au ciel en un soupir exaspéré qui laissait tout à penser que le genette devait en connaître un rayon sur ses aspects de psychopathe endurci. Néanmoins, la « méprise » que Sabbat évoquait à l'instant était symptomatique de ce qui se passait actuellement au sein de la population gamaëlienne. L'image que Liven avait mis des années à construire n'avait eu besoin que de quelques mois pour tomber en morceau. Que cela soit imputable aux véritables méfaits qu'il avait accomplis, à la politique mensongère qu'avaient appliquée les vampires à son encontre, aux médias qui lui prêtaient toutes sortes de desseins plus noirs les uns que les autres, le fait était que plus personne ne devait être capable de faire la part des choses le concernant. Mystifié ou diabolisé, l'image de Liven ne lui appartenait plus. C'est en songeant à cet aspect des choses qu'il réalisât que sa retraite de la vie publique dans le professorat et son retour dans la guilde comme simple chasseur était définitivement la meilleure stratégie à adopter. Il fallait qu'il se fasse oublier quelques temps...

*D'ailleurs, tu ne ressens pas malgré l'air hautain et glacial qu'il répend, que Liven a l'air au fond un minimum aimable...?*
Le jeune homme haussa ostensiblement un sourcil, accentuant encore davantage son côté hautain dont il était question. Et par quelle miracle au juste avait-il laissé transparaître dans son comportement la moindre trace d'amabilité ?

-Non.

Un léger sourire en coin se profila sur ses lèvres, lui rappelant son allégresse devant la réaction du gamin à son égard. Dommage que la franchise rime souvent avec bêtise... Quoiqu'il en soit, l'intervention du familier semblait mettre un point final à cette discussion dont Liven venait d'apprendre tout ce qu'il avait besoin de savoir. Il s'avança, s'apprêtant à dépasser le jeune homme toujours à terre lorsque celui-ci reprit la parole.

-Tu n'es pas barge alors?

Liven s'immobilisa et le regarda de toute sa hauteur, le confondant presque avec le dernier des déchets mais avec une lassitude bienveillante comme un regarderait un vieux paquet de bonbon qui évoquerait le souvenir des vacances de votre enfance.

- Ai-je l'air d'un désaxé ?

**D'après moi ça reste à prouver mais bon...**

Il fallait avouer que Liven était loin de paraître comme quelqu'un d'instable ou même de particulièrement dangereux quoiqu'on en dise. L'assurance qui émanait de lui, son calme flegmatique, son arrogance glaciale étaient certes peu avenants mais certainement pas caractéristiques d'un quelconque trouble du comportement. Par ailleurs, on était loin du stéréotype du chasseur de primes armé jusqu'au dent, mal rasé, venant d'essuyer vents et tempêtes en traversant monts et marrées et bardé de cicatrices, ses trophées de guerre. Bien au contraire, sa gueule d'ange, ses bonnes manières quoique froides et son apparence élégante sans être un modèle de distinction lui conférait l'auréole que démentait les journaux. Évidemment, tout ceci devenait nettement discutable sous l'impulsion d'une certaine forme de magie que nécessitaient des circonstances exceptionnelles mais ce débat-là restait fermement scellé au plus profond de lui et il était hors de question qu'il l'aborde.

- Tu es jeune et cela explique ta naïveté. Je suis néanmoins rassuré de voir que ton familier témoigne de davantage de présence d'esprit. A ce propos d'ailleurs, je ne voudrais pas paraître impoli mais de nous deux, je serais celui le plus en droit de te poser cette question au vue de la façon dont tu as réagi en apprenant qui j'étais.

Liven marqua une pause légère durant laquelle ses traits s'adoucirent légèrement.

- Mais ne t'inquiète pas, je n'attends pas d'excuses. Le seul responsable de ce malentendu est un certain pseudo-journaliste de ma connaissance avec lequel je réglerai mes comptes en temps et en heure. Je te conseille juste à l'avenir de choisir tes amis avec davantage de soin.



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Pêcheur rencontre le Malin . :P (PV Liven)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vent malin
» Pêcheur de Lunes
» Balbuzard pêcheur (étape par étape)
» La Légende du Pêcheur
» J'vais avoir Layr malin si j'prends pas du galon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamaëlia :: Archives :: C'est l'histoire... :: Période d'entre deux-
Sauter vers: