Gamaëlia


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nuit d'effroie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Nuit d'effroie   Lun 12 Oct 2009 - 20:24

Narahin était sorti de l'académie en douce, personne ne l'avait vu sortir du dortoir des Dalaviriens. Il voulait juste se baladait. Les cours l'avait fatigué, il voulait retrouvé sa liberté et ne plus être enfermé. C'était la sensation qu'il éprouvait, un manque de liberté, il y avait trop de monde, sa légère agoraphobie l'avait cloué au sol lorsqu'il dû traversé le hall d'entrée bondé. Le parc aurait été parfait pour se promenait mais cela lui avait rappelé des mauvais souvenirs et il ne voulait surtout pas y repenser. Il se dirigea alors vers la ville. Il préféra éviter les endroits bruyants, il devait aussi évité de se faire repérer par un des profs. Il entra de vitesse dans une ruelle lorsque qu'il crut reconnaître l'un d'eux. Il s'enfonça petit à petit dans les ruelles sombres. Des cadavres d'animaux s'entasser ça et là, une odeur pestilentielle s'échapper des égouts. Narahin repensa à Amaris, il l'avait laissée endormie sur son lit. Il n'avait pas voulut la réveillée pour des futilités.

Il commençait à avoir froid, les bruits de la ville éclairée s'estompait. La lune éclairée faiblement l'allée sombre. Il débarqua dans un impasse, lorsqu'il entendit le bruit de pas se rapprochant. Il n'avait pas encore peur, il était simplement agacé, il fit donc demi-tour, des rats fouinés dans les poubelles. Toutes cette crasses le répugné, il aurait dû rester dans le parc se surpris-t-il à penser, était-ce par paranoïa ou non mais il avait l'impression d'être suivi. Dès qu'il comprit ce fait, il ne pû s'empêcher de paniquer, ce fut l'erreur qu'il n'aurait pas dû commettre. Il courut dans tous les sens. Son pouls s'accélérait, son sang battait à ses tempes.

Il était ridicule, il ne s'était pas contenté des événements de la journée où il avait cru qu'il allait mourir, maintenant cette impression était revenue. Une profonde amertume s'empara de lui. Il voulait être chez sa tante au chaud, ils auraient regardé un film à la télé, et sa tante se serait mis à parler de Liven en regardant la seule photo qu'elle avait de lui. Le comparant toujours à son frère, vantant ses mérites et ridiculisant son fils. Même aujourd'hui il ne comprenait pas les sentiments de sa tante envers son fils. On dirait qu'il avait commis une faute grave, celle de naître, en réalité, elle ne le détestait pas, elle ne l'appréciait pas et ne s'en était jamais soucié plus que de raison. Mais c'était étrange, une mère ne détestait jamais son propre enfant. Narahin avait beau tourné les choses dans toutes les manières il n'y comprenait rien. Il revint subitement à la réalité, sa frayeur, passagère s'était dissipée. Il avait repris son calme habituel, il ne penser plus au passé d'ailleurs il n'avait même pas essayé de penser au événements de la journée, le cours de magie de combat avait vraiment été éprouvant. Il tourna dans une autre ruelle, il avança, son visage se crispa soudainement. Devant lui, un homme avec un poignard ensanglanté, se relevé, un autre homme était allongé par terre, son sang s'étalait en une large flaque. Narahin était sans voix, il ne parvenait pas à bouger, sa respiration était saccadée, son coeur était en suspension.

L'homme le remarqua bien rapidement, il devint blanc, la frayeur qui l'avait quittée à peine quelques instants, était revenue de plus belle, mais en pire. Il trébucha, tomba, se releva et se mit à courir. Il ne savait plus ce qu'il faisait. Son esprit était à des lieux d'ici. Pendant une fraction de seconde, il pensa a utiliser sa magie mais, il ne pu même pas réfléchir, il repensa immédiatement à courir, de plus cet personne savait certainement mieux que lui usé de la magie.

**Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir!!!**

La seule idée de crier ne lui vint pas à l'esprit. Rien ne lui venait à l'esprit, si une image, l'image de son frère.

**J'aimerais tant être aussi fort que lui!**

Il courait, ne s'arrêtant que pour vérifier que son assaillant le suivait encore.

Il se retrouva dans une impasse, l'homme se trouvait à vingt mètres de lui. Il trébucha et se retrouva par terre. Il était à deux doigts de s'évanouir. Un dernier espoir vint le réconforter, peut-être qu'Amaris s'était rendue compte de son absence et l'avait signalée à quelqu'un. Mais l'espoir était vint car Amaris dormait toujours sur son lit, aucune aide de sa part ne pouvait le sauver.


Dernière édition par Narahin Menez le Mer 14 Oct 2009 - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   Mar 13 Oct 2009 - 9:57

Il était tard dans la nuit lorsque Rozaly se réveilla. En tâtonnant sur la table de chevet, elle prit le petit réveil en métal dans ses mains et regarda l'heure. Il était minuit. Et Rozaly avait l'impression d'avoir dormit toute une journée. Elle essaya de se rendormir mais elle n'y arrivait pas. Elle sortit de son lit et se dirigea vers l'une des fenêtres du dortoir qui offrait une vue magnifique sur le parc éclairé par la lune et dont au loin on pouvait apercevoir les lumières de la ville. Un vent frais fit voleter la chevelure noir de Rozaly mais celle-ci fut contrainte de fermer la fenêtre car le courant d'air avait pénétré dans le dortoir et avait provoqué quelques frissons chez quelques camarades. Qu'allait-elle faire? Elle n'allait pas passer le reste de la nuit à faire les cents pas dans le dortoir pendant que d'autres étaient dans la magie des rêves?

Une idée de génie lui traversa l'esprit, balayant cette image burlesque d'elle-même. Elle prit des vêtements et se dirigea dans la salle de bain. L'excitation et l'engouement étaient à son comble. Ce serait la première fois depuis qu'elle avait pénétrée dans le monde de Gamaelia qu'elle allait sortir la nuit. Elle revêtit un belle ensemble pantalon noir qui lui collait sur sa silhouette avantageuse et peigna sa cascade de cheveux noirs.
Elle mit ensuite de ravissantes petites chaussures à talons noirs et se dirigea ensuite devant le miroir. On aurait dit qu'elle avait la vingtaine en regardant l'image d'elle-même reflété dans le miroir. Avant de sortir discrètement, elle prit son petit sac à main mais s'arrêta brusquement en voyant qu'un lit du dortoir était vide. Il appartenait à un garçon qu'elle connaissait de vue.

N'y pensant plus,elle poursuivis sa sortie discrète de Dalavirie. Elle mit une vingtaine de minutes à sortir de l'enceinte de l'académie, sans qu'aucun professeur ne la remarque. Dehors, l'air était froid et sec mais agréable. Elle prit un chemin ensablé qui menait vers la ville. Arrivée à celle-ci, elle fut étonnée qu'a une heure aussi tardive de la nuit il y ait encore des rues bondées de gens et des boutiques encore ouvertes. Mais en regardant ce monde, elle pensa qu'elle pouvait être remarquée par un professeur ou un personnel de l'académie qui serait par un simple hasard en sortie nocturne aussi. Elle décida de prendre une petite ruelle qui au fur et à mesure de son avancée les bruits de la villes et les lumières des réverbères s'estompaient pour laisser place à une obscurité qui gagnait petit à petit du terrain dans ce chemin.

Cela faisait des heures qu'elle marchait sans arrêt dans cette ruelle qui petit à petit était devenue un couloir parsemé de détritus, de cadavre d'animaux en décomposition et de rats qui fouillaient dans des poubelles au bord de l'explosion tellement elles étaient pleines. La lumière de lune parvint à éclairer une façade d'un bâtiment où Rozaly put apercevoir une échelle qui permettait d'accéder au toit de l'immeuble. Poussée par la curiosité, elle grimpa habilement sur une poubelle dont le couvercle était fermé puis commença à monter les échelons. Au sommet de l'immeuble, il n'y avait rien si ce n'est qu'une vue sur l'ensemble de la ville. Les lumières des artères de la ville était lointaine de l'endroit où elle était. Elle balaya son regard sur l'ensemble des immeubles aux alentours dont certains était à l'état du délabrement.

Elle se rapprocha du bord de l'immeuble qui en bas on pouvait apercevoir la ruelle. Elle put constater qu'il y avait très peu d'écart entre les immeubles ce qui permettaient facilement à une personne sachant sauter sans se casser la figure de sauter de toit en toit. Instinctivement, elle prit de l'élan en s'éloignant du bord et s'arrêta à une bonne distance pour par la suite courir et sauter. Pendant un moment, elle se sentit légèrement comme une plume avant d'atterrir sans aucune difficulté sur le toit de l'immeuble d'en face. Cette sensation de légèreté fit monter l'adrénaline de Rozaly qui dut céder à cette envie qui pourrait mettre fin à sa vie. Pendant de longues heures interminables, elle sauta de toit en toit au gré du vent.

Elle était arrivée sur un immeuble qui surplombait une ruelle beaucoup plus étroite lorsqu'elle entendit des pas de course. Elle s'approcha du bord et regarda. C'était un jeune garçon qui lui était familier son visage n'exprimait que la peur. Il courait, non qui fuyait un étrange individu qui tenait un poignard ensanglanté. En y regardant un peu plus finement, Rozaly reconnut le garçon. Il était de Dalavirie. Sans réfléchir, elle décida de descendre de l'immeuble par une échelle qui donnait sur une poubelle pleine. Si elle ne se dépêchait pas, le jeune garçon risquait de se faire assassiné, lui aussi. Elle courut aussi vite qu'elle pouvait en tachant de rattraper de le temps perdu avant de s'arrêter à quelques mètres d'eux. Ils étaient dans une impasse.

Le garçon avait trébuché et s'était retrouvé à terre, devant le mur qui marqué la fin de la ruelle. L'assassin continua doucement son approche meurtrière vers sa prochaine victime mais non il n'y en aura pas car elle allait lui en empêcher. Elle fit apparaître son sabre et s'approcha à bonne distance de l'homme pour lui porter un coup puissant mêlée à de la magie. Dans cette impasse sombre, une puissante déflagration déchira l'obscurité. L'homme gisait, à terre sur le ventre, complètement carbonisé. Une plait béante barrait son dos. Il n'a pas vu sa mort venir se dit-elle. Balayant cette image horrifique, elle promena son regard sur le jeune garçon au bord de l'évanouissement.

Même si l'obscurité était tenace, Rozaly n'avait pas trop de difficulté a voir ses longs cheveux argentés qui cachait à moitié son visage. Elle s'approcha doucement du jeune et s'agenouilla devant celui-ci. Des gouttes de sueurs perlaient sur son visage blêmit par la peur. Avec un sourire attendrissant, elle lui saisit la main et dit d'une voix rassurante...


" Tu n'as rien jeune homme? "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   Mar 13 Oct 2009 - 15:58

La silhouette d'une jeune fille apparu derrière l'homme. Elle s'approcha de l'homme et par magie fit apparaître un sabre. D'un coup puissant mêlé de magie, elle tua l'homme. Narahin eut l'impression que tout le poids sur ses épaules avait disparu, il aurait pu mourir là. En réfléchissant, il pouvait toujours mourir, il ne connaissait pas cette personne, le noeud qui s'était formé dans son estomac se resserra deux fois plus. Il était sur le point de s'évanouir.

La jeune fille se rapprocha de lui, s'agenouilla et lui prit la main. Il réussi enfin à discerner ces traits dans l'obscurité ambiante. Elle avait de longs cheveux noirs, ses yeux bleus exprimaient une extrême tendresse, la lumière blafarde de la lune rendait sa peau de perle aussi blanche que de la neige. Elle se mit à parler, sa voix rassurante provoqua un profond soulagement à Narahin.

''Tu n'as rien jeune homme?''

Il l'avait reconnu, elle était aussi à l'académie, dalavirienne elle aussi, il l'avait vu en cours de magie de combat.

Des gouttes de sueur parcourait le visage de Narahin. Il avait du mal à remettre les événements dans le bon ordre. Il repensa à tout, à partir du moment où il avait décidé de partir en ville, lorsque qu'il avait passé la porte de l'académie, la ville éclairée, les ruelles sombres, les bruits de pas, l'homme gisant dans une mare de sang, le visage de l'agresseur, la course sans fin, l'impasse, la vision du meurtrier. Si cet jeune fille n'avait pas était présente, le lendemain, il aurait figuré dans la liste des meurtres du Gamazine. Il ne pu réprimer sa honte, son dégoût et surtout son envie de pleurer. Des larmes se mirent à couler sur ses joues, et elles ne s'arrêtèrent plus.

Une seule envie parcourait son esprit, être dans les bras de sa tante, être dans cet appartement miteux qui l'avait vu grandir, être sur terre. Mais sur terre aussi il aurait pu mourir, il devait devenir fort, ne plus avoir à dépendre des autres, devenir aussi fort que son frère, non, le surpasser. Il devait faire tout pour y arriver.

Mais à l'instant, il ne pouvait s'empêcher de pleurer, il finit par se blottir dans les bras de la jeune fille, attendant un quelconque réconfort pareil à un enfant venant de faire un cauchemar, il se blottissait dans ses souvenirs et dans les bras d'une fille qu'il connaissait à peine.

Le cauchemar était terminé mais, Narahin savait que ce n'était que le commencement de sa vie. Sa vie , lui seul pouvait la changer, cependant vouloir changer n'est pas réussir à la changer. Il devait se montrer à la hauteur de ses espérances. Pour se faire, il devait tout subir.

Mais, il ne réussissait qu'à pleurer, le stress accumulé se déversait sur la jeune personne, elle le regardait compatissante. Elle ne savait pas ce qui était arrivé après le cours de magie, elle ne pouvait pas le comprendre et pourtant il se sentait bien dans ses bras.

Comme pour lui demandé son accord, Narahin murmura à l'adresse de la consolatrice:

''S'il te plaît, garde moi dans tes bras!''

Il ressemblait réellement à un enfant à cet instant, il était si fragile!
Revenir en haut Aller en bas
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   Mer 14 Oct 2009 - 11:49

Rozaly regarda le jeune homme qui en croisant son regard bleuté remplie de tendresse ne put s'empêcher d'éclater en sanglots. Des larmes couraient sur ses joues blêmit. Son front était couvert de sueurs. Cherchant un réconfort le jeune homme blottit contre elle. Au début cela l'avait choquée car elle pensait que le jeune homme allait avoir peur d'elle. Elle le serra contre elle et lui caressa le dos pour calmer son chagrin.

Pendant cette échange d'affection, Rozaly pensa au dernier évènement. Elle venait de commettre son deuxième meurtre en l'espace d'un an. Elle qui désirait la perfection avais commis un pêché aussi malsain que tuer. Cette pensée allait rester à jamais enraciner en elle. C'était de la légitime défense se dit-elle à elle même. Si elle n'était pas intervenue ce jeune homme aurait perdu la vie.

Le jeune homme continuait à déverser ses chaudes larmes sur Rozaly et celle-ci continuait à le réconforter du meilleur qu'elle le pouvait. On aurait dit une grande sœur et son petit frère. Elle connaissait à peine le garçon mais rien quand le regardant verser ses larmes, elle se dit qu'il n'y avait pas qu'elle qui souffrait. Elle tourna sa tête et battit des paupières pour chasser des larmes qui commençaient à rouler dans ses yeux de saphirs. Ses yeux larmoyants se posèrent sur le sabre.

Cette arme avait fait une deuxième victime. Elle appartenait à une personne qui n'a eu aucune trace, aucune marque d'amour, d'affection durant son enfance. Ne voulant plus ressasser le passée, le sabre disparut selon la volonté du propriétaire, fatigué de sa vue. Après ce long moment de silence, Rozaly prit le visage du jeune homme toujours en larme entre ses mains et lui dit...

" Il faudrait qu'on rentre, on ne devrais pas traîner ici...


Dans le silence et l'ombre de la nuit, cette pensée pour l'assassin ne cessait de resurgir dans la tête de Rozaly.Mort... il était mort, et par conséquent un autre pêché qui s'enracinait au plus profond comme une plante sur une terre fertile. Elle sortit de l'étreinte du jeune homme et se leva. Elle lui tendit la main en lui adressant toujours un sourire affectueux et ajouta...

" Je connais un raccourci qui nous amène pas trop loin de la rue principale. Que dirais- tu de manger une glace avant de rentrer à l'académie ? "




Dernière édition par Rozaly Kurazaki le Jeu 15 Oct 2009 - 6:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   Mer 14 Oct 2009 - 15:32

Narahin était dans les vapes, ses larmes se tarissaient. La jeune fille s'était levée, elle lui avait tendue la main. Il l'a pris et se redressa maladroitement. Elle voulait sortir de la ruelle, lui aussi le voulait. A cet instant précis, il voulait de la lumière, il voulait sortir de ce cauchemar qui l'entourait.

La jeune fille lui proposa d'aller manger une glace. Cette perspective n'était pas alléchante, lui qui venait de voir deux personnes tuées sous ses yeux.

Il se contenta d'hocher la tête, aucun son ne pouvait sortir de sa bouche, les événements continuaient de passé en boucle dans sa tête. Ses larmes s'étaient arrêtées de couler, il déambulait au côté de la jeune fille. Celle-ci était dans ses pensées, elle semblait soucieuse

**Qui ne le serait pas après avoir tué quelqu'un! Même moi qui n'ai pourtant rien fait je suis soucieux, qu'allait il faire, si quelqu'un apprenait leur méfait. Je ne veux pas finir en prison!**

Il continua à regarder la jeune fille, elle était belle, il ne portait jamais attention au gens qui l'entourai, il se foutait pas mal d'eux. Il se demandait toujours comment les gens faisait pour s'attacher à d'autres personnes. On était si facilement blessé, on ne pouvait faire confiance qu'à soit même. Cela il l'avait comprit il y a longtemps, il avait appris à ne dépendre que de lui. Cependant, il y a à peine quelques minutes il n'avait pas su se défendre, cette faiblesse aurait pu lui coûter la vie.

Narahin se demanda pourquoi cette jeune fille était elle aussi en dehors de l'enceinte de l'académie. Heureusement qu'elle était là mais il n'arrivait pas à s'expliquer la raison de sa présence en ville.

Le bruit des passants se fortifiait à chacun de leur pas, ils atterrirent bien vite dans l'une des artères principales.

-Excuse moi, mais comment t'appelles-tu?

Il avait réussi à parler, sa peur était presque dissipée et l'excitation reprenait petit à petit de la place en lui.

Une légère brise joua dans ses cheveux, laissant apparaître du sang séché. Il avait dû se blesser en tombant. Il avait plusieurs contusions sur tout le corps. Malgré ses légers désagréments, Narahin fut heureux de retrouver la lumière, la vie grouillante de cette ville étonnante.

Son corps réclamait un lit mais aussi de la nourriture. Il se laissa donc guider par sa belle protectrice.
Revenir en haut Aller en bas
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   Jeu 15 Oct 2009 - 7:00

Pendant un moment, Rozaly craignit que le jeune homme refuse de la suivre. Mais il prit sa main et se redressa maladroitement. Il tituba légèrement tout en le lorgnant d'un œil trouble. La lumière de la lune rendit la vision de la ruelle plus facile et lui permit de voir sommairement l'aspect du jeune homme. Ses cheveux cheveux argentés lui tombaient sur le visage et les épaules, et sur sa figure barbouille de poussière, les larmes avaient laissé de nombreux sillons.

Il marqua un temps de réflexion montrant que l'idée d'une glace après avoir assisté un meurtre n'était du moins pas très satisfaisante. En effet, Rozaly se rendit compte de l'absurdité de sa proposition et comme pour chasser cela, elle se mit à la place du jeune homme qui avait accepter de la suivre. En se mettant à sa place, elle se dit qu'elle n'aurait jamais suivis le meurtrier qui pourrait la tuer en pensant qu'elle pouvait le dénoncer . Cette réflexion n'eut comme effet, de plonger Rozaly dans une extrême terreur.

Elle se voyait déjà se faire arrêter, menotter devant tout les élèves de l'académie; la déception de Gani qui se lirait sur son beau visage lorsqu'il verrait son amie arrêter; devant le juge dans un grand tribunal délibérant sa sentence et enfin atterrir en prison dans un cachot humide, une nourriture infecte et une visite quotidienne des rats ou pire encore: se faire renvoyer à jamais de Gamaelia sans laisser aucun souvenir de celui-ci. Cette image cauchemardesque d'elle- même lui donnait une envie de vomir
. Devrait-elle alors ôter aussi la vie au jeune homme pour protéger sa dignité?

Derrière ses mèches, elle voyait le jeune homme qui la scrutait... Que pensait-il d'une meurtrière comme elle? L'expression qu'il affichait sur son visage laissait penser qu'il s'interroger sur la présence de Rozaly dans un endroit aussi malsain que celui-ci. Au fur et à mesure de leur avancée, les bruits des passant s'amplifièrent.Ils quittèrent la petite ruelle sombre et débouchèrent sur l'une des artères de la ville. La rue grouillait de passant qui allait et venait. Les magasins étaient les plus ornés. Les produits exotiques et onéreux dont ils faisaient commerce s'adressaient aux riches, pas aux jeunes gens dissipés et insouciants qui formaient la principale clientèle du marché nocturne pensa Rozaly.

" Excuse- moi comment t'appelles tu?"

Pourquoi voulait-il savoir son identité. Elle en était sur cette fois-ci, il voulait la dénoncer. Qu'aller t-elle faire? Lui cacher sa véritable identité? Non cela ne valait pas la peine car avec la description qu'il ferait, elle serait vite fait retrouver par la police. Ah quoiqu'il arrive, se dit-elle, elle aurait était honnête jusqu'au bout. Elle arrêta sa marche et se tourna vers le jeune dont elle tenait toujours la main. Avec un grand sourire, elle plaça son regard qui ne trahissait sa franchise et son honnêteté dans le celui du jeune homme et dit.

" Je m'appelle Rozaly Kurazaki. "


Un courant d'air frais fit voleter sa chevelure d'ébène et marqua
un silence qui allait s'installer durablement dans cette nuit qui allait toucher à sa fin par cette lueur bleuté qui teintait le ciel encore étoilé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   Jeu 15 Oct 2009 - 10:39

Les bruits de la ville emplissaient l'air autour de Narahin, c'était la première fois qu'il faisait attention au petit détails de cette ville immense. Les hommes ivres qui viennent de dépenser tout leur mois de salaire dans l'alcool. La fièvre qui engourdissait leur sens les rendaient aussi fort qu'Hercule.

La jeune fille s'arrêta et se retourna vers lui. Sa main tenait toujours la sienne, elle tremblait, Narahin sentit qu'elle était anxieuse, pourquoi, à cause de l'homme qu'elle avait tué. Elle afficha un grand sourire, son regard était franc, ses mains moites contredisaient la confiance qu'elle affichait.

''Je m'appelle Rozaly Kurazaki.''

Une légère brise fit voltiger ses longs cheveux d'ébènes. La soudaine clarté malgré les étoiles encore présentent fit comprendre à Narahin que le soleil allait bientôt se lever.

-Merci de m'avoir sauver!

A nouveau il réussi à articuler quelque chose, sa voix était rauque, ce qui trahissait la présence d'une peur encore existante. Soudainement il prit conscience de l'immense peur que ressentait Rozaly, une crainte immense. Elle ne se rappelait pas ce qu'elle avait fait comme il avait présumé au départ, non, elle se demandait si il allait la dénoncer. Il est vrai qu'elle venait de tuer quelqu'un et que toute personne censé aurait déjà appelait à l'aide. Mais non, jamais il ne pourrait lui faire ça, elle lui avait sauvée la vie, il ne pouvait pas être aussi malhonnête envers elle. Il lui serait à jamais dévoué et quand il serait plus fort c'est lui qui la protégera.

**Je dois lui rendre la pareil, quoiqu'il arrive, j'ai une dette envers elle!**

Il venait juste de prendre cette résolution, il deviendrait fort pour tous, il les protégerait tous, même si il doit lui en coûter la vie. Néanmoins, il ne comprenait pas pourquoi il disait ça, il n'y aurait pas de nouvelles invasions vampiriques. Cependant, il avait toujours peur, quelque chose lui disait qu'il y aurait bien pire qu'une invasion vampirique qui allait subvenir dans les années à venir. Son intuition ne l'avait jamais induit en erreur. Et si il avait suivi son instinct en sortant de l'académie c'était sûrement que le destin voulait qu'il rencontre Rozaly. Il avait besoin d'une ''carotte'' comme un âne, pour pouvoir progresser et devenir plus fort. Lui aussi devait être capable de tuer quelqu'un, la vie est dure et seul les plus forts survive.

-J'espère que personne ne découvrira ce qui s'est passé cette nuit, vous êtes sûrement d'accord avec moi. Si quelqu'un le découvrait vous auriez de sérieux problème, alors nous ne devons plus en parler. Calmez-vous personne ne dira rien!

La jeune fille était terrifiée, alors à nouveau, cependant pas pour les mêmes raisons, il la prit dans ses bras. Maintenant, c'était à lui de se montrer fort et de la réconforter. L'activité des passants se faisait de plus en plus insistante, ils devaient retourner à l'académie si il ne voulait pas avoir de plus ample problème.

-Rentrons, vous êtes vraiment pâle, vous ne devriez pas venir en cours aujourd'hui.

Il disait cela mais lui non plus ne devait pas être très présentable, ses oreilles sifflaient, il sentait une légère bosse sur son crâne et l'odeur de sang caillé et de sueur l'asphyxiées, ses vêtements étaient tout aussi mouillés. Il voulait prendre un bon bain. Mais tout ceci devait attendre, pour l'instant il devait réconforter la jeune fille paniquée dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Rozaly Kurazaki
Ancien membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 22
Maison/Métier : Dalavirie
Année d'étude/de pratique : 1ere année
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   Mer 28 Oct 2009 - 9:33

Le fait de connaître l'identité de la personne qui l'avait sauvait parut soulager le jeune homme qui se tenait devant elle. Mais c'était le contraire pour Rozaly qui se voyait déjà dans un cauchemar dont le seul moyen de s'en défaire était sois le suicide où bien de tuer le témoin du meurtre qui n'était autre que ce jeune homme. Que fallait-il faire? Rester là comme si de rien n'était et attendre ce que nous réserve l'avenir ou bien agir pour essayer de modifier notre destin? Ces questions n'arrêtaient pas de tourner inlassablement dans la tête de Rozaly.

Le jeune homme parût comprendre ce qu'elle ressentait parce qu'elle l'avait vue la scruter en cherchant une quelconque explication à ce trouble qui l'éreintait. Mais peut-être que ce garçon n'allait pas la dénoncer pensa t-elle? Pour montrer sa reconnaissance et son remerciement il se pourrait qu'il étouffe l'affaire Soudainement, elle prit conscience d'une chose qui allait lui déplaire. Rozaly n'aimait pas la tournure que prenait les choses. Elle serait donc soumise, à la merci de ce jeune homme. Et ça elle détestait, la haine envers la soumission était ancrée en elle et coulait dans ses veines dans un flot continue sans aucune discontinuité.

" J'espère que personne ne découvrira ce qui s'est passé cette nuit, vous êtes sûrement d'accord
avec moi. Si quelqu'un le découvrait vous auriez de sérieux problème, alors nous ne devons plus en parler. Calmez-vous personne ne dira rien ! "


Il avait prononcé ses paroles comme s'il avait pris une grande décision. Il avait décidé de ne rien dire. Rozaly parût soulagée mais ce fut que pour un moment. Son cœur se remit à battre de plus belle. Elle regarda le jeune homme d'un regard suspicieux. Qui lui disait qu'il allait garder cette mésaventure secrète? Il ne fallait pas se fier aux apparences. Ce jeune homme semblait , sympathique et respectueux mais le fait qu'il était dans un endroit aussi mal fréquenté ne permettait pas à Rozaly de lui accorder une confiance infinie. Ces paroles avait un étrange pouvoir de persuasion mais cela ne marchait pas sur elle.

La réaction qu'il eût était vraiment très surprenante pour Rozaly. Il s'était approcher d'elle, et lui avait prit dans ses bras comme pour la réconforter. Et cette scène complètement abracadabrante se déroulait sous les yeux de milliers de passants dont certains admiraient avec une contemplation presque maladive. Mais cela n'était rien comparé à ce qui s'ensuit...

" Rentrons, vous êtes pâles, vous ne devriez pas aller en cours demain. "

C'était la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Sans réfléchir,elle sortir de son étreinte et lui asséna un magistral coup de poing dans son visage blêmit. Il tituba un moment sous la violence du coup. Rozaly ne supportait pas qu'on lui donnait des ordres, et même des conseils.Et ce garçon en avait payé le prix minimum. Le ciel commençait à s'éclaircir ce qui annoncer que l'aube n'allait pas tarder à faire son apparition. Dans la ruelle toujours bondée, elle courut aussi vite qu'elle le pouvait en direction de l'académie, évitant avec perfection les passants qui n'étaient que des taches sombres tellement elle filait comme le vent laissant derrière elle un jeune homme dont elle connaissait même pas l'identité .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit d'effroie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit d'effroie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamaëlia :: Archives :: C'est l'histoire... :: Période d'entre deux-
Sauter vers: