Kiyo Promtak

    Partagez

    Kiyo Promtak

    Message  Kiyo Promtak le Dim 14 Jan 2018 - 14:38


    KIYO
    PROMTAK

    Jeune femme, 26 ans,
    Nomag (4,30)
    Ryzeurs d'Or


    Identité


    Naraïenne
    Née un 16 octobre
    Jeune entrepreneuse
    Depuis 6 mois




    Physique

    Anodine. Presque fade. Etrangère, sans doute...

    C’est le genre de silhouette sur laquelle on ne retourne pas, sauf pour remarquer une petite chose maigre d’un mètre cinquante, hurlant de naturel. Il y a quelque chose de subtil et de simple dans sa démarche et dans ses gestes. Une attitude, plus qu’un ressenti, une intuition peut-être, légère. De la force aussi. Plus que ce que ne laissent deviner ses muscles souples. Une cicatrice. Celle d’une opération à coeur ouvert, encore rose au milieu d’une poitrine inexistante. Et un regard, impénétrable. Inexpressif.

    Au milieu de ses omoplates anguleuses, un vieux tie and dye s’épuise sur les pointes de ses cheveux. Ils sont bruns, presque noirs. Presque aussi bruns que le sont ses yeux. Elle n’est pas vraiment belle. Exotique, peut-être. Avec ce teint olive, et ces amandes qui s’étirent pour refléter son âme. Vide. Des pommettes saillantes, un nez plat, une jolie bouche aux grandes dents. Et un sourire, inoubliable. Vivant.

    Dans sa façon d’être, de l’assurance, empreinte de pudeur. D’une retenue si particulière, si fière, comme un respect que l’on porte à soi-même avant tout autre. Hypocrite, s’il le faut. Indifférent, au besoin. Dans sa voix, un accent. Doux. Et, pour peu qu’on soit sensible à cette délicatesse, à cette forme de poésie, des silences. Et cette sérénité, implacable.
    Epanouie.

    A part.













    Caractère

    Individualiste, distante et imperturbable, Kiyo est déconcertante. Elle préfère s’effacer, discrète ou indifférente. Calme. Elle attend. Elle écoute. Elle observe et apprend. Mais il y a dans cette retenue polie quelque chose de dérangeant. Quelque chose de faux. L’impression, parfois trompeuse, qu’elle dissimule son mépris et un caractère affirmé.

    Pourtant, elle est sans complaisance. Abrupte. Franche. Il y a peu de délicatesse et de compassion dans ses jugements. Elle prend tout au premier degré. Et sa façon de s’exprimer est lapidaire. Elle ne pense pas à mal. Elle oublie juste de filtrer ses pensées, de prendre les précautions nécessaires. Et, dans son innocence un peu brusque, elle alterne entre candeur et pertinence. Ou impertinence.

    Comme une enfant, elle est naïve et crédule. Elle s’émerveille. De tout. Elle a cette spontanéité, cette fragilité, une sorte de grâce juvénile qui impressionne. La capacité de contempler le monde et d’y trouver du réconfort, de sourire devant l’adversité, aussi. Et puis, une étonnante maturité. Un esprit vif. Mais c’est cette assurance qui est sa force.

    Car il y a en elle des choses qu’elle ne comprend pas. Des certitudes. Aussi immuables que des montagnes. Et des doutes. Plus profonds que des abysses. Des pulsions, comme de grandes marées qui se retirent et l’abandonnent sur la plage de sa conscience. Et des craintes. Des craintes aussi sombres que la nuit où hurle un vent froid et sauvage. Mais il ne s'agit pas de les comprendre.

    Elle n’accorde que peu d’importance aux valeurs morales, aux codes sociaux ou aux grandes interrogations existentielles. Son chemin à elle est spirituel. Sa vision du monde n’est comme aucune autre. Mystérieuse. Poétique. Différente. Elle est très sensible à son environnement et aux autres, à ces signes du destin, aux légendes mystiques, à cette réalité qui n’est pas toujours la sienne.

    Savoir interpréter et accepter sa destiné est une question importante à ses yeux. Essentielle même. Dotée d’un instinct quasi-surnaturel, elle est également très superstitieuse. Cependant, elle a aussi le sens pratique et sait s’astreindre à une discipline ou à une tâche précise. L’inconnu et la nouveauté l’attirent beaucoup. Et elle n’a pas peur de prendre des risques.

    Pourtant, Kiyo reste énigmatique. Elle est capable d’un manque total d’humanité, puis d’une tendresse insoupçonnée. Elle porte attention à des détails futiles et surprenants, en se désintéressant des enjeux immédiats et primordiaux. Elle ne connaît pas l’amour, mais elle est affective et attachante. Singulière. Dysfonctionnelle. Imparfaite. Donc parfaite.















    Histoire

    PROLOGUE


    Il n’y a pas d’histoire. Ou seulement celle d’une anonyme, d’un papillon posé sur une orchidée avant qu’il ne s’envole. De ces autres, aussi, qui l’entourent. Et des ombres qui ternissent un sourire.


    - 1 -


    La sienne commence à Nara. C’était une enfant sage et intuitive, née d’une famille modeste. Des horticulteurs. Elle a grandi dans les faubourgs où la pauvreté est une richesse, dans les jardins, surtout. Elle priait pour son grand-père. Elle écoutait chanter sa grand-mère et ses soeurs. Elle jouait avec ses frères. Elle regardait travailler son père. Dans la cour, elle apprenait à cuisiner avec sa mère.

    Il y avait des rires, de la tendresse. La bienveillance et la protection des siens. Du travail aussi, malgré son jeune âge. Dans ces endroits-là, on ne va pas à l’école. Ou seulement quand on a le temps. C’est ailleurs qu’on apprend, dans les rues, auprès des autres. Le reste, c’est l’expérience.


    - 2 -


    Kiyo a pourtant très vite compris que l’harmonie avait un prix. Celui que son père versait chaque mois pour travailler, pour corrompre, pour cette sécurité précaire qu’on leur offrait. Les Triades. On les recevait avec respect, même ces jeunes dégingandés un peu trop bruyants. On les saluait. On les invitait à dîner. Et surtout, on leur rendait service. A la moindre occasion.

    Ils n’étaient pas comme ses frères, trop doux, trop faibles. Et elle non plus. Elle était vive, forte, et cela leur a plu. Elle n’avait pas douze ans quand ces services sont devenus un travail. Surveiller, d’abord. Informer, ensuite. Puis, se rendre utile. Elle savait se taire, être efficace. Et elle n’avait pas peur. C’était cela, surtout, qui les impressionnait.


    - 3 -


    Les femmes étaient des distractions, rarement plus que des informatrices. Mais elle, elle était différente. Elle était une des leurs, une enfant qu’ils protégeaient, qu’ils élevaient à leur image. Dure. Son statut la protégeait, elle et sa famille qui n’avait plus besoin de payer. Et Kiyo réalisait petit à petit son destin.

    Cela n’a pas été facile. Elle a appris au nombre des coups cuisants qui s'abattaient sur son corps frêle. Mais elle était prête à l’endurer. Elle savait ce qu’elle voulait. Survivre. Se battre, même contre plus fort que soi, apprendre à ruser, à exploiter ses faiblesses. Discipline, toujours. Être rapide. Brutale. Frapper fort et se protéger. Danser. A mains nues d’abord, puis au couteau. Aligner une cible, retirer le cran de sûreté, tirer. Obéir. Offrir la mort. Eparpiller les morceaux de son âme. Elle était douée. Assez pour s’offrir de quoi partir.


    - 4 -


    Le voyage commence par une errance. Une errance de soi, comme on oublie quelque part un parapluie transparent. Et elle a mis du temps à se trouver. Mais le temps n’est pas un problème, il ne s’écoule pas de la même façon pour elle, comme un mécanisme ralentit qui égrène des secondes qui n’en sont pas, malgré leur régularité. De petite frappe, d'homme de main, elle est devenue mercenaire. D’une redoutable efficacité.

    Kiyo a aimé découvrir le monde, ce monde qui n’est pas tout à fait le sien. Elle est venue à Sannom, pour étudier le commerce, la vente et le marketing. A dix-neuf ans, vivre une vie normale. C’est là, qu’elle a rencontré Roxas, Liven, Grey et Léo. Mais Roxas, surtout.

    Elle les a aidé, chaque fois qu’elle le pouvait. Sans doute plus qu’elle n’aurait dû. Sa cicatrice le lui rappelle. Une limite nouvelle à laquelle elle doit s’habituer. Mais ce n’est pas grave. Tout va bien. La lame qui s’est enfoncée dans sa poitrine, tout près de son coeur, a permis aux éclats éparpillés de son âme de s’y faufiler. Elle est complète à nouveau.

    Ils sont partis et elle les a suivi, un temps. Par instant. Quelques fois. Lorsque Roxas l’appelait et que Liven contrôlait ce chaos grandissant en lui. Puis, elle a suivi son propre chemin, l’appel des siens, avant de revenir à Sannom. Autrefois, il lui semblait que son existence était plus simple.


    - 5 -


    Elle a vingt-six ans à présent. Elle est heureuse. Et elle a des projets. Léo est avec elle et cela la rassure. Il est idiot, mais il a cet étincelle qui lui manque, qui fait la différence. Ce n’est pas grave. Elle sait réfléchir pour deux. Elle veut juste se ranger, profiter d’une vie simple. Et ce qu'ils veulent créer, ce sera son sanctuaire, sa deuxième chance.

    Un nouveau destin.

















    Autre

    Comment avez-vous connu le forum ? Autre compte, autre jeu, autre vie ! Kiyo est un personnage qui a été spécialement réadapté au forum. C'est un double compte de Liven Reaves.

    Quelle est votre fréquence de jeu ? Les réponses devraient être rédigées rapidement, dans la semaine normalement ^^.

    Autre chose ? Ce personnage est totalement jouissif à jouer alors attendez-vous à la voir souvent.




    Liu Wen, Model
    H&M Spring 2014
    by Andreas Sjodin
    Instagram