Gamaëlia


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cours de Magie de Combat n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sorel Mordrek
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 19
Année d'étude/de pratique : 1ère année
Date d'inscription : 20/08/2008

MessageSujet: Cours de Magie de Combat n°1   Mar 11 Aoû 2009 - 10:25

Gravissant les escaliers, Jimmy n'était plus que l'ombre de lui même. Autant dire qu'il n'était pas grand chose... Chaque pas lui demandait un effort surhumain de volonté pour ne pas s'écrouler sur place et attendre avec bonheur qu'une mort quelconque vienne le cueillir. Son visage n'affichait qu'un désespoir profond, un abattement indescriptible, une dépression totale. Et pour couronner le tout, il ne semblait même pas s'en émouvoir, définitivement résigné à ce destin qui s'acharnait à bousiller sa vie chaque jour davantage. Qu'avait-il fait pour mériter tout ça ? Aurait-il gravement offenser un dieu dans une autre vie qui s'amusait à le lui faire payer dans celle-ci ? Pourquoi ne pouvait-il pas échapper à ses malheurs quotidiens ? Parvenu sur le palier du troisième étage, il releva la tête avec lassitude avant de tomber face à face avec son reflet dans le miroir. Un gros soupir secoua ses épaules avant qu'il ne rabaisse les yeux sur le sol.

Déjà qu'en temps normal on ne le prenait absolument pas au sérieux à cause de sa taille et de son apparence de petit garçon adorable, mais essayez donc un peu d'imaginer Jimmy portant l'uniforme de l'Académie. C'était insultant de réduire ainsi en miette tous ses efforts vestimentaires pour atténuer son côté gamin angélique. Et le pire, c'est qu'il ne pouvait rien y faire ! Même en ayant retroussé les manches, en ayant jeté la cravate aux orties et en arborant une démarche de jeune délinquant, il paraissait l'archétype même de l'académicien trognon. Ajoutez à cela sa chevelure toujours aussi anarchique et d'un blanc éclatant et vous êtes sûr de le voir figurer en première page de l'album photo souvenir du dirlo. Traînant les pieds, il ressassait son désespoir... Parce qu'il ne leur avait pas suffit d'instaurer un uniforme qui fichait en l'air des années d'habitude vestimentaire, loin de là ! Il avait fallu que ces démons de la fatalité le fassent lamentablement échoué aux examens dans le seul objectif sournois de le voir redoubler. Redoublement... Ce mot lui faisait avoir de l'urticaire. Voilà bien quelque chose qui n'était pas cool du tout...

Mais encore s'il n'y avait que ça ! Poussant toujours plus loin leur vicieux massacre de son bonheur, les démons qui régissaient son destin s'étaient assurés que celui-ci s'achève prématurément. A la réflexion, Jimmy aurait préféré qu'ils soient plus rapides d'ailleurs. Il avait subi toute la matinée la torture de la rentrée des classes, la présentation des matières qu'il connaissait déjà, les sourires moqueurs de ses anciens camarades de classe déjà passés en deuxième année. Et pourtant, il aurait préféré vivre cent fois cela plutôt que d'assister au cours qui allait suivre. La rumeur qui avait enflée s'était vue confirmer par le Gamazine : leur nouveau professeur de magie de combat serait Liven Reaves. Un homme qu'il serait plus juste d'assimiler à un démon, un assassin sans pitié, un magas de renom... Cette fois c'était sûr : Jimmy allait mourir. Comme si ce n'était pas suffisant, la magie de combat était la matière dans laquelle il s'était révélé le plus nul aux précédents examens. Sa vie était finie ou n'allait être qu'une perpetuelle et harrassante torture.

En traversant le couloir, les autres élèves lui lançaient des regards inquiets tellement il dégageait une puissante aura dépressive. Pourtant, il releva la tête soudainement avec dans les yeux une lueur de défi, remontant son sac sur son épaule. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il devait faire face à une situation aussi désespérée ! Tout ce qu'il avait à faire, c'était tâcher de s'améliorer cette année, faire signer une pétition contre le port de l'uniforme et espérer de tout son coeur que Mr. Reaves abandonnerait son poste dès l'année suivante. Armé de cette détermination et de ces espoirs particulièrement bancals, il pressa un peu plus le pas en mettant un point d'honneur à ignorer son désespoir. Il ne pouvait pas s'avouer vaincu, question de principe. Parvenant enfin à la salle qu'il connaissait bien et après avoir vérifié dans son emploi du temps qu'elle n'avait pas changé par rapport à l'année précédente, il jeta un coup d'oeil à sa montre. Voici bien la preuve qu'il comptait réellement remédier à cette situation ! Lui, Jimmy Foch, Nashaovien de son état, venait d'arriver à un cours précisément treize minutes en avance ! Il poussa la porte de la salle inondée de lumière en ce début d'après midi et choisit une place au milieu de la classe où il posa ses affaires. S'asseyant sur la table, il ne lui restait plus qu'à attendre les autres. Puisqu'il s'agissait du premier cours de l'après-midi, il ne devrait plus tarder et le prof non plus d'ailleurs. Un relant d'inquiétude le parcourut lorsqu'il songea à leur professeur et mit en miette les quelques bribes de courage qu'il avait réussi à préserver. Ce jeune garçon assis en tailleur sur sa table, la tête baissée, le visage incarnant le malheur, c'était Jimmy Foch, Nashaovien de son état et futur sacrifice offert au dieu du désespoir.



[Vous avez donc treize minutes pour arriver !]




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jolan Ereika
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 25
Maison/Métier : Nashaovien
Année d'étude/de pratique : Débute sa première
Familier : Rien pour l'instant
Date d'inscription : 23/06/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Mar 11 Aoû 2009 - 13:48

Jolan était dans un parc. Avec des arbres, des oiseaux chanteurs chantant, des arbustes en fleur, tout plein d'animaux joyeux jouant. Jolan marche ainsi parmi la nature en pleine expansion. Au coin d'une haie de roses, Jolan entend le son d'une flûte. Intrigué et toujours aussi curieux, il tente de trouver la source de la musique, il déambule donc dans le parc courant, sautant de gauche à droite, revenant sur ses pas. Pour afin arriver à la source. Un petit singe avec une flûte sur un escalier. Il s'approche du petit primate mais lorsqu'il tend la main, le singe fonce vers l'escalier, et disparait. Jolan décide donc de tenter de le suivre. Il pose un pied sur la première marche. Un bruit immense le secoue. Tous les oiseaux, tous les animaux s'enfuient. N'ayant peur de rien, il continue sa route. Il gravit les marches de l'escalier, qui s'enfonce vers le ciel et les étoiles. Mais la route est longue pour arrivé au sommet. Alors Jolan se met à courir, monter les marches quatre à quatre, sprinter encore et encore. Et là il voit de nouveau le singe. Bien décidé à pas se laisser avoir. Jolan saute ! Et c'est la descente aux Enfers. L'escalier disparait sous ses pieds lorsque qu'il atteint le joueur de flûte. Il tombe en chute libre, il cri.

- Aaaaaah !

Jolan ouvre les yeux. Il est dans son lit. Dans le dortoir de l'académie, réservé à sa maison. Il ne sait plus quand il est. Un coup d'oeil aux autres lits, un coup d'œil à la fenêtre. Il est plus de midi, et il n'y a plus personnes dans le dortoir. Et là, le cerveau de Jolan fait le même bruit qu'un flipper en pleine partie.

- Mince !

Et oui, Jolan vient de faire la grasse matinée le jour de la rentrée. Il sort de son lit en trombe, se passe un coup d'eau sur la figure, se lave les dents, enfile un caleçon, son jean, un tee-shirt, une paire de chaussettes, sa paire de chaussures et s'apprête à sortir lorsque qu'il remarque un truc tout bizarre au pied de son lit. Un uniforme.

- Oh non !

Jolan se déshabille, se rhabille, lance son sac à dos sur une épaule, et prend son lapin dans l'autre main et sort du dortoir et de la salle commune de sa maison. Il descend l'escalier principal quatre à quatre, arrive dans le hall bondé d'élèves. Il arrive à se faire un passage vers le self mais celui-ci est fermé. Il se résigne donc à manger et décide de remonter vers les salles de cours. Il croise des élèves en contre sens, en double d'autres. Il regarde à droite, à gauche afin de trouver un visage connu comme celui de Jimmy. Il sait que ils sont tous les deux en premières années. Et enfin c'est la délivrance. En passant devant une porte ouverte, il aperçoit la tête de Jimmy. Il rentre donc dans la salle, essoufflé, presque en sueur mais content. La salle est une salle de cours normale comme sur Terre. Avec un tableau, des craies, des tables de sièges, il y'a juste la décoration qui est largement différente. Il pose son sac à côté de la table de Jimmy, s'effondre sur sa chaise, regarde son uniforme. Une chemise, blanche, une veste avec un écusson de la maison, et un pantalon de la même couleur. Il a normalement une cravate mais il a pas réussi à la mettre. Il pose son lapin sur la table et se retourne vers Jimmy.

- Salut ! Ça va bien ? Tu sais j'ai failli pas arrivé à l'heure. En plus j'ai du mettre cette uniforme horrible. Pouah ! Je préfère mon jean. Et sinon c'est quoi comme cours ? Parce que je me suis pas levé ce matin donc j'ai pas eu mon emploi du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikaël Rogers
Reporter pour le Gamazine
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 42
Maison/Métier : Journaliste
Année d'étude/de pratique : Douze années
Familier : Gareth, la marmotte inconnue
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Mar 11 Aoû 2009 - 16:54

Pfou la rentrée des classes, un évènement auquel Mikaël n'avait pas assisté depuis... quatorze ans! Il ne se souvenait plus vraiment comment cela se passait surtout qu'il n'avait jamais été à l'académie de Gamaëlia, c'est pour cela qu'il arriva tôt le matin devant les grilles de l'académie attendant qu'elles ouvrent. Il avait 30 ans, c'était mariés trois fois, avait deux enfants, avait déjà un travail et pourtant il ne pouvait pas s'empêcher d'être nerveux, cela se voyait bien qu'il faisait tout et n'importe quoi pour dissimuler son angoisse. Le temps était venu d'entrée dans l'académie, il n'était pas le seul adulte à revenir à l'académie mais aucune autre personne ne semblait avoir plus de vingt ans, cela commençait bien surtout que certains de ses "camarades" se moquaient bien de lui et de son uniforme. Quelle idée d'imposer le port des uniformes l'année ou Mikaël décide de revenir à l'école? Il avait vraiment hésité à le mettre mais avait finalement décidé de le porter, à sa façon bien sûr c'est à dire légèrement "débraillé", cravate mal serré, chemise mise à la va vite...
Les discours ainsi que la remise des emplois du temps étaient finis, tant mieux il en avait marre de voir les autres assis près de lui le dévisager comme s'il était un troll au milieu d'agneau. Il ne prit même pas la peine de regarder son emploi du temps et se leva d'un bond, s'empressa de sortir de la grande salle sans oublier de donner des coups de sac mine de rien aux personnes qui l'avaient dévisagé toute la matinée, heureusement pour eux il ne connaissait pas leurs noms. Une fois arrivée à l'extérieur de la salle il attendit un peu que la foule se disperse et aperçut quelques têtes familières qu'il ne manquerait pas de citer dans le Gamazine, puis il sortit son emploi du temps de sa poche.


*Alors? Mon premier cours... magie de...*

Il tenait l'emploi du temps fermement entre ses mains, il ne savait pas s'il devait rire ou pleurer et resta immobile pendant de longues minutes jusqu'à ce qu'il sente une main tapoter son épaule.

"Content de vous voir M. Rogers, mais ne trainez pas dans les couloirs."

C'était le directeur, sa phrase n'avait rien de particulier et avait même l'air sincère pourtant Mikaël aurait juré avoir vu un large sourire hypocrite l'accompagner. Concluant finalement qu'un tel sourire ne pouvait pas s'afficher sur le visage de Gabriel, il fourra son emploi du temps dans son sac et sortit un plan de l'académie tout en se dirigeant vers la salle de son premier cours de l'après midi. Malgré le plan il réussis à se perdre pas moins de cinq fois dans les couloirs devant à chaque fois demander son chemin à des élèves qui avaient la moitié de son âge et heureusement puisqu'il serait arrivé bien trop tôt au cours.
Il arriva enfin devant la porte qui était déjà ouverte, il jeta un coup d'œil à sa montre puis entra dans la salle tranquillement. La salle de cours n'avait rien d'extraordinaire, il était presque déçus de ne pas voir de traces de sang sur les murs, de tableaux représentant des scènes morbides... mais ce qui attira son attention n'était pas ce qu'il manquait, selon lui dans la pièce, mais bel et bien les deux jeunes hommes qui semblaient se connaitre un peu plus loin. En avançant dans la pièce il reconnu Jimmy Foch le célèbre élève de poche comme il aimait l'appeler et... heu... en fait il ne connaissait pas l'autre mais comptait bien y remédier. Il alla s'assoir tout près des deux garçons pour ne pas être devant le professeur lorsqu'il arriverait mais surtout pour entendre leur conversation, posa son sac sur la table et lança mollement à l'attention des autres élèves :


"Bonjour..."




And in a sea of scars the first cut is the deepest
Hurts - Only You
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gamazine.webs.com/
Sorel Mordrek
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 19
Année d'étude/de pratique : 1ère année
Date d'inscription : 20/08/2008

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Mar 11 Aoû 2009 - 17:57

Un énorme fracas se fit entendre lorsque Jolan tira une chaise tout près de lui avant de s'écrouler sur cette dernière. Sursautant, Jimmy eut toutes les peines du monde à calmer les battements frénétiques de sont coeur. Il faut dire qu'il était absorbé par ses pensées qu'il ne l'avait même pas vu arriver. Se remettant lentement de la soudaine frayeur qu'avait suscitée son compère nashaovien, il prit le temps de noter que Mr.Lapin avait lui aussi décider de suivre les cours de magie de combat. Après tout, il pouvait comprendre que Jolan ait voulu s'armer d'une présence rassurante avant de se faire découper en petit morceau. Cependant, le jeune garçon ne semblait pas le moins du monde en proie à une quelconque inquiétude. Pas une once d'effroi, pas un iota de stress, pas un chouilla de déprime... Bien au contraire, il affichait une mine joviale et radieuse sur son visage de poupin comme si la fin du monde n'était pas programmée dans onze minutes exactement, comme s'ils vivaient une rentrée tout à fait banale où tout allait bien dans le meilleur des mondes. Jimmy pompa tout l'enthousiame dont il avait besoin de ce visage rayonnant et le regarda avec un air interloqué et pratiquement ému aux larmes comme n'importe qui rencontrant le messie.

- Salut ! Ça va bien ? Tu sais j'ai failli pas arrivé à l'heure. En plus j'ai du mettre cette uniforme horrible. Pouah ! Je préfère mon jean. Et sinon c'est quoi comme cours ? Parce que je me suis pas levé ce matin donc j'ai pas eu mon emploi du temps.

Jimmy s'affaissa lamentablement sur lui-même comme une loque humaine consciente de sa propre déchéance. Uniforme, cours, emploi du temps... En quelques phrases, il venait de replonger Jimmy dans les limbes de l'abattement le plus total. Ce n'était pas le messie, c'était un judas qui prenait un malin plaisir à le tourmenter avec la plus grande candeur qui soit. Le sale traître... Lui faire ça à lui... Jimmy lui répondit sans relever son visage avec une voix très mécanique et dénué de sentiment.

- Ma vie est foutue... Il ne me reste plus qu'à mourir dans la prochaine demi-heure et j'aurais fait mon temps sur cette terre. On a... on a... on a magie de combat. Ma vie est foutue...

Il regarda droit devant lui dans le vide comme si tout ce qui pouvait arriver désormais était sans importance. Sauf qu'il ignorait qu'il allait faire une rencontre exceptionnelle, une rencontre qui allait bouleverser sa vie, une rencontre dont beaucoup rêve mais qui n'est permise qu'à une poignée d'élus.

"Bonjour..."

Qu'était-ce que cette voix ? A l'avénement de l'apocalypse il y avait encore des gens capables de souhaiter un bon jour ? Il se foutait de lui ? Lentement et ressemblant de plus en plus à un corps sans âme, Jimmy tourna la tête dans la direction du nouvel entrant. Temps d'arrêt, stupeur... Non... Ce n'était pas possible. Une halucination... Oui, voilà, une halucination... A la porte des enfers, Jimmy halucinait pour atténuer sa douleur. C'était une sorte de réflexe d'autodéfence. Car sincèrement, comment pouvait-on imaginer croiser le plus célèbre reporter du Gamazine dans un cours de première année ? Et oui ! Comment ? On vous le demande ! Moment de blanc, éclair soudain d'intelligence... Leur prof... La magie... Est-ce que ? Le regard de Jimmy s'anima soudainement. Comme si une flamme d'excitation venait de renaître contre toute attente. Oui... Maintenant il pouvait se permettre d'y croire. Devant lui, là, à moins de 2 mètres, se tenait...

- ...Mikaël Rogers...

C'était juste un murmure. D'ailleurs il n'était même pas sûr d'avoir articuler correctement et intelligiblement. Aussitôt, il bondit littéralement de sa table, s'activa à sortir un stylo et son livre de magie de combat. Puis, avec ce regard d'admiration stupide qu'on les fans rencontrant leurs idoles et pourtant cette dignité ravie qui s'accroche au visage de ceux qui réalise un rêve, il s'approcha calmement et fièrement de l'adulte qui venait de faire irruption dans la pièce.

- Monsieur Rogers. C'est un honneur de vous rencontrer. Oserais-je vous demander un autographe ?

Les articles de Mikael Rogers étaient inimitables. Bien sûr, Jimmy ne les appréciaient pas tous, notemment lorsqu'ils le concernaient ou lorsqu'ils parlaient d'Oz. Cependant, d'une façon générale, c'étaient de véritables petits bijous d'humour et d'esprit critique, ce que les mauvaises langues appelleront le sarcasme et l'invention. Honnêtement, Jimmy allait mourir. Mais peut être la chance lui serait-elle donné de mourir heureux.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jolan Ereika
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 25
Maison/Métier : Nashaovien
Année d'étude/de pratique : Débute sa première
Familier : Rien pour l'instant
Date d'inscription : 23/06/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Mar 11 Aoû 2009 - 18:55

Jimmy mit un certain temps à répondre. Sans doute était-il dans ses pensées.

- Ma vie est foutue... Il ne me reste plus qu'à mourir dans la prochaine demi-heure et j'aurais fait mon temps sur cette terre. On a... on a... on a magie de combat. Ma vie est foutue...

Sa vie foutue ? Jimmy devait pas apprécier le cours, ou le prof. Magie de combat ? Jolan avait entendu parler de "Sport de combat", ou encore "Cours contre les forces du mal", mais "Magie de combat". Jamais. Unrtz lui avait montrer des petits trucs, comme allumer un feu, sans grand succès d'ailleurs. Mais rien de vraiment méchant. Il avait hâte de voir ça.

-Bonjour...

Bonjour ? Comment ça bonjour ? Ils étaient que deux dans la pièce. Jolan se retourna et failli tomber de sa chaise. C'était qui lui ? Un jeune homme de vingt-cinq ans au moins, en uniforme.

- ...Mikaël Rogers...

C'était le nom que Jimmy avait murmurer. Avant de fouiller dans son sac et de se lever vers le nouvel arrivant.

- Monsieur Rogers. C'est un honneur de vous rencontrer. Oserais-je vous demander un autographe ?

Monsieur ? Honneur ? Autographe ? C'était qui se type tout maigre blondinet ? Quoi qu'il fut. Jolan ne l'aimait pas. Pendant que Jimmy faisait le beau devant Rogers, Jolan se leva, son Lapin dans une main et s'approcha de lui, discrètement. Regardant d'un œil bien curieux le sac de l'arrivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Jeu 20 Aoû 2009 - 9:49


Le soleil était à son zénith. La ville était bondée de gens. Rozaly était dans "Le fleuriste de Sannom" une boutique de fleurs pleine à craquer. La boutique surchargée était en proie à la plus extrême frénésie. On y entrait, déballait, déplaçait, taillait,arrangeait, balayait et ressortait... Le tout dans un brouhaha confus où se mêlaient les éclats de rire et de colère. C'était la période préférée de Rozaly: le printemps et la récolte des fleurs. Elle n'arrivait pas à se décider. Laquelle choisir, des roses rouges, des amaryllis, des hortensias?.Elle ne savait plus où mettre la tête. Il était vrai que cette agitation commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs. De plus elle avait envie d'un bon cocktail de fruits frais pour se rafraichir.

Déposant les fleurs, elle sortit tranquillement du magasin . Elle dépassa le coin de la petite rue très fréquentée où se trouvait le fleuriste pour déboucher sur une des grandes artères de la ville. Rozaly connaissait le chemin de l'auberge par cœur. Elle quitta bientôt l'artère pour suivre les méandres d'une rue avant de tourner brusquement à gauche et de s'immobiliser.

Il lui semblait avoir entendue quelque chose d'inhabituel. Un son cristallin et épurée. Elle s'avança lentement avant de se figer à nouveau. Parvenue au carrefour avec une autre ruelle plus étroite et plus discrète, elle appuya son épaule gauche contre le mur froid et jeta un coup d'œil dans la direction d'où provenait le bruit.

" Votre vie s'est achevée ici professeur"

Une femme se tenait environ quatre mètres de distance d'un cadavre. Elle était dos à Rozaly. Elle avait de longs cheveux noirs et portait un uniforme de couleur noir. Elle portait dans sa main droite un longs sabre dont la poignée était entourée d'un nœud rouge. Des filées de sang coulaient le longs de la lame. Rozaly reconnaissait se sabre. C'était le sien. Devant la femme un cadavre baignait dans une marre de sang. La victime était un homme blond assez âgé.


" Bon il faut que j'y aille!"

La femme prononça des mots inaudibles et le sabre disparut. Elle allait se retourner. Rozaly allait enfin savoir le visage de l'assassin...

" dring, dring dring ....."

Le réveil se mit à sonner. Il fit les cent pas sur ses jambes de métal jusqu'à ce que l'attente devienne insupportable.Le réveil avait lancé un coup de pied une petite bille qui frappa la joue de Rozaly juste en dessus de son œil gauche. Rozaly se frotta la joue. Elle ouvrit ses yeux et vit son réveil exécuter une sorte de danse du scalp, puis pirouetter vers un stylo qu'il envoya habilement d'un nouveau coup de
pied vers son oreille. Rozaly poussa un grognement. L'odieux petit objet allait bondir sur elle si elle ne se levait pas très vite. Elle pourrait bien sûr l'envoyer valser dans le dortoir, mais il retrouverait vite sa place, sur la table de chevet. Elle regarda le dortoir vide. Il n'y avait plus personne. Étonnée, elle regarda l'heure. Son regard passa de l'indifférence à la peur.


" Mince je suis en retard pour mon premier cours!"

Elle sauta de son lit et alla dans la salle de bain. Elle enleva son pyjama, brossa les dents pris une douche, enfila un uniforme beige et des ballerines, peigna ses longs cheveux noirs et mit du parfum qui sentait la rose. Elle manga quelques sushi qu'elle avait préparée et se brossa à nouveau les dents.Elle prit son sac assortit à son uniforme et sortit du dortoir et de la salle commune de Dalavirie . Elle descendit les escaliers quatre à quatre et déboucha sur le hall bondée d'élèves. Elle se faufila à toute vitesse entre les élèves manquant de justesse de renverser un élève beaucoup plus âgé qu'elle pour se rattraper in extrémis et poursuivre son chemin dans le couloir qui menait vers les salles de cours.

Rozaly regarda de gauche à droite cherchant désespérément des élèves de sa maison tout en continuant à courir..Enfin le messie était arrivée. Elle vit des élèves de première année dont certains appartenaient à Dalavirie entrer dans une salle. Rozaly arrêta sa course lorsqu'elle arriva enfin devant la salle. Avant d'entrer elle ajusta son uniforme et passa une main dans ses cheveux et entra en souriant.

" Bonjour tout le monde!"

La salle de cours était illuminée par le soleil de l'après midi. Rozaly posa son sac, tira sa chaise sans faire de bruit et s'assit sur une table près d'un jeune homme qu'elle ne connaissait pas. Il avait des cheveux blancs, et des yeux turquoises et semblait être plus jeune qu'elle. Il y avait un autre élève près du garçon. Il était un peu plus grand que son compère. Il avait des cheveux blonds mi-longs coiffé en épis et des yeux marron. Rozaly ne put s'empêcher de rigoler en voyant un lapin posé sur la table du jeune garçon . Derrière la table du jeune homme aux cheveux blancs un garçon beaucoup plus âgé était assis et semblait s'être placer ici pour écouter la conversation des deux garçons. Il avait des cheveux blonds assez longs et un visage fin.

Détachant son attention sur les élèves qui étaient présents dans la salle, elle
repensa à l'étrange rêve qu'elle avait fait la nuit dernière.




Dernière édition par Rozaly Kurazaki le Mer 17 Fév 2010 - 8:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorel Mordrek
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 19
Année d'étude/de pratique : 1ère année
Date d'inscription : 20/08/2008

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Jeu 20 Aoû 2009 - 19:03

[Rozaly, juste une chose. A l'avenir tu éviteras de récupérer mes anciens RPs pour t'en inspirer s'il te plaît.]



Jimmy était penché vers la table du jeune adulte qui les avait rejoint et lui présentait avec un sourire qui possédait un je ne sais quoi de malicieux son livre de magie de combat grand ouvert sur la page de garde en l'attente d'une magnifique dédicace manuscrite. Il faut dire que ce n'est pas tous les jours que l'on pouvait bénéficier de cette chance. Pour être même tout à fait honnête, Jimmy se demandait pensivement quelle lubie avait saisit ce destin fourbe et trompeur qui était le sien. Ses questions se succédaient, éternellement sans réponse dans son esprit, avec un rythme toujours égale et fataliste. C'était comme une douce musique en arrière fond dans son esprit, ou plutôt un requiem original qui s'annonçait, étant donné qu'il ne ferait bientôt plus partie de ce monde. Mais revenons-en aux sources, voulez-vous. La raison pour laquelle le Nashaovien se perdait en conjectures insencées ne s'expliquait pas par un penchant soudain pour l'art musical mais bien par la série d'évènements cataclismiques qui s'enchaînaient à toute vitesse depuis le début de la matînée.

Permettons-nous un petit récapitulatif. Il avait été humilié par son redoublement, il portait un uniforme qui ne pouvait tromper personne sur son jeune âge, il s'apprêtait à avoir le pire professeur possible dans la matière la plus abhorrée, il avait assisté avec impuissance à Jolan qui lui avait enfoncé le couteau dans la plaie béante de son désespoir, et, soudain, il lui avait été permis de rencontrer le célèbre Mikael Rogers en chair et en os. S'il y avait là plus que tout jeune garçon de douze ans à peine et à plus forte raison un nashaovien aurait pu supporter, Jimmy découvrit avec stupeur qu'il n'était pas au bout de ses surprises. Soit. Il allait mourir. Ca, très bien. Il l'avait accepté. Mais afin de pousser l'ironie et le mauvais goût jusqu'à leurs extrèmes limites respectives, afin de s'assurer qu'il ne regrette rien de sa bien courte vie, afin de lui faire subir les pires souffrances lors de son agonie en sachant ce qu'il allait perdre, son perfide destin lui fit une fleur. Fleur... C'est d'ailleurs la première chose qui vint à l'esprit de Jimmy lorsqu'un délicat parfum effleura ses narines d'éfluves printanières et ennivrantes. Le reste ne fut qu'un rêve, un mirage, une illusion. Avant de trépasser par les mains de l'ange des ténèbres, il lui avait été accordé de découvrir celui des cieux. Intrigué par la fragrance qui s'était répandue dans la pièce, il détacha enfin son regard du (pseudo) journaliste et contempla la dernière merveille qu'il lui serait donné d'admirer dans ce monde.

Elle n'était pas seulement belle. Jamais il n'aurait pu lui attribuer un qualificatif aussi tristement banal et simplet. D'ailleurs, oser chercher à décrire l'impression générale qu'elle lui laissait aurait constitué un véritable sacrilège. Non. Elle n'était pas "belle" mais resplendissante, éclatante, exquise, raffinée, ravissante, sublime, éblouissante et tellement plus à la fois mais le vocabulaire possédait vraisemblablement une lacune impardonnable pour l'exprimer. Avant tout, il y avait de petits pieds chaussés de ballerines impécablement blanches et qui faisaient pourtant pâle figure devant cette peau nivéenne et parfaite qui se découvrait. Et puis, il y avait des jambes. Des jambes interminables comme si ces membres, qui chez d'autres ne sont que de longues perches disgracieuses aux genoux noueux et muscles balants, représentait le piedéstale sans le moindre défaut de cette merveilleuse apparition. Ensuite, il y avait cet uniforme tant détesté, tant méprisé qui apparaîssait sur cette fille... fille ?...sur cette déesse comme la plus fantastique robe de haute couture. Cette jupe bénéfiquement courte au plissé si parfait, ce chemisier blanc aux plis si harmonieux et qui s'ouvrait sur une gorge appétissante, cette veste si élégante qui découpait plus nettement ses épaules et affinée une taille déjà svelte. C'était le plus bel uniforme du monde. Mais ce qui éclipsait tout le reste, ce qui éradiait avec l'éclat d'une jeunesse insolente, c'était son visage.

Un menton adorable, nettement dessiné sur un cou plus ou moins long et maigre qui lui donnait un maintient tout à fait admirable. Des lèvres vermeilles entrouvertes dans une douceur et une sensualité accaparé par la gente féminine, laissant apercevoir une dentition blanche et structurée. Des joues déjà affinées qu'ornaient des pomettes hautes et bien dessinée mais délicatement proportionnées. Des yeux très en amande munis de cils incroyablement longs et profondément noirs entre lesquelles s'enchassaient deux saphirs insondables et qui répandaient alentours un regard calme, curieux et bienveillant. Des sourcils étirés, finements dessinées qui soulignaient un front assez haut et noble sur lequel retombaient gracieusement des mèches d'un noir de jais aussi brillant et lisses que du satin. Et cette cascade infiniment sombres et lumineuse à la fois, étonnament disciplinée qui ramenait le regard qui la suivant jusqu'aux reins de l'ange.

Après un temps d'arrêt, elle s'avança. Jimmy était totalement hypnotisé. Il avait tout oublier, le pourquoi du comment de sa présence, sa propre existence si tant est qu'il pouvait se permettre d'exister en présence de telles êtres supérieurs. S'il était en train de rêver, s'il s'agissait d'un délire post-traumatique dû à une mauvaise chute, par pitié, qu'on ne le réveil pas ! D'ailleurs, pouvait-on se déplacer avec une telle aisance mêlée de grâce et pourtant pleine de réserve ? Elle pris place. Une posture très légère qui semblait presque encore rallonger ses jambes et ses yeux prirent une expression rêveuse, comme si, lointaine, elle confirmait qu'elle n'était pas vraiment de ce monde mais échouée d'un quelconque paradis dont les simples mortels n'avaient pas même idée. Sans s'en être rendu compte, Jimmy l'avait fixé depuis son arrivée dans cette salle de classe. Il s'était figé dans une expression étonnée, admirative, reconnaissante. Après quelques secondes encore, il réalisa soudain son impolitesse comme si la jeune fille lui avait jeté un sort. Détournant brutalement le regard, il dissimula son visage bouleversée sans parvenir à reprendre le contrôle de ses émotions. Jimmy, avec ce regard presque effrayé et en même temps si profondément interloqué, avec ce rose léger qui venait colorer ses pomettes de gamin, avec ces lèvres entrouvertes au traves desquelles il peinait à reprendre son souffle sans parvenir à se souvenir du moment où il avait cessé de respirer, avec ce coeur qui cognait tellement fort dans sa poitrine qu'il craignait qu'on ne l'entende, Jimmy était totalement, immanquablement, indubitablement, craquant. Pour la première fois, il venait de tomber amoureux.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Ven 21 Aoû 2009 - 22:29

Gani se réveilla tranquillement après que son réveil ai sonner, dans 10 minutes son cour allais commencer... Bah! Pourquoi ce presser? Il venais d'arriver a l'école il allais donc faire comme si il ne connaissait pas la position de locaux. Le Yamaneko se leva en s'étirant, il était torse nu avec son boxer comme unique vêtement. D'un mouvement lent il se dirigea vers la salle de bain pour se laver et s'habiller. L'uniforme était obligatoire, une manche relever a sa chemise, la cravate défaite et qui pendais de chaque coter de son cou ainsi que le col relever. Sa chaînette en prime et voila il restait le même mais avec un uniforme... Après avoir saisit une bête tranche de pain tartiner avec un chocolat il pris ses affaires et partit en direction de sa salle de cour. Le hall était bonder de monde mais il pris bien soin de marcher prés du mur pour arriver a l'escalier sans encombre.

*j'aurais du prendre Dagoba, une boule de flammes dans les fesses et ils auraient tous déguerpis!*

Mais le dragon nain s'amusait dans le parc de l'école. Après avoir gravis les escalier de l'école il arriva devant sa classe réfléchissant déjà a son excuse. Suite a un dernier soupire, l'étudiant saisit la poignet et pénétra dans le local. Étrangement il n'y avais que quatre personnes dans cette pièce. Deux blonds, l'un paraissait plus âgé que les autres, l'autre avais un lapin en peluche sur son bureau. Un garçon aux cheveux blond qui regardais, un air idiot sur le visage, la jeune fille a coter de lui. Un sourire étiras les lèvres de Gani lorsque il reconnu l'adolescente dont il s'approcha d'un pas mal assurer pour aller lui pauser la main sur l'épaule.

"Salut Rozaly..."

C'était la seul personne qu'il connaissait dans le groupe, au temps éviter d'être seul dés son premier cour, et puis sa compagnie ne serais absolument pas de trop, si le cour l'ennuyais il pourrais toujours admirer la belle femme qui l'avais aider lors de son arriver et qui n'avais pas manquer de marquer son coeur bien qu'il ne le montrais pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: IVEN reaves   Sam 22 Aoû 2009 - 13:37

Rozaly repensa à l'étrange rêve qu'elle avait fait la nuit dernière. Qui était cette fille avec son sabre?
Pourquoi a t'elle tué ce jeune homme blond? Qui est-il? Elle ne connaissait personne dans son entourage qui avait les cheveux blonds. De plus elle n'était jamais partie à cette boutique de fleur. Rozaly ne trouvait aucune explication rationnelle à ce rêve. C'était bien la première qu'elle faisait des rêves de ce genre. Chassant ses pensées parasites de sa tête, elle regarda le jeune homme aux cheveux blancs.

Depuis son arrivée, il n'avait plus bouger. On aurait dit qu'on l'avait remplacé par une statue de cire. Il avait les pommettes toutes rouges. Il paraissait gêné et angoissé que Rozaly ressentait de la pitié pour le jeune homme.

" Le pauvre il doit être stressé ! "

Laissant de côté le jeune homme, elle regarda la salle de classe. Elle ressemblait beaucoup à celle de la Terre si ce n'est que la décoration de la salle lui donne un côté moderne. Rozaly s'imaginait déjà devant le tableaux noirs en train de réciter brillamment des formules magiques devant le regards admiratifs des élèves et surtout du professeurs qui s'appelait Liven Reaves dont elle avait entendu était un excellent professeurs de magie quoique un peu diabolique envers les élèves.

Nul ne saura ce qui arriva au cœur de Rozaly. La porte s'ouvrit sur un jeune homme de taille moyenne aux cheveux noirs cendrés. Cette veste rouge qui collait parfaitement à sa musculature et ce baggy simplet qui aurait été qu'un vieux torchon sur un autre jeune homme était sur lui l'incarnation de l' élégance à l'état pure. Il balaya la salle de son regard avant de s'arrêter sur elle. Rozaly était paralysée. Elle s'était noyée dans le bleu de ses yeux. Son cœur palpitait tellement qu'elle avait mal à la poitrine.

Il s'approcha d'elle. Cette démarche timide envoutait Rozaly. Surtout lorsqu'il posait sa main sur son épaule et dit d'une belle voix.

" Salut Rozaly..."

Ce visage, ce corps, cette voix douce et mielleuse appartenait à quelqu'un qu'elle connaissait . C'était Gany Yamaneko mais aujourd'hui il n'était pas accompagner de son dragon nain. Rozaly était vraiment très contente de le revoir et cela se voyait d'une part dans ses yeux bleues pétillant de joie et par le sourire chaleureux qui s'était dessinée sur ses lèvres.

" Bonjour Gani..."

Elle hésita un moment avant d'ajouter.

" ...Je suis contente de te revoir!"


Elle avait repris le contrôle de ses émotions même si son cœur continuait toujours à battre aussi vite. Elle n'avait plus conscience des élèves de la salle. Ils n'excitaient plus. Elle n'entendait plus.
Elle avait perdu la notion du temps Le monde s'était arrêté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikaël Rogers
Reporter pour le Gamazine
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 42
Maison/Métier : Journaliste
Année d'étude/de pratique : Douze années
Familier : Gareth, la marmotte inconnue
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Jeu 27 Aoû 2009 - 20:12

Mikaël observait tranquillement les alentours quand il vit Jimmy s'approcher de lui en lui demandant un autographe, Mikaël trouvait ça un peu bizarre, personne ne lui avait jamais demandé un autographe, la plupart du temps on lui lançait des sorts, des pierres et même certaines fois des billets... enfin dans ses rêves. Malgré tout il était très flatté, il était pas mal finalement ce Jimmy, plutôt sympa, il avait l'air cool, un bon petit gars... Mikaël saisis le livre, sa joie augmentant en voyant que c'était son livre de magie de combat, à cet instant précis il pensa :

*Ha ha! Prend ça dans les dents Reaves!*

Il se mit d'accord avec lui même pour ne rien écrire de méchant, blessant ou gênant sur Jimmy à l'avenir et signa en gros sur une des pages du livre, bien sûr pas la page blanche au tout début ça n'aurait pas été marrant. Il releva la tête tout en tendant le livre et le stylo à son admirateur mais alors qu'il s'apprêtait à lui dire un mot gentil il le vit s'extasier devant une élève qui venait d'entrer. Certes elle était plutôt mignonne mais beaucoup trop jeune et pas au point de s'extasier. Le regard de Mikaël devint noir, il posa le livre dédaigneusement sur un coin de la table avec le stylo, vexé qu'on puisse préféré une élève à lui. Il rumina quelque chose que seul lui pouvait comprendre et Jimmy dégringola comme une masse dans son estime, il était passé direct du top 5 à presque aussi bas que Reaves. Justement en parlant de lui, qu'est-ce qu'il faisait? En retard à son premier cours? Si seulement! Mikaël se tourna en direction de son sac apercevant soudainement un visage qui n'aurait pas du se trouver si près du sac, il le prit donc et donna un petit coup de sac à Jolan mine de rien.
Alors qu'il avait posé son sac du côté ou le fouineur ne pouvait pas l'atteindre, il aperçut un nouvel élève qui entra dans la salle, il semblait connaitre la fille qui était entrée un peu plus tôt. C'était bizarre elle ne semblait pas insensible au jeune homme et lui non plus d'ailleurs, Mikaël jeta un coup d'œil à Jimmy qui s'extasiait devant la jeune femme, puis il regarda les deux autres élèves l'un près de l'autre. Un large sourire se dessina sur le visage de Mikaël.


*Je sens que ça va être intéressant.*

Il prit un petit calepin dans son sac, un stylo et commença à griffonner quelques petites phrases.




And in a sea of scars the first cut is the deepest
Hurts - Only You
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gamazine.webs.com/
Jolan Ereika
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 25
Maison/Métier : Nashaovien
Année d'étude/de pratique : Débute sa première
Familier : Rien pour l'instant
Date d'inscription : 23/06/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Dim 30 Aoû 2009 - 13:30

Jolan n'avait en rien remarqué les nouveaux arrivants. Il était trop occupé par le sac. Il était presque arrivé au sac. Il allait le toucher. Quand le sac bougea tout seul et lui heurta la tête. Il regarde l'inconnu qui le regardait avec un regard pas gentil.
Il se releva, passa la main dans ses cheveux, lui tira la langue et regagna sa place. Il découvrit à ce moment là les nouveaux arrivants. Une fille, tout à fait banale. Que Jimmy regardait d'un air hautement intéressé. Comme s'il venait de tomber amoureux. L'autre arrivant était un garçon. Mais il portait pas d'uniforme. Un délinquant en puissance ? Même lui, Jolan qui détestait les uniformes et préférait un jean s'était plié à cette dure règle. Mais bon, il avait le droit d'essayer. Si il y arrivait c'était tant mieux pour lui. Il se retourna vers Jimmy et lui dit le plus simplement du monde en lui tirant sur la manche :

- Hey Jimmy ? Qu'est qui ce passe ? T'es amoureux ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2786
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Dim 13 Sep 2009 - 16:32

[HJ : tous les élèves sont censés être présents à partir de maintenant donc pour les nouveaux participants, dîtes que vous vous trouviez déjà dans la salle avant l'arrivée de Liven. Bien sûr, il vous ait possible d'arriver en retard mais c'est à vos risques et périls sachant que Liven est assez à cheval là-dessus.]



Aurait-il du ressentir l'anxiété qui nous submerge toujours face à des situations encore inconnues ? L'impatience aurait-elle du saisir chaque fragments de son âme et le faire tressaillir, à chaque minute qui le rapprochait du moment fatidique ? A moins que ce ne fut la curiosité, qui, supplantant toutes les autres sensations ou s'y additionnant, aurait guider ses pas avec empressement ? Oui, sans doute était-ce là les réactions prévisibles d'un jeune professeur s'apprêtant à donner son premier cours. Et pourtant, dans son cœur, nul place pour des appréhensions futiles pour aussi légitimes qu'elles puissent être. Dans son attitude, seul régnait un calme détachement auquel s'apparentait une indifférence glacée. Dans ses yeux, aucune autre lueur que l'éclat intrigant de l'azur le plus pur s'abandonnant à son regard froid et hautain. Assurément, le jeune homme qui se frayait sans peine un chemin dans les couloirs, parmi les élèves paniqués à l'idée d'arriver en retard, n'avait rien de commun avec la candeur risible, la joie puérile, l'angoisse ridicule que tout autre aurait ressentit en cet instant. Sa vie pour le moins chaotique, avait mit fin bien trop tôt à ce genre d'emportements naïfs et l'avait amené à gérer des situations à côté de laquelle celle-ci, faisait figure de formalité ennuyeuse. Au delà de l'assurance qu'il s'agissait d'un mal nécessaire, il trouvait une certaine consolation à penser que cette expérience pourrait l'amuser. Au point où il en était, il ne pouvait pas vraiment se permettre d'être très exigeant et le simple paradoxe qui faisait que lui, l'un des ex-dalaviriens parmi les plus associables s'apprêtait à enseigner dans cette même Académie où il avait fait ses études, suffisait à le faire sourire.

Concernant la petite boule de poil qui gambadait à ses côtés, le dépassant toujours pour l'attendre un peu plus loin, elle était soumise au paroxysme du chamboulement émotif pré-cité. Suffisait-il qu'elle voit un élève un peu plus pressé que les autres, qu'elle s'imaginait le cœur battant, le revoir assis au premier rang de son cours. Suffisait-il qu'elle ne fasse que penser à ce fameux cours et la voilà qui incarnait la peur, l'impatience et la curiosité à un degré tel que l'on craindrait qu'elle ne perde la pleine et entière possession de ses moyens. Suffisait-il qu'elle s'arrête pour attendre sa moitié humaine qu'elle avait l'impression de subir une véritable torture. En réalité, la genette était déchirée entre deux ressentis à l'intensité équivalente et parfaitement antagonistes. En un sens, elle ne demandait pas mieux de parvenir enfin à cette salle de classe et de découvrir avec sa curiosité maladive habituelle, les élèves qui y assisteraient. Dans l'autre, elle redoutait plus que tout ce qui allait pouvoir s'y passer, car après tout, c'était Liven qui était aux commandes et le flegme qu'il affichait alors qu'elle était en proie aux plus fortes émotions l'indignait et lui faisait imaginer le pire. Le pauvre familier était sur le point de craquer quand soudain un détail terrible attira son regard et effaça pour un temps toute autre considération. Elle resta statiquement, quelques mètres devant, à observer le jeune homme s'approcher d'elle comme s'il venait de commettre le crime le plus irréparable et indigne qu'on puisse.


**Liven.**

**Hum ?**

Ce dernier croisa son regard inquisiteur mais s'en inquiéta pas outre mesure. Dans l'état d'énervement purement nashaovien où elle se trouvait, il s'était psychologiquement préparé à la pire des âneries qu'elle pourrait lui sortir.

**Tu ne ressembles pas à un professeur.**

Son ton horrifié, son regard désespéré et son affirmation fataliste n'aurait pas été différents si elle lui avait annoncé la fin du monde. Lassé, blasé, accoutumé à ce genre de délires fantaisistes qui la prenaient souvent, Liven ne releva pas et continua son chemin dans le mépris le plus total de son familier, imperturbable. Pourtant, Sabbat avait inconsciemment trouvé là un moyen efficace de pallier à son inquiétude et son excitation croissante. Tant qu'elle se concentrait là-dessus, elle ne débarquerait pas comme une furie dans la salle de classe en exigeant de Liven qu'il s'excuse à l'avance auprès de ses élèves.

**Déjà tu es trop jeune, ensuite on a jamais vu un professeur habillé comme s'il allait faire la couverture d'un magazine, et sans parler de ton attitude qui frise le je m'en foutisme trivial, tu ne fais absolument pas sérieux en ne transportant qu'un livre et un porte vu sous le bras. C'est terrible !**

Liven considéra un instant les arguments foireux de son familier avant de se demander ce qu'il y avait de terrible à cela puis de se résoudre à la seule explication possible : elle délirait.

**Le directeur n'a qu'un an de plus que moi je te rappelle, quant à mes habitudes vestimentaires, l'uniforme ne concerne heureusement que les élèves et pour ce qui est de ma pédagogie, non seulement elle est à l'appréciation du professeur mais en plus c'est la rentrée des classes et je n'ai donc aucun autre document qui me soit nécessaire, sans parler du fait que ma matière concerne surtout la pratique et qu'à ce niveau je n'ai pas besoin de déménager la bibliothèque de l'Académie.**

**C'est pas un argument !**

Liven décida de laisser ce dialogue de sourd de côté. Puisqu'elle avait définitivement décidé qu'il ne ressemblait pas à un professeur, il ne voyait aucune raison de la contredire inutilement. Néanmoins, il fallait reconnaître que peu de professeur devait lui ressembler. La vingtaine insolente de vitalité et de maturité conférait à son corps l'intemporalité du jeune adulte, à mi-chemin entre les contours de la fin de l'adolescence et la constitution d'un homme mûr. Sa silhouette fine, haute, soulignée par une démarche assurée et un maintient entre l'arrogance princière et l'indolence bourgeoise, laissait deviner des membres fins tout en étant robustes mais d'une constitution qui restait modeste pour sa taille. Ses cheveux d'un blond cendré, ternes mais souples, suffisamment longs pour couvrir sa nuque et tomber jusqu'à ses clavicules renforçaient l'impression des restes de l'adolescence, dévoilaient au grès de ses pas et du balancement des mèches qui en résultaient, ses yeux durs au regard parfois prétentieux qui dardaient alentours la couleur d'un bleu intensément clair de leur iris. Le reste de son visage aurait pu le rendre particulièrement charmeur et avenant s'il n'était durci par une expression quasi-perpétuelle de neutralité désagréable ou d'arrogance méprisable qui d'une certaine façon, contribuait aussi à son charme. Ajoutez à cela une tenue à la fois distinguée et jeune qui ne le classait plus vraiment dans la catégorie classique des vieux adolescent mais pas non plus dans celle des adultes stoïques, et vous aurez la vision d'un jeune homme singulier et charismatique qui ne correspond pas vraiment au souvenir que vous aviez de vos professeurs de magie.

Lorsque Sabbat eut fini sa critique lunatique et passablement absurde, elle se sentit l'esprit reposé comme si elle venait d'accomplir une grande chose et qu'elle devait en être fière alors que Liven ne l'avait absolument pas écouté. A vrai dire, il faisait bien peu de cas de la genette pour la simple et bonne raison que, pour son bonheur, elle savait se tenir à la hauteur de ce qu'exigeait la réputation de l'ex-chef des chasseurs de primes. Peu importait son propre ressenti, elle savait en faire abstraction pour ne pas dépasser les bornes autrement que dans l'esprit de Liven, sachant pertinemment qu'en narcissique expérimentée, il fallait être mesurée pour séduire. Elle sortit de ces pensées tout aussi absurde que les précédentes en repérant la porte ouverte au milieu du couloir bien qu'ils n'en soient déjà plus qu'à deux mètres.


**C'est parti !**

Mais seul un soupir mental excédé lui répondit et elle n'eut plus qu'à suivre sa fibre nashaovienne pour fondre comme elle seule savait le faire dans la salle de classe. En effet, les élèves eurent peu loisir de contempler l'éclair de fourrure mouchetée qui fonça à raz le sol avant de sauter élégamment sur le bureau du professeur et de si asseoir le plus innocemment du monde comme si elle ne venait absolument pas de battre tous les records de sprint dans la catégorie carnassier. Une seconde plus tard, et Liven passait à son tour la porte qu'il referma en silence comme s'il n'y avait rien de plus normal et naturel et en cela, il n'avait sans doute pas tord.

**Tu es impressionnant de ponctualité.**

Alerté par la réflexion de son familier, il leva les yeux sur l'horloge au fond de la classe par réflexe pour constater en effet que la minute du début du cours venait à peine d'être entamé. C'était une habitude qu'il traînait depuis des années... Après tout, c'était un art d'arriver suffisamment tard pour ne pas à avoir à attendre avec les autres élèves et suffisamment tôt pour ne pas se retrouver en retard. Il se dirigea calmement jusqu'à son bureau où il ne prit pas la peine de s'asseoir, y déposant simplement son livre et son porte-vu avant de relever enfin ses yeux sur ses élèves à l'instar de Sabbat qui ne cessait de les détailler attentivement et s'amusait de chacune de leur excentricité comme des cheveux totalement blancs, une peluches, un âge avancé...

- Pour ceux qui ne me connaitraient pas encore, je suis Liven Reaves, votre nouveau professeur de magie de combat.

**Et le bonjour, il est passé à la trappe ?**

- Afin que ces cours se déroulent le plus efficacement possible et que personne n'y perde son temps, je refuserai de répondre à toute question qui ne concerne pas directement la matière que j'enseigne. J'espère me faire correctement comprendre Monsieur Rogers.

A sa dernière phrase, il se tourna ostensiblement vers le reporter qu'il couvrit d'un regard hypocrite en souriant de façon entendu. Évidemment, la seule personne qui était visé par ce genre de restriction ne pouvait être que celui qui lui pourrissait la vie depuis si longtemps.

**Tu ne dis pas bonjour mais tu l'appelles monsieur ?**

- Je tiens d'ailleurs à vous féliciter pour la reprise de vos études, nul doute que votre niveau déplorable sera bientôt revu à la hausse si vous poursuivez vos efforts avec la détermination que l'on vous connaît.


Il marqua une pause durant laquelle il se désintéressa de « son élève » pour recouvrir la classe du regard, s'exprimant avec une sympathie que démentait ses paroles. Pour un peu, il aurait presque pu paraître agréable et gentil si son discours n'était pas l'exact contraire de ce qu'il inspirait par son ton.

- Par ailleurs, je vous averti d'ores et déjà que je ne tolérerai aucun retard à ce cours qui dans le cas contraire vous vaudra une exclusion immédiate de celui-ci. Puisque la majeur partie de mes cours se déroulera souvent en salle de combat et que vous serez amené à pratiquer une magie offensive, je ne tolérerai aucune désobéissance pour des raisons évidentes de sécurité. Si vous êtes amenés à ne pas respecter le règlement intérieur et les points que je viens de citer, je me ferais un plaisir de vous prendre en heure de colle afin de travailler avec vous vos lacunes dans ma matière. Je vous prie de croire que cela risque de ne pas être une partie de plaisir puisque l'on pourrait les assimiler à des cours pratiques intensifs.

**Tu es un monstre.**


**Je ne vois pas pourquoi je les épargnerai et Rogers en particulier.**

**Tu marques un point.**

- Maintenant que ces petites mises au point sont faites, nous pouvons passer au cours à proprement parlé.

Ouvrant son porte vu et prenant appuie des deux mains sur son bureau, penché sur ce dernier, il commença l'appel, relevant les yeux à chaque nom pour en mémoriser sinon la totalité, au moins la majeur partie. Une fois qu'il eut fini, il se tourna à demi vers le tableau où une craie s'empressa de venir y inscrire le titre de la séance d'aujourd'hui.

Introduction à la Magie de Combat.

Revenant sur la liste des élèves, il interrogea au hasard un élève pour débuter.

- Monsieur Yamaneko ? Lisez l'introduction page 7 de votre manuel.


**Et le « s'il vous plaît » ? C'est comme le « bonjour » ? Calme et méthodique... on dirait que tu t'ennuies.**

**J'ai toujours préféré la pratique à la théorie. De toute façon, je ne pense pas beaucoup m'amuser avec les premières années.**

**Même si tu vas pouvoir torturer Rogers tout le long de l'année ?**


**Ne me tente pas Sabbat.**


Il sourit imperceptiblement et attendit la lecture en se déplaçant à travers les rangs.

**Je dois reconnaître que je ne m'attendais vraiment pas à ça.**

**De quoi tu parles ?**


**Tu as l'air de prendre ça au sérieux.**


**Quelles que soient mes raisons, j'ai accepté ce travail. La moindre des choses est que je le fasse bien.**

**Il n'y aurait pas un minimum d'altruisme dans tout ça ? L'envie de former correctement les jeunes générations pou que... je ne sais pas moi... qu'elles soient prêtes à se défendre mieux que d'autres n'ont su le faire durant l'invasion vampirique ?**

Le sourire de Liven s'élargit, laissant presque croire qu'il prenait plaisir à son rôle de professeur alors qu'il était sauvé d'une réponse sous prétexte d'écouter la lecture de l'élève.



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Dim 13 Sep 2009 - 20:11

Gani regardais toujours Rozaly dans les yeux, un sourire et un clin d'oeil répondirent a sa remarque, lui aussi était très content de la revoir. Il se pencha légèrement su elle pour lui murmurer quelques mots a l'oreille...

"sa te dirais de t'asseoir a coter de moi?"

Se relevant doucement avec un petit regard charmeur dans le fond de l'oeil il pris place sur l'un de banc du fond, prés de la fenêtre pour être sur de pouvoir observer le paysage. Une petite forme passa a toute vitesse, le Yamaneko l'aperçu du coin de l'oeil et la vit se déposer tranquillement sur le bureau avant qu'un homme blond n'entre dans la pièce en fermant la porte... Il ne portait pas l'uniforme et se dirigea droit vers le bureau... Le jeune étudiant se mis donc en tête qu'il s'agissait du professeur... BINGO! L'homme blond se présentât sous le nom de Liven Reaves. Celui_ci imposa directement son propre règlement. Interdiction d'arriver en retard sous peine d'être virer du cour, ne pas désobéir au risque de se taper une colle, ...

*pfff il a pas l'aire cool...*

Regardant par la fenêtré le garçon eux cheveux noirs leva la main a l'appel des nom. Son cahier de cour pauser devant lui, fessant comme si il s'intéressait au cour... A croire que son professeur avais lu dans ses pensées car il lui demandas de débuter la lecture de l'introduction du cour.

*Mais d'office! Toujours pour ma pomme!*

Après un fin soupire Gani ouvris son manuel a la page 7 pour débuter la lecture...

"Traditionnellement, on divise l'étude de la magie en plusieurs champs distincts assimilables à des spécialités. Parmi les plus connues figurent la magie générale, les artefacts, l'art illusionaire, l'histoire de la magie et enfin la magie de combat. De toutes ces disciplines, seule la magie de combat ne participent pas au renforcement et à l'épanouissement du pouvoir du magas dans ce sens ou son apprentissage confond tous les domaines préalablement cités."

Gani repris son souffle, plus vite il terminerais de lire plus vite cette tache qu'il n'aimais pas particulièrement se terminerais enfin...

"En effet, on peut considérer la magie de combat comme une discipline particulièrement synthétique qui transcende tous les domaines de la magie. Les connaissances techniques pointues de la magie générale apportent une maîtrise poussée de son pouvoir, la confection d'objets et à plus forte raison de pièges magiques relève d'un avantage tactique, la projection d'illusion peut déstabiliser un adversaire ou créer une diversion, et l'inventivité des exemples passés permet d'éviter des erreurs et d'agir avec efficacité."

Voila... Il avais fini... Doucement il leva les yeux vers son professeur attendant une quelconque remarque ou tout simplement qu'il continue le cour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Cours de Magie de Combat n°1   Dim 20 Sep 2009 - 16:10

Il était arrivé dans les premiers, il s'assit au deuxième rang. Il ne remarqua personne, il était figé dans ses pensées. Il s'inquiétait, il allait enfin voir son frère, pour la première fois, en vrai.

**Qu'est-ce qui allait se passer?**

Son anxiété était au comble du paroxysme.
Il avait entendu beaucoup de chose à propos de son frère, surtout dans le Gamazine. Bien sûr, l'avis de Mickaël Rogers n'était pas le meilleur commentateur, ses idéaux étaient bizarre au goût de Narahin. De toute manière, il allait enfin le connaître, il ne s'attendait pas à de joyeuse réjouissance, il ne voulait pas de ça. Cela aurait été insupportable! Il ne savait pas pourquoi il l'avait chercher pendant tout ce temps, la vie était étrange, oui la mort de sa soeur l'avait profondément choqué. Il avait réussi à survivre ainsi, mais cette quête touchait à sa fin. Il devait se trouver un nouveau but.
Il repensa à ses maigres connaissances sur son frère. La presse le décrivait comme un psychopathe déchaîné, il avait pourtant brisé la domination vampirique, bien sûr il ne le connaissait pas mais les gens le jugeait sans connaître.

**Qu'avait-il donc fait?**

De toute manière, il allait bientôt le savoir, dans quelque instants, Liven allait franchir la porte.
En y réfléchissant, Narahin repensa au propos de sa tante, elle le trouvait froid et distant. Elle aussi pensait comme tout le monde ici. Pourtant, sa tante l'avait toujours bien traité lui alors que ces derniers temps, lui aussi, il était distant. Sa tante n'avait jamais pu le supporter, je ne savais vraiment pas pourquoi. C'était pourtant son fils, elle l'avait mis au monde, Narahin ne comprenait vraiment pas pourquoi.
Narahin était plongé dans ses pensées, rien ne pouvait l'en délogeait, à part le tic tac de l'horloge. Il le regardait depuis qu'il était entrait. Le temps semblait avoir était suspendu.
Le temps lui semblait superflu, juste une grande farce qui devenait insupportable car elle était trop longue. Ne disais t-on pas que les meilleurs blagues étaient les plus courtes, celle-ci était vraiment trop prolixe.
Il sembla enfin se rendre compte qu'il n'était pas seul dans la salle. Il les dévisagea sans aucune pudeur, comme si de rien était. Les autres élèves semblait heureux, ils avaient tous du grandir dans un environnement sain.
Il était pétrifié, le cours commençait dans quelques secondes.
C'est alors qu'un éclair traversa la pièce, il vit alors s'asseoir sur le bureau une genette. Il la regarda intensément, elle avait une allure fière et on devinait son excitation. Il entendit un bruit.
Il ne su pas ce qui se passait à ce moment-là. Son coeur, non, tous son corps s'arrêta de fonctionnait normalement. Néanmoins, il réussi à se retournait brièvement il discerna dans l'encadrement de la porte. C'était un jeune homme d'environ 20 ans, il avait les cheveux blonds ternes, ses yeux bleus envoûtants transportaient ceux qui les croisaient dans un autre monde, un monde de rêve. Il avait conscience de son immense charisme et il profitait de cette situation. Il se dirigea vers le bureau, y déposa son porte-vu et parla:

-Pour ceux qui ne me connaîtraient pas encore, je suis Liven Reaves, votre nouveau professeur de magie de combat

Une présentation clair et simple. Le corps de Narahin refusait toujours de fonctionner normalement. Une étrange tension s'installa petit à petit dans la pièce.

**Etait-ce Liven qui provoquait cette sensation?**

Liven se remit à parler:

-Afin que ces cours se déroulent le plus efficacement possible et que personne n'y perde son temps, je refuserai de répondre à toute question qui ne concerne pas directement la matière que j'enseigne. J'espère me faire correctement comprendre Monsieur Rogers.

Première remarque, il n'en teint pas compte, il avait déjà lu les torchons de Rogers, il comprenait la haine de son frère envers ce bonhomme assis juste devant lui, sûrement à épier les moindres faits et gestes de celui-ci.

-Je tiens d'ailleurs à vous féliciter pour la reprise de vos études, nul doute que votre niveau déplorable sera bientôt revu à la hausse si vous poursuivez vos efforts avec la détermination que l'on vous connaît.

Nouveau pique. Il pensa que ce serait un rituel pendant les cours de Liven, Mickaël Rogers sera son souffre douleur sûrement.

-Par ailleurs, je vous averti d'ores et déjà que je ne tolérerai aucun retard à ce cours qui dans le cas contraire vous vaudra une exclusion immédiate de celui-ci. Puisque la majeur partie de mes cours se déroulera souvent en salle de combat et que vous serez amené à pratiquer une magie offensive, je ne tolérerai aucune désobéissance pour des raisons évidentes de sécurité. Si vous êtes amenés à ne pas respecter le règlement intérieur et les points que je viens de citer, je me ferais un plaisir de vous prendre en heure de colle afin de travailler avec vous vos lacunes dans ma matière. Je vous prie de croire que cela risque de ne pas être une partie de plaisir puisque l'on pourrait les assimiler à des cours pratiques intensifs.

**Il prenait son travail très au sérieux, Tante Elisa, disait toujours que Liven ne prenait jamais rien au sérieux.**

-Maintenant que ces petites mises au point sont faites, nous pouvons passer au cours à proprement parlé.

Liven se mit à faire l'appel, sa peur s'accentua.

**Va t-il se souvenir de mon nom, le nom de jeune fille de sa mère plutôt?**

Liven passa sur son nom en ne montrant aucun signe prometteur, Narahin, dépité se replongea dans ses rêveries.
Liven interrogea quelqu'un.

-Monsieur Yamaneko ? Lisez l'introduction page 7 de votre manuel.

Narahin écouta la leçon, toujours plongé dans ses rêveries, analysant les moindres gestes de Liven pour en tirer une conclusion. Une seule lui vain à l'esprit, il était jaloux de tout ce qui était arrivé à Liven, sa place dans cette académie, sa notoriété, il était jaloux mais il était surtout fier de celui-ci. Cependant, il n'oserait jamais l'avouer ! son souffre douleur sûrement.


Dernière édition par Narahin Menez le Lun 12 Oct 2009 - 18:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Mer 23 Sep 2009 - 10:59

Arrivé juste avant le professeur, Lamok s’était installé au fond de la salle. Le prof arrivait. Que fallait-il faire ? Rien. Juste l’écouter :

"Pour ceux qui ne me connaitraient pas encore, je suis Liven Reaves, votre nouveau professeur de magie de combat.

C’est donc lui Liven Reaves.

-Afin que ces cours se déroulent le plus efficacement possible et que personne n'y perde son temps, je refuserai de répondre à toute question qui ne concerne pas directement la matière que j'enseigne. J'espère me faire correctement comprendre Monsieur Rogers.

Rogers ? Ce n’était heureusement pas Lamok la cible de cette remarque.

- Je tiens d'ailleurs à vous féliciter pour la reprise de vos études, nul doute que votre niveau déplorable sera bientôt revu à la hausse si vous poursuivez vos efforts avec la détermination que l'on vous connaît.

Lamok ? Travailler ? La seule raison qui le pousse à travailler est de ne pas redoubler.

- Par ailleurs, je vous averti d'ores et déjà que je ne tolérerai aucun retard à ce cours qui dans le cas contraire vous vaudra une exclusion immédiate de celui-ci. Puisque la majeur partie de mes cours se déroulera souvent en salle de combat et que vous serez amené à pratiquer une magie offensive, je ne tolérerai aucune désobéissance pour des raisons évidentes de sécurité. Si vous êtes amenés à ne pas respecter le règlement intérieur et les points que je viens de citer, je me ferais un plaisir de vous prendre en heure de colle afin de travailler avec vous vos lacunes dans ma matière. Je vous prie de croire que cela risque de ne pas être une partie de plaisir puisque l'on pourrait les assimiler à des cours pratiques intensifs.

Magie de combat ? Voila quelque chose d’interresant.

- Maintenant que ces petites mises au point sont faites, nous pouvons passer au cours à proprement parlé.

Sur ces mots, le professeur Liven marqua sur le tableau : Introduction à la magie de combat . Ce cours serait bien sur la magie d’attaque, le sujet préféré de Lamok.

- Monsieur Yamaneko ? Lisez l'introduction page 7 de votre manuel.

-Traditionnellement, on divise l'étude de la magie en plusieurs champs distincts assimilables à des spécialités. Parmi les plus connues figurent la magie générale, les artefacts, l'art illusionaire, l'histoire de la magie et enfin la magie de combat. De toutes ces disciplines, seule la magie de combat ne participent pas au renforcement et à l'épanouissement du pouvoir du magas dans ce sens ou son apprentissage confond tous les domaines préalablement cités.
En effet, on peut considérer la magie de combat comme une discipline particulièrement synthétique qui transcende tous les domaines de la magie. Les connaissances techniques pointues de la magie générale apportent une maîtrise poussée de son pouvoir, la confection d'objets et à plus forte raison de pièges magiques relève d'un avantage tactique, la projection d'illusion peut déstabiliser un adversaire ou créer une diversion, et l'inventivité des exemples passés permet d'éviter des erreurs et d'agir avec efficacité."


Voila ce que signifiait Magie de combat. Après cette lecture, Lamok s’impatienta et demanda sans retenue :

"Monsieur ? Vous pouvez nous montrer un sort d’attaque maintenant ? Tout-de-suite, ici ?"

Voila donc a quoi pensait Lamok, ne pas parler mais bouger !

[HRP : j'espere que ce ne sera pas long]


Dernière édition par Lamok Sirtame le Dim 4 Oct 2009 - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nathanaël Treanam
Dalavirien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 22
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Sam 3 Oct 2009 - 15:42

Au début, tout s'était pourtant bien passé. Je m'étais levé à l'heure (carrément en avance, en fait), pour avoir le temps de manger, m'habiller tranquillement de l'uniforme qui était plutôt agréable à porter… Et ça s'était parfaitement bien passé. J'avais facilement une demi-heure d'avance sur le cours quand je m'étais mis en quête de la salle. Seulement voilà. J'avais un numéro de salle et un plan de l'académie. Super.

Le premier problème était qu'il m'était très difficile voire impossible de lire ledit plan et que le numéro de la salle ne me disait strictement rien. Le deuxième problème était que j'étais très réticent à l'idée de demander à un élève de me montrer où était la salle, car je pensais qu'il en aurait facilement déduit que… bref, passons. Le troisième problème était que le temps passait bigrement vite quand on voulait en avoir plus. Enfin, le quatrième était… qu'il ne me restait plus que quelques minutes avant le début du cours qui allait bien sûr commencer à l'heure alors que je serai en retard.

J'étais donc à errer dans les couloirs de l'académie, le plan soigneusement rangé au fond de mon sac et le numéro de la salle en tête. Je ne sais pourquoi, dans cette matinée de malchance, je devais avoir un air particulièrement perdu car j'entendis quelqu'un devant moi s'arrêter et me demander :


- T'as l'air nouveau toi… Tu cherches ta salle ?

Je me redressai légèrement et tournai la tête vers le bruit de la voix.

- Hum, oui… En fait j'ai perdu mon plan…

- Ca arrive à pas mal de monde, ne t'inquiète pas… T'as cours de quoi ?

- Magie de combat…

- Ah je vois. Dépêche-toi alors, il ne reste plus beaucoup de temps ! Suis-moi !

J'arrivai tant bien que mal à suivre le gars qui me dit être varil de Nashaovie – ça expliquait sa tendance à dire tout et surtout n'importe quoi – avant de manquer le percuter quand il s'arrêta devant la salle. Il se mit à rire et je me renfrognai légèrement.

- T'es de Dalavirie toi, hein ? T'inquiète pas, t'es à l'heure, Reaves est pas encore entré. Sinon c'était même pas la peine d'essayer, tu peux me croire…

On sentait l'expérience. De plus, ce qu'il me disait était conforme à ce que j'avais entendu dire sur ce professeur… Mais je préférais me faire une idée par moi-même, comme toujours.

- Bon faut qu'j'te laisse, j'ai cours aussi… Pour une fois que j'ai une bonne excuse pour arriver en retard !

Il partit en riant et je m'approchai doucement de la porte. J'entendais des discussions, ça semblait être assez animé à l'intérieur. Je passai le pas de la porte discrètement et personne ne sembla me remarquer. J'allai donc m'asseoir près du mur, loin de tout ce méli-mélo de voix regroupé vers le centre de la pièce, laissant mes doigts parcourir le vide à mes côtés pour trouver une table – libre puisque loin de tout bruit humain. Je m'assis, posai mon sac à mes côtés et sortis un crayon et une feuille pour jouer avec et faire mine de prendre des notes. Et oui, j'avais développé une certaine aisance pour faire semblant, mais je retenais tout à l'oral ou presque. Quelques secondes après, un élève entra à son tour, juste avant… Et bien… Un truc très rapide et bruyant quand il courait. Un familier sans doute. Suivi par ce qui était immanquablement le prof, impeccablement à l'heure. Un point.

- Pour ceux qui ne me connaitraient pas encore, je suis Liven Reaves, votre nouveau professeur de magie de combat.

Ce Liven Reaves avait une voix grave plutôt agréable, et il parlait du ton de celui qui est sur de ce qu'il fait, et de ses capacités. Je m'interrogeai un instant sur le chemin qu'il avait pu parcourir pour en arriver là avant d'être interrompu lorsqu'il reprit la parole.

- Afin que ces cours se déroulent le plus efficacement possible et que personne n'y perde son temps, je refuserai de répondre à toute question qui ne concerne pas directement la matière que j'enseigne. J'espère me faire correctement comprendre Monsieur Rogers.

Rogers… J'avais déjà entendu ce nom quelque part, mais où ?

- Je tiens d'ailleurs à vous féliciter pour la reprise de vos études, nul doute que votre niveau déplorable sera bientôt revu à la hausse si vous poursuivez vos efforts avec la détermination que l'on vous connaît.

Oh oh, ça sentait l'amour à plein nez tout ça. Note : se renseigner sur ce Rogers, d'âge incertain puisqu'il semblait avoir arrêté d'étudier pendant un moment. Je ne tenais pas à ce qu'une inimitié entre un prof et un élève vienne mettre le bazar dans les cours de magie de combat. Certes il y avait visiblement très peu de chance que ça arrive, mais cela me permettrait aussi d'assouvir ma curiosité.

- Par ailleurs, je vous averti d'ores et déjà que je ne tolérerai aucun retard à ce cours qui dans le cas contraire vous vaudra une exclusion immédiate de celui-ci. Puisque la majeur partie de mes cours se déroulera souvent en salle de combat et que vous serez amené à pratiquer une magie offensive, je ne tolérerai aucune désobéissance pour des raisons évidentes de sécurité. Si vous êtes amenés à ne pas respecter le règlement intérieur et les points que je viens de citer, je me ferais un plaisir de vous prendre en heure de colle afin de travailler avec vous vos lacunes dans ma matière. Je vous prie de croire que cela risque de ne pas être une partie de plaisir puisque l'on pourrait les assimiler à des cours pratiques intensifs.

Le varil qui m'avait emmené devant la salle de cour n'avait donc pas du tout menti. Cela promettait d'être très intéressant… Mais assez ardu également. Je ressentis une pointe d'inquiétude à l'idée d'avoir pas mal de difficultés en la matière… Après tout, je n'avais pas vraiment d'idée du niveau de magie que j'avais. Mais bon, qui vivra saura (non ce n'est pas un détournement de proverbe).

- Maintenant que ces petites mises au point sont faites, nous pouvons passer au cours à proprement parlé.

Je répondis présent à l'appel de mon nom, faisant machinalement tourner mon crayon dans ma main gauche.

- Monsieur Yamaneko ? Lisez l'introduction page 7 de votre manuel.

Tandis que le garçon lisait ce que lui avait demandé le prof, je sentis ce dernier se déplacer dans la salle, où on aurait pu entendre les mouches voler s'il y en avait eues.

-Traditionnellement, on divise l'étude de la magie en plusieurs champs distincts assimilables à des spécialités. Parmi les plus connues figurent la magie générale, les artefacts, l'art illusionaire, l'histoire de la magie et enfin la magie de combat. De toutes ces disciplines, seule la magie de combat ne participent pas au renforcement et à l'épanouissement du pouvoir du magas dans ce sens ou son apprentissage confond tous les domaines préalablement cités.
En effet, on peut considérer la magie de combat comme une discipline particulièrement synthétique qui transcende tous les domaines de la magie. Les connaissances techniques pointues de la magie générale apportent une maîtrise poussée de son pouvoir, la confection d'objets et à plus forte raison de pièges magiques relève d'un avantage tactique, la projection d'illusion peut déstabiliser un adversaire ou créer une diversion, et l'inventivité des exemples passés permet d'éviter des erreurs et d'agir avec efficacité."


Note 2 : Jeter un coup d'œil dans le livre de magie de combat, au moins le nom des chapitres. Même si je ne voyais pas trop l'intérêt d'apprendre à se défendre d'une manière poussée par la magie de combat, ce cours ferait une bonne synthèse de tout ce que j'aurai appris dans les autres cours. Et puis, je n'allais pas cracher sur des connaissances, même peu utiles, en plus.

Comment aurai-je pu soupçonner ce jour-là que je me trompais complètement en pensant que ce que j'allais apprendre ne me serait utile en aucune façon ?


"Monsieur ? Vous pouvez nous montrer un sort d’attaque maintenant ? Tout-de-suite, ici ?"

Je tournai la tête avec un invisible haussement de sourcil vers l'importun. Je n'aimais pas vraiment les gens qui faisaient preuve d'impatience, surtout qu'il semblait évident que nous aurions droit à une démonstration sous peu, ou du moins lors des prochains cours. Néanmoins, je devais avouer que j'avais également envie de percevoir ce que donnait réellement la magie en combat. Et surtout de passer à la pratique. Vite !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2786
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Jeu 15 Oct 2009 - 16:42

Désespoir latent, abattement embryonnaire, lassitude précoce... Liven s'autorisa un soupir d'agacement mêlé d'ennui. Diable... Il avait oublié qu'en plus ça posait des questions. Comme s'il n'avait pas assez de leur faire ingurgiter le programme, d'obtenir au plus vite des résultats probants et le tout en préservant leur intégrité sinon morale, au moins physique ! Aurait-il vraiment la patience de faire ce métier ? Un léger sourire en coin naquit sur ses lèvres alors qu'il baissait les yeux sur le carrelage familier de la salle de classe. Oui, de toute façon il n'avait pas vraiment le choix... Il releva la tête pour planter ses yeux froids dans ceux de son impatient élève. Autrefois, lorsqu'il se trouvait lui-même assis à l'une de ces tables, n'attendait-il pas avec impatience de passer à la pratique ? Adolescent, se montrait-il toujours calme et prudent ? Il se consolait tout de même en songeant qu'il ne prenait jamais véritablement part aux cours, affectionnant le dernier rang pour sa tranquillité et se contentant de quelques interventions brillantes lors des parties pratiques. Non, il n'était en aucune mesure possible de comparer l'étudiant qu'il avait été à ceux-là. Mais le comble de l'ingénuité dans cette histoire, c'est que ça attendait véritablement une réponse ! Pire ! Ça l'exigeait !

**Ô joies du professorat ! Te voilà portant ta croie et guidant ces pauvres brebis égarées sur les chemins de la connaissance. Cette vision touchante émue mon âme, je me sens transportée par des élans de bienveillance. Pas toi ?**


- Avant de commencer la partie pratique il me semble bon d'introduire la matière. De cette façon, vous auriez appris que la magie de combat ne se résume pas qu'à des sorts d'attaque et vous auriez jugulez votre impatience en découvrant avec émerveillement ses autres facettes. Chaque chose venant en son temps, je m'estimerais déjà heureux si vous saisissez l'esprit dans lequel aborder cette discipline.

Liven marqua une pause qu'il mit à profit pour lancer un petit sourire méprisant à l'élève qui venait d'intervenir. Un fait qui démontrait, s'il en fut besoin, l'ironie de ses paroles.

- Néanmoins, j'apprécie votre intérêt pour ma matière. J'espère qu'il sera suivi de résultat.

Sur ces dires sibyllins dont on savait pas trop s'il s'agissait d'un compliment ou d'une menace, Liven se leva pour reprendre le fil de son cours après avoir jeté un coup d'œil à ses notes. La genette, de son côté, s'était pris d'affection pour le jeune élève dont elle n'avait pas retenu le nom mais qui arborait fièrement sa peluche sur sa table. Au delà de l'aspect indéniablement touchant de la scène à l'innocence expansionniste, elle éprouvait surtout une tendresse omnipotente pour cet enfant qui, jeune et inconscient, prenait pareilles initiatives dans un cours dédié aux combats magiques. En toute discrétion, profitant de ce que son humain impose son tempérament ô combien détestable, elle quitta le bureau pour slalomer entre les tables des élèves. Ce faisant, elle se rapprocha insensiblement du gamin qui, armé de sa peluche, se préparait certainement psychologiquement à lutter contre le grand méchant loup. Puisqu'il n'était pas adossé à sa chaise, elle en profita pour s'asseoir sur les quelques centimètres de métal, dans un équilibre qu'elle seule avait le don de maintenir. Puis, targuant brusquement ses grandes orbes ambrés sur la table de l'enfant, elle s'activa en silence à laisser libre court à sa curiosité. Ce poste d'observation, s'il manquait sérieusement de discrétion, lui laissait en revanche le loisir rare d'être plongé au milieu des élèves et rien ne l'amusait plus que de les voir réagir consciemment ou non aux paroles du professeur. Un professeur qui comptait bien remplir son rôle.

- Comme l'a lu monsieur Yamaneko, la magie de combat fera appel aux connaissances que vous acquérez dans les autres matières. Du fait de cette interdisciplinarité prédominante, vous devrez faire appel à des connaissances variées et mobiliser un grands nombre de vos capacités voire même les combiner. C'est une matière exigeante et je profite du début d'année pour vous conseillez de prendre rapidement de bonnes habitudes et de travailler régulièrement.

Au dessus de l'épaule du guerrier à peluche, Sabbat était proprement sidérée. Rêvait-elle où il était bel et bien en train de leur donner des conseils ? De les mettre en garde de façon constructive ? On le lui avait changé sans qu'elle ne s'en rende compte ? Liven s'interrompit pour lancer un regard lourd de menace à son familier qui ne manquait pas de poser toutes ces questions directement dans son esprit, l'encombrant d'un flot de parole inutile. Ce faisant, on pouvait avoir l'impression que le véritable destinataire de ce regard assassin était le jeune garçon derrière lequel Sabbat se dissimulait. Désireuse de ne pas attirer d'ennui à celui qui, sans le savoir, lui offrait l'asile politique, la genette sauta sur lune table voisine qui se trouvait être inocuppée et en fit son nouveau quartier générale. Elle devait reconnaître que l'on pouvait entendre les mouches volées dans cette pièce. Une brillante idée si l'on ne voulait pas inaugurer le tableau des heures de colles de cette année. Liven reprit son cours, expliquant sa matière d'un ton égale et posé dans lequel il était possible de déceler quelque fois une véritable préoccupation, ce qui coupait à toute impression d'ennui, problème déjà pratiquement pallié avec sa voix grave et agréable qui emplissait la pièce.

- Les lacunes deviennent vite des faiblesses qu'il faut apprendre à optimiser. L'intérêt n'est pas d'atteindre la perfection dans toutes les disciplines mais de les utiliser efficacement. A ce niveau et en dehors des connaissances que vous allez acquérir, deux champs priment majoritairement : la rapidité et l'intelligence. Même avec des connaissances limités, des attaques bien pensées et véloces assurent plus certainement la victoire que des sorts très originaux et poussés qui n'ont pas le temps d'être réalisés.

Liven avait tiré la chaise de son bureau tout en parlant et venait de s'y asseoir, se servant de l'assise comme repose-pied et du dossier comme siège princier.

- Une question : quels sont les buts de la magie de combat d'après vous ? Dîtes ce qui vous passe par la tête.

Le jeu commençait. Inconsciemment, Liven entreprit de frotter lentement ses mains l'une contre l'autre alors qu'il était penché vers son assistance, un franc sourire caustique affiché sur un visage qui prenait des airs taquins. Une petite provocation lancée à cette classe en partie tétanisée, en partie ennuyée, en partie intéressée et peut être même les trois à la fois. Difficile de savoir sur quel pied danser avec Liven... A la fois froid, sec et distant mais confiant, sûr de lui et soudainement sympathique. Il appartenait à cette caste compliquée de professeur dont le malin plaisir consistait à désarçonner continuellement ses élèves. Il leur donnerait l'occasion de faire des erreurs, il les préméditerait même, dans le seul but de les leur montrer, de leur apprendre à en tirer avantage. Un enseignement difficile, des critiques et des sarcasmes à profusion pour une félicitation prononcée du bout des lèvres. Il ne restait plus qu'à voir comment ils allaient réagir, et alors oui, peut être qu'il pourrait envisager d'aller plus loin. Il les testerait avant de savoir si son projet pourrait facilement être mis en œuvre. Sabbat revint prendre place sur sa jambe, se laissant gratter les oreilles comme elle l'aimait par la main distraite du jeune homme. Dans son dos, la question s'afficha au tableau alors qu'il désignait du menton un élève pour prendre la parole.



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Ven 16 Oct 2009 - 11:02

Un élève dérangea le cours de Liven en posant une question qui malgré son incongruité attira l'intérêt de tous. Liven pour le moins calme répondit avec ennuie.

-Avant de commencer la partie pratique il me semble bon d'introduire la matière. De cette façon, vous auriez appris que la magie de combat ne se résume pas qu'à des sorts d'attaque et vous auriez jugulez votre impatience en découvrant avec émerveillement ses autres facettes. Chaque chose en son temps, je m'estimerais déjà heureux si vous saisissez l'esprit dans lequel aborder cette discipline.

Liven jugulait, Narahin remarqua qu'il méprisait l'élève qui pourtant avait posé une excellente question, sa perfidie était telle que Narahin même s'il ne voulait le reconnaître que le Gamazine n'avait pas tord sur tout. Après une brève pause, Liven repris:

-Néanmoins, j'apprécie votre intérêt pour ma matière. J'espère qu'il sera suivit de résultat.

Là aussi Liven riait intérieurement, comme s'il venait d'entendre une bonne blague. Narahin était surpris d'un tel comportement, qu'avait voulu dire Liven par ''autres facettes''. Il est vrai que ce n'était pas que des sorts de combat mais cela servait avant tout à se battre et rien d'autres.

La genette de Liven se réfugia sur le dossier de l'élève qui avait interroger son frère, elle était assise avec un équilibre précaire mais pour le moins original, elle surveillée tous les gestes des élèves, prête à révéler à son maître le moindre problème. Elle se réfugia ensuite sur une table vide qui semblait plus confortable à l'égard de Narahin.

-Comme l'a lu monsieur Yamaneko, la magie de combat fera appel aux connaissances que vous acquérez dans les autres matières. Du fait de cette interdisciplinarité prédominante, vous devez faire appel à des connaissances variées et mobiliser un grand nombre de vos capacités voire même les combiner. C'est une matière exigeante et je profite du début d'année pour vous conseillez de prendre rapidement de bonnes habitudes et de travailler régulièrement.

Là aussi, Narahin détecta une pointe de narcissisme chronique chez son frère, même de fierté comme si la magie de combat était la chose la plus importante au monde. Malgré le conseil donné, Narahin était sûr que personne ne pourrait réussir à avoir des notes correctes. Pour Narahin c'était évident maintenant, il allait les briser, les faire souffrir. Il repensa aux écrits de Mickaël Rogers: ''il avait usé de méthodes discutables en tout genre''; Mickaël Rogers a dit: ''j'ai été témoin des agissements violents de Liven Reaves et aurait plusieurs preuves de bavures en tout genre de ce dernier''. Ces paroles avaient une odeur de vérité désormais, Narahin s'était trompé sur son frère. Il avait suffit qu'il le voit une seule fois pour comprendre que Liven n'était pas le saint abandonné de tous qu'il s'était imaginé.

-Les lacunes deviennent vite des faiblesses qu'il faut apprendre à optimiser. L'intérêt n'est pas d'atteindre la perfection dans toutes les disciplines mais de les utilise efficacement. A ce niveau et en dehors des connaissances que vous allez acquérir, deux champs priment majoritairement: la rapidité et l'intelligence. Même avec des connaissances limitées, des attaques bien pensées et véloces assurent plus certainement la victoire que des sorts très originaux et poussés qui n'ont pas le temps d'être réalisés.

Liven s'assit de manière grossière mais personne ne risquait de dire quelque chose vu la tension qui régnait dans cette pièce. Même l'extrême Nord n'était pas aussi froid, tous le monde était mal à l'aise. Toute personne normale avait envie de s'enfuir à la seule proximité de cet homme pourtant si attirants.

-Une question: quels sont les buts de la magie de combat d'après vous? Dîtes ce qui vous passe par la tête.

Le franc sourire de Liven rendait les choses difficiles, cette provocation alarmante était une fable montée de toute pièce afin de les piéger, il n'était pas dupe, d'ailleurs personne ne l'était. Enfin c'est ce que pensa Narahin, en effet à bien y réfléchir, il ne savait pas quoi répondre à la question ou alors il n'osait pas répondre. C'est ce que comprit Narahin après mûre réflexion.

Amaris n'avait toujours rien dit depuis le début des cours, elle aussi avait remarqué les différentes facettes de ce cours ainsi que la tension, elle avait l'impression que tout allait se briser.

**Dis tu penses que je peux attaquer ce petit carnassier assis sur la table!**

Ce n'était guère qu'une plaisanterie destinée à encourager son maître, mais celui-ci avait déjà repris confiance ne lui, et avait oublier tout ce qu'il venait d'apprendre.

Il leva timidement le doigt et fut interroger.

-La magie de combat...

Sa voix tremblotante était frêle, elle semblait tout aussi fragile que l'atmosphère.

-... a pour but l'attaque. Elle sert a toujours avoir un point d'avance sur son adversaire, elle permet de mener le ''jeu''. Elle a aussi pour but la défense. Pouvoir en toute circonstance se défendre d'un agresseur quelconque. L'attaque et la défense sont bien sûr intimement liées. La magie de combat est comme son nom l'indique, une magie destinée au combat, elle ne doit être utiliser que dans cette condition. Elle ne doit donc être utiliser que dans de rares cas et non à chaque problème. En général, on l'utilise pour sauver sa vie ou celle d'autrui.

Narahin s'arrêta une seconde, puis repris.

-Bien sûr tout ceci est purement théorique, dans la vie normale bien des circonstances autres que le combat nécessite cet art. D'ailleurs comme vous nous l'avait dit, la magie de combat est un mélange de tous donc il est évident de la retrouver un peu partout.

Sa réponse n'était pas parfaite, il en était conscient, et même il pensa que tout ce qu'il avait dit était incorrect, cependant il ne voulait pas que cette classe en apparence tranquille sombre dans l'inquiétude, non plutôt de la souffrance, car tout le monde sait que quand l'on ne comprend pas un cours on finit par le détester jusqu'à ne plus y venir et si personne ne participer, c'est ce qui allait arriver. Enfin c'était là la pensée de Narahin, Amaris n'était pas tout à fait d'accord avec cette analyse un peu brutale et pour le moins non objective.

**Tu devrais arrêter de rêver, rien de tout ça n'arrivera, tu te racontes des histoires là, tu es pire qu'une vieille femme à penser de cette manière!**

Amaris regarda Liven dans les yeux lorsque celui-ci croisa son regard, il était aussi inexpressif qu'une statue, elle décida de se rendormir.

Narahin était confus, il attendit la réponse de Liven en analysant ce que venait de dire Amaris, elle n'avait pas forcément tord sur tout.
Revenir en haut Aller en bas
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Sam 24 Oct 2009 - 8:23

Rozaly n'avait pas vue Gani s'assoir près d'elle. Elle était trop occupée à se remémorer les images de son rêve et à en chercher une signification. Elle prit une feuille blanche et un stylo à plume et commença à marquer tout ce qui lui passer par la tête en rapport à son rêve. Elle entouraient des mots, les liaient avec d'autres mots et pour en finir elle les gribouillaient jusqu'à ce qu'ils puissent être illisible. Elle en arriva à cette conclusion: se démener pour chercher une signification, une interprétation à un rêve étrange était vain car on ne trouverait aucune explication rationnelle.

Pour se détendre et reposer son esprit, elle prit une autre feuille blanche et commença à écrire une histoire. Les idées venaient au fur et à mesure qu'elle terminait chaque ligne. Elle était tellement plongée dans son histoire qu'elle n'avait pas remarquée la petite boule de poil qui monta sur le bureau suivis du professeur. Au bout d'une demi heure, elle en était déjà à deux pages. Cette histoire était vraiment passionnante remplie de romance et de bonheur... Mais un moment un élève posa une question qui la fit sortir de sa rêverie et qui lui permit de prendre conscience de l'endroit où elle était. Elle le rangea proprement dans une chemise.

Le professeur était un homme blonds, grands au corps tressés. Son uniforme accentuait son élégance. Ses yeux bleutés parcouraient la salle pendant qu'il parlait de ses règles qu'il fallait respecter sous peine d'être sévèrement puni. Mais Rozaly n'entendit pas la suite car elle n'entendait plus très bien et pourtant il avait une voix bien grave. Sa vision diminuait, elle commençait à moins voir les objets qui était entreposés sur le bureau. Les images autour d'elle balançaient, mais ce qui était insoutenable s'était cette chaleur suffocante et ses oreilles qui sifflaient lui donnant des maux de têtes qui lui fit monter des larmes au yeux. Elle essaya de se calmer mais rien n'y allait au contraire elle avait maintenant des palpitations.

Elle s'appuya sur la table pour se lever et commença à traverser difficilement la salle de classe pour s'approcher du professeur qui avait tout simplement arrêter de parler du fait qu'elle s'était levée de sa table. La distance qui séparait Rozaly du professeur lui semblait interminable. Elle se demanda même si elle arriverait à parcourir cette distance sans se prendre la jambe dans un sac. Il n'y avait pas que lui qui la regardait, il y avait aussi les élèves qui paraissaient presque terrifiés par la réaction qu'allait avoir le professeur. Elle était parvenue devant son bureau et essaya au mieux de le regarder dans les yeux et dit d'une voix faible qui la surprit elle -même.

" Monsieur, puis-je... "

Elle n'avait pas terminée sa phrase qu'elle sentit sa force l'abandonner. Elle tomba à la fois vite
et lentement, ahuri et honteuse de n'avoir pas pus terminer sa phrase ni d'avoir pus tenir jusqu'au bout sans se livrer à cette scène dégradante qu'allait assister les élèves de sa maison et de l'autre maison. Puis ce rire pleine de méchanceté, qui lui faisait ressentir de la peur lorsqu'elle l'entendait mais qui pourtant ne lui était pas inconnue. Il appartenait à son parrain et il continuait à vivre en elle à travers ce rire
qu'elle détestait tant qui martelait dans sa tête . Enfin le carrelage la heurta, dur et frais malgré la chaleur montante de la matinée. Perdre conscience fut comme s'enfoncer dans le sol, ne plus faire qu'un avec lui. Lui qui ne pensait qu'à des ténèbres profondes. Elle aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Sam 24 Oct 2009 - 21:30

Gani avais déjà perdu le fil du cour, tout ce qu'il avais entendu furent les quelques questions posées, en fait les cours ne l'intéressaient pas, son regard était poser au loin dans le paysage offert par l'ouverture de la fenêtre. Quelques minutes plus tôt il avais regarder les feuilles écrites par Rozaly, elle semblais écrire une histoire. Lui était a cour d'inspiration au niveau du dessin. Le cour ne le passionnais pas beaucoup plus même si le professeur parlais, il ne l'écoutait pas, ne cherchant pas a savoir ce qu'il pourrais lui apprendre. Ce qui suivit fut asse inattendus. Sa voisine de table se leva d'un coup, asse lentement, comme si quelque chose n'allais pas.

"Rozaly... Sa va?"

Il avais murmurer ces quelques mots mais elle ne semblais pas l'entendre. Son regard noir la suivit alors qu'elle traversait la pièce jusque au prof devant le quelle elle s'effondra. Ne sachant pas vraiment pourquoi, il se leva et sautas au dessus de sa table pour courir jusqu'à cette jeune fille qui lui plaisait temps...Soulevent doucement sa tête pour la posé sur ses genoux il tapotas légèrement sa joue pour la réveiller, en vain. Dernière option: L'emmener a l'infirmerie. Il leva les yeux vers le grand blond qui lui servais de professeur.

"Monsieur je peux la porter jusqu'à l'infirmerie?!"

Sa voix était légèrement paniquée mais cela était vraiment léger, il s'efforçait de garder un ton asse neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2786
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Lun 26 Oct 2009 - 11:41

Un geste timide, une voix tremblante et anxieuse... Liven tourna lentement son regard déstabilisant vers le jeune homme qui répondait à sa question. Qu'avait-il fait exactement pour obtenir ce genre de réaction ? Tassé sur sa chaise, le premier sacrifié se tenait ramassé sur lui-même tandis que son regard courageusement vrillé à celui de son professeur, tachait désespérément de renforcer l'assurance d'une voie faible et tendue. Qu'était-ce que cela ? Entre peur et inquiétude, effacement et hésitation, faux semblant et dissimulation, il relevait de son mieux le défi. Difficile de déterminer en revanche s'il en avait conscience ou s'il agissait par mécanisme. Ce même mécanisme qui le poussait à fournir une réponse à mi-chemin entre la justesse et le contre-sens, la banalité et la pertinence. De toute évidence, il n'avait pas plus confiance en ses paroles qu'il n'en avait en lui-même. Une sévère carence dans cette matière où il fallait prendre vite connaissance de ses limites et de ses capacités pour ne pas perdre ses objectifs de vue. A vrai dire, Liven avait bien peur que cette critique puisse être formulée à la majorité de la classe. S'ils n'avaient pas les moyens de s'affirmer, ils risquaient de ne pas être capables de suivre son enseignement. Néanmoins, ces observations, pour distrayantes qu'elles furent, ne répondaient pas à ses principales interrogations.

Un regard suffisait-il à semer le trouble parmi ses précieux et adorables élèves ? Une parole un peu sèche pouvait-elle vraiment les désarçonner à ce point ? Même ce détestable personnage qui avait la prétention de se dire journaliste observait un silence qui témoignait d'une réserve inhabituelle, d'un malaise puéril. Quelle déception ! Autant de simplicité dans ce domaine le privait de l'espoir comme de la joie de découvrir un élève qu'il aurait pu considérer comme digne de lui. Allait-il vraiment leur enseigner toutes les subtilités d'une matière dont ils ne pourraient réellement appréhender l'utilité que s'ils en avaient connu la nécessité ? Pour lui... Pour lui la question ne s'était jamais posée. Avant même de mettre un pied dans cette Académie il avait fait l'expérience de ce que nécessitait une situation de vie ou de mort. Il avait eu conscience bien trop tôt de ses enjeux, de ses limites, de ses conséquences. Des conséquences souvent ô combien douloureuses... Combien de ceux qui se trouvaient face à lui aujourd'hui connaîtraient ce genre de chose ? Remords... il espérait qu'aucun d'entre eux ne le sache jamais. Comme le familier du jeune homme qui s'était exprimé l'avait remarqué, Liven n'avait rien laissé transparaître de ses pensées et de ses émotions. Même son orgueil et sa déception étaient restés soigneusement dissimulés sous l'apparente sérénité glaciale de son visage.


- Je ne suis pas tout à fait d'accord, en particulier sur le dernier point. Cependant, il y a tout de même de bons éléments de réponse.

Avec une décontraction qui tranchait par rapport au tassement de l'élève sur son bureau, Liven se leva, jetant un bref coup d'œil au tableau pour y afficher un schéma sommaire qui appuyait ses explications.

- La magie de combat nourrit en effet des objectifs clairement déterminés qui se résument à deux verbes : protéger et vaincre. Comme dans tout combat, cette discipline à pour but la défense de l'intégrité du magas lui-même mais aussi par extension de ses valeurs ou de son pays. Entre parenthèses, 90% des magas doués pour cette discipline intègrent à leur sortie de l'Académie une des guildes combattantes avec lesquelles le gouvernement possède un pacte pour obtenir leur soutient militaire si une guerre venait à se déclarer. D'une façon plus générale, la magie de combat est sollicitée en réponse à une agression et pour défendre sa vie. Très réglementée, son utilisation n'est requise que lors des duels légaux, sur lesquels nous auront l'occasion de revenir, les guerres à la condition d'un enrôlement militaire, dans le cadre d'une guilde dite combattante, ou dans une optique d'autodéfense.

S'appuyant sur son bureau en se penchant vers la classe, il scruta les innocentes victimes qui lui étaient données en pâture avant de se réserver le plaisir d'une énième mise en garde.

- En d'autres termes, j'espère ne jamais vous trouver à organiser des duels clandestins.

Inutile d'énoncer la menace, elle était clairement sous-entendue...

**Liven... La jeune fille au troisième rang.**

Le jeune homme se redressa pour focaliser son attention sur l'élève qui alarmait son familier. Élancée, de longs cheveux noirs et de grands yeux bleus auxquels perlaient des larmes, le souffle court, elle se leva avec peine en prenant appuie sur son bureau.

- Que se passe-t-il ?


Un nuage d'inquiétude passa sur le visage du tout jeune professeur tandis qu'elle s'avançait vers son bureau alors que lui-même le contournait et descendait la marche de l'estrade.

- Monsieur, puis-je...

Sa phrase inachevée, Liven remarqua le tremblement involontaire de ses jambes, le papillonnement caractéristiques des paupières : signes précurseurs d'une perte de connaissance imminente. Les choses se passèrent alors très vite. Par réflexe, Liven avait vivement tendu le bras, parvenant à saisir son poignet avant qu'elle ne tombe tout à fait mais sa prise était insuffisante pour ralentir significativement sa chute. Une mission dont il avait naturellement laisser l'exécution à un sortilège malheureusement trop brouillon compte tenu de son temps d'exécution mais qui lui empêchait malgré tout de heurter trop brutalement le carrelage. L'essentiel avait été d'éviter à sa tête d'accuser un choc violent. Voilà que ça s'évanouissait en plein cours maintenant ! Comme s'il n'avait pas suffisamment d'ennuis à gérer !

**Tu te plaindras plus tard !**

La genette s'était approchée du visage de la jeune fille, surveillant la régularité de sa respiration tandis que Liven, agenouillé à ses côtés, tâtait un pouls anormalement élevé. Cependant, avant même de pouvoir réagir en conséquence, un élève l'avait rejoint, redressant sa tête sur ses genoux et essayant de la réveiller. Agacé, Liven lui saisit le poignet pour le pousser à arrêter.

- C'est inutile, elle ne se réveillera pas tant que son métabolisme ne se sera pas remis.

- Monsieur je peux la porter jusqu'à l'infirmerie?!


**Il leur arrive de réfléchir parfois où ils ne savent que brûler les étapes ?**


**Tu es dur, il est simplement inquiet.**

**Raison pour laquelle je ne l'ai pas encore remis à sa place.**

**Tu voulais dire « renvoyer » à sa place, non ?**

Ignorant tout à la fois son élève et son familier, Liven continua à observer brièvement l'état de la jeune fille. Il n'avait jamais été très doué en soin mais il préférait éviter de se montrer imprudent en la réveillant de force où en la déplaçant trop brusquement. De toute façon, il n'y avait pas besoin d'avoir des connaissances expertes en médecine pour savoir que sa tension avait brutalement chutée et qu'elle avait de la fièvre. Ce genre d'évanouissement pouvait avoir de multiples causes et, puisqu'il s'agissait d'une adolescente visiblement soucieuse de son apparence, on pouvait en premier lieu soupçonner le saut d'un petit déjeuner ou même du repas qui joint à la chaleur ambiante, l'avait affaiblie plus qu'elle-même ne s'y serrait attendue. Néanmoins, aussi plausible qu'elle fut, cette hypothèse restait invérifiable puisque Liven n'était pas capable d'utiliser la magie pour s'en assurer sans craindre d'aggraver son état. Au moins, il savait qu'il n'y avait pas besoin de s'inquiéter outre mesure.

- Ce n'est pas bien grave mais je serais en effet plus tranquille de l'emmener à l'infirmerie, ne serait-ce que pour qu'elle se repose.

Il marqua une pause, envisageant comment gérer les autres élèves. Heureusement, en prévision des divers accidents qui pouvaient arrivés lors de ce genre de cours, l'infirmerie se trouvait seulement à dix mètres de l'autre côté du couloir. Ce n'était rien d'insurmontable... Sans quitter son expression de calme inquiétude, il ne prit même pas la peine de surveiller la création qu'il venait d'invoquer du bout des lèvres et qui se matérialisa à ses côtés comme s'il n'y avait rien de plus naturel. Précautionneusement, il poussa la jeune fille de côté pour glisser sous son corps la civière qu'il venait de faire apparaître. Maintenant, il ne lui restait qu'à se débarrasser de deux formalités ennuyeuses.

- Tu peux l'accompagner. Décris ce qui c'est passé à l'infirmière et si comme je le pense ta présence à ses côtés n'est pas vitale, rejoins-nous dans la salle d'à côté pour l'exercice pratique.

Liven se releva et fit léviter la civière sur laquelle reposait la jeune fille tout en se dirigeant vers la porte qu'il ouvrit pour la faire passer, avisant celle de l'infirmerie. Il se retourna alors vers la classe tandis que la jeune fille passait tranquillement dans le couloir, tâchant de faire retomber la tension et l'inquiétude ambiante en affichant une expression rassérénée fabriquée de toute pièce.

- Je mesure l'intensité de votre déception mais le cours va se poursuivre normalement.

Un sourire provocateur à peine dissimulé s'inscrivit fugitivement sur ses lèvres avant qu'il ne poursuive.

- Rangez vos affaires et suivez moi en silence dans la salle d'entraînement. Pour les autres candidats au séjour à l'infirmerie, essayez au moins d'attendre le premier exercice avant de vous présentez...

Il passa à son tour la porte mais demeura adossé au mur, attendant que tous les élèves sortent pour être certain de n'en perdre aucun au passage.

**Envoyé une élève à l'infirmerie en même pas vingt minutes de cours... Tu cherches à établir des records ?**

**A ton avis, pourquoi je ne vais pas moi même à l'infirmerie?**

**C'est lâche d'envoyer un élève sur lequel l'infirmière ne pourra pas passer ses nerfs.**

**Peut être mais c'est infiniment plus confortable.**

La civière quant à elle, avait rejoint l'infirmerie devant laquelle elle demeura statiquement flottante tandis que Liven se préparait à ce que son sort soit reprit par sa collègue. De fait, lorsque ce fut fait, il se préoccupa davantage des autres élèves qu'il avait à sa charge et les invita à entrer dans la salle d'entraînement. Sabbat tressaillit un instant, ce qui n'échappa en rien à son humain qui jubilait intérieurement.

**Dis-moi que c'est une coïncidence.**

**Totalement fortuite.**

**Mais bien sûr... Tu pourrais au moins éviter de paraître si nostalgique !**

**Pour quelle raison ? C'est un merveilleux souvenir.**

**Tu es complètement fou, tu sais ça ? Vous avez failli vous entretuez ce jour-là !**

**Il n'empêche que c'est moi qui avait gagné.**


Il s'agissait d'une grande salle, haute de plafond, entourée de gradins qui délimitaient clairement les contours d'une arène. La même salle qui avait vu Liven s'élever au-dessus de celui qui avait toujours été considéré comme le génie de l'Académie, qu'il avait toujours considéré comme son rival. Le souvenir des duels de sa troisième et dernière année qui l'avait définitivement consacré comme l'un des meilleurs élèves de l'école. Des souvenirs qui paraissaient tellement lointains désormais... Il se tourna vers la classe après être monté sur la première marche des gradins pour rester visible de tous.

- Aujourd'hui nous allons nous intéresser à un sort classique de la magie de combat. Il s'agit du bouclier, une sphère magique invisible ou légèrement colorée qui entoure le magas et qui, selon le niveau, le protège des attaques magiques et même physiques provenant de l'extérieur. Ce sort a pour première vocation la défense mais vous apprendrez bien vite les multiples variantes que l'on peut lui appliquer. Dans un premier temps, j'aimerais que vous travailliez la forme de base de façon à obtenir un début de bouclier plus ou moins consistant et plus ou moins homogène dans le but de repousser ceci.

Le jeune homme tendit la main, paume ouverte vers le haut dans laquelle une balle de tennis vint se nicher, sortit d'un sac en toile où sommeillaient visiblement ses semblables.

- Dans les examens de fin de première année, il vous sera demandé de confectionner un bouclier stable et homogène qui puisse résister à une attaque magique faible. Concernant la confection de ce sort, je vous demande d'être attentifs et de ne pas relâcher votre concentration.

Ne restait plus qu'à montrer un exemple et à leur expliquer la confection du sort... Tâche fastidieuse et ennuyeuse s'il en était... Son regard glacial vogua un instant sur son groupe d'élève.

- Un volontaire ?

Liven lança un sourire hypocrite à ses futures victimes tandis que la balle de tennis s'élevait rapidement dans les airs, multipliant accélérations soudaines et arrêts brutaux, rendant sa trajectoire parfaitement imprévisible. Il avait du mal à réaliser qu'un jour il s'était retrouvé à leur place...

- Ne vous inquiétez pas, il ne mord pas trop méchamment.



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Treanam
Dalavirien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 22
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Ven 25 Déc 2009 - 19:12

- Avant de commencer la partie pratique il me semble bon d'introduire la matière. De cette façon, vous auriez appris que la magie de combat ne se résume pas qu'à des sorts d'attaque et vous auriez jugulez votre impatience en découvrant avec émerveillement ses autres facettes. Chaque chose venant en son temps, je m'estimerais déjà heureux si vous saisissez l'esprit dans lequel aborder cette discipline.
Néanmoins, j'apprécie votre intérêt pour ma matière. J'espère qu'il sera suivi de résultat.


Je me demandai un instant si c'était du lard ou du cochon. Je me pensais pourtant assez doué pour déceler les nuances qui révélaient le sens profond d'une phrase, mais il fallait croire que j'avais trouvé plus fort que moi. Ma maigre fierté s'en trouva un instant blessée avant que je ne me rappelle que ce professeur était quand même plus âgé que moi, donc avait plus d'expérience dans ce domaine.

- Comme l'a lu monsieur Yamaneko, la magie de combat fera appel aux connaissances que vous acquérez dans les autres matières. Du fait de cette interdisciplinarité prédominante, vous devrez faire appel à des connaissances variées et mobiliser un grands nombre de vos capacités voire même les combiner. C'est une matière exigeante et je profite du début d'année pour vous conseillez de prendre rapidement de bonnes habitudes et de travailler régulièrement.

* C'est une matière de synthèses en gros… *

Seul le bruit du familier du prof changeant de place venait troubler le silence des élèves, profond mais pas oppressant. Un peu angoissé peut-être.

- Les lacunes deviennent vite des faiblesses qu'il faut apprendre à optimiser. L'intérêt n'est pas d'atteindre la perfection dans toutes les disciplines mais de les utiliser efficacement. A ce niveau et en dehors des connaissances que vous allez acquérir, deux champs priment majoritairement : la rapidité et l'intelligence. Même avec des connaissances limités, des attaques bien pensées et véloces assurent plus certainement la victoire que des sorts très originaux et poussés qui n'ont pas le temps d'être réalisés.

Là, j'étais complètement d'accord.

Une chaise vers le bureau racla le sol. Le prof devait s'être assis.


- Une question : quels sont les buts de la magie de combat d'après vous ? Dîtes ce qui vous passe par la tête.

Le familier se déplaça une nouvelle fois, vers son humain. Je me rendis alors compte de la facilité avec laquelle je percevais ses mouvements à l'oreille grâce au silence. Et ce fut grâce à ce même silence que je perçus le frottement de l'uniforme de l'élève qui leva la main, m'indiquant que je devais m'attendre à ce que quelqu'un réponde.

-La magie de combat...


Je grimaçai légèrement. Après la voix grave et puissante du prof, celle de l'élève, frêle et tremblotante, contrastait énormément. Trop à mon goût.

-... a pour but l'attaque. Elle sert a toujours avoir un point d'avance sur son adversaire, elle permet de mener le ''jeu''. Elle a aussi pour but la défense. Pouvoir en toute circonstance se défendre d'un agresseur quelconque. L'attaque et la défense sont bien sûr intimement liées. La magie de combat est comme son nom l'indique, une magie destinée au combat, elle ne doit être utiliser que dans cette condition. Elle ne doit donc être utiliser que dans de rares cas et non à chaque problème. En général, on l'utilise pour sauver sa vie ou celle d'autrui.
Bien sûr tout ceci est purement théorique, dans la vie normale bien des circonstances autres que le combat nécessite cet art. D'ailleurs comme vous nous l'avait dit, la magie de combat est un mélange de tous donc il est évident de la retrouver un peu partout.


Je trouvai cette analyse assez bonne, même s'il me semblait que l'élève – Narahin Menez si j'avais bien retenu – tenait la magie de combat en assez basse estime. Pour moi, cette forme de magie pouvait être utilisée dans un nombre assez élevé d'occasions. Enfin, ça dépendait aussi dans quels milieux l'on évoluait, et où on allait le plus souvent…

- Je ne suis pas tout à fait d'accord, en particulier sur le dernier point. Cependant, il y a tout de même de bons éléments de réponse.

Suite à cette courageuse prise de parole, le prof se leva et se lança dans des explications plus détaillées. Ca devenait intéressant.

- La magie de combat nourrit en effet des objectifs clairement déterminés qui se résument à deux verbes : protéger et vaincre. Comme dans tout combat, cette discipline à pour but la défense de l'intégrité du magas lui-même mais aussi par extension de ses valeurs ou de son pays. Entre parenthèses, 90% des magas doués pour cette discipline intègrent à leur sortie de l'Académie une des guildes combattantes avec lesquelles le gouvernement possède un pacte pour obtenir leur soutient militaire si une guerre venait à se déclarer. D'une façon plus générale, la magie de combat est sollicitée en réponse à une agression et pour défendre sa vie. Très réglementée, son utilisation n'est requise que lors des duels légaux, sur lesquels nous auront l'occasion de revenir, les guerres à la condition d'un enrôlement militaire, dans le cadre d'une guilde dite combattante, ou dans une optique d'autodéfense.
En d'autres termes, j'espère ne jamais vous trouver à organiser des duels clandestins.


* Pas de risque… *

Rien que la façon dont il avait dit ça me faisait froid dans le dos.

Un élève que je ne parvins pas à identifier se leva et se dirigea tant bien que mal vers le bureau.


- Que se passe-t-il ?

J'entendis une faible voix féminine dire :

" Monsieur, puis-je... "

Puis la propriétaire de cette voix s'effondrer. Un malaise à cette heure, en plein cours ? J'avoue ne pas avoir su comment réagir sur le coup, ça me surprenait beaucoup… Elle devait être de constitution fragile. Une chaise racla le sol, suivit par un bruit de saut et de course qui me fit légèrement sursauter. C'était sa petite copine qui venait de s'évanouir ou quoi ? Je me concentrai pour tenter de percevoir ce qu'il se passait près du bureau mais c'était peine perdue, surtout avec le léger bruit de discussion qui s'était créé.

- C'est inutile, elle ne se réveillera pas tant que son métabolisme ne se sera pas remis.

Non, ce n'était vraiment pas facile de suivre quelque chose de loin rien qu'avec les sons.

"Monsieur je peux la porter jusqu'à l'infirmerie?!"

Ok, c'était sa copine, rien qu'à entendre sa voix pas seulement inquiète, mais un chouïa paniquée.

- Ce n'est pas bien grave mais je serais en effet plus tranquille de l'emmener à l'infirmerie, ne serait-ce que pour qu'elle se repose.

Quelque chose que je ne sus identifier apparut par magie aux côtés des trois protagonistes du premier "évènement" du cours, me surprenant assez.

- Tu peux l'accompagner. Décris ce qui c'est passé à l'infirmière et si comme je le pense ta présence à ses côtés n'est pas vitale, rejoins-nous dans la salle d'à côté pour l'exercice pratique.

Les choses intéressantes allaient commencer. J'étais assez stressé mais en même temps assez impatient de commencer, ce qui se traduisait par une certaine tension qui n'était à vrai dire guère décelable chez moi.

- Je mesure l'intensité de votre déception mais le cours va se poursuivre normalement.
Rangez vos affaires et suivez moi en silence dans la salle d'entraînement. Pour les autres candidats au séjour à l'infirmerie, essayez au moins d'attendre le premier exercice avant de vous présentez...


Je rangeai plus ou moins correctement mon crayon et ma feuille – vierge – dans mon sac et suivit le mouvement vers la salle d'entrainement. Une fois arrivé, je me décalai légèrement sur le côté et me concentrai pour percevoir la façon dont était faite la salle. Ce qui ressemblait fort à des gradins entourait une surface plane – une arène. C'était une salle assez simple, haute de plafond.

- Aujourd'hui nous allons nous intéresser à un sort classique de la magie de combat. Il s'agit du bouclier, une sphère magique invisible ou légèrement colorée qui entoure le magas et qui, selon le niveau, le protège des attaques magiques et même physiques provenant de l'extérieur. Ce sort a pour première vocation la défense mais vous apprendrez bien vite les multiples variantes que l'on peut lui appliquer. Dans un premier temps, j'aimerais que vous travailliez la forme de base de façon à obtenir un début de bouclier plus ou moins consistant et plus ou moins homogène dans le but de repousser ceci.

Je n'arrivais pas à savoir ce qu'était ce "ceci", c'était trop petit et trop loin pour moi. Mince !

- Dans les examens de fin de première année, il vous sera demandé de confectionner un bouclier stable et homogène qui puisse résister à une attaque magique faible. Concernant la confection de ce sort, je vous demande d'être attentifs et de ne pas relâcher votre concentration.

* Au moins là je saurais ce que ce sera… *

Mon moral venait de prendre un coup. Je détestais me rappeler que mon ouïe ne remplaçait pas ma vue.

- Un volontaire ?

Le prof vit voleter son objet aléatoirement dans toutes sortes de direction, ce qui me permit au son de deviner que c'était quelque chose d'assez petit, léger, solide et… rapide.

- Ne vous inquiétez pas, il ne mord pas trop méchamment.

C'était qui, à l'instant ? La voix m'était totalement inconnue. Bon, valait mieux ne prendre aucun risque et rester en retrait, laisser quelqu'un essuyer les plâtres. De ma position, derrière les autres élèves, je pensai être assez tranquille. Maintenant, la question était : comment pouvait-on créer un bouclier par magie ? Je n'avais jamais réellement tenté l'expérience… Mais ça ne devait pas être très difficile… Voyons… Un bouclier autour de ma main... Idée de protection…

* Oups ! *

Je fis disparaître bien vite le bouclier – imparfait, supposai-je - que j'avais créé autour de ma main droite, espérant que personne n'avait remarqué. Et les autres, ils faisaient quoi ?

[Hj : [mode Arya on] Liven ça va pas de me faire repenser à ça ? xD Ce combat avait été tout simplement génial °° (référence à la salle d'entrainement, qui a sans doute été comblée après le beau trou que vous aviez fait *Lève les yeux au ciel*)

Et avis aux amateurs, si vous voulez organiser des duels dites-le nous ^^ C'est d'ailleurs une idée même à Sannom >>) [mode Arya off] ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Mar 2 Fév 2010 - 8:13

Narahin écoutait tranquillement le cours. L'angoisse ressenti quelques minutes avant s'était peu à peu dissipé pour laisser place à une sérénité précaire. Ses sentiments se bousculait en lui. La folie marchait tranquillement devant lui. Douce folie qui se dandinait devant lui, tentante invitation à une danse effrénée. Ses yeux se voilèrent devant pareille apparition, il se laissait aller à la contemplation de la majestueuse déesse qui se mouvait telle un métronome au côté de Liven. Bien évidemment celui-ci ne savait pas, ne savait rien. Tellement de chose lui était caché.

Narahin sentit une légère brise lorsqu'une jeune fille passa à ses côtés. Elle s'évanouit. L'esprit tortueux du jeune homme ne s'en rendit même pas compte. Aspiré dans la danse d'une nouvelle apparition. Un homme cette fois-ci. Il était beau, pas autant que la jeune femme. Leur trait s'était affiné, laissant Narahin le loisir de les contempler. La jeune femme avait les cheveux roux et les yeux verts. Elle riait. Le jeune homme esquissé un léger sourire. Ses yeux bleus et ses cheveux noirs contrastaient avec ceux de la femme dans ses bras. Tout à coup les deux danseurs se figèrent. Ils se retournèrent vers lui. Ils étaient dans les bras l'un de l'autre. Leur sourire était toujours présents. En l'espace d'un battement de paupières ils disparurent. A la place, deux rayons de lumière éclairèrent le coin de la salle de classe. Narahin observa les grains de poussière qui continuaient de danser malgré la disparition du couple d'honneur. Une larme mystérieuse apparut au coin de son oeil.

La voix de Liven atteint de nouveau les oreilles du jeune homme. La voix basse et autoritaire le fit frissonner. Cet homme avait tant de charisme, tant de force, tant d'orgueil tant de fierté ... qui pourrait être mal placé et pourtant qui était amplement mérité. Un sentiment de fierté apparut dans le coeur de Narahin. Cet homme, c'était son seul et unique frère. Il ferait tout pour être à sa hauteur. Le dépasser était un rêve impossible, mais au moins être considéré comme son égal serait extrêmement jouissif. Sa conscience lui criait que c'était de l'égoïsme pur. Mais pourquoi se priver de quelque chose que tout le monde peut avoir avec un peu de volonté? Pourquoi ne pas réussir lui aussi? L'envie était l'un des péchés capitaux. Il le savait, il comprenait que ce n'était pas bien. Mais cette envie lui trouait l'âme. L'envie d'être Liven, d'être aussi fort, aussi talentueux. Une rougeur apparut sur ses joues alors qu'ils se dirigeaient vers la salle d'à côté pour la suite. Narahin se rendit compte qu'il considérait Liven comme un dieu, mais son frère n'était pas un dieu. Liven n'était qu'un pauvre être humain. Humain minable, terrorisant toute personne croisant son regard. C'était un être froid, insensible, sans coeur même. Oui, voilà ce qu'était son frère. Une mauvaise personne. Ses yeux se concentrèrent sur ses pieds afin de rétablir son calme. L'auto-persuasion ne fonctionnait pas. Il aurait beau tout dire, il n'arriverait jamais à penser que Liven était un monstre comme le dépeignait les gens autour de lui.

**Je suis en train de devenir fou. D'abord les deux êtres qui dansent et maintenant je me mets à déifier mon frère. Je ne vais vraiment pas bien.**

**....**

**Pourquoi??**

**Narahin concentre toi, voyons. Arrête de penser à des stupidités**

La voix d'Amaris lui parvint et le réveilla de son demi-sommeil. Il avait suivit le groupe et désormais son corps se trouvait dans une grande pièce. Le plafond était haut et majestueux. Une arène se situait au centre. La salle était bien éclairée. De grande fenêtre laissait apparaître le parc de l'académie. Si la salle précédente était assez étouffante, celle-ci était vaste, on s'y sentait à l'aise. Mais pourtant une forte tension magique animait les lieux. Narahin remarqua que les autres n'appréciait pas forcément l'endroit.

La voix intimidante et délicieusement froide de Liven Reaves, terrifiant professeur de Magie de l'académie retentit. Il était monté sur un gradin et nous regardait de haut. Sa posture insolente et suffisante faisait penser aux dieux de la mythologie grecque. Un profond mépris se lisait dans ses yeux. Narahin se posta à gauche du gradin. Ni trop devant, ni trop derrière. Une place purement stratégique. Une place où on pouvait épier les autres facilement. Son regard balaya l'ensemble des élèves.

Son attention se porta sur Mikaël Rogers. Le journaliste du Gamazine. Ses cheveux blonds étaient mal coiffés, on avait l'impression qu'il ne les avait pas peigné. Pour toute personne, on ne verrait pas de différence. Mais l'oeil aiguisé de Narahin compris rapidement ce manque de classe assez apparent. Narahin reprit la description de l'homme. Visage fin, banal, neutre. Ses habits était porté près du corps et révélait une condition physique moyenne. On le connaissait pour toujours chercher la petite bête, surtout à Liven. Et celui-ci lui rendait bien. Une sorte de mini-guerre froide.

Les yeux perçants de Narahin se détournèrent et se fixèrent sur un petit gars ayant l'apparence d'un gosse de 10 ans. Ses cheveux attiraient le regard. L'envie de poser ses mains dans la crinière du jeune garçon se fit ressentir. Un sourire apparut sur les lèvres de Narahin.

**C'est sûrement un petit surdoué. Il a l'air d'être de mauvais poil.**

Narahin parcourut de nouveau la pièce de son regard pour atterrir sur un petit garçon, un peu plus grand que le précédent. Les cheveux clairs, le visage rieur, un pur nashaovien. Se désintéressant de nouveau il s'arrêta sur un qui se tenait au fond. Ce jeune homme l'intriguait aussi. Les cheveux noirs, le corps fin, le visage beau. Mais ses yeux étaient étrange. L'incompréhension se fit entendre dans l'esprit de Narahin.

**Il y a quelque chose qui cloche avec lui!**

Narahin l'observa pendant un long moment. Le jeune semblait triste. Ses yeux changèrent de luminosité, d'intensité et très légèrement de couleur.

**Il est aveugle** se dit-il quand une autre voix retentit et que celui-ci sursauta se demandant qui avait parlé.

Le visage de Narahin se crispa légèrement en se rendant compte qu'il n'avait porté attention aux quelques minutes écoulées. En effet après la demande de ''volontaire'' faites de Liven, personne n'avait parler. Et la soudaine voix sortit de nul part avait surpris plus d'un. Narahin observa les gradins. Il déglutit. Une forte envie de faire ses preuves se manifesta en lui. Son frère voulait certainement les terroriser et les rabaisser. A sa place il aurait fait la même chose.

- Monsieur, je veux bien me porter volontaire.

La voix de Narahin s'était fait forte et déterminé. Ses yeux luisait de défi, le désir de réussir quoiqu'il arrive. Il s'avança, ses jambes légèrement tremblotante. Il reprit contenance. S'approchant d'un pas décidé, il entra dans l'arène et se posta devant son frère.

**Narahin, tu es sûr de toi, là!**

**Oui Amaris, t'inquiète!**

**Tu sais là tu agis bêtement. Ce n'est pas être courageux de monter à l'échafaud. Là c'est vraiment de la bêtise!**

**Premièrement je ne monte pas à l'échafaud. Deuxièmement je ne suis pas courageux. Et je ne suis pas bête. Je veux juste réussir! Maintenant arrête de me parler tu me déconcentres!**

Sa voix avait été sèche, il s'en voulait d'avoir parler à Amaris ainsi mais il se devait de devenir plus fort. Et ce n'est pas en se terrant au fond d'une classe, la peur au ventre que Narahin réussirait à devenir ce qu'il voulait. Sa fierté était beaucoup trop grande pour avouer qu'Amaris avait peut-être raison mais il ne pouvait s'empêcher de ne pas l'écouter. Son instinct était plus puissant en lui que la voix de son familier. Son intuition lui hurlait d'y aller, d'avancer, de grandir même si il devait souffrir. Souffrir et mûrir. Aller de l'avant. Un léger sourire anima son visage. Ses yeux croisèrent ceux hypnotisant de son frère. Il n'attendait plus que tout commence.

Sa vie avait déjà beaucoup changé. L'espoir que ce n'était pas terminé enflait en lui.

**Pourvu que ça dure!**

Narahin sourit plus franchement. Il ne pensait pas qu'il réussirait à bloquer cette balle. Il ne voulait pas être arrogant et penser qu'il était meilleur que les autres. Mais le seul fait qu'il ai été le seul qui ai osé faire cet exercice, le rendait euphorique.
Revenir en haut Aller en bas
Sorel Mordrek
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 19
Année d'étude/de pratique : 1ère année
Date d'inscription : 20/08/2008

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Dim 7 Fév 2010 - 10:58

- Hey Jimmy ? Qu'est qui ce passe ? T'es amoureux ou quoi ?

Comble de l'ironie, ce fut le moment précis que choisit le professeur pour faire son entrée. Il le sauvait d'une réponse qui aurait trahi son émoi tout en signant paradoxalement l'imminence de son arrêt de mort. Jimmy s'assit correctement sur sa chaise avant qu'on ne lui en fasse la remarque, admirant d'un air distrait la dédicace de Mikaël Rogers. Le jeune nashaovien avait pris le parti de ne plus chercher à percer le mystère de son cruel destin qui ourdissait sous cape les plus malignes déconvenues. Celui qui le sauvait à l'instant ne tarderait pas à le précipiter dans les abysses de la nullité, dans les tréfonds de la médiocrité, dans enfer de son incompétence... Quel bonheur qu'à seulement deux mètres de lui, son ange adorée se dresse fièrement contre les ténèbres, tel le flambeau qui le guiderait et qu'il n'aurait qu'à suivre, s'abandonnant avec confiance à ses pouvoirs divins ! Mais si la jeune fille qui s'était emparée de son petit cœur ne pouvait que descendre directement du jardin d'éden, appartenir à la droiture et à la justice, sauvant les faibles et les malheureux des cataclysmes de la fatalité ; il ne faisait aucun doute que le jeune homme qui venait de prendre place devant son bureau avait pactisé avec le diable, se faisant l'élève de la fourberie et du despotisme, le régisseur des châtiments infernaux. A part ça, Jimmy ne délirait pas du tout, il est bon de le faire remarquer...

D'ailleurs pour appuyer cette constatation apoplectique, le jeune garçon trouvait rien que dans son apparence et sa voix tout ce dont il avait besoin pour le désigner comme l'émissaire des enfers. C'était un Lucifer moderne déchu du paradis pour avoir défier l'autorité, aussi beau et charismatique qu'il était terrible et sadique. Devant cette entité du mal, eux, les pauvres élèves mortels n'avaient donc qu'une seule issue envisageable : la pénitence, en appeler à la clémence divine. De toute façon, leur destin était scellé. Il avait beau enrobé ses phrases dans une douceur hypocrite, les trempées dans l'acide histoire de les épicer, il n'empêche que personne n'était dupe et chacun de ses mots révélaient sous les dehors de l'indolence la véritable nature de ses pensées mesquines. Ah ! Ah ! Le voilà démasqué le sale Cerbère ! Mais ils ne se laisseraient pas faire ! Ils se battraient jusqu'au bout pour ne pas succomber ! Ils sacrifieraient peut être le pauvre Jimmy en cours de route mais cela ferait de lui un martyre de la lutte contre les forces démoniaques de ce monde ! Quitte à mourir, autant mourir en accomplissant une grande chose ! ...ah ? Vous ne voyez pas Jimmy en sauveur de l'humanité ? ...Honte à vous mécréants ! Sachez que même David vint à bout de Goliath !

Le jeune garçon en était donc là de ses délires eschatologiques lorsqu'il prit conscience qu'il n'était qu'un gamin de douze ans d'un mètre trente deux, épais comme un haricot vert, sans pratiquement la moindre compétence magique. En résumé, il était bien la dernière personne que l'on pouvait voir se dresser contre quoi que ce soit et surtout pas Liven Reaves. Tout d'un coup très raisonnable, il décida que ne pas se faire remarquer et éviter de se faire interroger serait une attitude très sage qui lui garantirait de prolonger un temps son existence. Décision on ne peut plus importante puisqu'il s'était bel et bien mis en tête de la partager avec l'apparition divine assise non loin de lui. Jimmy suivit donc le cours avec une étonnante pointe de sérieux. Il avait échoué lamentable aux examens de l'année précédente mais hors de question qu'il réitère l'expérience ! Sa feuille se couvrit donc d'une écriture en patte de mouche parfaitement illisible ponctuée ça et là de cercle, de flèche ou du dessins d'un petit bonhomme histoire de pimentée la lecture. Pour être même tout à fait honnête, le jeune nashaovien était assez impressionné. Pas une seconde il n'aurait songé à remettre en cause l'autorité que Liven Reaves venait d'établir en quelques minutes à peine. Il semblait aussi à l'aise dans la direction de ce cours qu'en promenade dans un paysage champêtre et bucolique. Momentanément, Jimmy se dit qu'il aimerait bien expérimenté ce genre de promenade avec son premier coup de foudre mais cette pensée parasite et parfaitement incongrue vue la situation – en même temps c'est un nashaovien, fallait pas vous attendre à ce qu'il reste concentré durant un cours – lui fit perdre le file et il ne reprit pied avec la réalité que lorsqu'un événement horrible se produisit.

Sa merveilleuse voisine s'écroula brutalement devant toute la classe faisant naître immédiatement un sentiment d'inquiétude et de compassion parmi le reste des élèves. Si ça ce n'était pas la preuve de l'œuvre maléfique du démon qui leur servait de prof ! Mais Jimmy était trop choqué pour s'attarder sur ses divagations attardées. Spontanément il s'était levé mais entre nous ça ne faisait pas une grande différence avec sa position assise... Néanmoins, on l'avait devancé. Un autre élève s'était précipité vers le corps inerte de la belle jeune fille tandis que le professeur semblait prendre la situation en main. ...Ainsi donc il avait un concurrent... Il détailla rapidement le jeune homme qui lui ravissait le beau rôle. Il était grand, il était brun, il était sans doute Dalavirien... Bref, il n'avait aucune chance face à quelqu'un d'aussi exceptionnel que Jimmy ! Nul doute que ce serait lui le prince charmant qui délivrerait la princesse des tourments qui l'assaillaient à présent ! Jimmy se tourna furtivement vers Jolan en lui lançant un regard plein de surprise et d'inquiétude. S'effondrer ainsi en pleine classe, ce n'était pas bon signe...


- Tu crois qu'elle va bien ?

Les autres ne l'avaient pas attendu pour chuchoter et commenter la scène. De fait, un léger brouhaha commença à s'élever même s'il prit immédiatement fin lorsque le professeur reprit la parole en s'adressant à l'ensemble de la classe.

- Je mesure l'intensité de votre déception mais le cours va se poursuivre normalement. Rangez
vos affaires et suivez moi en silence dans la salle d'entraînement.
Pour les autres candidats au séjour à l'infirmerie, essayez au moins
d'attendre le premier exercice avant de vous présentez...


L'espoir naissant qui avait germé dans l'esprit de Jimmy se flétrit aussitôt... Avec un peu de chance, le sacrifice de l'élégante martyre qui se trouvait évanouie n'aurait pas été vain, elle aurait pu leur éviter ce cours. Malheureusement, cet envoyé des ténèbres semblait avoir décidé que rien ne perturberait l'avancée apocalyptique de ses projets d'anéantissement des élèves de l'académie... Comment ça Jimmy est merveilleusement rationnel ? Vous l'ignoriez ?... Toujours est-il qu'il ramassa ses affaires à l'exemple du reste de la classe et sortit parmi le flot des autres élèves, silhouette minuscule à l'allure plagiée de la huitième merveille du monde – oui, c'est bien d'Oz qu'il s'agit. Il pénétra dans la salle bien connue et détestée des cours pratiques de la magie de combat. Combien de fois c'était-il tenu en son centre, s'exerçant avec un acharnement aussi inutile qu'attendrissant sur les différents sortilèges qu'on tentait vaillamment de lui enseigner ? Il profita de sa petite taille pour se fondre dans la masse, se dissimulant aux yeux du professeur qui dictait les consignes derrière un garçon plus âgé. Il retint un hoquet de surprise et d'effroi mêlé en entrevoyant l'avenir qui leur serait réservé. Il n'allait tout de même pas les bombarder avec des balles de tennis ? Jimmy se voyait déjà avec son bouclier hétérogène et pratiquement semblable à une asseoir, essayer d'éviter les projectiles. Bien sûr, il pourrait toujours compter sur sa souplesse mais il n'avait aucune envie de partir dans une démonstration de gymnaste qui l'obligerait à gigoter dans tous les sens sous les rires de ses camarades. Raison pour laquelle il se tassa davantage encore afin d'être certain de ne pas être remarqué. C'est alors qu'une chose étonnante attira son attention.

Le garçon juste devant lui... Jimmy se concentra afin de concrétiser la sensation légère et éphémère qu'il avait ressenti en une ceritude infaillible. Exercice où il échoua lamentablement. Il n'avait jamais été doué en magie et surtout pas en perception des sortilèges. Il n'empêche que son instinct ne l'avait pas trompé. Juste devant lui, le jeune homme derrière lequel il se cachait venait de lancer un faible bouclier entourant sa main avant de le faire disparaître bien vite. Jimmy en resta bouche bée d'admiration. Dire qu'il lui avait fallu deux semaines avant d'arriver à comprendre ne serait-ce que le mécanisme du sort, voilà que cet élève y parvenait en même pas deux minutes ! S'agissait-il d'un génie ? Le nashaovien n'eut cependant pas le loisir de s'attarder sur la question puisqu'un candidat au suicide venait de se présenter. Il s'agissait du même garçon qui avait répondu en classe, confirmant s'il le fallait son caractère suicidaire et inconscient. Curieux malgré tout de voir à quelle sauce il allait être mangé, Jimmy observa le centre de l'arène avec une pointe d'excitation.


- Il est suicidaire ce type.

Remarque murmuré à l'adresse du génie qui se tenait devant lui et qu'il aurait certainement entendu. Jimmy était assez curieux de savoir de quel genre de personne il s'agissait. Après tout, il était toujours bon d'être entouré de personne plus douées que soit...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   Mer 10 Fév 2010 - 11:32

Les ténèbres... Elle ne voyait plus que cela. Elle n'entendait plus, elle ne voyait plus. Elle n'arrivait plus à bouger ses doigts, ni ses pieds. Elle essaya d'ouvrir ses paupières mais l'effort était vain. Elle ne verrai que cette obscurité sans qu'une lueur blanche déchire les ténèbres qui l'envahissaient. Aucun de ses membres lui obéissaient. Elle ne ressentait plus aucune sensation si ce n'est ce froid qui la mangeait peu à peu. Un froid sec qui la congelait petit à petit. C'était comme si qu'elle était dans un autre monde. C'est alors qu'une pensée lui effleura l'esprit. Elle était en train de mourir. Oui elle allait mourir, il n'y avait plus aucun doute. Après tout se dit-elle, elle avait bien méritée ce châtiment. Avant de mourir, elle a laissée derrière elle, une vie pleine de mensonges, de comédies mais même ça, elle souffrait.Elle qui voulait être parfaite... Elle n'était jamais elle même. Elle était ce que voulait les autres, mais au final, elle n'avait jamais eu de personnalité....

Des remords... Elle avait des remords...D'avoir mentit à tout le monde, d'avoir jouer et manipuler les autres? Certes, mais c'était habituel; il y avait autre chose, aux dents plus tranchantes. Ah oui! Son parrain! Elle l'avait tué sauvagement sans même se retourner pour contempler son cadavre. Contempler? En quoi contempler un cadavre était-il intéressant? Tuer était un pêché mais en plus de cela, elle a tuée le dernier membre de sa famille... Elle ne se pardonnera jamais. Il est vraie que son parrain était un homme colérique et violent mais était-ce suffisant pour justifier sa mort? Est-ce suffisant pour ôter la vie d'un homme qui l'a recueillie, éduqué, nourrie. Non... la réponse était non. Elle l'avait tué pour sauver sa dignité et son orgueil. Et maintenant, que son âme était souillé par le pêché, son âme allait être brulé en enfer pour éradiquer le mal. Oui elle était le mal et elle allait être éliminer.

Une drôle de sensation lui fit frissonner sa main. Des frissons? Elle qui croyait ne plus rien sentir.A l'éveil de ce sens, son cœur s'emballa. Les battements de cœur produisaient un vacarme assourdissant en elle, comme-ci une armée s'était réveillée de son sommeil et combattait le mal qui était en elle. A chaque battements que produisaient son cœur, cet sensation de froid diminuait. Une guerre titanesque se déroulait en elle entre le Bien et le Mal encouragé par son cœur. Elle n'était pas morte. Cette pensée la remit en confiance et fit disparaître les pensées sombres qui défilaient dans son esprit. La lueur blanche se rapprochait , grandissait de plus en plus. Une lueur pleine d'espoir, de joie, d'amour qui se manifestait devant elle et qui disait de la rejoindre. Ce n'était plus une lueur mais un soleil. La chaleur qui émanait de ce soleil devenait accablante ce qui la força à ouvrir ses yeux.

Elle ne voyait que du blanc avant de se rendre compte que c'était un rayon de soleil qui avait traversé une fenêtre. En tâtonnant à l'aveuglette, elle prit un tissus doux pour couvrir son visage et ses yeux pour qu'elle s'accoutume à cette lumière. Elle était contente et cela se voyait dans le sourire qui se dessinait sur ses lèvres. Ou était passée le carrelage frais de la salle de classe? Elle enleva le drap de son visage et regarda les lieux. C'était une grande salle, haute avec de multiples fenêtres s'étendaient sur le pan de mur en face d'elle. Il y avait beaucoup de lit rangé en ligne comme ceux..du dortoir? Elle sauta de son lit. Les pieds nus sur le carrelage frais lui donna des frissons dans le dos. Elle venait donc de rêvait? Elle n'eut pas de réponse à cette question car son attention était ailleurs. A côté de son lit, il y avait une chaise ou dormait profondément un beau jeune homme brun dont son visage lui était familier. Gany...

Pourquoi ce jeune homme dormirait dans le dortoir des filles? Elle se trompait, elle n'était pas dans le dortoir. Elle traversa la rangée de lit vers une femme qu'elle a aperçue au fond de la salle. En passant devant la rangée de lit, elle put voir des élèves qui semblait malades. Il y en avait qui toussaient, d'autres qui transpiraient comme s'ils étaient dans un sauna. La femme avait remarquée sa venue, et l'attendait prêt d'un lit.

" Bonjour madame, je voudrais savoir où on est s'il vous plaît?"

La femme ne semblait pas surprise par cette question, comme si elle savait qu'elle allait lui demander. Elle était vêtue d'une blouse blanche et tenait à la main un thermomètre. Elle avait un haut chignon qui la rendait assez stricte. Elle la regarda avec ses yeux verts dont on pouvait voir quelques rides aux coins de ses yeux qui montraient qu'elle avait atteints un certains âges. Lorsqu'elle parla c'était avec une voix douce et réconfortante.

" Cette question est typique des gens qui sort d'un évanouissement...Vous êtes à l'infirmerie mademoiselle "

A l'infirmerie? En entendant ce mot, les souvenirs réapparurent. L'image de la salle de classe, les élèves, le professeurs... tout lui revenait et même l'image d'elle en se voyant tomber sur le carrelage frais de la salle de classe devant le regard des élèves. Mais elle voulait l'effaçait pour ne plus jamais y penser. Elle tourna les talons et se dirigea vers la grande porte en tachant d'abord de remercier l'infirmière. Elle passa devant son lit et s'arrêta. Que fallait-il faire de Gany? Il dormait profondément. Il était encore plus craquant quand il dormait.Elle s'approcha de lui et lui fit une petite bise sur la joue avant de se diriger vers la porte. Elle traversa de multiples couloirs avant de reconnaître celui qu'elle avait traversée quelques temps avant pour aller à son cours. Arrivée à devant la porte de classe, elle redressa son uniforme et passa une main dans ses longs cheveux puis serra la poignée de la porte.

Elle était fermée. Elle n'arrivait pas à l'ouvrir. Elle regarda à travers les vitres. Il n'y avait personne, la salle était vide. Tout les élèves avaient rangés leurs affaires. Son cœur s'emballa. Ce n'était pas le moment de paniquer se dit-elle, ils doivent bien être quelque part...Elle consulta sa montre qui lui indiquait que le cours n'était pas finie. Elle continua son chemin en regardant à travers les vitres des autres salles de classes en cherchant le professeur Reaves. C'est en tournant au coin du couloir qu'elle reconnut un élève à travers l'entrebâillement d'une porte. Elle se dirigea vers celle-ci et l'ouvrit. Le professeur Reaves était entouré d'élèves apeurés. Elle referma la porte en tachant de faire le moins de bruit possible. Puis elle s'approcha
avec assurance et sérénité du professeur qui interrompis son explication à sa vue. Elle était heureuse mais elle ne savait pas comment l'expliquer.

" Bonjour professeur. Excusez-moi pour toute à l'heure. Puis-je reprendre place dans votre cours? "

L'assurance qui se ressentait dans sa voix contrastait avec l'atmosphère dramatique qu'émanait
les élèves de la classe. Monsieur Reaves, un bel homme qui devait déjà appartenir à une femme. Il n'avait rien d'effrayant, bien au contraire, il était intriguant, fragile de l'intérieur et semblait très sympathique. Mais dans cette masse d'élève, son point de vue ne représentait qu'un grain de poussière parmi les autres élèves qui ne ressentaient que de l'antipathie à l'égard du professeur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours de Magie de Combat n°1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours de Magie de Combat n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La magie en combat.
» Magie, armoires et autres curiosités. [PV]
» Formulaire d'inscription au cours de magie des éléments
» Inscriptions au cours de magie noire [IMPORTANT POUR TOUS]
» Niveau 1 : Cours de magie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamaëlia :: Archives :: C'est l'histoire... :: Période d'entre deux-
Sauter vers: