Gamaëlia


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Oz & cie. ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oz Roland
Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues
avatar

Masculin
Nombre de messages : 870
Age : 25
Maison/Métier : Gosse de riche qui s'assume
Année d'étude/de pratique : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?
Familier : Joker
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Oz & cie. ~   Mar 23 Mar 2010 - 17:41



Oswald
... Roland


Il y a ce que l’on paraît être, ce que l’on a prit l’habitude et parfois goût d’être, ce qui fait de nous ce que l’on est aux yeux de tous et en partie. Et il y a ce que l’on est vraiment, ce que l’on n’aimerait pas forcément être, ce que l’on cache tant bien que mal. Il y a être et paraître.

________________________________________________________________________________

    .
    Vasco Fair ; sa « chose ». Le meilleur ami & l‘indispensable.
    « Vasco ? Un putain d’emmerdeur, c’est tout. » Oz.


    VASCO FAIR.
    23 ans.
    Rockeur ambulant.


    Vasco. Tomber dans le piège de l’attachement. Y être irrévocablement, indéniablement et inébranlablement attaché, malgré toutes les réticences, malgré toutes les promesses, malgré tout le mal que cela fait. Si Oz le déteste ? Oui. Il le déteste parce qu’il l’aime. Alors qu’il s’était promis de ne plus s’attacher, de ne plus aimer qui que ce soit, voilà que ces putains de sentiments agissent tout seuls. Et que faire contre cela ? Pas grand-chose. Il faut le vivre. Et subir. S’attacher jusqu’à se rendre compte que le détachement serait un coup fatal au cœur. Prendre conscience que le mieux serait de s’éloigner, de se détacher définitivement, de couper court à tout cela. Se faire mal, encore une fois, à en mourir. Il le faudrait, oui. Oz se le dit sans arrêt, ou du moins à chaque fois qu’il laisse ses pensées vagabonder sur ces terrains de réflexion. Mais là encore, il faudrait un cran nécessaire. Une volonté masochiste inébranlable. Qu’Oz n’est pas sûr d’avoir, pas encore. Attachement. Admiration. Jalousie, aussi, dans un certain sens. Vasco, c’est une Lumière. Il attire invariablement les gens, tout le monde l’aime. Malgré ses défauts, malgré sa propre obscurité, il reste de ceux qui rayonnent. Et forcément, le rayonnement éclipse l‘obscurité alentour. Pincement au cœur. Ce n’est pas une jalousie à proprement parler, juste un pincement au cœur. Parce que même si au fond, on sait estimer la valeur de quelqu’un de particulièrement méritant et admirable, on ne peut pas s’empêcher de se rappeler que l’on n’est pas pareil. Loin d’être au même niveau. C’est cruel, mais c’est ainsi, c’est juste cette chienne de vie. Mais aimer quand même. Malgré tous les aléas que cela présente. Parce que c’est ainsi, et que çà dépasse le contrôle.




________________________________________________________________________________

    .
    Sila Jones ; sa fiancée. Celle qui a toujours été là.
    « Sila ? Aucune envie d’en parler. Elle vient squatter, basta. » Oz


    SILA JONES.
    15 ans et demi.
    Apprentie serveuse.


    Sila. Celle qui est là depuis longtemps, là sans être là, pas là tout en étant là. Ironiquement, sa fiancée. Celle qui, étrangement, depuis tout gosse, a toujours été là pour lui. Et qui, plus que tout, plus que n’importe qui, semble le comprendre. Juste le comprendre. Et rien que pour cela, Oz y est attaché. Malgré tout, et même s’il refuse de l’admettre, Sila n’est pas n’importe qui pour lui. Elle n’est pas une de ces filles avec qui il sort une ou deux semaines juste pour s’afficher avec, elle n’est pas une de ces personnes auxquelles il n’accorde que son mépris ou son indifférence profonde. Présence inébranlable. Amie particulière. Qui le connaît depuis longtemps. Attachement, depuis le départ. Tentative de couper tous les ponts après le départ traitre du frère aîné. S’éloigner des seules personnes qui pourraient vous faire du bien, volontairement. Ne traîner qu’avec des types détestables. Mais rencontrer tout de même cette personne, de temps en temps, lorsque le Hasard l’a décidé. Ne pas pouvoir s’empêcher de lui parler. Entretenir une relation, mais en espérant qu’elle ne soit que superficielle. Se voiler la face. Puis profiter d’un mal pour s’éloigner définitivement en se barrant dans une autre ville, sur ordre du paternel. Histoire de tout oublier de ce passé aliénant. Vouloir tout oublier. Espérer tout oublier. Mais parfois, le passé semble vous rattraper sans que vous puissiez y faire grand-chose, n’est-ce pas ? Sila. Bouleversement.


________________________________________________________________________________

    .
    Jimmy Foch ; son apprenti. Le gosse qui l’admire.
    « Jimmy ? Un gosse qui m’admire, ce qui est d’ailleurs parfaitement normal. » Oz


    JIMMY FOCH.
    13 ans.
    Nashaovien.


    Jimmy. La seule conséquence plus ou moins positive, le seul souvenir qui en vaut la peine d’une simple année passée à l‘Académie. Liens conservés. Une rencontre comme une autre, un gosse, juste un gosse. De ceux qui ne sont même pas dignes d’être regardés par Sa Majesté. Seulement, il y a une différence. Quelle différence ? Inexplicable. Ce gosse, ce gosse… Il l’apprécie, lui, Oz. Il l’admire. Pour ce qu’il paraît être, pour ce qu’il est, pour sa personne. Allez savoir pourquoi. Etrange. Ou pas. Incapacité à rester totalement indifférent. Attachement comme il est. Traîner comme un maître le ferait avec son élève. Un apprenti. Lui apprendre les pires choses de la vie, égoïstement. Puisque c’est ce qu’il veut. L’entraîner dans les bars, dans les quartiers mal fréquentés, dans les bagarres, lui apprendre à se battre, à répondre, à sécher, à se montrer exécrable, hautain, fier, fort. L’entraîner dans la magnifique voie de la délinquance. Lui apprendre à être un Oz. Divertissement. Un certain apaisement. Un certain attachement.


________________________________________________________________________________

    .
    Edryn Edge ; sa rivale. La jalousie à venir.
    « Edge ? Jamais entendu parler. » Oz


    EDRYN EDGE.
    21 ans.
    Ambassadrice.


    [A VENIR DANS LE RP]

    Edryn. Elément déclencheur de la jalousie féroce. Problème de la possessivité. Ne pas être jaloux pour elle, mais être jaloux d’elle. Par rapport à Vasco, bien entendu. Vasco, qui est son Vasco à lui, pas à elle. Non ?



________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Oz & cie. ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamaëlia :: Accueil et vie du forum :: Présentations :: Liens des personnages-
Sauter vers: