Gamaëlia


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 - Luka M. *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luka Moenning
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: - Luka M. *   Mer 7 Sep 2011 - 2:19

***



..............

..............« My name is Luka, I live on the second floor... » Suzanne Vega *

    Je suis le petit dernier d'une famille tout à fait banale. Je m'appelle Luka. Luka Chris Moenning plus exactement mais bon. Je ne tiens pas à ce deuxième prénom, ça fait un peu trop 'bourgeois' à mon goût. Je suis né un huit août. Il ne faisait pas très chaud, pour un jour en plein milieu de l'été, d'après ce qu'on me dit. Mais tout ça, c'était il y a longtemps. Maintenant, j'ai vingt-deux ans! Et ouais, je les fais pas hein. Enfin, je suis sans aucun doute un garçon. Un homme même! Enfin presque... Je sais pas trop en fait. Quand est-ce qu'on devient un 'homme'? Depuis quelques années déjà, je vis à mon compte, loin des aides familiales... Je me suis émancipé: j'ai trouvé un travail qui paie plutôt bien, qui ne prend pas trop de mon temps, et qui n'est absolument pas routinier. Je suis un... comment dire. Hum, mercenaire! Ça sonne moins bien que 'tueur à gage' mais mes missions n'ont pas toujours pour but d'ôter une vie alors... Je dirai mercenaire. Bon, évidemment, il ne faut pas le dire. Ce n'est pas un métier qu'on crie à qui veut l'entendre. Je suis même dans la guilde des Meragas. Comme je suis jeune, on ne pense pas trop à me voir tel un criminel, c'est un avantage assez conséquent, je le reconnais.




..............

..............« We’re not cool
.................We are free
.................And we’re running with blood on our knees » Mika *

    Ah, mon physique, il en a vu des critiques. Bonnes ou mauvaises, plus souvent bonnes, j'ai en mémoire une rencontre avec des élèves d'une académie réputée du coin pour je-ne-sais-plus-quelle-raison. Ce fut un pur coulis d'étoiles dans les yeux et de blablas interminables. Je pense que si j'avais été un papillon, et c'est la meilleure comparaison qui me vient à l'esprit, j'aurai vu sortir de leur chair des phéromones roses plein de coeurs et de fleurs comme c'est un peu décrit dans les livres. Une horreur à lire, et encore plus à vivre. Je ne suis tout bonnement pas fait pour les romans à l'eau de rose, je crois. Et puis, je ne pense pas avoir besoin de ça pour me donner des idées afin de trouver quelqu'un. Je me trouve, sans aucune arrière pensée, plutôt bien fait. Je fais un bon mètre soixante-dix. J'espère un peu plus! Ma taille, c'est peut-être ma plus grande déception, je me trouve vraiment petit. Mais bon, j'ai appris à vivre avec. De silhouette, je ne suis pas très épais. Je ne connais malheureusement pas mon poids, mais je ne sais pas si cela vous aurait permis de mettre un corps sur mon nom. Sachez déjà que de par mon métier, je suis obligé d'être musclé. Au moins le minimum syndical: abdominaux présents sans être saillants, bras développés, jambes sculptées pour la course. Course de fond, comme du sprint. Puis, j'aime bien courir, ça défoule et ça détend. Je m'éloigne de mon sujet principal. Autre détail mais qui peut avoir son importance, on ne sait jamais: je ne suis pas très poilu. Enfin, pas plus qu'un autre. Disons que d'origine, je suis blond. Alors ils sont un peu invisible quoi. Il m'arrive aussi de devoir m'épiler presque intégralement pour mes missions. C'est atroce, mais la chance est avec moi: ils ne repoussent jamais noirs, mes poils. Vraiment, je plains les femmes brunes. Si j'étais né brun, je pense que j'aurai changé de métier, peut-être. Je me suis teint les cheveux quand j'avais quinze ans, parce que le blond que j'avais me rendait trop ingénu et fragile. Je ne l'étais évidemment pas, mais les autres ne semblaient pas me croire vraiment capable de me défendre alors j'ai tenté le tout pour le tout. Mes parents n'étaient pas vraiment d'accord mais bon. Il fallait que je m'affirme comme un garçon sûr de lui. Ma vie a un peu changé depuis. En fait, à partir de ce moment-là, je suis devenu quelqu'un. Au lycée, j'ai aussi commencé à teindre mes sourcils de manière définitive. Au départ, la couleur de mes cheveux s'approchait vraiment du noir corbeau. Et finalement, après de nombreux essais, j'ai préféré le brun bien sombre. Le noir me durcissait trop les traits. Surtout qu'à l'époque, j'avais les cheveux assez courts. Je ressemblais surement beaucoup à une terreur. Aujourd'hui, ils ont poussé. Ils sont juste assez longs pour que je doive secouer un peu la tête pour voir. Mais j'aime bien, comme ça: ils me donnent un air un peu adolescent rebelle et mal coiffé. Comme ils sont assez lisses, je me lève et me couche sans jamais avoir à les peigner. Pour certaines missions, il m'arrive de porter une perruque ou de me coiffer de manière ridicule, j'avoue. Cela ne me gêne pas plus que ça en fait. J'aime me déguiser. Il m'arrive même de devenir une femme pour amadouer ma victime. A ce moment là, je me trouve particulièrement chanceux d'avoir le teint pâle: ça fait toujours son effet chez la gente masculine, d'après mes propres sondages. Un peu de blush sur les joues suffit à cacher mes angles pas assez féminins et rehausser mon teint. Du rouge pour mes lèvres fines et à peine roses. Un trait de noir pour redessiner la forme de mes yeux dorés. Un poil de mascara pour noircir mes cils déjà trop longs pour un homme à mon goût. Le pôle maquillage ne dure pas longtemps, mon visage s'accommode bien à un statut de femme. Je ne me lancerai pas dans les détails des accessoires et des habits, mais je tiens à préciser que j'ai les deux oreilles percées deux et trois fois chacune. Généralement, je porte des boucles rondes, minuscules et colorées. Concernant ce changement de sexe, il faut bien comprendre que je ne déteste pas me transformer en dame de temps en temps pour des raisons financières, mais que je ne suis pas travesti pour autant! Surtout qu'au final, ce costume est autant secret que mes missions. Personne n'a jamais pu me voir en femme et en homme de son vivant, ou alors, il n'a pas vécu longtemps après sa découverte. Je ne vous ferai pas l'inventaire de mon armoire puisqu'il y a autant de vêtements décalés que de personnages à jouer. Mais personnellement, mon vrai moi, Luka Chris Moenning, il aime s'habiller sans se prendre la tête: jean déchiré et pull large et couvert de peluche à l'intérieur. Ou juste un ensemble short et tee-shirt de manière à être détendu et à l'aise. Si je n'ai aucune couleur préférée, je constate en regardant ma penderie que j'ai quand même plus de couleurs vives. En fait, je ressemble un peu à un adulescent beau gosse (Oh!) de nature mais qui ne s'occupe pas plus de lui qu'un autre. A un garçon banal quoi.



..............

..............« Oh, baby, baby, it's a wild world
................It's hard to get by just upon a smile » Cat Stevens *

    Je ne laisserai pas parler Luka pour la simple et bonne raison qu'il ne se connait pas aussi bien que moi. Il est moi, et je peux vous assurer qu'il n'imagine pas quel genre d'inconscient je suis. Perfide, je sévis pendant ses rêves et tente de le réveiller: il est loin du grand Luka que je voudrais qu'il soit. Malgré ses vingt-deux ans, il reste un enfant qui a besoin d'être constamment rassuré. Il cherche des repères dans toutes ses activités, et s'en repais gloutonnement. Luka se croit fort, il ne l'est pas. Luka se croit sûr de lui, il n'a pas confiance. Luka ne sait pas qui il est. Il a été gâté comme le petit dernier qu'il était, et n'a jamais eu besoin de réfléchir par lui-même. On lui pardonnait tout. Il n'a jamais grandi. Il dit s'être émancipé, et il en est fier. Alors qu'il n'a jamais eu aussi peur que tout seul. Être responsable, il ne sait pas ce que c'est, il a toujours fait ce qu'il voulait, quand il voulait. Les conséquences de ses actes, il ne les a jamais vues, ni prises en compte. On les lui a toujours cachées et maintenant, cela lui importe peu. Même pas du tout. « Ma liberté s'arrête là où commence celle des autres »? Il n'a jamais compris. En réalité, je pense qu'il est capable de faire attention aux conséquences de ses actes, mais je ne suis même pas sûr qu'il calcule les autres, à la base, il est totalement indifférent. Je dirai même qu'il utilise les gens pour se sentir rassuré et ne pas être seul. Il utilise ces relations sans même se rendre compte que ses agissements sont malsains. Et il joue tellement bien les amis intimes, que les autres ne voient que du feu dans son attitude. Autant que lui, en réalité. Il ne réfléchit pas vraiment, il se laisse vivre. Il est indifférent à tout ce qui est commun, en surface. Que les choses ne soient pas rangées, ce n'est pas important. Rien n'est important. Et si il croit savoir qui il est: un garçon avec de la personnalité, un caractère bien trempé. Mais il s'obstine à penser cela uniquement pour se rassurer. Car Luka ne sait pas qui il est, il se confond dans tous ses personnages qu'il s'amuse à créér. Il ne s'est jamais posé clairement la question non plus. Cela ne l'intéresse pas plus que cela, mais éviter d'avoir peur, ça s'est intéressant. Et pour cela, se donner un repère de jeune homme posé, calme et banal, dont la double vie l'oblige à se déguiser, c'est tellement limpide et excitant! L'ennui, Luka ne connait pas trop. Il s'est toujours autorisé à faire ce qu'il voulait, pourquoi changer? Il aime l'aventure, le risque, les livres policiers et d'action. Alors comment déroger à la règle de faire ce que l'on aime? Mercenaire, c'était ressentir l'adrénaline et devoir mettre au point des plans intéressants, tout ce qu'il y avait dans ses bouquins auxquels il pouvait donner enfin vie. Et il n'y a pas eu d'hésitation. Luka s'est révélé être un fin stratège, astucieux et qui n'a pas froid aux yeux. La facilité d'adaptation à ce milieu était impensable, mais s'est réalisée. Je n'aurai jamais pensé qu'il puisse se mettre autant en danger que cela, mais je ne vais pas m'en plaindre. Ses instincts sont apparu. Ses lectures l'ont gavé d'imagination et d'inventivité pour ne jamais échouer. Son état sauvage s'est réveillé au grand bonheur de son porte-monnaie. Mais derrière cette réussite, il sait avoir un trop grand coeur pour être un véritable mercenaire. Et justement, tuer un enfant, jamais. Ce fut son plus grand échec. Ses premières blessures, également. Quand on regarde bien, la vie de Luka est régie par la peur. S'il a peur d'être seul, il est également effrayé par les autres et doute d'eux. Il ne s'attache pas de peur d'être dupé. Calme depuis toujours, il n'a jamais été capricieux, et ne l'est toujours pas. Plus silencieux que comique, il est loin d'être bagarreur et susceptible ou même impulsif. Il agit comme un enfant, a peur comme un enfant, s'émerveille comme un enfant. Pourtant, les autres le voient réellement comme un adolescent un peu rebelle qui vit dans l'alcool et la fête de la majorité. Totalement banal, pas plus saoul qu'un autre (surtout qu'il ne tient pas forcément bien l'alcool!), ni plus studieux, il n'a pour amis que des jeunes qui ressemblent eux-même à cette description, fêtards. Et Luka croit en cette amitié, globalement. Parce qu'il croit être comme eux, il les suit dans leurs délires, dans leurs coups de gueule. Mais ce qu'il ne réalise pas, c'est qu'il n'a pas les mêmes intérêts. Cette vie qu'il 'vit' n'est pas la sienne. Il est tellement loin de tout ça. Tellement dans son monde, pour se protéger. Et si je devais le décrire, c'est l'histoire d'un garçon qui se croyait comme les autres, fort et jeune, raisonnable, mais qui ne vivait pas. Qui se laissait bercer par les aventures qu'il adorait. Qui crachait sur l'ennui et la routine. Qui avait besoin de s'émerveiller encore et encore, et qui se faisait peur pour se sentir vivant.




Dernière édition par Luka Moenning le Ven 9 Sep 2011 - 23:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Moenning
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Mer 7 Sep 2011 - 2:22


***

..............

..............« Il n'y a que toi pour savoir quelles sont vraiment tes envies
................Il n'y a que toi pour savoir quel sens donner à ta vie...
»
David Hallyday *


    ......*.......Je suis là, c'est l'inconscient de Luka que vous lisez. Je pense que ma présence pour cette partie est tout aussi importante que pour celle d'avant. Pour les mêmes raisons. L'horreur, on la voit tous les jours, subjective à travers nos yeux. Elle effraie et dérange. Alors, pouf, on la met au placard. Et le placard, ici, c'est moi. Je suis un véritable pigeon et c'est pas faute de vouloir me venger. Il m'a forcé à tout avaler, j'ai obéi, mais n'ai rien oublié. Et ses problèmes, c'est moi qui en détiens le secret. J'ai une mémoire illimitée, je prends, éponge, et vous livre l'histoire intime de mon hôte, dans ses moments les plus difficiles.
    En réalité, l'inconscient au sens précis du terme n'apparait que vers les trois ans de l'enfant, quand celui-ci prend conscience qu'il existe. Avant cette découverte, le bébé ne se connait qu'à travers des sensations presque animales, telles que la faim, ou la douleur. Il n'est qu'un avec le reste du monde puisqu'il ne ressent que l'intérieur. L'épreuve du miroir le rend finalement capable de distinguer les autres de lui-même. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne garde aucun souvenir de ses dix-huit premier mois, au contraire: on peut considérer que le conscient et l'inconscient ne font qu'une unité de surface, et que l'enfant est encore plus sensible au monde extérieur, bien qu'il ne sache pas qu'il en est différent. Les tensions, ou au contraire les preuves d'amour et d'attachement, sont ressenties au centuples et sans notion de subjectivité. L'enfant les reçoit de plein fouet, et cela influera sur son comportement futur dans le sens qu'il se sentira plus ou moins protégé pour découvrir le monde et s'en faire un avis.
    Dans le cas de Luka, ses parents ont su le couver et lui donner tout l'amour dont un enfant a besoin. Je sens que je vais m'emmêler à parler de la famille de cette manière, alors je vais vous embêter avec leur prénom, hein! Le père de Luka s'appelle Jérôme et travaillait dans une entreprise de chaussure dans laquelle il ne gagnait pas grand chose; alors que Madame Moenning, elle, s'appelait Kate-Louise Mustang, de son nom de jeune fille, avait une petite fortune de par ses parents, et était professeur d'université. Bien qu'il existe des métiers dont la paie est plus élevée, le couple n'avait pas besoin de se serrer la ceinture à la fin de chaque mois. Ils s'étaient trouvés une petite maison dans la ville de Olassiam. La venue de Jule, le frère de Luka de dix ans son aîné, totalement imprévue il faut l'avouer, envenima la situation. Les deux amoureux étaient incapables de concilier le travail, le couple et la vie de parents. Si bien que le garçon n'avait pas un an qu'il avait été envoyé chez les parents de Kate-Louise qui habitaient alors à deux rues de la famille Moenning. Cette stratégie finit par payer car le couple n'était plus débordé et trouvait le temps de voir leur fils une ou deux fois dans la semaine. Mais dans la tête de Jule, l'équation était simple, il avait été une difficulté insurmontable pour ses parents, avait vécu ce changement de maison comme un abandon et il se réfugia dans l'amour que lui portaient ses grands-parents maternels. La rupture entre Jule et ses géniteurs se fit de manière lente et douloureuse, dans un mutisme et dans l'incompréhension. Les années passèrent et dix ans après avoir donné la vie une première fois, Kate-Louise tomba enceinte à nouveau. Cet enfant-ci, était désiré. Elle l'aimait déjà et se sentait véritablement mère. Le couple avait plus de recul avec la douleur de l'éloignement de Jule et avait réfléchi à cette grossesse. Ils pouvaient financièrement subvenir aux besoins de cet enfant. Quelques jours avant la naissance de celui qui allait être son petit frère, Jule se libéra des maux qui avaient terni son enfance. Et il intima à ses parents de réparer la souffrance qu'ils lui avaient causé en comblant d'amour cet enfant et en l'élevant comme si c'était leur vie qui se jouait. Les mots de leur premier fils atteignirent Jérôme et Kate-Louise en plein coeur, et se jurèrent de ne jamais voir ce fils qui allait arriver souffrir comme avait souffert Jule.
    Luka ne donna aucune complication lors de sa naissance et fut accueilli dans ce monde avec plus d'amour qu'on ne pouvait en donner. Plus que des parents poules, ils étaient gagas. Contrairement à Jule, Luka n'eut presque aucun contact avec les parents de sa mère, sans jamais chercher à en avoir. Si le fait qu'il avait un grand-frère ne lui était pas caché, on se gardait de lui expliquer la raison de son absence dans la maison familiale. Luka était l'enfant-roi, il obtenait tout ce qu'il voulait, et n'avait même pas à faire de caprice. On lui servait tout sur un plateau d'argent. Ce comportement développé depuis son plus jeune âge s'est accru: il avait le droit de faire ce qu'il voulait; cette idée s'était ancrée et c'était inimaginable qu'elle soit fausse. L'erreur de ses parents était faite, ils avaient certes élevé cet enfant mais ne l'avaient pas éduqué. Heureusement, Luka n'était pas un enfant difficile à l'école et il était loin de se bagarrer avec les caïds. Ce que préférérait Luka, c'était les livres. C'était sa bulle. Il rêvait d'aventure et d'incroyables expéditions. Il se voyait marcher sur les volcans et se battre contre les brigands. Il lisait, et rêvait, toute la journée, du matin jusqu'au soir. Ses parents voyaient cela comme une promesse d'avenir. Il lui offrait des livres à s'en perdre, et Luka passait son temps dans la bibliothèque dans laquelle il était le maître. Tout se déroula de cette manière jusqu'à ce qu'il ait huit ans. Et là, je vais vous faire un compte rendu parfait des évènements.


    ......*.......De réflexe, Luka frappa la main qui venait de le sortir du sommeil. Il inspira l'air à grande goulée en espérant retrouver un rythme normal. Il se rappela progressivement qu'il lisait avant de s'endormir, et qu'il s'était senti bercé par les doux rayons du jour. Ses deux yeux dorés fixaient leurs semblables avec un air d'excuse clairement lisible. En face de l'enfant, se tenait un adolescent blond aux cheveux longs et ondulés, avec donc deux iris pareilles au soleil resplendissantes. Une fois le réveil difficile passé, le plus âgé fit ses excuses de manière brève.
    -J'ai à te parler.
    L'air un peu indécis de Jule convint Luka à ne pas réfléchir et l'invita d'un geste de la main à s'assoir sur le fauteuil à côté du sien. Même s'ils partageaient le même sang, Jule n'avait pas de pouvoir sur la maison qu'il avait fui. Luka avait bien remarqué que depuis ses plus vieux souvenirs, Jule ne s'était jamais senti chez lui dans cette famille où il y avait ses parents et son frère. Il ne le lui avait jamais reproché et s'était toujours contenté de la relation qu'ils entretenaient. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle il s'étonnait de voir son ainé à ses côtés en cet instant. Comme à chaque fois, Jule ne venait pas sans raison. Une fois installé dans le sofa, l'adolescent fixait intensément les motifs du tapis sans pouvoir relever le regard. Jule sentait que son frère cherchait ses mots. C'était une coutume que Jule avait, de toujours bien choisir ses mots, et le jeune Moenning l'admirait pour cela. Son livre sur les genoux, il s'attarda sur les détails de la bibliothèque pour laisser le temps passer.
    -Tu dois savoir.
    -Savoir quoi?
    Luka avait répondu du tac-au-tac, sans regarder son frère, toujours à la recherche d'un détail imaginaire caché entre ses livres. Voyant le silence récupérer ses droits, l'enfant regretta cette réponse mal pensée, et chercha à retrouver un peu d'humilité et quittant les recueils d'aventure des yeux. Il trouva dérangeant le fait que Jule l'observait attentivement. Mais il n'en dit rien.
    -Tu es tellement aimé, Luka. Et tu ne le réalises même pas. Est-ce que tu penses que cela t'es dû?
    Luka parut gêné. Il secoua nerveusement la tête en signe d'incompréhension.
    -Lorsque on choisit d'avoir un enfant, on se doit de l'aimer. Ca s'appelle une responsabilité.
    La gêne augmentait; Luka ne comprenait pas tout. Les phrases voulaient tout dire et rien dire à la fois. Il sentait que derrière ses mots, il y avait un sous-entendu, comme dans ces livres où les auteurs veulent conquérir un public large. Mais là, il n'en saisissait pas le sens. Devant la mine de plus en plus déconfite de son jeune frère, Jule rougit de colère.
    -Tes parents sont stupides!
    Jule avait haussé le ton, ce qui fit reculer Luka dans son fauteuil. Sous sa colère, il n'y avait aucun doute, Luka ressentait du chagrin et des regrets. Et en voilà un mot qui ne laissait pas de malentendu possible. Mais c'était tellement dur, et sans argument, le jeune Moenning ne voulait pas se laisser persuader.
    -Je ne te croies pas.
    Jule parut prendre conscience de la nécessité d'être clair. Il prit deux ou trois longues minutes pour se calmer et chercher de nouveau ses mots, et reprit ses affirmations. Il lui expliqua tout, sa naissance, son enfance. Ce « débarrassage » et surtout, toute cette souffrance. Le petit garçon écoutait avec attention, pour ne pas froisser son aîné. Quand vint le passage de la naissance de Luka, Jule hésita.
    -Ils m'ont demandé comment les pardonner. Je leur ai dit de t'aimer à en mourir, alors ils t'ont offert leur vie. Tu es leur plus beau cadeau, et ils feraient tout pour toi, je peux te l'assurer. Ils se tueraient pour ton bonheur, est juste le plus beau pardon que je pouvais leur souhaiter...
    Pour Luka, le monologue n'avait duré que deux phrases. Le temps s'était figé à « vie ». Que voulait-il dire? Qu'est-ce que Jule avait voulu dire? Si de l'extérieur, il paraissait intéressé et conscient, son esprit se brouillait. C'était un déluge de nouvelles sensations dérangeantes: doute, peur, colère. Dans sa tête d'enfant, les choses étaient claires: plus rien ne l'était. Ses parents, l'aimaient-ils? A huit ans, ce genre de question peut traumatiser, alors il a effectué un petit balayage. L'inconscient que j'étais a tout avalé. Et lui, il a grandi avec ça au fond de lui. Tous ces actes sont des preuves qu'il a peur, tellement peur. Il a des amis auxquels il ne veut pas s'attacher par peur. Il se refuse d'être seul par peur. Il tient bon dans ce monde qu'il s'efforce de voir comme le meilleur. Le meilleur des mondes...



    .......*......Ensuite, après avoir mis de côté cet incident qui aura au final marqué sa vie à jamais, Luka a grandi dans l'ignorance de lui même. Toujours autant plongé dans ses livres et ses histoires, il a étudié de manière acceptable et ne s'est jamais intéressé aux études à proprement parler. Malgré tout, lors de l'année de ses quinze ans, un groupe de voyous du même âge l'avait élu Bouc-émissaire. Il semblait tellement fragile, c'était une proie si facile. Or, Luka qui avait lu et imaginé des situations similaires savait que pour se faire respecter face à des abrutis pareils, il fallait soit taper plus fort, ce qui était impossible, soit de se montrer capable du pire. Bon, se teindre les cheveux n'est pas le pire en soi, mais cela a suffit pour qu'ils changent de victime. A partir de ce moment-là, Luka était davantage respecté des garçons, et apprécié des filles. Le côté Bad Boy qui se teint les cheveux apparemment. Mais Luka n'aimait que ses livres. Ses amis, comme il les appelait, il les appréciait parce qu'il n'était pas seul, mais s'ils devaient changer tous les jours, cela ne le dérangerait pas. Il ne s'attachait pas, jamais. Quand il atteint dix-huit ans, il prit la décision de partir à Sannom, seul. S' « émanciper ». Un bien grand mot pour se faire croire qu'on est capable de se retrouver seul. Les choses sont ainsi faites. Une fois installé dans son appartement, Luka se rendit compte qu'il avait réellement besoin d'argent. Il fut accepté dans de nombreux petits boulots qui ne sont que pertes de temps comparé au salaire gagné. Livreur de journaux, vendeur dans une boulangerie, éboueur... Il s'est d'ailleurs arrêté à cet emploi-ci, qu'il a trouvé répugnant. Le problème, au final, c'est qu'il n'a jamais eu à se débrouiller vraiment. Il s'est enfermé dans ses illusions sorties de livres et ses parents lui donnant tout, il n'a jamais appris à vivre de lui-même. Jusqu'à ce jour, qui a changé sa vie.





Dernière édition par Luka Moenning le Sam 10 Sep 2011 - 1:18, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Moenning
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Mer 7 Sep 2011 - 15:18

***





    ......*.......Les lieux étaient sombres, allumés par une applique dont l'ampoule jaune dépassaient indécemment de son cadre. L'odeur de bois vieilli et de métal rouillé empestait l'air du hangar. Luka avait eu du mal à s'habituer à l'odeur s'obligeant à respirer par petites inspirations. Le décor lui faisait penser à un ancien dépôt des entreprises de mobilier. Il ne se sentait pas à l'aise dans un tel endroit, quelque chose en lui criait « Va-t-en! », mais Emile lui avait promis de lui trouver un métier qui le sortirait à vie de la misère. Comment résister à cet appel? Son regard baladait, découvrant un étrange amoncellement de bois moisi à proximité d'un reste d'énorme four dans un coin du dépotoir. Il s'autorisa à se déplacer sur le bitume en évitant soigneusement les flaques d'huile. Bouger, il en avait besoin, pour faire descendre son rythme cardiaque, pour se détendre un peu. Il se concentra sur sa respiration pour inspirer le maximum d'air lorsqu'un bruit de ferraille brisa le silence. D'un mouvement brusque, Luka vit volte-face et découvrit l'étranger.
    -Emile.
    -Excuse-moi Luka, je suis en retard.
    Le jeune homme en question était grand et musclé, les cheveux courts et raides. Sa tenue n'était pas sans rappeler celle de Luka; pull à capuche trop large assorti d'un jean sombre usé aux genoux. Sa voix grave résonnait dans le hangar, renvoyée par les grands amas de métal ondulé. Il s'approcha d'un pas calme et se trouva face à Luka. Il lui fit un grand sourire avec un petit air désolé avant d'ajouter:
    -Bon, c'est pas super charmant comme endroit mais faut dire que l'organisation est un peu.. top-secrète en fait.
    -L'organisation?
    -Oui, ton futur job quoi. Depuis le temps que je te connais, je sais que ça va te plaire!
    Depuis le temps qu'ils se connaissaient? C'était une phrase bien trop longue pour la petite année qu'ils avaient passé à se fréquenter dans les bars et les boîtes de Sannom. En réalité, il était vrai qu'Emile connaissait plutôt bien Luka, ou du moins ce que ce dernier voulait qu'il sache. Et étrangement, Luka se disait lui faire confiance. Peut-être était-ce pour cela qu'il n'avait pas hésité avant de pénétrer dans ce cimetière de meubles, et qu'il ne s'inquiétait pas. Ce n'était pas que le sujet de la conversation n'était pas inquiétant -il l'était-, c'était que Luka avait réellement besoin d'un travail. Et l'opportunité ne se présenterait surement pas deux fois.
    Emile fit un signe de la main vers le fond du hangar et apparut dans la pénombre un homme avec très grand, plus encore qu'Emile. Luka s'inquiéta de devoir autant lever les yeux pour observer le visage de l'inconnu. Etait-il si petit? Le visage du géant était partiellement recouvert d'un bandage, lui donnant un air terriblement mystérieux. Non, inquiétant. Mais ça, c'était dû son air sévère et ses yeux d'un bleu glacial. Luka s'ordonna de ne pas reculer lorsque l'homme s'approcha. Il sentait un peu la mort, enfin, quelle imagination! L'étranger ne laissa pas Emile le présenter et se chargea de décliner son identité. Luka apprit alors qu'il était le chef des Meragas, une organisation un tant soit peu secrète, dans laquelle se regroupait les plus dangereux mercenaires des environs. Et il apprit aussi qu'on lui proposait d'en faire partie. En temps normal, les gens auraient pour réaction de tenter de s'enfuir le plus rapidement possible. Mais Luka, lui, était attentif. Manipulé aussi.
    -En fait, les gens qu'on doit supprimer ont tous commis des crimes, ou sont des pêcheurs. Jamais on a de mission concernant des innocents. Et la raison pour laquelle je pense que tu es un candidat parfait, c'est que tu rêves d'adrénaline, non?
    Ah ça, Luka, il en veut. Les arguments étaient juste à la hauteur de ses attentes. On lui promit de l'aventure, de la tension, des enquêtes, tout ce que l'adolescent cherchait dans un livre. Et là, dans le monde réel, quelle chance! Le petit coeur excité de Luka battait en tambour alors que son ami espérait une réponse. Le hangar et ses odeurs de pourriture lui paraissaient si loin. Il s'était déjà replongé dans l'aventure de sa propre vie, et rêvait déjà aux plans saugrenus qu'il saurait créer pour mener ses missions à bien. Un sourire transcenda son visage, contraste avec le décor déconcertant qui l'entourait.
    -Alors?
    Luka releva le visage, revenant à la réalité. L'air sévère du géant et le regard suppliant d'Emile, il ne les remarquait plus. Déjà plus, il ne rêvait qu'à cette autobiographie intense qu'il venait tout juste de débuter.
    -J'accepte le contrat!


    ......*.......A partir de cet instant, Luka ne s'est plus jamais ennuyé. En fait, il est tombé amoureux de la partie illusoire de son métier. Et il s'est vraiment révélé doué. C'est à force de lire, ça forge l'imagination. Luka devait tuer, et bien qu'il n'aimât pas cela, il avait signé dans le but de supprimer des malfaiteurs. Mais il jouait comme un enfant quand il devait songer à la manière d'accoster ledit criminel. Se déguiser en femme pour l'avoir à sa botte? Jouer la carte du cousin oublié? Collecter des informations, enquêter, Luka, c'était son dada. Il adorait cela. C'était pour son petit coeur une dose d'aventure dont il était devenu dépendant. Et bien vite, son chef s'est rendu compte qu'il avait en sa possession un atout considérable. Tout pensait à croire que Luka était un adolescent banal: sa jeunesse, son attitude en extérieur, sa bande d'amis, ses tours en boite, ses petits boulots. Et comme cerise sur le gâteau le fait qu'il change à chaque mission de personnage: personne ne peut faire le rapprochement avec le jeune garçon de vingt-deux ans. Les missions s'enchainent avec au bout des salaires exubérants, des primes de temps en temps, et une drogue fatale: l'adrénaline. Sauf qu'un jour, Luka perds pied. Il est confronté au pire. A un enfant aux cheveux et au regard doré.


    ......*.......« Impossible! »
    La bouche de Luka faillit s'agrandit de stupeur, mais la volonté et la raison lui ordonnèrent de garder les lèvres collées l'une à l'autre. C'était impensable. Tout avait été soigneusement préparé, réfléchi, minutieusement, pendant des heures et des heures. Pour ça? Se faire piéger par un gamin d'une dizaine d'année. Que faisait-il là? Qui était-il? La surprise le tenait immobile. En face de lui, dans le prolongement du couloir, les grands yeux de l'enfant le fixaient sans comprendre. Vêtu d'un long peignoir, trop long pour ses courtes jambes, il semblait être totalement réveillé. La pénombre le cachait partiellement, seule amie dans cette intrigue incroyable. Luka respirait longuement, réellement paniqué. Que devait-il faire? Prôner le malentendu... Avec du sang sur les mains, ce n'était peut-être pas la solution la plus évidente. Réalisant qu'il avait encore dans la main la paire de ciseau avec laquelle il avait tué ce feu-Monsieur Honda, Luka jura à voix basse, contre lui-même. Le gamin sembla enfin se sortir de son incompréhension, et murmura quelque chose. Une énorme flamme vint éclairer le couloir qui menait à la chambre du commercial. Révélant l'ampleur des tâches sur les mains de Luka, l'enfant se tétanisa davantage. Le jeune Moenning, lui, commença à paniquer sérieusement. Non pas parce qu'illuminé ainsi, on pouvait le reconnaître, cela était impossible en vue de son déguisement. Mais parce que l'enfant était Maga. Alors que lui, ne maîtrisait rien de la magie. Il était sérieusement en danger. Car ses techniques de combat ne rivaliseraient surement pas avec des incantations, si combat il devait y avoir. La peur commença à le gagner. Il respirait plus vite, son coeur tambourinait contre sa poitrine. S'enfuir, au plus vite. Ou le tuer. Non, il en était incapable. Pas un enfant. Pire, pas un enfant qui avait le même regard que Jule. Celui de l'enfant qui souffre.
    -Qu'est-ce qu'il s'est passé?
    La voix de l'enfant tremblotait. Il devait surement espérer que tout cela n'était qu'un affreux cauchemar, qui qu'il soit. Mais au fond de lui, on lui interdisait de ne pas y croire: le sang, la paire de ciseau, tout cela était réel. Affreusement réel. Luka ne put répondre. Il se contenta de reculer d'un pas en cherchant une solution pour ne pas finir comme sa victime.
    Les larmes de l'enfant se libérèrent et il répéta sa question en hurlant. Une terrible moue lui déforma le visage. Les larmes ne cessaient de couler.
    Luka fit un pas de plus en arrière.
    Le gamin foudroya le mercenaire du regard, les joues rougies par un autre sentiment: la colère. Non, la rage. Il murmura une autre incantation et Luka n'attendit pas la fin de la phrase pour lui tourner dos et regagner la chambre.
    Un hurlement sauvage s'échappa et le faucha dans sa course. Un nuage noir l'encerclait, petit à petit, la poussière sombre brûlant au contact. Tout se passait trop vite pour que Luka ait réellement le temps de réfléchir. Mais l'instinct le poussa à inspirer à fond, et à se brûler un peu les narines. Un air frais provenait de sa droite, avec un peu de chance, la fenêtre de cette chambre était entrouverte. Il ne se laissa pas une seconde de plus, les cendres griffant sa peau, et se jeta à travers le sortilège. Il se retint de hurler au contact de la poussière et ouvrit les yeux une fois la douleur passée. Les secondes étaient minutes, heures, et éternité. Il fallait qu'elle soit ouverte!
    Il prit son envol, libéré, exténué, sauvé.
    Sa chute fut plus rapide, son atterrissage plus douloureux encore, mais il se força à se lever et à courir, sans s'arrêter. Derrière lui, les cris et les pleurs avaient pour seule amie la mort.



    ......*.......Ce passage de sa vie l'a ponctuée. Je pense que c'est le terme exact. En fait, cela ne l'a pas dégouté de son métier, bien au contraire: cela a ravivé en lui le besoin de savoir se défendre ô combien mieux que cela. S'il n'était pas doté d'un don particulier, il mettrait ses compétences physiques en action. Comme dans ces livres où les héros se font avoir, et bien ils en ressortent mille fois plus fort. Le truc pas vraiment possible, en soi. Mais Luka, il veut être comme ça. Et il veut que ses aventures soient gravées dans les livres. Il ne se satisfait pas dans la routine, pourtant il y vit. Cela le rassure. Il change certes de personnage tous les jours, de missions à effectuer, de victimes, mais il se complait dans le même travail rébarbatif. La forme diffère mais le fond est le même. Il n'a plus autant peur. Le changement lui va tellement mal. Tellement mal qu'à chaque fois, il me le refile et le fuit, d'ailleurs. Cela me plairait bien qu'il rencontre quelqu'un d'assez chiant pour ne pas lui laisser le choix; vivre avec le changement, c'est cela, devenir un homme et s'émanciper. C'est s'adapter et aimer les choses comme elles viennent, en prenant le risque d'être blessé. Le contraire, cela s'appelle la fuite.


..............PS : J'avoue m'être servie du personnage de Yoshimo Isatae en tant que chef des Meragas, mais le fait est
..........................que n'ayant pas donné son nom, j'espère qu'il n'y aura aucun soucis de ce côté-là.





Dernière édition par Luka Moenning le Jeu 8 Sep 2011 - 20:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Moenning
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Jeu 8 Sep 2011 - 3:02

***


PRESENTATION TERMINEE
Vu que les futures modifications vont supprimer les familiers, et qu'aucun familier n'apparaissait
nécessairement dans la vie de Luka, suite à une discussion avec Edryn, j'ai choisi de ne pas en avoir. Plait-il? Rolling Eyes


..............

..............« It's the final countdown. » Europe *


..............Guilde souhaitée: Meragas.

    Il y a quatre ans et demi, peut-être au détour d'un TopSite, allez savoir, je ne m'en souviens plus, j'ai cliqué sur Gamaëlia. Mes plus beaux souvenirs de RPG sont là, en tant qu'élève appartenant à la Dalavirie. Et puis, il y a eu le lycée, et l'internat, et l'impossibilité de concilier le RP et les cours. Et ce n'était pas faute d'avoir essayé. Et c'est horrible de n'avoir aucun endroit pour donner libre cours à son imagination, c'est atrocement frustrant. Mais bon, je remercierai jamais assez ma chère Isuzu de m'avoir donné des nouvelles du forum et de ses RPgistes. Pendant trois ans d'internat, je me suis vue de nombreuses fois sur le forum lire les RP et m'intéresser aux présentations, j'aime tellement votre imagination débordante. C'est une cascade de sentiments divers, mais c'était surtout du regret de ne pas avoir su continuer. Enfin, le Bac passé, la frayeur derrière soi, c'est avec une crainte indescriptible que je commence la vie post-bac, avec la possibilité d'écrire tous les soirs et de pouvoir se connecter quand je le veux. Ca me soulage tellement si vous saviez! Et cette fois-ci, je voulais faire les choses bien alors j'ai vraiment réfléchi à un personnage qui m'inspirait et me donnerait envie de me laisser aller au RP comme je l'ai souhaité. Sur ces paroles mièvres, un grand MERCI ! I love you


***



Suzanne Vega – Luka
Mika – Kick-Ass
Cat Stevens – Wild World
David Hallyday – Un homme libre
Europe – The final countdown


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Evans
Admin
Cheftaine des Magassionnels
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3272
Age : 35
Maison/Métier : Magassionnelle
Année d'étude/de pratique : //
Familier : Un lynx - Tynador
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Ven 9 Sep 2011 - 20:46

Bienvenue ! Ou rebienvenue ? J'ai ma petite idée sur la question de ton perso précédent mais comme j'aime pas me tromper je ne tenterai pas les devinettes xD

Physique : "Ma taille, c'est peut-être ma plus grande déception. Mais bon, j'ai appris à vivre avec. ""
Il se trouve trop grand ou trop petit ? 1m75 c'est correct je pense.
"Surtout qu'au final, ce costume est autant secret que mon passe-temps rémunéré. "
Un passe-temps, mercenaire ?

A propos de l'histoire, ce serait cool que tu précises dès le début que Jules est le grand frère de Luka ^^" Et il est né dans quelle région au fait ?

Sinon je n'ai rien à dire... Pour Yoshimo Isatae, la description que tu en as faite est assez passe-partout pour des Meragas donc je n'y vois aucun problème, personnellement ^^


T'es mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gamaelia.heavenforum.com
Luka Moenning
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Ven 9 Sep 2011 - 23:30

Si tu ne veux pas de devinettes, rends-toi vite sur les Archives de la ChatBox! Wink

Effectivement, ces points n'étaient pas clairs, ou pas évoqués du tout. J'ai tout changé, de la taille qui lui paraissait trop petite et que j'ai diminué, à la ville de naissance de Luka et Jule, qui n'est autre que Olassiam. (Ce fut d'ailleurs assez difficile de me repérer vu que la carte a disparu! silent)

Like a Star @ heaven Merci d'avance! Like a Star @ heaven



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Evans
Admin
Cheftaine des Magassionnels
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3272
Age : 35
Maison/Métier : Magassionnelle
Année d'étude/de pratique : //
Familier : Un lynx - Tynador
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Ven 9 Sep 2011 - 23:44

Hmmm... Je vais chipoter, mais pourrais-tu préciser que c'est son grand frère s'il te plaît ? ^^"
J'ai relu la archives de la CB, ça confirme ce que je pensais xD Et je remonte à Liven la carte manquante, c'est un coup de l'hébergeur à tous les coups ça.


T'es mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gamaelia.heavenforum.com
Luka Moenning
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2011

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Sam 10 Sep 2011 - 1:20

Plus de devinette alors!

Modification... ou plutôt, ajout réalisé !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Evans
Admin
Cheftaine des Magassionnels
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3272
Age : 35
Maison/Métier : Magassionnelle
Année d'étude/de pratique : //
Familier : Un lynx - Tynador
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Sam 10 Sep 2011 - 13:02

C'est bon pour moi, je valide ! Attends une deuxième validation ^^


T'es mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gamaelia.heavenforum.com
Edryn Edge
Admin
Fan d'Alia
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3244
Age : 99
Maison/Métier : À la retraite
Familier : Bolognaise, une marmotte timbrée.
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Mar 13 Sep 2011 - 1:40

Comme Yoshimo est absent pour le moment je te valide aussi, mais ça serait bien de voir avec lui si ça ne le gêne pas ce que tu as dit au sujet de son personnage, lorsqu'il sera revenu.

Re-bienvenue.

L'Akaëlia aurait été tellement mieux muahahah ^^




« The only way is to let go, get rid of all the fear of not being perfect. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoshimo Isatae
Ancien membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 82
Age : 34
Maison/Métier : Chef des Meragas, Chef du Clan Isatae
Année d'étude/de pratique : 3 années
Familier : Venoma - Araignée Frelon amoureuse de son humain.
Date d'inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: - Luka M. *   Mar 20 Sep 2011 - 22:23

Bien après analyse de ton histoire je valide ton utilisation de mon personnage, description type de la tenue et de la carrure! Bienvenue chez les méragas Twisted Evil ( Petit regret sur le fait que tu n'es pas mentionner Venoma qui est bien souvent sur son visage ^^ )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Luka M. *   

Revenir en haut Aller en bas
 
- Luka M. *
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passage Niveau 2 [Ange H. Rejes dit Hannelore L. Schmitt & Luka Era Grey]
» Luka Azarov [petit russe perdu en Ecosse]
» -- délai accordé -- My name is Luka...
» Tournoi des V1: Ama d'Amphitrite (Luka) // Christophe du Lynx (xxx)
» Le rapprochement [PV Luka Morel] (début à la salle de musique) [Tereminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamaëlia :: Accueil et vie du forum :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: