Fanfictions, récits et autres...

    Partagez
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Mer 10 Fév 2010 - 2:09

    Bon je sais bien que vos persos ne réagiraient pas comme je l'écris, mais sinon je pourrais pas avancer.
    Je précise que tout à un peu été tiré au sort et que cette précision deviendras plus clair par la suite, enfin j'espère.
    Désolée pour les fautes...

    Spoiler:
    Où est mon corps?


    • Chapitre 1 : Juste un peu plus fou que d'habitude


    Cette histoire commença avec notre bien aimé (du moins le mien) Mikaël Rogers apparemment très mécontent et entouré de plusieurs autres Gamaëliens, dont les noms importent peu pour le moment. Ce cher Mikaël, donc, debout au milieu de la place de Sannom, commençait sérieusement à perdre patience.

    "Il faut qu'on le trouve!!!"

    Alors que ce dernier semblait près à détruire tout sur son passage, une forme passa à vitesse grand V, devant les autres Gamaëliens présents, avant de s'agripper avec joie au reporter plus que surpris.

    "Enfin je t'ai retrouvé!"

    La forme qui n'était autre que l'une des chasseuses de primes que tous nous connaissons bien, continua d'enlacer Mikaël devant les yeux ébahit des gens présents, quelques dizaines de secondes avant que le journaliste, ne pouvant se croire autre part que dans un rêve, laisse échappé avec surprise :

    "Isuzu!?"

    Etait-elle devenue folle? Etait-ce un vil piège de son invention pour contrecarrer un quelconque plan diabolique de Mikaël? Etait-ce une banale diversion? Ou était-ce simplement un rêve étrange sans queue ni tête? La dernière possibilité aurait bien expliqué des choses, mais malheureusement ce n'était pas le cas et pour connaitre le fin mot de l'histoire, il faut revenir quelques heures plus tôt avec, non pas Mikaël ou Isuzu, mais avec la jeune Kennedy Stevens s'éveillant telle une fleur dans un lieu à première vu inconnus.
    Un rayon de soleil traversa la fenêtre du bureau pour se poser sur le jolie minois de la jeune Kennedy qui, après quelques grommellements, se décida enfin à ouvrir les yeux, apercevant ainsi une pièce presque entièrement peinte de couleurs pastels et agrémentés de plusieurs dizaines de dessins et photos. C'était assez étrange puisqu'elle avait beau essayé de se souvenir, elle ne se rappelait absolument pas de cette pièce et de ce qu'elle faisait à l'intérieur. Elle se redressa tant bien que mal avant de se mettre à scruter le moindre petit objet de ce qui lui apparaissait, maintenant clairement, comme un bureau, bureau de quelqu'un de mal organisé à première vu puisque à cause des nombreux dossiers et feuilles qui se baladaient dessus, il paraissaient comme étouffé. Alors qu'elle se levait de son fauteuil, elle aperçue la photo d'une jeune fille blonde qu'elle semblait connaitre et se dirigea donc naturellement vers le portrait qu'elle prit par la suite dans sa main.



    *On dirait la photo de la fille du…*

    "Tiens bonjour papa!"


    Une jeune fille blonde entra dans la pièce avec un grand sourire, provoquant par la même occasion la surprise de la journaliste déjà présente.Pourquoi elle l'appelait papa? Que faisait elle ici? Peut être une blague de mauvais goût ou alors elle était ici pour interviewé la fille du directeur qui était complètement folle.


    "Tu me téléportes chez m. Boujin aujourd'hui ou je demande au concierge de le faire?"

    "Quoi?"


    Un sentiment de panique commença à prendre le dessus sur celui de la surprise, il fallait qu'elle se calme, elle pensa donc à ce que Mikaël aurait fait dans cette situation, sûrement harceler la fillette jusqu'à ce qu'elle lui dise où elle était ou ce qu'elle faisait ici. Oui c'était une bonne idée, lui poser pleins de questions jusqu'à ce qu'elle lui répondes, mais avant même qu'elle n'ouvres la bouche, Lisa, la fillette se remit à parler.


    "Tu n'as pas l'air bien papa…"

    "Je… pourquoi tu..."

    "Je ne voudrais pas te vexer, mais tu as une voix… étrange, tu devrais vraiment te reposer, je vais demander qu'on m'emmène à l'école, ne t'inquiète pas."


    Lisa se dirigea à grand pas vers elle et lui fit un bisou sur la joue avant de sortir du bureau.
    Il y'avait clairement quelque chose de bizarre aujourd'hui, comment se faisait il que Lisa, qu'elle connaissait à peine l'appelait papa? Etait elle aveugle pour ne pas voir que c'était une femme? Qu'elle n'était pas son père mais Kennedy Stevens, journaliste pour le Gamazine? La folie de son père aura sûrement eue raison de cette pauvre fillette innocente et si malléable. Quoi qu'il en soit cela ne répondait en rien à la question du lieu, pourquoi était elle là? Mais alors qu'elle levait la main pour se la poser sur le front elle se rendit compte d'une chose encore plus étrange. Pourquoi diable avait elle une chevalière sur la main droite, main droite qui avait, à vue de nez, doublée de volume!! Elle regarda alors son autre main, mais celle là aussi avait la même taille que l'autre. Quelque chose de très étrange se passait c'était sûr. Elle resta un moment à scruter ses mains qui ne semblaient plus être les siennes avant de se rendre compte que ses cheveux étaient devenus eux aussi bizarre, en effet ils avaient légèrement changés de couleurs et de longueurs, entre autre.



    "Mais qu'est-ce qu'il… HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!"


    Et oui, Kennedy venait de lever les yeux et d'apercevoir… un miroir! C'était un désastre! Un cauchemar! Une horreur sans nom!! Adieu jolie reflet féminin qu'elle connaissait si bien et bonjour reflet plus ou moins masculin qu'elle n'aurait jamais du voir à la place du sien. Elle respira profondément et s'approcha du miroir, son coeur battait la chamade, elle toucha ensuite son visage et ses cheveux avant d'ouvrir et fermer ses yeux tout en les frottants avec insistances, mais rien… Quoi qu'elle tentait, le reflet du Gabriel Scott domestique à poil mi long ne partait pas. Plusieurs questions resurgirent à nouveau, que c'était il passé cette nuit? On lui avait lancé un sort? Elle rêvait encore? Ou peut être n'était-ce que le miroir? Mais malheureusement pour elle aucune réponse ne sembla se manifester de si bon matin et pire, le miroir n'avait aucun rôle à jouer dans cette étrange affaire puisque lorsqu'elle se retourna celui qui se tenait sagement devant elle ne lui renvoya rien d'autre que l'image du directeur.
    Kennedy prit alors une grande inspiration avant de réfléchir à un moyen d'arranger ce… truc… Après quelques minutes de silences et surtout de contemplation alarmée face au miroir, elle eue l'idée de se lancer un sortilège qu'elle connaissait depuis un certain temps et qui allait, selon elle, marcher à coup sûr! Elle se concentra un instant avant de lancer le sort, mais cela n'eu pas l'effet escompté et la pièce fut remplit d'une jolie fumée rose bonbon, pour sa plus grande joie. Kennedy était certes douée mais de toute évidence dans le corps de Gabriel tout était différent… c'était le cas de le dire… Une minute seulement après avoir lancé son sortilège, elle fut obligé de sortir du bureau dans lequel la visibilité devint nulle et se retrouva dans un couloir de l'académie.
    Elle mit à nouveau sa tête dans ses "nouvelles" mains avant de penser, encore plus paniquée :



    *Mon corps!*


    Si Kennedy était dans le corps de Gabriel, la logique voulait certainement que le directeur soit dans le sien. Il fallait donc qu'elle retrouve Gabriel et par la même occasion son corps, ensuite avec un peu de chance ils trouveraient un moyen de tout arranger! D'un pas décidé elle traversa les couloirs de l'académie, mais les regards instants eurent vite raison de cette assurance, elle pressa donc le pas et passa à nouveau, et par un "heureux" hasard, devant un nouveau miroir, s'apercevant qu'elle ne portait qu'un bas de pyjama et des chaussons "moumoutes". C'est vrai qu'elle aurait pu s'en apercevoir avant, mais que voulez-vous? La pauvre était sous le choc. Un peu paniqué et pensant en "femme", elle attrapa la première tapisserie venue et s'enroula dedans.


    *Il faut que je me change…*


    Elle pensa retourner dans le bureau à la recherche de vêtements pour se changer, mais en s'imaginant la scène elle conclus qu'elle préférait finalement ne pas se changer… Kennedy regarda les élèves, apparemment pas plus choqués que ça, déambuler dans le couloir jusqu'à ce qu'un professeur pointe le bout de son nez.


    "Hey! Heu… S'il vous plait?"

    "Hmmm?"

    "Oui vous!"

    "Oh monsieur le directeur! J'avoue ne pas vous avoir reconnus dans cette… tapisserie?"

    "Oui… heu… je regardais le dessin d'un peu plus près."

    "…"

    "Bon peu importe… auriez-vous l'amabilité de me prêter votre veste et vos chaussures?"

    "Pardon?"

    "S'il vous plait votre veste et vos chaussures?"

    "Hein??"

    "En tant que… directeur j'exige votre veste et vos chaussures!"


    Elle avait légèrement haussé le ton, mais si elle ne l'avait pas fait la situation se serait sûrement éternisé. En tout cas ça avait marché, le professeur regarda Gabriel-Kennedy comme s'il était folle, mais finis par lui donner veste et chaussures. Elle enfila la veste en quelques secondes, lâchant par la même occasion l'innocente tapisserie, puis tenta en vain de mettre les chaussures avant de s'exclamer :


    "Il a des grands pieds ce mec!!!!"


    Le professeur regarda son directeur avec surprise.


    "Je veux dire… j'ai des grands pieds… ha ha ha…"

    "…"

    "Bon tant pis!"


    Kennedy remit, finalement, ses chaussons moumoutes, traversa les couloirs de l'académie puis, une fois sortis, elle se dirigea vers Sannom où était son appartement et surtout son corps!
    Le professeur qui venait de se faire racketter sa veste et qui gobait, à présent, les mouches, regarda le couloir quelques secondes sans bouger avant qu'un autre professeur ne lui tapote l'épaule.



    "Pourquoi tu lui as donné ta veste?"

    "J'en sais rien, il voulait mes chaussures avec… il avait une drôle de voix aussi…"

    "Bizarre tout de même."

    "Y'a plus bizarre…"

    "Ah bon?"

    "Ouai… il est passé devant le professeur Reaves sans même le voir…"

    "Nan!?"


    Pendant ce temps, dans une chambre de Sannom, le "vrai" Gabriel Scott ouvrait les yeux tranquillement puis s'étirait calmement avant d'entendre un bruit qui le fit sursauter, mais n'apercevant rien dans sa position actuelle, il décida de se lever et… :


    "HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!"


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Oz Roland
    Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues

    Messages : 878
    Age : 25
    Métier : Gosse de riche qui s'assume
    Nature : Joker
    Niveau : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Oz Roland le Mer 10 Fév 2010 - 21:41

    J'adoooooore *___*
    Nan sérieux, la journée a été fatiguante, je m'installe devant l'ordi, je me connecte sur Gama et lire une histoire gamaëlienne à la Edryn, çà fait trop du bien, je trouve. J'aime *-* Cà donne envie de voir la suite et de voir qui finit dans quel corps en fait xD

    Ah et à certains moments, j'étais pliée.

    Spoiler:
    Un peu paniqué et pensant en "femme", elle attrapa la première tapisserie venue et s'enroula dedans.
    -> Cette phrase me fait trop triper, j'imagine trop Kenny faire çà XD

    "Hey! Heu… S'il vous plait?"
    "Hmmm?"
    "Oui vous!"
    "Oh monsieur le directeur! J'avoue ne pas vous avoir reconnus dans cette… tapisserie?"
    "Oui… heu… je regardais le dessin d'un peu plus près."
    "…"
    "Bon peu importe… auriez-vous l'amabilité de me prêter votre veste et vos chaussures?"
    "Pardon?"
    "S'il vous plait votre veste et vos chaussures?"
    "Hein??"
    "En tant que… directeur j'exige votre veste et vos chaussures!"


    "Il a des grands pieds ce mec!!!!"
    Le professeur regarda son directeur avec surprise.
    "Je veux dire… j'ai des grands pieds… ha ha ha…"
    "…"

    -> Juste excellent, quoi. Coeur
    avatar
    Liven Reaves
    Admin
    Fugitif

    Messages : 2837
    Age : 36
    Nature : Kuromag
    Niveau : Expert

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Liven Reaves le Jeu 11 Fév 2010 - 10:14

    Edryn, tu as un fan club ?
    Je peux être le président du fan club ?

    Déjà pour imaginer ça faut être trop fort, pour l'écrire faut être une grande théière, mais pour l'écrire comme tu le fais faut être un génie ! Moi je vais plus loin qu'Oz, j'admire ! J'étais plié de rire du début à la fin et cette fameuse fin est un déchirement !!!! Je veux la suite !!! J'imagine déjà que Sila a atterrit dans le corps d'Isuzu non ? Parce que pour sauter au cou de Mikaël voilà quoi...

    Je veux savoir qui a atterrit dans le corps de Liven *___*
    Et puis Oz ? Vasco ? Arya ? Isuzu ? Jimmy ? (je plains celui qui a le corps de Jimmy, sa vision du monde s'en retrouvera "réduite" XD)... Bref, tout le monde. Ce qui me fait dire : JE VEUX UNE SUITE !!!

    **sort les pancartes de fan déchainé, envoie des courrier aux studio de la société S.R, réunit des comités, fait signer des pétitions et se prépare à harceler constamment l'auteur.**


    _________________

    AGAIN
    « Non desistas, non exieris »





    CE N'EST PAS TRÈS GENTIL DE NE PAS ÊTRE TRÈS GENTIL AVEC OZ
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Jeu 11 Fév 2010 - 17:35

    Nan j'ai pas de fanclub ^^'
    Merci à vous deux.

    PS : Nan Sila n'est pas dans le corps d'Isuzu, c'est bien pire...


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Oz Roland
    Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues

    Messages : 878
    Age : 25
    Métier : Gosse de riche qui s'assume
    Nature : Joker
    Niveau : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Oz Roland le Ven 12 Fév 2010 - 18:35

    JE VEUX ÊTRE DU FAN CLUB !

    Je suis en train de me triturer les méninges pour trouver qui est dans le corps d'Isuzu, çà m'intrigue trop O___O
    C'est terriiiiiiiible ce suspens XD
    Je veux la suite aussi, jeveuxlasuite, jeveuxlasuite, jeveuxlasuite, jeveuxlasuite >w<

    Coeur
    avatar
    Arya Evans
    Admin
    Cheftaine des Magassionnels

    Messages : 3307
    Age : 35
    Métier : Magassionnelle
    Nature : Shiromag
    Niveau : //

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Arya Evans le Sam 13 Fév 2010 - 17:57

    Mais qui est dans le corps de Mikaël en fait ? Ne me dis pas qu'il est dans le corps de Liven ? Et que par conséquent la personne qui se jette sur lui et qui est dans le corps d'Isuzu... Ca doit être Arya non ? O_o

    * Se triture les méninges *

    Bon en tous cas on veut la suite.
    Pas d'échappatoire possible.
    J'vais t'bouffer


    _________________
    T'es mort
    avatar
    Oz Roland
    Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues

    Messages : 878
    Age : 25
    Métier : Gosse de riche qui s'assume
    Nature : Joker
    Niveau : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Oz Roland le Dim 14 Fév 2010 - 0:57

    Mais oui, je partais du principe que Mikaël était dans son corps mais non en fait... o___o
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Jeu 10 Juin 2010 - 3:05

    Seulement après quatre mois... voici la suite de "Où est mon corps", dans ce chapitre : du rêve, de l'action, de l'humour, des frissons, de l'amour et bien d'autres... ou presque. Enfin bref quoi qu'il en soit j'espère encore bien vous torturer l'esprit sur qui est qui (mouahahahahah), surtout que les révélations ne sont pas très nombreuses dans ce chapitre. En tout cas, ne vous inquiétez pas, demain il y aura un autre chapitre sûr de chez sûr, à vrai dire je pourrais le poster dés à présent, mais sinon y'a moins de suspens et s'est moins marrant ^^ (non ne me jetez pas de cailloux s'il vous plait).
    Je m'excuse auprès de Kenny pour lui avoir donné une voisine si sympa et un gardien qui l'adore...

    Spoiler:
    Chapitre 2 : Continuez de chercher!


    Kennedy n'eut pas trop de problème à sortir de l'académie, mais lorsqu'elle arriva en ville, elle n'avait pas prévue qu'il y aurait autant de gens et surtout autant qui la regardait voir dévisageait. Forcément un homme en bas de pyjama, avec une veste légèrement trop courte et des chaussons "moumoutes" ça attirait l'oeil. Au début elle avançait calmement, mais plus la foule se faisait dense et plus elle se sentait mal à l'aise. Quelques femmes lui lancèrent même quelques oeillades aguicheuses, auxquelles Kennedy se contentait de répondre avec une expression de dégout mêlé de peur. Elle essayait de garder son calme du mieux qu'elle le pouvait, mais les regards tantôt moqueurs, tantôt aguicheurs ne l'aidaient pas vraiment, pourtant ce n'est que plusieurs minutes plus tard, après s'être vu dans la vitre d'un magasin qu'elle pressa le pas et se mit même à courir. En passant devant le Jumble, elle entendit vaguement un "Hey le dirlo!" mais n'y prêta pas attention, puisque pour elle, cela ne lui était pas adressé.
    Enfin, après une petite course dans les rues de la ville, Kennedy arriva à son appartement, elle fouilla machinalement dans ses poches mais forcément elle ne trouva pas ses clés, seulement un paquet de mouchoir, une craie et quelques pièces de monnaie. Ne pouvant pas ouvrir la porte de son appartement, elle décida de toquer jusqu'à ce qu'on lui ouvre, mais comme dans cette histoire notre douce Kennedy n'a pas de chance rien ne se passa. Personne ne semblait être présent dans l'appartement, ce qui la plongea soudain dans une angoisse encore plus grande jusqu'à ce qu'elle entendes un bruit qui venait de l'intérieur. Ni une ni deux, elle frappa de nouveau.


    "Monsieur Scott!!"


    Car pour elle, si elle était dans son corps, Gabriel Scott ne pouvait être que dans le sien…


    "Monsieur Scott!! Ouvrez la porte s'il vous plait, c'est Kennedy Stevens! vous êtes dans mon appartement!"


    Elle attendit une minute ou deux, mais la porte ne s'ouvra pas. Peut être était il déjà partit après tout? Pourtant elle aurait juré avoir bel et bien entendus un bruit venant de l'appartement. A nouveau elle frappa à la porte.


    "Ouvrez moi s'il vous plait! la clé est sur le meuble de l'entrée…"

    "Vous désirez monsieur?"


    Une voix retentit derrière Kennedy, c'était une dame d'un certain âge qui habitait l'appartement en face depuis des années. A vrai dire, la jeune journaliste ne l'aimait pas plus que ça, elle ne lui avait jamais inspiré confiance.


    "Bonjour madame…"


    D'une voix sèche et méchante la femme lui coupa la parole :


    "Qu'est-ce que vous faites là, à tambouriner sur cette porte?"

    "… Mais enfin c'est mon aaaa… mie, c'est mon amie! mon amie m'a dit de passer."


    Non franchement il fallait qu'elle retrouve vite fait son corps!


    "Je savais qu'elle avait des fréquentations douteuses, mais là c'est le pompon!!"

    "Comment ça fréquentation douteuse!?"

    "Sourd en plus de ça, ah les jeunes de nos jours… Je pari que vous devez être son énième petit ami…"

    "Non mais je ne vous…"


    *BAM!*


    La vielle femme claqua la porte de son appartement sans même laisser le temps à la jeune femme de rétorquer quoi que ce soit et derrière la porte Kennedy réussit à entendre la vieille femme.


    "Toujours dit qu'elle était volage!! D'abord l'autre blond et…"


    La journaliste resta alors bouche bée devant la porte de la voisine qui venait de claquer. Quelle Kelpie celle là alors! Kennedy qui avait toujours tenté de rester polie, d'éviter les conflits avec ses voisins… se sentit bien bête de ne pas avoir dit ses quatre vérités à sa voisine lorsqu'elle en avait eu l'occasion. Franchement si elle avait su. Alors qu'elle continuait de la maudire en silence, une nouvelle voix retentit dans le couloir.


    "Monsieur le directeur?"


    Il, enfin plutôt elle ne réagit pas, c'est sûr, elle n'avait pas eue le temps de s'habituer à son "nouveau" corps. Un homme qui avait à peu près la trentaine lui tapota alors l'épaule, elle se retourna et fonça les sourcils, ce qui lui donnait un air assez méchant.


    "Oui?"

    "Ah! C'est bien vous! je vous aurais reconnus parmi milles!"

    "On se connait?"

    "Oh vous ne devez pas vous souvenir de moi. Monsieur Searv, je suis le père d'un de vos élèves. On s'est vu quelques fois… mais si rappelez vous, la fête de fin d'année de l'an dernier… je vous assures que ce n'est pas la première fois que l'on se rencontre. Par contre j'avoue que votre voix ne paraissait pas la même, vous êtes enrhumé peut être?"

    "Elèves?"


    La pauvre avait vraiment du mal à accepter qu'elle était bel et bien dans le corps de Gabriel.


    "Ah oui… hum… enchanté de vous connai… voir… à nouveau? Mais je suis vraiment très occupée là maintenant et... enfin... vous comprenez j'en suis sûr."


    Les paroles très clairs de Kennedy laissèrent perplexes monsieur Searv qui la regardait à présent comme une bête curieuse. Elle se retourna, en espérant que l'homme aurait compris qu'il devait à présent la laisser et continua de tambouriner à la porte, mais au lieu de partir le voisin pris la main de Kennedy.


    "Si vous voulez vraiment entrer je peux vous aider, j'ai la clé."


    Tout à coup le problème de corps ne sembla plus si important que ça et elle commença vraiment à avoir peur. Ses yeux devinrent aussi ronds que des billes et elle commença à se poser des tas de questions. Où avait t'il déniché la clé de son appartement? Pourquoi? Où? Comment? Avec qui? Mais encore? Et demain? Etait-ce un voleur? Un pervers? Un psychopathe? Un Liven Reaves? Un…


    "… gardien!"

    "De quoi?"

    "Je suis le gardien de l'immeuble."


    L'homme avait décidé d'intervenir avant que le "directeur" ne se décide à le frapper avant de s'enfuir comme un dératé. La jeune femme sembla légèrement soulagé lorsque le gardien sortit un énorme trousseau de clé et qu'elle se rendit compte qu'il ne détenait pas que sa clé. Il mit la clé dans la serrures et la tourna jusqu'à ce qu'un petit "clac" retentisse, indiquant que la porte venait de se déverrouiller. La journaliste tourna donc la poignée de la porte en pensant "victoire!" et commença à s'engouffrer dans l'appartement avant de s'arrêter net.


    "Juste une question…"

    "Tout ce que vous voulez."

    "Vous êtes déjà entré là depuis que je… elle! je veux dire elle! habite ici?"

    "Bien sûr que non!"


    Son expression outrée finis de réconforter Kennedy. Elle lui lança un petit sourire poli et continua de s'avancer dans l'appartement, quand la main du gardien se posa sur son épaule, elle regarda sa main, puis son visage et vit un petit sourire charmeur se dessiner sur son visage.


    "Entre nous… vous méritez mieux…"


    Comment devait elle le prendre? Certes c'était un pseudo compliment mais pas réellement adressé à elle et puis ils avaient quoi tous à penser immédiatement qu'elle était son petit ami? Un homme lui rendais visite et ça y'est c'était un amant? *Tous fous dans cet immeuble*, pensa t'elle. Elle attrapa dédaigneusement la main de l'homme avec son index et son pouce et la poussa de son épaule avant de laisser échapper un :


    "…mais oui c'est ça…"


    Puis elle lui adressa un sourire plus que forcé avant de lui claquer la porte au nez. Note à elle même pour plus tard : "déménager".
    Enfin elle avait pu entrer dans son appartement, elle traversa une pièce puis deux à la recherche de son corps jusque'à ce qu'elle l'aperçoit, étaler de tout son long dans son lit et ronflant bruyamment. Les sourcils de Kennedy se levèrent de surprise, après tout ce qu'elle avait tambouriné à la porte, la personne dans son corps ne s'était même pas réveillé. Elle s'approcha du lit, s'assit à côté de son corps et le secoua comme jamais, si bien que la personne ouvrit les yeux, encore à moitié dans les vapes.


    "Monsieur Scott! Ecoutez! Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais je me suis réveillé dans votre corps et vous êtes dans le mien! Il faut que l'on trouve un moyen de revenir dans le bon corps! J'ai essayé de me lancer un sort mais… mais vous m'écoutez enfin!?"

    "Vous n'êtes pas ma mère…"

    "Bien sûr que non! Je suis Kennedy Stevens…"

    "… ni mon père et vous avez une voix bizarre pour un homme…"

    "Vous écoutez ce que je vous dis à la fin?"

    "Qu'est-ce que vous faites dans ma chambre?"

    "Monsieur Scott vous…"

    "Je m'appelle pas Scott…"


    Sous le choc Kennedy ne su quoi dire si ce n'est :


    "Quoi?"

    "Je suis Gilgamesh Baxter…"

    "Non!"

    "Si et je voudrais savoir ce que vous faites chez moi!"

    "Mais vous êtes chez moi! dans mon corps!!!"


    Kennedy ne lui laissa pas le temps de dire autre chose, elle souleva les couvertures, l'obligea à se lever, l'emmena devant son armoire et ouvrit la porte de cette dernière.


    "Voilà!"


    Gilgannedy et Kennebriel se tenaient devant le miroir de l'armoire, le premier en état de choc et la deuxième légèrement énervé. Gilgamesh eu la même réaction que lorsque Kennedy était tombé nez à nez avec un miroir , un peu plus tôt, il s'avança un peu plus et commença à se toucher le visage, il prit ensuite quelques mèches de ces nouveaux cheveux et qui n'étaient plus du tout de la "bonne couleur". Il continua de se regarder dans le miroir, regarda ses mains… sous le regard vigilant de Kennedy, au cas où… c'était toujours son corps après tout. Gilgamesh fit un tour sur lui même avant de chuchoter, malheureusement pas assez discrètement :


    "Je suis plutôt pas mal."


    Voyant le regard de Kennedy qui lançait des éclairs, il enchaina mine de rien.


    "Mais pourquoi je suis dans ce corps?"

    "Aucune idée, mais je veux retrouver mon corps immédiatement alors si vous aviez l'amabilité d'arrêter de me reluquer dans le miroir et de m'aider ça serait plutôt sympa."

    "Attendez deux secondes!"


    Le jeune médecin regarda un peu partout dans la pièce l'air apeuré avant de lancer :


    "Où est mon corps?"


    Kennedy d'un calme terrifiant ou plutôt d'un air blasé lui répondit calmement.


    "Je ne sais pas… là où vous avez dormis sûrement puisque vous êtes là où je me suis endormie."


    Il se regarda à nouveau dans le miroir.


    "Mais qu'est-ce que vous m'avez fait?"

    "Hey ho! Vous ne voyez pas que moi aussi je ne suis pas dans le bon corps?"

    "Bah..."

    "Oui bon, j'ai une idée! Vous m'aidez et je vous aides, si vous êtes dans mon corps et que je suis dans celui de Gabriel alors la logique veut que Gabriel soit dans le vôtres. On va aller chez vous, retrouver Gabriel… enfin votre corps, un petit sort et tout redeviendras normal, d'accord?"

    "Okay, ça me va…"

    "Mais avant vous allez me rendre mon corps s'il vous plait."

    "Et comment?"

    "Essayez un sort."


    Gilgamesh se demanda un instant ce qui lui arriverait s'il rendait son corps à Kennedy, se retrouverait t'il dans celui de Gabriel ou errerait il jusqu'à la fin de sa vie? Tout à coup il n'eu plus très envie de rendre son corps à sa propriétaire, mais l'impatience de Kennedy et le fait que ce n'était sûrement pas bien de squatter un corps qui ne lui appartenait pas eurent raison de lui et il se décida enfin à lui lancer un sort. Il se concentra un instant et lança un sort sur la personne qui lui faisait face, mais quelque chose n'était pas comme d'habitude, était-ce du au fait qu'il n'était pas dans son corps? Peut être. En tout cas lorsque il eu terminé, rien ne changea à part les cheveux du corps de Gabriel, maintenant devenus verts. La journaliste s'impatienta et lui demanda de relancer à nouveau le sort, mais rien à faire et lorsqu'ils s'y mirent à deux pour lancer le sortilège, ils eurent la bonne surprise de se voir tout les deux affublés d'une magnifique coupe de cheveux mi-longues aux couleurs de l'arc en ciel.


    "Ha! mes cheveux!"


    Kennedy s'empressa de s'approcher de son corps et commença à toucher ses cheveux, désespéré par ce qu'ils étaient devenus, quand à Gilgamesh il semblait résigné et proposa, sans vrai conviction :


    "On réessaye?"


    Elle le regarda un instant, enfin surtout ses cheveux.


    "Je ne crois pas que ce soit une si bonne idée finalement. Apparemment notre magie ne marche pas très bien dans le corps des autres…"

    "Bon allons retrouver mon corps et on réfléchira à comment revenir dans nos corps après."

    "Très bien allons-y!"


    La jeune femme partit alors d'un pas décidé vers la porte de l'entrée, elle en avait vraiment marre de ce corps, mais elle se rendit bien vite compte que Gilgamesh ne la suivait pas et elle revint dans la chambre.


    "Qu'est-ce que vous faites?"

    "Il faudrait peut être que je me change?"


    Kennedy parut outrée.


    "Comment?"

    "Je suis en chemise de nuit!"


    Elle le regarda de haut en bas.


    "Ah effectivement."


    Avec tous ses événements ce "détail" lui avait échappé et maintenant qu'elle s'en rendait compte elle ne pouvait vraiment pas laisser cet homme exhiber son corps en chemise de nuit dans la rue. Elle fouilla alors quelques minutes dans l'armoire et en sortis un pantalon, une chemise, une veste et des chaussures, qu'elle lui lança pour qu'il les mettent. Il passa le pantalon, la chemise sur la chemise de nuit et la veste par dessus, sous l'oeil vigilant de Kennedy, bien entendus. Enfin il s'assit pour mettre les chaussures et se releva pas très sûr de lui à vrai dire.


    "Vous n'auriez rien sans talon?"


    Kennedy fronça les sourcils et se remit à fouiller dans son armoire puis en sortit des ballerines qu'elle lui donna et, après s'être empressé d'enlevé les chaussures à talons, qu'il passa à ses pieds d'un air plus satisfait. La jeune journaliste ne pouvait s'empêcher de penser que c'était bien dommage qu'elle n'ai pas de vêtements d'homme chez elle, car même si son look n'était pas vraiment sa principale préoccupation du moment, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir un peu bête de la façon don son corps actuel était habillé, en plus elle avait légèrement froid avec la veste trop petite et les chaussons pour marcher n'étaient pas ce qu'il y avait de mieux. Une fois Gilgamesh prêt, il jeta un coup d'oeil au miroir.


    "Hum… quel look!"


    Puis ensemble ils sortirent de l'appartement, puis de l'immeuble, croisant par la même occasion le gardien qui lança un sourire charmeur à Kennebriel et un regard noir à Gilgannedy.


    Et pendant que ces deux jeunes personnes se rendaient à l'endroit où habitait Gilgamesh, au siège social du Gamazine se passait une chose un peu étrange…


    "Monsieur Rogers? Mais que faites vous sur le rebord de la fenêtre?"


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Liven Reaves
    Admin
    Fugitif

    Messages : 2837
    Age : 36
    Nature : Kuromag
    Niveau : Expert

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Liven Reaves le Jeu 10 Juin 2010 - 5:53

    Spoiler:
    Etait-ce un voleur? Un pervers? Un psychopathe? Un Liven Reaves? Un…

    Liven vient de tempêter tout ce qu'il savait dans ma tête...



    Spoiler:
    "Monsieur Rogers? Mais que faites vous sur le rebord de la fenêtre?"

    La chute est juste énorme ! Liven jubile d'avance.

    En un mot, j'adore ! Sourire Gaby


    _________________

    AGAIN
    « Non desistas, non exieris »





    CE N'EST PAS TRÈS GENTIL DE NE PAS ÊTRE TRÈS GENTIL AVEC OZ
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Jeu 10 Juin 2010 - 18:11

    Chapitre trois avec beaucoup de bla bla...

    Spoiler:
    Chapitre 3 : Mais alors... où est Gabriel Scott?


    Heureusement pour nos deux jeunes gens qui avaient "perdus" leurs corps, la maison de monsieur Baxter ne se trouvait pas très loin de l'appartement de Kennedy et ils ne leurs fallut pas plus qu'une dizaine de minutes, à marche rapide tout de même, pour arriver à destination. Le quartier était charmant, assez calme et pourtant proche de la ville, quand à la maison de Gilgamesh ou plutôt de ses parents était ma foi très élégante, mais tout ces détails nous écarte de notre histoire alors revenons à nos moutons.
    Gilgamesh qui était passé devant, pressa le bouton de la sonnette et quelques minutes plus tard une femme vint ouvrir la porte, étonné de voir deux personnes qu'elle ne connaissait pas et surtout qui étaient habillés si bizarrement.


    "Oui?"

    "Bonjour mam… heu madame, nous voudrions voir Gilgamesh Baxter si ça ne vous dérange pas?"


    La femme, méfiante de voir de tels énergumènes demander après son fils hésita fortement à inventer n'importe quelle excuse pour qu'ils partent très vite, mais voyant le visage suspicieux de la femme, Gilgamesh se décida à intervenir.


    "Nous avons entendus dire que votre fils est le meilleur des médecins de la ville et cet homme-ci..."


    Il frappa légèrement Kennedy au ventre avec le dos de sa main.


    "…est vraiment très malade, ça ne se voit pas bien sûr, mais c'est pourtant bien le cas."


    La femme, pas vraiment convaincu demanda alors :


    "Quelle maladie?"

    "Heu une… heu…"

    "Trobolite…"

    "Trobo quoi?"

    "Une trobolite aiguë, très très dangereuse…" *touss touss*

    "…"

    "Ca ne dureras pas plus d'une minute… s'il vous plait."

    "Très bien."


    La femme referma la porte derrière elle puis partit chercher son fils, qui quelques minutes plus tard apparus sur le pas de la porte après avoir entre ouverte cette même porte. Gilgamesh dévisagea le propriétaire de son corps et s'apprêta alors à dire quelque chose, mais lorsque Gilgamesh-corps vu Kennebriel un grand sourire se dessina sur son visage.


    "Je suis content de vous voir monsieur le directeur! Je me suis réveillé dans cette maison, dans un autre corps et après une dame m'a demandé si je voulais des gaufres pour le petit déjeuner, mais moi je lui ai dit que je voulais mon lapin en peluche et elle m'a dit que j'avais passé l'âge et…"

    "Vous n'êtes pas Gabriel Scott?"


    Gilgamesh-corps s'arrêta et regarda inquiet Gabriel-corps.


    "C'est toi le directeur?"

    "Oh non…"


    Enfer… Suicide… Eternelle damnation… non cela ne pouvait être vrai! Kennedy paru plus désemparé que jamais, tandis que Gilgamesh se frappait le front avec la paume de sa main et que Gilgamesh-corps semblait effrayé et sur le point de pleuré.


    "Si tu n'es pas Gabriel, qui es tu?"

    "Jolan… je suis élève…" *snif snif*


    Kennedy qui vit que le garçon était presque sur le point de pleurer, lui dit gentiment en posant sa main sur son épaule.


    "Nous aussi on est dans les mauvais corps... je m'appelle Kennedy et lui c'est Gilgamesh, tu es dans son corps. Ne t'inquiète pas on va tout arranger… on va aller retrouver ton corps et…"

    "Mais il est où alors le directeur?"


    Mais oui, où était donc passé Gabriel? Se pouvait il qu'il soit dans le corps de Jolan? Pas vraiment en fait, même pas du tout. Quittons un instant ses trois personnes plus déprimés que jamais pour revenir quelques instants en arrière lorsque le cri retentit à la fin de premier chapitre… Nous avions donc laissé ce cher Gabriel se réveiller telle une fleur, puis il avait décidé de se lever après avoir entendus un bruit étrange, mais lorsqu'il cru poser les pieds par terre, il ne toucha pas le sol mais une chose plus moelleuse et apparemment très délicate.


    "HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!"


    Gabriel leva les pieds aussi vite que s'il venait de marcher sur des braises et la chose qui venait d'être écrasé sans ménagement se leva d'un bond, plus en colère que jamais.


    "Non mais j'y crois pas! Faut pas te gêner espèce de…"


    La chose s'arrêta alors de parler, la bouche entre ouverte, les yeux ronds comme des billes, à la fois surprise mais aussi étrangement contente. Le directeur ne comprenait pas pourquoi la personne le regardait comme ça ni même ce qu'elle faisait dans son bureau, car malgré le fait qu'il la connaissait plus ou moins bien elle n'avait pas grand chose à faire à cette heure si matinale, dans ce qu'il croyait être son bureau. Néanmoins et malgré la surprise, il adressa un sourire poli à la personne qui lui faisait face avant de le saluer poliment.


    "Bonjour Vasco, comment allez vous?"

    "Vasco? De quoi tu me parles Oz? T'as trop bu? Et c'est quoi cette voix bizarre?"


    Gabriel se demandait de plus en plus pourquoi Vasco semblait si étrange et pourquoi il l'appelait Oz, il n'avait rien en lui qui pouvait laisser de place au doute, non personne n'aurait pu le confondre avec lui, peut être était-ce à cause de la visibilité réduite du rockeur. C'était très étrange car dans son souvenir il ne se rappelait pas qu'un bandeau était si gênant, certes ça l'était mais pas forcément pour reconnaitre une personne, enfin lui il n'en avait porté qu'une fois. Une fois lorsqu'il s'était déguisé en pirate pour la fête surprise de Laura, c'était une belle fête d'ailleurs avec des tas de gens, des tas de gâteaux aussi, tous plus bons que les autres et cette décoration! Ah merveilleuse décoration avec des…


    "Hey ho! Oz! Oz!"

    "Hein?"

    "Qu'est-ce que tu fais dans ma…"


    Vasco-corps se rendit soudain compte qu'il n'avait jamais vu cette couleur au mur avant aujourd'hui… ni même cette étagère et à vrai dire le lit qu'il pensait être le sien n'avait finalement rien à voir avec celui de ses souvenirs.


    "…Attends… On est où là? Si c'est une blague j'ai déjà vu mieux!"

    "Mais nous sommes dans mon bureau cher Vasco."

    "Pourquoi tu m'appelle Vasco? En plus ça n'a rien d'un bureau ici, on dirait une chambre d'hôtel…"

    "Ha ha ha une chambre d'hô…"

    "Quoi?"

    "Qu'est-ce que je fait dans cette chambre d'hôtel???"


    Gabriel se leva d'un bond, il venait enfin de se rendre compte que la pièce n'avait rien de son bureau à l'académie. Qu'est-ce qu'il venait faire ici? Comment était il arrivé ici? Un mauvais sort? Une blague vaseuse? Et pourquoi Vasco ne cessait de l'appeler Oz? Et puis cette voix… il avait beau voir le jeune monsieur Fair, cette voix lui rappelait quelqu'un d'autre, quelqu'un de plus jeune, quelqu'un de plus proche, quelqu'un de plus…


    "PETIT!"

    "JE SUIS PAS PETIT!"

    "Jimmy c'est toi?"

    "Tu veux que ce soit qui d'autre?"

    "Bah vu ta figure Doudou, je pencherais pour Vasco."

    "JE TE REPETE QUE… Attends comment tu m'as appelé?"

    "Ne cri pas s'il te plait, j'ai un de ses mal de crâne. Je t'ai appelé, Doudou? Je sais que tu n'aimes pas, mais c'est l'habitude, promis je ne t'appellerais plus comme ça ni à l'académie ni…"

    "L'académie? T'essaie de faire quoi là? imiter le directeur? Nan parce que là c'est vraiment raté."

    "Jimmy… JE suis le directeur… c'est moi Gabriel!"

    "Mais oui… et moi je suis le père Noël."

    "Non tu es Vasco!"


    Gabriel tendit le bras en direction d'un miroir accrocher au mur en face de lui et dos à Jimmy, ce dernier par réflexe se retourna et vit avec stupeur le reflet de Vasco à la place du sien et comme les autres, il commençât à toucher son visage et plus particulièrement son bandeau, pour se persuader que tout ça n'était pas qu'un mauvais rêve. Gabroz s'approcha à son tour du miroir et laissa échapper un :


    "Oh mon dieu quelle horreur! En plus d'avoir très mal à la tête, je suis tout petit!"


    En réalité la taille de Coco ne devait pas être très éloigné de celle de Gabriel, mais comme à son habitude il exagérait un chouilla et puis le fait d'être dans le corps d'Oz ne lui plaisait que très moyennement voir pas du tout. Quand à Jimmy bien que sa visibilité fut réduite de moitié et qu'il n'était pas dans son corps, il ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine fierté d'avoir atterrit dans un corps plus âgé et surtout plus grand, à son tour de toiser les autres Gamaëliens, à lui alcool et adieu académie de malheur! Mais tout ça c'était sans compter le directeur choqué plus que jamais et malheureusement il décréta, après que l'idée qu'Oz pouvait être dans son corps à lui ne lui passe par la tête :


    "Il faut qu'on retrouve nos corps!"

    "On pourrait peut être attendre un peu et…"


    Gabroz jeta un regard si noir à Jimasco que ce dernier se rétracta, bien que l'idée de rester à cette taille lui aurait bien plu.


    "J'ai rien dit…"


    Les deux compères, enfin surtout un des deux, qui étaient en "totale panique" se précipitèrent dehors à la recherche de leurs corps qui étaient sûrement dans l'académie, mais ils n'avaient pas penser que dehors il ne ferait pas très chaud. Gabroz portait des habits tout à fait normaux mais était totalement débraillé, apparemment Oz n'avait pas prit la peine d'enlever ses vêtements pour dormir quand à Jimasco il portait un simple bas de pyjama. Imaginez donc ses deux jeunes hommes plutôt séduisants, à moitié nus, se baladant en plein milieu des rues déjà bien remplies, forcément ça ne passe pas inaperçus surtout auprès de la gente féminine. Jimmy se sentait fier, il marchait le torse bombé et la tête bien haute avec un air satisfait tandis que Gabriel marchait à vive allure, oubliant parfois un instant qu'il était dans le corps d'Oz et répondant aux sourires aguicheurs par un sourire charmeur, mais cela ne durait jamais très longtemps.


    "LÀ BAS!"


    Le directeur se mit à crier en pleine rue, faisant fuir plusieurs jeunes femmes qui étaient venues à leurs rencontre set faisant par la même occasion faire un bond de 15 mètres à Blanco. Alors que le jeune Nashaovien s'apprêtait à exprimer son mécontentement, il eu tout à coups les tympans explosé par ce taré de directeur qui n'arrêtait pas de pousser des cris stridents à tout va.


    "LE GARDE DU CORPS DE LIVY!!!!"


    Alors que les oreilles de Jimmy bourdonnaient, Gabriel se mit à courir en direction de Loghan qui paraissait un peu paumé et surtout effrayé de voir Oz débraillé lui courir droit dessus. Arrivé à sa hauteur, le directeur attrapa les mains de Loghan dans les siennes. Cela ne le choquait absolument pas que le garde de corps n'était pas avec Liven, par contre Jimmy qui avait retrouvé à peu près toutes ses capacités auditives trouvait, quand à lui, cela un poil étrange.


    "Oh il faut que vous nous aidiez, vous devez venir avec nous! Nous allons à l'académie… une chose folle est arrivée et…"

    "Vous pourriez me lâcher les mains?"


    Non cette voix n'était pas celle de Loghan, loin de là…


    Et pendant que notre cher directeur et Jimmy chou se demandaient bien qui pouvait être dans le corps de Loghan; Kennedy, Gilgamesh et Jolan, qui étaient sortis de la maison, se dirigeaient en direction de l'académie eux aussi, tandis qu'Arya-corps s'apprêtait à monter tout en haut de la tour panoramique, non pas pour se suicider mais pour donner de la voix à son tour…

    ----

    Pour ne pas trop vous perdre voici juste un petit récapitulatif de qui est qui :

    *Kennedy est dans Gabriel
    *Gilgamesh est dans Kennedy
    *Jolan est dans Gilgamesh
    *Gabriel est dans Oz
    *Jimmy est dans Vasco


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Oz Roland
    Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues

    Messages : 878
    Age : 25
    Métier : Gosse de riche qui s'assume
    Nature : Joker
    Niveau : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Oz Roland le Jeu 10 Juin 2010 - 20:47

    J'adore.
    Trop <3
    Je suis morte de rire tout du long de la lecture, j'aime, c'est tout XD

    Je vais éviter de faire des citations, j'en ai trop et j'ai déjà tout fait in CB, hein XD

    Et quel suspeeeeens, en plus <3
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Lun 21 Juin 2010 - 5:51

    Chapitre 4 pour bien vous embrouiller / avec quelques touches subtiles de pubs / un nom donné en l'honneur d'un fan de cartes
    Attention : dernière phrase du chapitre pouvant heurter la sensibilité des yeux les plus fragiles.

    Spoiler:
    Chapitre 4 : Mauvaise pioche


    Arya Evans, jeune chef des magassionnels de son état, marchait dans les rues de Sannom d'un pas assuré, elle n'était pas très différente de d'habitude, même couleur de cheveux, même taille, même poids… enfin vous l'aurez compris, tout était normal, enfin presque. Elle aussi, et c'était devenus apparemment la nouvelle mode, était habillé façon "je viens de me réveiller", c'est à dire en pyjama et arborait aussi une magnifique coupe de cheveux made in "je viens de passer sous un bus". Malgré son look plus ou moins avant gardiste, rien ne semblait la perturber, elle avançait tout droit afin d'atteindre son but (ultime?) : la terrasse panoramique et non la tour panoramique. La tour sur laquelle était cette terrasse était un des joyaux de l'architecture Sannomanne, construite entre 1512 et cette année, par une certaine personne… certainement d'origine gamaëlienne, représentant quelque chose de vraiment très important… surtout pour la société actuelle (pour plus d'informations, référez vous à vos cours de 1ère année de l'académie ou au livre "L'architecture Sannomane mythe ou légende?" aux éditions Aqua). La magassionnelle semblait très pressée de prendre de la hauteur, car elle ne vit même pas Liven Reaves! noyé dans la foule qui tentait d'attirer son attention, elle fila telle une fusée, tout droit et ne s'arrêta qu'une fois arrivée au pied de la tour. Elle poussa ses cheveux qui lui tombaient légèrement sur le visage, regarda le haut de la tour et poussa un soupir résigné, il fallait qu'elle monte! Oui il le fallait absolument! C'était une question de corps ou de mort! Elle entra donc dans la tour et commença son ascension! En effet, tous les Gamaëliens qui avaient tentés de se rendre, sans l'aide de la magie, sur la terrasse affirmaient que cela s'apparentait plus à une escalade qu'autre chose. Et pendant qu'elle grimpait, en bas, Kennedy, Gilgamesh et Jolan se chamaillaient pour savoir quel était le chemin le plus court pour retourner à l'académie. Enfin Marc-André se baladait mine de rien en pyjama lui aussi, perdu dans ses pensées. Alors que Kennedy affirmait sans l'ombre d'un doute, tout en avançant, que le chemin le plus court était celui qu'elle venait de décrire, elle heurta Marc-André qui n'avait rien demandé à personne.


    "Oh excusez moi Gabriel."

    "Non c'est moi m. Leuboulait."


    Le visage de Marc-André s'illumina, comme si on venait de lui annoncer qu'il venait de gagner le tournoi de poker gamaëlien, il adressa alors un grand sourire à Kennebriel.


    "Alors vous aussi vous ne me voyez pas comme d'habitude?"


    Grand silence. La journaliste perplexe se risqua à poser la question.


    "Mais qui êtes vous?"


    Et la réponse ne se fut pas attendre.


    "Vasco Fair, vous ne me reconnaissez pas?"


    Non elle ne le reconnaissait pas. Elle ne connaissait pas très bien Vasco Fair, en tout cas pas personnellement, mais grâce à son métier pour le Gamazine (seulement 1.90 ryz) elle avait souvent vu sa photo... et pouvait sans problème savoir que la personne qui lui faisait face n'avait pas l'apparence du rockeur ambulant. Avait il le même problème qu'eux? En même temps, Marc-André était un peu étrange et avec lui on était sûr de rien, enfin c'est ce que Kennebriel pensa. Et tandis qu'elle se demandait si elle devait le croire ou non, Gilgamesh décida d'intervenir.


    "Vous vous moquez de nous là?"

    "Non pas du tout."

    "Vous ne vous seriez pas réveillé dans le corps de cet homme à la place du votre par hasard?"

    "Oui exactement! Comment vous avez devinez?"

    "Oh une intuition…"

    "C'était très étrange! Je me suis réveillé ce matin, j'étais dans une chambre que je n'avais jamais encore vu et une femme dormait à côté de moi. Je me suis levé, et j'ai vu que je portais un pyjama avec les signes des cartes, sans réussir à me souvenir que je l'avais mis, mais ce n'est qu'après quand je me suis vu dans un miroir que j'ai trouvé ça bizarre. Je me suis pincé, mais je ne me suis pas réveillé et lorsque la…"


    "MARCCCCCCCC-ANDREEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"


    Vascandré fut stoppé net dans son récit par une voix masculine qui venait d'un des étages de la tour, ce qui était bizarre c'est que cette voix masculine venait d'Arya. La jeune femme qui avait monté 4 étages en courant (quelle idée…) avait décidée de faire une pause et, regardant par la fenêtre un instant, avait aperçus Kennebriel, Gilgannedy, Jomesh et surtout Vascandré. Apparemment heureuse et soulagée de voir tout ce beau monde elle décida à nouveau de donner de la voix.


    "NE BOUGEZ PAS! J'ARRIVE!!"


    --


    Mais les gens n'en avaient pas marre de crier!? se demanda Jimmy, en entendant au loin une voix masculine tandis que Gabriel lâchait consciencieusement les mains de Loghan.


    "Merci!"


    Gabriel se devait toujours d'être poli.


    "Mais de rien."


    Loghan se frotta les mains sur un bout de son pantalon et d'un ton froid, prit de nouveau la parole.


    "Pas le temps."


    Puis il se tourna vers Jimmasco et lui adressa un grand sourire triste, bien sûr il ne comprit pas pourquoi il avait eu le droit à ce genre de sourire et cela le gênais un peu, mais tout s'éclaira quand…


    "Non attendez! Il faut que vous nous aidiez. On s'est réveillé et on était plus dans les bons corps…"


    Gabroz pointa Jimmasco.


    "C'est Jimmy, un des élèves de l'académie et je suis Gabriel, le directeur, vous ne reconnaissez pas ma voix?"


    Tout à coup, Loghan comprit! Lui ou plutôt elle aussi était victime de ce sortilège? potion? Car en réalité Loghan était… Edghan!


    "Ah! maintenant que tu le dis! Je me disais 'cette voix m'est familière' ."


    Oui et la voix d'Edghan disait aussi quelque chose au directeur, par contre le nashaovien qui se torturait les méninges pour comprendre ne voyais pas du tout. Voyant tout de même le directeur perplexe, elle ajouta.


    "C'est moi! Edryn!"


    Les yeux de Gabriel s'ouvrirent, plus étonné que jamais et Jimmy fronça les sourcils, car il avait entendus certaines choses à son propos. Il regarda alors le directeur.


    "Vous vous connaissez?"


    Gêne…


    "Non pas vraiment…"

    "C'est bizarre pourtant on dirait…"


    Gêne…


    "Vous avez une idée de comment ça a pu se produire? Vous avez retrouvé vos corps d'origines?"


    Déviation de sujet mine de rien…


    "Non, je me suis réveillé dans une chambre d'hôtel comme ça, Vasco... ou plutôt Jimmy était là et on s'est dit qu'on allait retourner à l'académie pour retrouver nos corps."

    "Ah justement j'y étais, je rentrais de ma réunion de… heu… travail… et tout à coup je me suis sentie mal et hop j'étais à l'académie, allongée sur un canapé, avec différents vêtements et tout un tas de bagues, colliers… autour du cou…"


    Elle eue une petite expression de dégout, puis elle continua.


    "J'ai tenté d'utiliser mes pouvoirs mais rien ne s'est passé." (utiliser ses pouvoirs, mais sur quoi/qui donc?)


    --


    Gilgannedy regarda Arya d'un air perplexe.


    "Donc vous êtes bien Arya?"

    "Oui"

    "Mais alors… qu'est-ce qui est arrivé à votre voix?"

    "Ma voix? Je ne vois pas ce que ma voix à d'étrange, mais c'est vrai qu'hier en prenant la voie qui mène à la voirie, je suis tombé en admiration devant l'ivoire du porche de mon voisin qu'il avait amené de son voyage et…"


    Arya marqua une pause de quelques secondes en voyant l'expression de Gilgannedy et comprit alors qu'elle (il?) était en train de le perdre.


    "Enfin bref, je me suis enrhumé d'où ma voix un peu plus grave."

    "Un peu? Quoi qu'il en soit, ça ne nous dit toujours pas pourquoi vous nous avez dit que vous n'étiez pas Arya…"

    "Parce que je suis Marc-André enfin maintenant je ne le suis plus puisque je suis Arya en même temps je suis quand même moi donc Marc-André donc c'est impossible que je sois Arya en fait et pourtant lorsque je me suis réveillé j'étais Arya enfin moi mais Arya tout en restant moi mais en étant Arya quand même parce que regardez ces cheveux blonds sont ceux d'Arya et pas les miens puisque mes cheveux sont les miens et pas les siens et qu'ils ne sont pas blonds mais maintenant ils le sont enfin techniquement oui mais non et puis c'est pareille pour mon visage très joli certes mais ce n'est pas le mien puisque c'est celui d'Arya qui est maintenant le mien qui doit s'en doute être le sien qui est un peu le mien tout en restant totalement le sien…"


    Gilgannedy essayait de comprendre de toutes ses forces en ce concentrant, mais les explications un poil tordues et peu compréhensibles que lui fournissait son interlocuteur, depuis maintenant une vingtaine de minute, le plongeait dans un océan de brouillard. Ce pouvait il qu'Arya se mette à parler de cette manière? Peu probable, à moins qu'un sort quelconque lui ai endommagé le cerveau, peu probable également, mais toute l'attention de celui de Gilgannedy se portait sur les paroles "d'Arya" pour tenter de la/le? comprendre et n'avait pas le temps de penser à autre chose. Kennebriel, elle aussi avait tenté de comprendre, mais avait décroché lorsque la magassionnelle c'était mise à parler de la dangerosité de manger des gaufres au sucre à 3h du matin prêt d'un Vulnakrik sauvage… elle avait néanmoins entendus quelques bribes de phrases et, quelques fois, les notait sur un vieux bout de papier qu'elle avait trouvé dans la poche de sa veste trop petite, déformation professionnelle sans doute? Quand à Jomesh, il était assis à côté de Vascandré sur une grosse pierre qui trainait là et tentait de lui expliquer du mieux qu'il pouvait qui était qui et ce qu'il c'était passé, chose assez complexe puisque lui même n'était pas sûr d'avoir tout suivis.


    "Mais qu'est-ce que viens faire le tube de dentifrice dans votre explication?"

    "Non pas le tube, seulement le dentifrice, la pâte en fait. Je disais que j'étais partis me brosser les dents en pensant que mon familier était déjà partis à son rendez-vous chez le vétérinaire, celui près de chez nous et non celui de l'angle avec le toit rouge puisque le remplaçant du vétérinaire habituel est tombé malade et qu'il va lui même voir le médecin à l'angle près de chez nous qui partage le grand bâtiment avec notre actuel vétérinaire. Donc, en arrivant dans la salle de bain j'ai pris le tube de dentifrice et c'est là que je m'en suis mis sur mon pyjama qui ne ressemblait plus à celui qu'un ami m'avait offert et que j'avais mis la nuit dernière!"

    "Mais, il y a à peine deux minutes, vous étiez en train de me dire que vous vous étiez réveillé dans une clairière, je ne sais plus où, entouré d'animaux sauvages…"

    "Non, ça c'était mon rêve, celui que j'ai fait la semaine dernière après avoir été à la fête de remise de diplôme d'un des fils des amis de la tante de mon cousin par alliance qui sont aussi nos voisins, pas ceux avec le porche en ivoire bien sûr, mais les autres avec le porche en bois de chêne Sandortien."

    "Ah mais oui, logique… Il y a une demi heure je vous demandais qui vous étiez en vous endormant hier soir et vous, vous me parlez de gaufres au sucre, de porche en chêne, de tube de dentifrice, de l'importance d'avoir un paquet de carte avec soit, d'un cambriolage qui s'est passé il y a un an, du coiffeur de la fille du père de votre grande tante et de la vache rousse du pré qui donnait en face de la maison DE VOTRE ENFANCE!"

    "En fait… ce n'est pas tout à fait ça… je vais vous rééxpliquer…"


    Gilgannedy était sur le point de péter les plombs lorsque Vascandré, un paquet de carte à la main sortit d'une poche de pyjama, demanda poliment :


    "Une petite partie monsieur Leuboulait?"


    Un immense sourire se dessina alors sur le visage de Marcarya, puis il sautilla vers Vascandré en oubliant totalement la personne à qui il tentait d'expliquer qui il était.


    "Jouons à la bataille! Tu es super mon corps, même sans moi tu penses toujours à l'importance de jouer aux cartes."


    Kennebriel regarda Gilgannedy planté comme un piquet, fixant l'endroit où avait été le "M-A-L" et qui maintenant était désespérément vide.


    "Et ben voilà, tu l'as ta réponse. Bon maintenant faudrait un peu avancer avant que… oh non…"


    La journaliste venait d'apercevoir Oz qui avançait à toute allure dans leur direction et, même si en temps normal il ne la gênais pas plus que ça, elle n'était pas très heureuse de le voir dans la situation actuelle des choses. Le médecin qui venait de sortir de son espèce de transe colérique, tourna la tête en direction d'Oz et commençât à lui faire de grands signes.


    "Mais qu'est-ce que tu fais?"


    Le médecin tourna de nouveau la tête en direction de la journaliste, un sourcil levé.


    "C'est ça qu'il t'apprends ton patron? A te cacher derrière une branche d'arbre trois fois trop petite?"


    Elle enleva alors la branche d'arbre de devant son visage et la regarda un instant, tout en fronçant les sourcils, avant de la jeter dédaigneusement derrière elle, manquant par la même occasion la tête de Jomesh qui ne demandait rien à personne. Ignorant l'interjection du Nashaovien, elle attrapa les deux bras du médecin et les plaqua contre le corps de ce dernier tout en pensant que ce n'était pas si mal cette nouvelle force.


    "Non mais, tu veux vraiment qu'il vienne nous voir alors qu'on a quelques "menus" problèmes de corps?"

    "Y'a Vasco avec lui… ou plutôt son corps."


    Sans desserrer ses mains des bras de Gilgamesh, ou plutôt des siennes techniquement, elle regarda à nouveau en direction d'AlcoolOz (surnom affectueux donné par un certain journaliste dont nous ne mentionnerons pas le prénom) et vit Vasco-corps suivre un MiaOz (surnom affectueux donné par une certaine personne travaillant dans le textile dont nous ne mentionnerons pas le prénom) apparemment très agité. De loin, même en sachant que Vasco n'était pas Vasco, les deux hommes n'avaient vraiment rien de différent, mais plus ils s'avançaient et plus Oz paraissait étrange à gesticuler dans tout les sens, quand à Vasco il avait l'air anormalement fier…
    Gabroz, Jimmasco et Edghan, qui avaient vu les grands gestes de Gilgannedy, se précipitèrent vers eux (surtout Gabroz) et, en moins de deux qu'il n'en faut pour dire "Gloire aux Pompons Sacrés", le corps de celui qui avait fait du glandage tout un art, se jeta sur le corps de Gabriel.


    "Oh mon amour, je croyais t'avoir perdu à jamais."


    Gabroz était à présent en train de frotter sa joue contre celle de Kennebriel qui appréciait moyennement, tandis que les autres se posaient de sérieuses questions, à l'exception de Jimmasco et Edghan. S'en suivit alors, une gifle, des regards étonnés, des larmes de crocodiles, un Vascandré réconfortant, des explications tordues Marcaryesque, un Gilgannedy au bord du suicide, un Vascandré réconfortant, re des explications, une Edghan jalouse, un Vascandré tentant de se faire pardonner, beaucoup de soupirs, beaucoup de regards en coin, un doigt pointant une direction, un "BATAILLE!", une blague au dépend de La Bête non comprise, une pensée pour Mikaël, une feuille qui vole, des cheveux aux vents, un vol de barrette sur la personne de Kennebriel, une Kennebriel honteuse de penser qu'elle se baladait avec une barrette dans les cheveux pendant tout ce temps, un bâillement, une mèche de cheveux Ozienne attaché par une barrette, un bombage de torse Jimmascien lors d'un jetage d'oeillade et enfin un :


    "Je me demande où est Oz…"


    En parlant de ce cher Oz… s'il avait été un animal on l'aurait piqué sans attendre, car la rage se voyait jusqu'à la pointe de "ses" cheveux.


    "ON SE FOUT DE MA GUEULE!"


    ----------
    Hu c'est qui? O.o

    Kennedy est dans le corps de Gabriel (Kennebriel)
    Gilgamesh est dans le corps de Kennedy (Gilgannedy)
    Jolan est dans le corps de Gilgamesh (Jomesh)
    Gabriel est dans le corps d'Oz (Gabroz)
    Jimmy est dans le corps de Vasco (Jimmasco)
    Vasco est dans le corps de Marc-André (Vascandré)
    Marc-André est dans le corps d'Arya (Marcarya)
    Edryn est dans le corps de Loghan (Edghan)


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Arya Evans
    Admin
    Cheftaine des Magassionnels

    Messages : 3307
    Age : 35
    Métier : Magassionnelle
    Nature : Shiromag
    Niveau : //

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Arya Evans le Mer 30 Juin 2010 - 0:53

    Edryn, tu sais que si tu ne postes pas la suite bientôt, je vais te tuer ?

    Aaaaaaaaaaaaah je rigole trop mes pauvres abdos xD C'est trop génial. Mais j'aimerais quand même savoir où est l'esprit d'Arya >.< Enfin je sais que MA est dans son corps, c'est déjà ça, ça aurait pu être pire xD (Quoique j'avoue que voir Arya déblatérer autant de choses en si peu de temps est assez... Choquant ? xD)


    _________________
    T'es mort
    avatar
    Oz Roland
    Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues

    Messages : 878
    Age : 25
    Métier : Gosse de riche qui s'assume
    Nature : Joker
    Niveau : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Oz Roland le Mer 30 Juin 2010 - 18:53

    J'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, j'adore, je n'en peux plus de rire, j'adore, j'adore, et je veux la suite et je meeeeeeurs.

    Coeur

    Austin Sevalith
    Ancien membre

    Messages : 53
    Age : 32
    Métier : Bras droit des Magassionnels, adorateur du chocolat sur les bords
    Nature : On recrute !

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Austin Sevalith le Mer 30 Juin 2010 - 19:21

    Mais qui est dans le corps de Jolan ?
    Mais dans qui est Oz ?
    Mais dans qui est Arya ??

    Tant de questions sans réponses (pour le moment) ...

    *s'installe avec un écriteau*

    Edryn-PoWa !
    La suite ♥ La suite ♥


    _________________


    Specials finks to Liven for the kit

    avatar
    Isuzu Kamageta
    Chef des Chasseurs de Primes

    Messages : 351
    Age : 38
    Métier : Chasseur de Prime - siège au conseil

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Isuzu Kamageta le Jeu 15 Juil 2010 - 23:43

      Encore une fois, une écriture libératrice de sentiments négatifs. Vous voilà prévenus.

      Spoiler:
      Fini. Tout est fini. Je le sais. Cela fait quelque temps qu’on essaie de m’y préparer, qu’on me le dit à demi-mots, que ça va bientôt finir. Et pourtant… Pourtant, c’est tellement difficile à avaler. Au moins il ne souffrira plus, oui, je le sais, inutile de me le répéter sans cesse. Je sais tout ce que vous me dites. Il ne souffrira plus, il nous manquera certes mais il faut penser à lui. Je pense à lui. Si on m’avait demandé, je n’aurais pas voulu qu’on s’acharne. Mais cette affaire ne me regarde pas. Tout ce qui me regarde, c’est ma peine. Et sa douleur. L’hôpital est un lieu atroce. Son service en particulier. C’est l’échouage de tous ceux qui voient la mort approcher, rôder peu à peu, sans savoir exactement quand elle va arriver. Je déteste l’hôpital.

      Il est un homme profondément bon. Quand il est entré à l’hôpital, son mouroir, ses pensées sont venues à nous. Quand il a apprit qu’on avait pleuré en apprenant son état, il a pleuré pour nous. Je ne ferais pas son éloge plus longtemps, ça ferait trop mal, ne rendrait que plus difficile de le voir partir. Car son départ est inéluctable, ses jours sont comptés, je le sais. On me l’a dit, oui. Je l’ai compris, aussi, depuis quelque temps déjà. Mais l’espoir est traitre. L’espoir est une belle imbécilité. Même quand on sait parfaitement que tout est perdu, ce putain d’espoir entretient les chimères, nous fait croire à un peut être. Peut-être qu’il se rétablira, qu’il pourra les avoir, ses vingt cinq ans de retraite comme il les voulait. Foutaises ! Il ne les aura jamais. L’échéance est proche, je le sais, et c’est pour moi une difficulté à surmonter, un mauvais moment à passer.

      Il me manquera. Terriblement. N’est-ce pas normal, après tout ? Cela fait presque dix sept ans que je le vois régulièrement. Si je ne connais de lui que l’image qu’il a voulu nous donner, ou plutôt uniquement celle que je me dois de savoir, en tant que petite-fille, je l’aime beaucoup. Oui, je l’aime comme je le connais. Il est de ces hommes aimants, sans être étouffants, et si tendre et gentil… Je me souviens des fois où il cuisinait avec ma cousine de cinq ou six ans à l’époque, comme ils en étaient heureux ! Ce bonheur insouciant, plus jamais il ne le connaîtra. Et elle, comment réagira-t-elle ? Sa dernière petite fille, si adorable, qui n’a même pas dix ans… Ce sera dur pour elle. Ca l’est pour nous tous. Oui, je ne porte pas que le fardeau de ma peine, mais également celle des autres. Je sais qu’ils auront mal, eux aussi. Je ne suis pas seule, pour le meilleur comme le pire. Ou le pire que pire, comme aujourd’hui. Ce sera dur de commencer à vivre sans lui. De ne plus jamais voir son visage, son sourire. De ne plus jamais entendre sa voix. On s’y prépare, peu à peu. Il faut bien. Pour lui la vie s’arrête, pour nous elle continue de suivre son cours. C’est fou comme des choses qu’on sait réelles et tangibles prennent une toute autre intensité quand on les vit. La mort ne m’avait que frôlée, auparavant. J’ai perdu quelqu’un dans ma famille, certes, mais je ne connaissais pas vraiment cette personne et cela ne me toucha pas vraiment. J’ai perdu des animaux auxquels je m’étais attachée, aussi, mais la douleur n’est rien en comparaison de celle qui m’étreint aujourd’hui. On dira ce qu’on voudra, il est vrai qu’on ne perçoit vraiment la valeur des gens qu’au moment de les perdre. Ou alors, au moment de perdre un proche, si l’on est pas trop centré sur cette peine uniquement. On comprendra alors à quel point la vie est facile à perdre, qu’elle n’est qu’éphémère, papillon éclairant l’existence de certains, pour s’éteindre et laisser une plaie gravée à jamais dans le cœur de ceux qui restent malgré tout. Alors on percevra mieux à quel point on les aime, les autres. Ceux qui restent autour de nous, qui nous soutiennent, partagent nos peines.

      Revers de la médaille.

      On comprendra également que leurs vies aussi peuvent disparaitre à jamais en un rien de temps. Qu’ils peuvent nous quitter avant même qu’on ait pu songer à les perdre. Et on souffre, encore. Comme si la peine de la perte que l’on subit n’est pas assez puissante, il faut que la vie rappelle sa loi sempiternelle : l’inéluctable guette. Je sais pourtant que ce n’est pas pour moi que ce sera le plus dur : sa femme, va-t-elle seulement s’en remettre ? Elle partage sa vie depuis plus de cinquante ans. Je sais que c’est bien pour elle que ce sera le plus dur. Il était déjà si peu évident pour elle d’admettre la maladie. Elle que j’ai toujours vu comme un roc a failli, le soir où elle nous l’a annoncé. Elle avait l’air si faible, d’un seul coup, si triste… Je me suis tout de suite douté de quoi il s’agissait. Il n’y avait que ce genre de choses qui pouvaient détruire son image si solide. Coup de fouet à l’âme que sa voix si basse, son visage si triste. Comment va-t-elle supporter la fin ? Je sais que je n’aurais pas les épaules suffisamment larges pour la soutenir, devant déjà supporter le poids de mon propre désespoir. Je m’en veux pour cela, beaucoup. Mais elle a d’autres personnes, pour l’aider, la soutenir, je le sais. Et eux, ils seront bien plus efficaces que je pourrais l’être.

      Et puis il y a lui. Lui qui souffre, terriblement. Son départ aura le mérite de faire cesser tout ça. Je ne sais pas s’il y a quelque chose après la mort : si oui, j’espère qu’il y sera heureux. Sinon… Et bien, tout s’arrêtera, souffrance comprise. N’est-ce pas là l’essentiel ? Qu’il ne souffre plus, que la fin soit pour lui une libération. Si, je pense qu’il vaut mieux le voir comme ça. Il manquera terriblement. Mort ? Pas tout à fait. Dans le brasier de ma vie, une braise est pour lui.


    _________________
    J'étais si près de toi que j'ai froid près des autres.
    [P.Eluard]
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Lun 14 Mar 2011 - 4:00

    Ça me fait tout bizarre de poster après ton texte, que je trouves très bien d'ailleurs ^^

    Bon alors avant de commencer la suite, un peu de bla bla plus ou moins superflu (ho ho ho)... juste un petit peu...
    Spoiler:
    Oui donc désolée d'avoir mis autant de temps à poster ce chapitre.

    Quand j'ai repris la première fois je me suis rendue compte que ça faisait presque un an (un peu plus d'un an maintenant) que j'avais commencé cette histoire qui, à la base, devait être "courte", du coup je me suis dit que ça n'allait pas du tout et qu'il fallait que je change des choses. Pour ne pas écrire tout un pavé (je sens que c'est déjà mal partis), sachez seulement que j'ai enlevé quelques personnages et raccourcit certaines apparitions de persos prévus au départ. Enfin j'ai ajouté un personnage de ma propre imagination, ce qui peut sembler bizarre vu que j'en ai enlevés... mais pour faire court j'en avais besoin et c'était plus simple de faire comme ça.
    J'aurais voulus mettre tout nos persos, mais je me serais vraiment trop emmêlé les pinceaux et puis il y en a certains, qui n'avaient pas encore été mentionnés, que j'étais sûr de finir par follement massacrer donc j'ai préféré m'abstenir.

    Pour ces 5 chapitres tout avait été tiré au sort, mais au delà je ne promet plus rien puisque j'ai dû revoir une petite partie de "qui allait atterrir dans qui".

    Je suis également désolée pour la façon dont je fais "vivre" vos persos, je sais bien qu'ils ne réagiraient pas tous comme je l'écris et puis j'avoue que certaines fois je n'ai absolument aucune idée de la manière dont ils réagiraient. Par exemple : je trouve que mon Gil n'est vraiment vraiment vraiment pas ressemblant, mon Oz un peu trop exagéré par moment et mes Vasco et Liven d'une passivité alarmante... ce n'est pas les seuls, mais je pense que vous avez saisi ce que je voulais dire. Voyez plutôt ça comme une réalité alternative, ça passera sûrement mieux ^^'''


    La suite (/!\ Langage pouvant heurter la sensibilité de certaines rétines /!\) :

    Spoiler:
    Chapitre 5 : Horreur et damnation

    "Je vous assure que le suicide n'est pas la solution."

    Le suicide, mais de quoi parlait il? Il n'avait pas l'intention de se suicider… quoi que dans l'état actuel… et puis comment savait il que ce n'était pas la solution? Etait il à sa place? Pouvait il imaginer ne serait-ce qu'un moment la situation dans laquelle il était? Non! Bien sûr que non!! C'était pire que tout ce qu'il avait connue et pourtant il en avait connue des choses horribles, des choses invivables… Il n'était pas du genre à paniquer, mais là franchement il y avait de quoi! Il s'était réveillé dans un bureau qu'il n'avait jamais vu, dans un bâtiment qu'il appréciait comme un cailloux dans sa chaussure, mais surtout… CE visage!


    30 minutes auparavant…

    "Mikaël" ouvrit difficilement les yeux, il avait l'impression d'avoir si bien dormis qu'il aurait voulus que cela dure encore un peu plus, mais les bruits qui venaient de la pièce à côté l'empêchait de se rendormir. Deux personnes pouvaient se trouver dans la pièce d'à côté, mais une seule était assez folle pour le réveiller, une seule était possible de faire un tel boucan à elle toute seule et elle allait morfler! Il se redressa et eu un drôle de sentiment, comme si quelque chose avait changé en lui, comme si sa magie n'était plus pareille… mais non ça ne pouvait pas être possible, c'était juste une impression passagère, oui c'était ça, juste une impression… Les deux mains sur le bureau, à moitié endormis il fixa la porte face à lui, puis quelques secondes plus tard il fronça les sourcils, la porte paraissait différente. Il enleva les mains du bureau et se frotta les yeux mais la porte restait la même, c'était bizarre… Son regard se décala vers la droite, Heu… c'était quoi cette étagère là et ses dessins bizarres accrochés aux murs? Son regard passa à gauche. Mince, mais qu'est-ce qu'il se passait? Où était il? Se pouvait il qu'on l'ait "déplacer" dans son sommeil? Non c'était impossible il s'en saurait rendus compte à moins qu'on l'ait drogué à son insu… Une personne lui vint à l'esprit, la supposé même qui devait faire du bruit dans la pièce d'à côté, pourtant il doutait que cette personne le drogue à son insu, elle n'oserait pas… n'est-ce pas? Non, il devait faire fausse route, il devait y avoir une raison plus logique, peut être s'était il téléporté dans son sommeil? Pourtant quelque chose clochait, pourquoi se téléporter ici, dans un endroit qu'il n'avait jamais vu, qu'il ne connaissait pas? Il soupira, dans quoi était il encore tombé? "Mikaël" prit son visage dans ses mains, puis fit glisser ses mains vers le haut de son visage puis dans ses cheveux… Tiens il ne rappelait pas que ses cheveux étaient comme ça, ils paraissaient plus courts et légèrement plus doux et puis… son pouce venait de frôler le lobe de son oreille gauche… qu'est-ce que c'était que ce truc? des petites boucles d'oreilles???? Il se leva d'un bond et se dirigea vers le premier truc qui pouvait faire office de miroir, un cadre photo en métal, et effectivement son oreille gauche était percé et arborait deux petits clous d'oreille bleus foncé. Il tripota son oreille pour être sûr que c'était bel et bien la réalité, puis pensa tout à coup que cela devait être un coup de l'autre cheveulu qui lui faisait encore une de ses fumeuses "surprises".

    Le journaliste se dirigea d'un pas décidé vers la porte, le cadre photo toujours à la main, puis une fois arrivé devant la dite porte il l'ouvrit avec violence et ouvrit la bouche pour parler mais aucun son ne sortit. Devant lui une grande salle, plusieurs box prenaient la quasi totalité de l'espace, de grandes fenêtres permettaient d'illuminer cette salle, une machine à café était entouré de plusieurs personnes, au loin dans un coin perdus une plante verte semblait avoir été oublié là et partout des personnes qui allaient et venaient. Mais où était il? ça ne ressemblait pas du tout à son appartement mais plus à une société quelconque… ses yeux se fixèrent sur le fond de la pièce où était inscrit fièrement "Société Gamazine S.R"… temps d'arrêt… coup d'oeil sur le stagiaire qui s'avançait vers lui… claquage de porte… nez du stagiaire cassé. Bon une chose était sûr il y'avait quelque chose d'anormal ici, pourquoi alors qu'il s'était endormis à l'académie la nuit dernière il se retrouvait dans les bureaux du Gamazine? Il regarda tout autour de lui et aperçus un diplôme accroché au mur… Mikaël Rogers… il fronça les sourcils et leva la main qui tenait le cadre photo avant de regarder la photo qui y était. L'homme reconnus Mikaël sur la photo et deux garçons blonds qui paraissaient on ne peut plus heureux d'être en présence de cet homme, des futurs pensionnaires d'un hôpital psychiatrique assurément. Hu? C'était quoi cet oeil? Ce n'était assurément pas le sien, pourtant il ne regardait plus la photo mais bel et bien le cadre, son reflet. Il laissa tomber le cadre photo et entreprit de faire apparaitre un miroir par magie, mais rien ne se passa, il recommença mais à nouveau il ne se passa absolument rien. Il avait perdus ses pouvoirs? Pourquoi? Comment? Il se dirigea vers le bureau et commença à fouiller partout à la recherche d'une explication quelconque, mais la seule chose qu'il trouva, outre des tonnes de fournitures de bureau, se fut une bague de fiançailles planqué dans un tiroir et un carnet de notes où il n'était question que de La Bête et de ses folles actions. Tout cela commençait sérieusement à l'énerver, il déchira la totalité des feuilles du carnet et les jeta par la fenêtre (ne faites pas ça, ce n'est pas bien de polluer) puis reprit ses recherches et tomba sur un miroir ou en tout cas un truc qui y ressemblait et là se fut le drame. Ces cheveux, ce regard, ce visage, ces mains… c'était impossible, il devait rêver! Il touchait son visage, c'était bien le sien… non ça ne pouvait pas l'être, c'était une illusion, un sort lancé, une potion d'apparence, un cauchemar, la fin du monde, tout mais pas ça! Il tenta de lancer des contre sorts mais rien ne se passait, ce misérable reflet ne voulait pas changer, alors que faire? La porte s'ouvrit.


    "C'est vrai que Lucas est assez désagréable mais quand même, de là à lui casser le nez…"


    Le Livaël se retourna et fixa l'homme qui venait d'entrer et de refermer la porte. Mais de quoi lui parlait il? Qui était-ce? Comment se permettait il d'entrer sans frapper?


    "… Mikaël tu m'écoutes?"


    Coup de poignard! alors lui aussi il le voyait en Mikaël Rogers? Ce n'était pas possible, il devait forcément s'être passé quelque chose et il fallait qu'il trouves ce que c'était! Sans répondre à l'homme qui lui faisait face, il reprit de plus belle ses recherches en jetant un peu tout dans la pièce, il devait forcément y avoir quelque chose qui expliquerais tout ça.


    "Original comme façon de ranger."


    Là! une feuille avec le logo de Potionus, le magasin de potion, à tous les coups il lui avait fait boire une potion à son insu, ces méthodes exécrables n'avaient plus de limites apparemment. C'était un bon de commande, il le parcourus vite fait "filtre musclor", "potion anti-ride", "potion de vérité", "potion d'ap…". Coup de vent. Et merde le papier était en train de s'envoler par la fenêtre grande ouverte, il fallait le rattraper! Ni une ni deux, il bondit littéralement sur le rebord de la fenêtre à la grande surprise mais aussi terreur de l'autre journaliste qui ne comprenait rien de ce qu'il se passait. Livaël tendait le bras pour attraper le bon de commande, mais déjà c'était trop tard.


    "Wouoh descend de là espèce de taré!"


    Le journaliste commença à s'avancer quand la porte s'ouvrit à nouveau. Un jeune homme, d'une vingtaine d'année à tout casser, entra et vit son patron sur le rebord de la fenêtre, près à commettre l'impensable… ou presque.


    "Monsieur Rogers? Mais que faites vous sur le rebord de la fenêtre?"


    Ce nom qui le désignait était une insulte, pourtant il ne bronchait pas, trop occupé à tenter vainement d'attraper le papier qui virevoletait vers son destin.


    "Je vous assure que le suicide n'est pas la solution."


    L'autre journaliste paniqué se tourna vers le stagiaire.


    "Mais taisez vous! Il n'a pas l'intention de se suicider! n'est-ce pas Mikaël?"


    Soupir. L'acrobate redescendit et se dirigea vers la porte, passant ainsi devant les deux hommes à la fois rassurés qu'il n'ait pas sauté et choqué par son attitude, ils ne comprenaient rien et le silence de leur collègue ne les aidaient pas beaucoup, bien au contraire. Le plus vieux des deux attrapa Livaël par le bras lorsqu'il passa à sa hauteur, ce qui déplut fortement à ce dernier qui lui lança un regard noir et secoua son bras sans dire un mot. L'homme qui n'était pas content se mit en travers de son chemin.


    "Tu n'iras nul part tant que tu ne m'expliquera pas ce qu'il se passe."


    Il n'avait pas le temps, il fallait qu'il sortes au plus vite de ce bâtiment et qu'il découvre ce qu'il s'était passé.


    "Dégage!"


    Apparemment l'autre n'avait pas l'habitude qu'on lui parle de cette façon car :


    "Pardon? Tu vas te calmer Mikaël, sinon je te vires!"


    Parfait! il poussa d'un coup sec l'homme qui lui faisait face et profita qu'il soit déséquilibré pour passer à côté.


    "Vas y, tu me feras plaisir!"



    Et pendant ce temps à l'académie…


    "C'EST CA CASSE TOI PAUVRE TARE!"

    Liven était d'une humeur massacrante, enfin si on peut l'appeler Liven… Bien que cette personne avait l'habitude de crier et s'énerver pour rien, cette fois elle avait une bonne raison. En effet elle s'était réveillé dans un endroit qu'elle ne connaissait pas et dès qu'elle était sortie de la chambre où elle était, elle s'était faite attaquer par un taré aux cheveux bleus, heureusement que ces sorts marchaient aussi bien que ceux d'un bébé de 5 mois. Les tarés courraient vraiment les rues ici… où que "ici" soit… C'était quoi cette pièce d'ailleurs? qu'est-ce qu'elle craignait, surtout que ça lui rappelait l'académie… attendez, il était où l'autre? Le professeur qui ne l'était pas, commença a regarder un peu partout à la recherche de "l'autre", mais il ne le trouva pas. Où était il encore partis? pourtant il se souvenait bien avoir squatté son lit hier soir… Bon il n'y avait plus qu'une chose à faire, le retrouver et lui faire passer l'envie de s'en aller sans même dire au revoir! Le jeune homme en possession du corps de Liven, dont vous avez sans doute tous devinez l'identité, se dirigea sans attendre en direction de la porte qu'il ouvrit avec violence et là le spectacle qu'il vit le laissa bouche bée. Les couloirs de l'auberge avaient changé du tout au tout, du sol au plafond tout était différent, ces couloirs ressemblaient comme deux gouttes d'eau aux couloirs de l'académie et chose étrange il avait l'impression que son champ de vision n'était pas comme d'habitude, comme s'il avait légèrement grandit durant la nuit… Il était un peu perdu, mais pas du genre à se laisser intimider pour si peu, il traversa donc les couloirs d'un pas décidé et poussa à nouveau une porte et grande surprise il se trouva nez à nez avec un couloir remplit de dizaines et de dizaines d'élèves. Des élèves partout! Des élèves qui le regardaient bizarrement, peut être était-ce parce qu'il était torse nu? ou simplement parce qu'ils n'avaient jamais vu une telle expression sur le visage de leur professeur? Il n'y avait plus de doute pour lui, il était bel et bien à l'académie, mais comment était-ce possible?


    "Monsieur Reaves? Vous allez bien?"


    Un professeur qui avait vu son collègue qui ne semblait pas très bien, avait décidé de se renseigner à la source, grand mal lui en prit.


    "Reaves?"

    "Vous préféreriez que je vous appelle Liven peut être?"


    Mais de quoi parlait ce débile? Pourquoi voulait il l'appeler Liven ou Reaves?


    "Arrête de fumer mec et va plutôt me chercher un capuccino!"


    Non mais, pour qui le prenait il, c'était encore un fou comme le gars aux cheveux bleu? d'abord lui parler alors qu'il ne le connaissait même pas, ensuite le confondre avec l'autre là et pour finir être choqué qu'il lui demande un café!


    "Qu'est-ce que t'attends?"


    Le professeur qui ne savait plus quoi faire et qui n'avait pas la moindre envie d'aller chercher un café à quelqu'un qui lui parlait de la sortes, prit son courage à deux mains et décida de s'approcher de lui lentement, puis de lui murmurer :


    "Vous êtes sûr que ça va bien?"


    Malheureusement son collègue qui s'était levé du mauvais pied, selon toute vraisemblance, le poussa d'un geste sec tout en faisant un pas en arrière, et ne semblait pas content du tout.


    "Qu'est-ce que tu fais là? Qui t'as permis de venir respirer dans mon espace vitale!?"

    "Ok…"


    Le professeur vexé et un peu terrorisé aussi, décida que le mieux à faire était encore de le laisser s'énerver tout seul et d'aller travailler. Et alors que le professeur s'éloignait, "Liven" lança un :


    "N'oublie pas mon capuccino!"


    Oui apparemment il tenait à son capuccino, mais oublions un instant le capuccino puisque de toute façon ce n'est pas aujourd'hui que cette chère personne aura l'occasion d'en boire un. Ne pouvant pas rester sans rien faire et s'étant mis en tête de retrouver la personne responsable de cette mauvaise plaisanterie, il se fraya un chemin dans la foule bien trop importante en espérant atteindre rapidement la sortie de l'académie, mais il se fit arrêter par deux petits importuns.


    "Monsieur Reaves, on a pas eu le temps de finir notre devoir sur…"

    "C'EST OZ BORDEL!"


    Et tandis que les deux élèves se regardaient l'air perplexe, Ozven continua son chemin, passa devant un miroir, fit quelques pas en arrière, tourna la tête lentement et bien sûr :


    "BLOND!!! JE SUIS BLOND!!! MES BEAUX CHEVEUX OÙ SONT MES BEAUX CHEVEUX PUTAIN!!!"


    Après quelques minutes à se plaindre en criant devant l'immondice de ces "nouveaux" cheveux, il finit par imprimer que oh il n'était pas dans le bon corps! Il regarda son reflet de haut en bas, se pinçât à plusieurs reprises et dut bien se rendre à l'évidence : il avait perdus son beau corps d'Apollon au profit de… ça! Bon ok, son nouveau corps était plutôt pas mal dans son genre, mais il n'était clairement rien comparé à la magnificence naturelle de son VRAI corps, seul chose à peu près potable pour lui : il paraissait plus grand. Mais qui était assez con pour le transformer en Liven? C'était un cauchemar! il fallait qu'il trouves la personne qui avait fait ça, qu'il lui casse la gueule et qu'il le force à lui rendre son corps de jeune bellâtre fougueux, oui! c'était un bon plan. Ozven regarda tout autour de lui, peut être que le coupable l'épiait, se moquait dans un coin… c'est alors que Gabriel Scott qui semblait vraiment très pressé, passa près de lui sans même se retourner. En regardant le directeur s'éloigné, il trouva qu'il y avait quelque chose de pas net et décida de le suivre, nerveux comme il était, il avait tout d'un coupable. Le problème c'est que le temps d'éviter tout les élèves et même en en poussant certains, il perdit le directeur de vue au niveau de l'entrée de l'académie, il avait beau regarder partout il ne le voyait plus. Il s'arrêta un instant et toucha ses cheveux, non il ne pouvait décidément pas rester comme ça! Il se mit alors à courir droit devant (quitte à y aller, autant y aller à fond), au mieux il retrouverait le dirlo, au pire il irait à l'auberge, peut être trouverait il quelque chose qui pourrait l'aider, bien qu'il n'avait absolument besoin d'aucune aide, soyons clair.

    Après une petite course et avoir observé la flore environnante et ne pas s'être perdus comme certaines mauvaises langues pourraient le dire, il arrivât sur la place publique, ne se gênât pas pour monter sur la fontaine qui "trainait" là et observa les alentours. Zut! il avait vraiment perdu Gabriel des yeux, bon ce n'était pas grave, il allait appliquer le plan B et se rendre à l'auberge. Alors qu'il marchait en ne se préoccupant pas des regards étonnés de certains passants, il retrouva celui qu'il avait perdus un peu plus tôt tout près du Jumble. Bien décidé à ne pas le perdre une seconde fois il n'hésita pas à crier.


    "HEY LE DIRLO!"


    Mais rien, même pas un petit regard, le directeur continua d'avancer comme s'il ne l'avait pas entendus l'appeler et pour cause car rappelez-vous que ce n'était pas Gabriel mais Kennebriel qui était bien trop occupé à retourner chez elle pour retrouver son corps. Pauvre Ozven, il n'avait pas de chance puisqu'il perdit à nouveau sa proie dans la foule, à croire qu'aujourd'hui les gens s'étaient ligués contre lui, qu'est-ce qu'ils pouvaient être chiants! Bon il en avait plus que marre, il n'allait pas chercher le dirlo toute la journée et décida de continuer en direction de l'auberge. Et alors qu'il se dirigeait en direction de son logement actuel, une autre personne se réveillât à l'académie, ou plutôt se fit réveiller…


    "Hey! Jolan! Jolan! Réveille toi! Tu vas être en retard!"

    "Hmmmm… Jo… quoi?"

    "Fait pas ta marmotte et lève toi!"


    Qui était assez fou pour réveiller le chef des chasseurs de primes en le secouant comme un cocotier? Isulan ouvrit un oeil et vit un jeune garçon d'à peine 13 ans lui faire signe de se dépêcher. Mais qui avait laissé entrer un gamin dans le quartier général des chasseurs de primes? elle se redressât d'un bond et fronça les sourcils.


    "Tu ne devrais pas être là."

    "Je sais, mais si j'étais pas venue te réveiller tu te serais jamais levé à temps, déjà que là c'est limite…"

    "Limite?"

    "Bouge tes fesses!"


    La politesse ne semblait vraiment pas être le fort de ce jeune fou et puis quelle familiarité! ils ne se connaissaient même pas et il n'hésitait pas à lui parler comme s'ils avaient élevés les poules de Sandorte ensemble. Elle voulut lui répondre, mais le jeune homme était déjà sortit en trombe de la pièce, sûrement pour ne pas arriver en retard à son cours, mais ça elle l'ignorait, tout comme elle ignorait qu'elle était à l'académie, qu'elle était dans le corps d'un élève. Elle ne se rappelait pas s'être couché hier soir, elle ne se rappelait pas non plus de cette pièce du quartier général, mais après tout elle ne s'était jamais amuser à visiter tout l'endroit, elle avait des choses plus importantes à faire. En parlant de choses plus importantes, il lui semblait bien qu'hier soir elle n'avait pas fini tout ce qu'elle avait à faire, elle prit alors le bout de la couverture, la poussa de l'autre côté et s'aperçut d'une chose étrange, enfin plusieurs. Elle portait un pyjama avec des lapins dessus, déjà c'était bizarre, mais ce qui l'était encore plus c'était ses jambes, elles semblaient si petites… Elle frotta ses yeux, comme elle venait de se réveiller peut être ne voyait elle pas encore très net, mais là ce n'est plus ses jambes qui lui semblèrent étranges, mais ses mains. Elle leva un peu les mains et les regarda toutes les deux, elles ne ressemblaient pas du tout aux siennes, elle en était sûr ce n'était pas les siennes. Une fois lever, elle se rendit compte que sa taille non plus n'était plus la même et par réflexe, alla se regarder dans le miroir pour voir ce qui n'allait pas. Alors que la plupart des gens auraient tout bonnement paniqués (ou hurlé à la mort pour certains), elle ne sembla pas s'en faire plus que ça. Calmement elle tenta de rassembler ses esprits, elle était aller au QG des chasseurs de primes après une mission, elle avait alors décider de mettre à jour quelques papiers et… et puis plus rien, trou noir, que s'était il passé? Pour tirer ça au clair elle ne voyait qu'une chose à faire, se rendre au dernier endroit dont elle se souvenait mais avant tout il fallait qu'elle sache où elle était et comment y aller. Elle sortit de la chambre bien décidé à avoir les réponses à ses questions.


    ----------
    Hu c'est qui? O.o

    Kennedy est dans le corps de Gabriel (Kennebriel)
    Gilgamesh est dans le corps de Kennedy (Gilgannedy)
    Jolan est dans le corps de Gilgamesh (Jomesh)
    Gabriel est dans le corps d'Oz (Gabroz)
    Jimmy est dans le corps de Vasco (Jimmasco)
    Vasco est dans le corps de Marc-André (Vascandré)
    Marc-André est dans le corps d'Arya (Marcarya)
    Edryn est dans le corps de Loghan (Edghan)
    Liven est dans le corps de Mikaël (Livaël)
    Oz est dans le corps de Liven (Ozven)
    Isuzu est dans le corps de Jolan (Isulan)


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Oz Roland
    Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues

    Messages : 878
    Age : 25
    Métier : Gosse de riche qui s'assume
    Nature : Joker
    Niveau : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Oz Roland le Lun 14 Mar 2011 - 12:47

    Coeur

    En réponse à ton premier spoiler :
    Spoiler:
    Je comprends tout à fait ce que tu dis pour les persos ^^ Faire agir les persos des autres exactement de la bonne façon, ce n'est pas facile, c'est normal, donc ne t'inquiètes pas x) Perso, ton histoire me plaît comme elle est ! <3 Et puis ça nous fait bien rire, comme ça, moi j'adore xD

    Déjà un an, vache o.o
    J'aurais pas dit !

    Ensuite, mes commentaires :
    Spoiler:
    Punaise j'étais en train d'écrire quand tout s'est effacé... =.=

    Alors alors au fil de ma lecture :

    OMG je crois savoir qui est dans le corps de Mikaël, si c'est bien lui... xDD

    L'homme reconnus Mikaël sur la photo et deux garçons blonds qui paraissaient on ne peut plus heureux d'être en présence de cet homme, des futurs pensionnaires d'un hôpital psychiatrique assurément. -> La fin de cette phrase m'a fait trop rire xDD

    il déchira la totalité des feuilles du carnet et les jeta par la fenêtre (ne faites pas ça, ce n'est pas bien de polluer) -> Pareil xDDD

    et là se fut le drame -> J'adore XD

    Le Livaël se retourna -> Je le savaaaaais ! Livaël, ça sonne trop bien O.O xD

    "Original comme façon de ranger." -> J'adore les commentaires du type en décalé, et le Livaël qui n'écoute rien xDD

    "Je vous assure que le suicide n'est pas la solution." -> xDDDDDD

    "Tu n'iras nul part tant que tu ne m'expliquera pas ce qu'il se passe." -> ce type me plaît bien *.*

    "Pardon? Tu vas te calmer Mikaël, sinon je te vires!" Parfait! -> OMG xDDD

    C'est frustraaant comment ça s'arrête xDD

    "C'EST CA CASSE TOI PAUVRE TARE!" Liven était d'une humeur massacrante, enfin si on peut l'appeler Liven… Bien que cette personne avait l'habitude de crier et s'énerver pour rien, cette fois elle avait une bonne raison. -> OMG c'est Oz, obligé xDDD

    Le professeur qui ne l'était pas, commença a regarder un peu partout à la recherche de "l'autre", mais il ne le trouva pas. Où était il encore partis? pourtant il se souvenait bien avoir squatté son lit hier soir…-> Vascooo <3

    Le jeune homme en possession du corps de Liven, dont vous avez sans doute tous devinez l'identité -> Comment t'as deviné ? xDDD

    "Arrête de fumer mec et va plutôt me chercher un capuccino!" -> XDDDD Je suis tellement morte de rire en m'imaginant Liven dire un truc si ozien xDDD (J'aime le clin d'œil du cappuccino <3)

    "Qu'est-ce que tu fais là? Qui t'as permis de venir respirer dans mon espace vitale!?" "Ok…" -> Alors là c'est bon, je MEURS de rire. **n'en peut plus en relisant cet enchaînement**

    "C'EST OZ BORDEL!" -> Typiquement lui xDD

    "BLOND!!! JE SUIS BLOND!!! MES BEAUX CHEVEUX OÙ SONT MES BEAUX CHEVEUX PUTAIN!!!" -> xDDD Le pire c'est qu'il réagirait vraiment comme ça, je pense, s'il devenait blond xDDD

    Après quelques minutes à se plaindre en criant devant l'immondice de ces "nouveaux" cheveux, il finit par imprimer que oh il n'était pas dans le bon corps! -> Bon sang mais tu as une manière d'écrire, mais j'adore, ça me fait TROP rire xDDD

    Mais qui était assez con pour le transformer en Liven? C'était un cauchemar! -> ça aussi il se le demanderait XDD

    il fallait qu'il trouves la personne qui avait fait ça, qu'il lui casse la gueule et qu'il le force à lui rendre son corps de jeune bellâtre fougueux, oui! -> SON CORS DE JEUNE BELLÂTRE FOUGUEUX XDDDD J'adore XDD

    Il se mit alors à courir droit devant (quitte à y aller, autant y aller à fond) -> ça aussi j'adore <3

    Qui était assez fou pour réveiller le chef des chasseurs de primes en le secouant comme un cocotier? Isulan ouvrit un oeil -> O.M.G. ISUZU dans le corps de JOLAN xDDDD

    Elle portait un pyjama avec des lapins dessus, déjà c'était bizarre -> Tu m'étooonnes xDD

    Alors que la plupart des gens auraient tout bonnement paniqués (ou hurlé à la mort pour certains), elle ne sembla pas s'en faire plus que ça. Calmement elle tenta de rassembler ses esprits -> Isuzu <3

    Coeur J'aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaime Coeur
    Comme d'hab, je veux la suite xDD
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Mer 23 Mar 2011 - 19:13

    Encore une fois : /!\ Langage pouvant heurter la sensibilité de certaines rétines /!\



    Spoiler:
    Chapitre 6 : Colères, tensions et désaccords.


    Essayer d'ouvrir la porte, ne pas y arriver, frapper à la porte, ne pas avoir de réponse, frapper à nouveau à la porte plus violemment, ne toujours pas avoir de réponse, être énervé, défoncer la porte en criant :


    "VASCO!"


    Ozven était, comme tout le monde peut s'en douter, légèrement énervé, après s'être réveillé à l'académie en Liven, avoir couru après Gabriel sans pouvoir le rattraper, éviter des hordes de tarés qui essayaient de lui parler dans la rue et voilà que la porte de sa chambre ou presque refusait de s'ouvrir! En plus Vasco n'était pas là… jamais là quand on avait besoin de lui. Bon c'était clairement l'un des pires jours de sa vie et bizarrement il sentait que ça ne pouvait que s'aggraver. Qu'est-ce qu'il allait faire maintenant? S'habiller bien entendus! il commençait à avoir froid à se balader torse nu dans la rue, il attrapa donc le premier truc qui lui passa par la main et voulut le mettre, sauf qu'il n'allait pas aller loin avec une chaussette et prit donc un autre vêtement plus approprié après avoir bien prit soin de balancer avec violence la pauvre chaussette.Il descendit ensuite en trombe les escaliers et s'arrêta demander, très poliment, à l'homme de l'accueil s'il n'avait pas vu passer Vasco. La réponse ne se fit pas attendre.


    "Il est sorti un peu plus tôt, il était accompagné de monsieur Oz."

    "QUOI!? OZ!?"

    "Comme je vous l'ai dit."


    Alors maintenant Vasco fricotait avec l'ennemi, il était clairement tombé bien bas, en tout cas il lui paierait cet affront! Mais d'abord il fallait faire quelque chose, il ne pouvait pas rester comme ça à se tourner les pouces en espérant que tout s'arrange, il ne voulait pas rester à jamais comme ça, peut être qu'avec un sort… Il n'avait pas le choix et puis il en avait vraiment marre, il demanda au monsieur de l'accueil de lui lancer un sort pour qu'il redeviennes lui même, bien sûr l'homme qui ne comprenait rien refusa mais après quelques menaces et surtout parce qu'Ozven ne semblait pas vouloir lâcher le morceau, il lui lançât un sort. Bien sûr c'était trop simple, comme si un petit sort de rien du tout allait arranger les choses... non, non, au lieu de retrouver son apparence habituelle, il se retrouva seulement avec une jolie crinière brune. Ozven se précipita vers un miroir et en voyant le désastre ne put s'empêcher de crier un peu plus.


    "C'EST ÇA TON SORT? MAIS T'ES NUL BORDEL!"

    "Je n'ai fait que ce que vous m'aviez demandé…"

    "OUAI C'EST ÇA!"


    Puis dépité, mais surtout très en colère, il sortit avec vacarme de l'auberge en direction du Jumble et pas parce qu'il était obligé d'y aller pour les besoins de l'histoire mais bel et bien parce qu'il aime être imbibé d'alcool en tout genre à toutes heures du jour et de la nuit (l'auteur de cette histoire tient à demander pardon auprès d'Oz pour cette pseudo caricature à la noix). L'itinéraire vers le Jumble étant des moins intéressant, intéressons nous un instant à cette pauvre Isuzu… enfin à la personne "possédant" son corps à cet instant.


    "VIRÉ!? COMMENT ÇA VIRÉ!?"

    "Il y a à peine quelques minutes. Vous semblez choqué mademoiselle…"

    "Mais bien sûr que je le suis! Vous venez de me dire que j'avais été viré!"

    "Heu… non Mikaël… pas vous."


    Blanc


    "… c'est ce que je disais vous venez de me dire que Mikaël a été viré!"


    Le journaliste se contenta de cette explication des plus bancale, sortit un morceau de papier de nul part et se mit à noter frénétiquement tout un tas d'âneries sur la relation qu'entretenait Isuzu et Mikaël. Lorsque son stylo arrêta sa folle danse, il releva les yeux vers la chasseuse de primes, qui apparemment n'en revenait pas d'apprendre que Mikaël Rogers s'était fait virer, et commença à lui poser tout un tas de questions avec une subtilité sans pareille.

    "Vous êtes proche? Vous vous connaissez depuis quand? Ça fait longtemps que vous imitez sa voix? Je pensais qu'il était avec Mademoiselle Stevens, vous la connaissez? Vous vous êtes déjà battus pour lui? Vous êtes libre demain pour faire une séance de photos?"

    "De quoi?"

    "Séance photo, vous savez vous qui posez et nous qui prenons des photos. Nous mettrons la meilleur en couverture!"

    "Couverture?"

    "Mais oui, avec cette histoire c'est LE scoop! Nous pourrons commencer par un petit rappel de vos relations à l'un puis à l'autre et enfin faire une double interview avec des photos partout… oh ça serait merveilleux! On pourrait même demander à mademoiselle Stevens ce qu'elle en pense…"

    "TA GUEULE ULRICH!"


    Non, Mikasuzu n'aurait pas put crier plus fort, il était furieux et il n'avait pas put s'empêcher d'attraper son ex chef par le col tout en lui lançant un regard aussi noire que les profondeurs abyssales d'Océania. C'était donc ça? C'était donc ça que ressentaient certaines personnes lorsqu'il se conduisait comme son chef? Il avait beau essayer de se dire qu'il ne faisait pas ça, qu'il n'était pas pareille, il n'arrivait même pas à se convaincre lui même. Cet homme était horrible, sous entendre de telle chose, écrire et publier des mensonges quitte à blesser de pauvres innocents, n'avait il rien de mieux à faire? N'avait il aucune morale? Lui ressemblait il vraiment? La culpabilité commença à remplacer la colère, Mikasuzu se sentit tout à coup mal d'avoir écrit certaines choses sur certaines personnes personnes, mais pourquoi? Pourquoi maintenant? Il savait depuis longtemps que ce qu'il écrivait pouvait blesser des gens, en mettre en colère d'autres, il savait que ce n'était pas toujours la réalité qu'il dépeignait dans ses articles et qu'au niveau de la moralité on faisait mieux, alors pourquoi tout à coup tout cela lui sembla horrible? Peut être parce qu'il était dans le corps d'une femme, qu'il était donc plus émotif? Non, bien sûr que non, ça n'avait rien à voir, s'il ressentait ça c'était grâce à Kennedy. Kennedy, douce fleur qui s'épanouissait lentement au soleil, était si merveilleuse, il l'a trouvait si merveilleuse et que quelqu'un fasse quelque chose qui puisse la blesser était tout bonnement intolérable! Jamais il n'avait ressentis une telle colère envers quelqu'un, même pas envers La Bête.


    "Ne t'avise pas de mentionner Kennedy dans ton magazine de merde où je viendras moi même imprimer ta face sur mon poing!"


    C'est à cet instant précis que le chef comprit qu'il ne fallait vraiment pas embêter un chasseur de primes et que la voix de certaines personnes n'allait vraiment pas avec leurs physiques.


    "On est d'accord?"

    "Heu… oui, oui…"


    Mikasuzu lâcha son ex chef sans oublier de le pousser légèrement vers l'arrière, puis il fit quelques pas et claqua la porte du bureau de toutes ses forces en espérant intérieurement qu'elle se brise en milles morceaux, mais il ne se retourna cependant pas pour voir les éventuels dégâts. Tous les regards étaient tournés vers lui, tout le monde se demandait ce qu'avait dit le chef pour mettre dans une colère noire cette personne qu'ils pensaient être Isuzu et comme réponse ils eurent seulement un :


    "Qu'est-ce que vous regardez? Vous avez pas du travail?"


    Et à ses sages paroles les trois quarts des gens présents se remirent à travailler. Bon ça, c'était fait! Il avait apprit qu'il s'était fait virer pour une raison inconnus, que son patron était un être immonde et qu'à l'avenir il devrait être plus sympa, mais tout ça ne l'aidait pas beaucoup. S'il avait pu voir ou contacter Isuzu, peut être que cela aurait arrangé un peu les choses, mais malheureusement il ignorait où elle était et comment la retrouver. Il réfléchit quelques minutes, ça ne servait à rien de retourner au quartier général des chasseurs de primes puisqu'il s'était réveillé là bas et en venait, il avait également déjà testé quelques sorts sans aucun succès, alors que faire? Il lui vint une idée, tel un éclair foudroyant! peut être pouvait il demander à quelqu'un de lancer un sort de détection de son vrai corps? il avait des tas de magas sous la main, oui des tas qui, après leur avoir crié dessus, auraient été sûrement ravis de l'envoyer en plein milieu d'un endroit très accueillant. Ne baissant pas les bras, il regarda tout autour de lui en essayant de repérer le candidat idéal et, miraculeusement, il trouva non pas le candidat mais la candidate idéale. Gwendoline truc muche, secrétaire de monsieur Ulrich et fan incontesté d'Isuzu Kamageta, avec elle il était sûr de ne pas se faire avoir. Sûr de lui, il se dirigea vers la secrétaire qui jetait des petits coups d'oeil vers son idole et qui avait vraiment du mal à croire qu'elle avançait vers elle.


    "Gwendoline c'est ça?"


    La secrétaire tourna complètement la tête, n'en revenant pas qu'elle connaisse son prénom, elle avait d'ailleurs les larmes aux yeux et la voix tremblotante.


    "Oui…"


    Sourire aux lèvres, qui donnait une image peu connus du visage d'Isuzu, Mikaël continua avec une voix qui se voulait féminine.


    "Gwendoline, j'ai besoin de vous… voyez vous il faut absolument, je dis bien absolument, que je retrouves Mikaël Rogers…"


    Son interlocutrice sembla alors redescendre de son nuage.


    "Pourquoi Mikaël? Il est tout à fait affreux!"

    Se retenant alors de ne surtout pas sortir de son rôle de chef des chasseurs de primes, il enchaina comme si elle ne parlait pas de lui.


    "Je sais… mais… mais… je dois le retrouver… pour… heu… reprendre les photos qu'il a prise de moi… photos quelque peu compromettantes..."

    "Quel sale type vraiment…"

    "Oui certes, certes... pourriez-vous m'aider avec un sort de détection par exemple, pour le trouver plus vite?"


    Elle sembla alors ravi.


    "Oh bien sûr!"


    Et il sembla ravi à son tour.


    "Allons y alors!"


    Gwendoline se leva et s'apprêta à lancer le sort lorsqu'elle parut se souvenir d'une chose et alla fouiller dans ses placards.


    "Un problème?"


    Tout en continuant de fouiller dans ses placards, elle lui répondit.


    "Non, mais je me disais que pendant que vous étiez là, vous pouviez me signer quelques trucs et qu'après je pourrais lancer le sort."

    "On peut pas faire ça après?"

    "Oh s'il vous plait, après promis je vous aides."


    Il n'avait pas envie de marchander, il accepta donc pour aller plus vite… enfin ce qu'il croyait être le plus rapide…


    "D'accord…"


    C'est en sortant une pile monstre d'articles, de magazines, de photos en tout genre et de tout un tas d'autres trucs en rapport avec Isuzu, que Mikaël comprit son erreur. Et pendant qu'il tentait d'imiter la signature d'Isuzu à la va vite en se concentrant tout de même pour ne pas écrire Rogers, Oz attirait légèrement l'attention sur lui en criant devant la porte du Jumble :


    "ON SE FOUT DE MA GUEULE!"


    Certaines personnes qui passaient par là sursautèrent, d'autres ne firent que se retourner, mais toutes firent bien attention à ne pas approcher le fou de plusieurs mètres, sauf une personne qui semblait être bien imprudente. En réalité l'imprudence n'avait rien à faire dans tout ça, cette personne avait juste reconnus le fou furieux qui hurlait sur une porte sans défense, malgré cette nouvelle couleur de cheveux et malgré cette attitude qui ne lui ressemblait pas vraiment. L'homme avançait sereinement ou du moins il donnait l'impression de l'être, vers un Liven qui était finalement devenus complètement fou et qui criait à tue tête sur une pauvre et innocente porte. Très calmement, une fois arrivé à la hauteur d'Ozven, l'homme posa la main sur son épaule en espérant qu'il se retourne. Les cris cessèrent, apparemment il avait bien sentie la main de l'homme sur son épaule, mais au lieu de se retourner il bougea violemment son épaule pour ne plus ressentir cette sensation désagréable, la sensation que quelqu'un le touche, LUI, LE grand Oz. L'inconnus fronça les sourcils, pourquoi Liven était il donc de si mauvaise humeur? Avait il fait quelque chose de mal? Était-ce de sa faute? Non ça devait être autre chose, il ne s'était même pas retourné, il ne pouvait pas deviné que c'était lui qui venait de posé sa main sur l'épaule de son chef. Un seul moyen de savoir ce qui n'allait pas.


    "Liven ça va?"


    Non c'était trop! Il ne supportait plus d'être appelé Liven, lui c'était OZ!!! Il finit par se retourner, après avoir pousser un énorme soupir, et recommença à crier.


    "JE M'APPELLE OZ BORDEL! ET NON ÇA VA PAS…"


    Mince, il se serait trompé? Pourtant il ressemblait presque trait pour trait à Liven, il n'y avait que ses cheveux et la couleurs de ses yeux qui semblaient différents… C'était trop bizarre. L'inconnus dévisagea Ozven de haut en bas en fronçant les sourcils, cette apparence le laissait vraiment perplexe. Quand à notre ami sans emploi, il s'était plus ou moins calmé et affichait à présent un visage pour le moins blasé, de toute façon il commençait à avoir mal à la gorge.


    "Mais tu n'es pas Liven?"

    "Est-ce que j'ai l'air d'être Liven?"

    "Un peu oui… mais c'est vrai que je ne l'ai jamais vu crier sur une porte."

    "Je criais pas sur la porte mais sur la pancarte... et puis MERDE!"


    Ozven décréta qu'il en avait finis avec le gars roux bizarre et décida de partir en quête d'un bar ouvert, le fait qu'il était à peine 9h30 ne le gêna pas plus que ça. Alors que le clone de son chef s'éloignait petit à petit de lui, l'inconnus fit un pas en avant et lut en quelques secondes la pancarte, le truc c'était qu'il ne comprenait pas pourquoi cette pancarte énervait tant le clone de Liven, ce n'était que des horaires d'ouverture. Il était en colère parce que… le Jumble était fermé? Le monsieur roux alias l'inconnus était de plus en plus perplexe, tout comme vous à la lecture de la couleur de ses cheveux, et décida de suivre l'Ozven. Depuis qu'il s'était réveillé dans un appartement qu'il n'avait jamais vu avant aujourd'hui, tout allait mal et là son chef avait perdus l'esprit ou alors il avait un clone, dans les deux cas il y avait baleine sous gravillon.


    ---*---


    "… et j'ai alors posé ma carte sur la table…"

    "Non mais taisez vous Marc-André, s'il vous plait."


    Debout devant la fontaine, Gilgannedy se massait les tempes, il en avait un petit peu marre des histoire à deux Ryzs de Marc-André, surtout que leurs intérêts étaient plus que limité. Derrière lui était assis Marcarya à présent muet, Gabroz, Vascandré et Edghan, tout les trois plus ou moins déçus de ne pas entendre la suite de l'histoire passionnante du joueur non professionnel de carte. Non loin et toujours assis sur le rebord de la fontaine Jomesh faisait des ronds avec son doigt dans l'eau, tandis que Jimmasco les regardaient avec entrain et joie, tout en oubliant pas de soupirer bruyamment toutes les trois minutes. Quand à Kennebriel, elle regardait les gens passer, une vieille feuille froissé qui côtoyait un crayon à papier à la main, en faisant la moue. Un long silence pesant s'abattit alors sur tout nos petits Gamaëliens, quelques uns étaient vexés, d'autres ne savaient pas quoi faire ou dire, tandis que les autres avaient juste envie d'un peu de silence. Edghan commençât à se tordre les doigts, elle n'aimait pas ses longs silences pesants, cela la rendait nerveuse, elle lança donc quelques regards en direction des personnes assises à côté d'elle mais personne ne semblait vouloir parler. Si elle voulait que ce silence pesant ne soit plus, il fallait qu'elle dise quelque chose, mais quoi? Elle avait toujours été nulle pour briser les silences, il y avait bien le truc de la météo, mais elle pensait que c'était tellement débile qu'elle abandonna cette idée et réfléchit à un autre sujet de conversation. Après plusieurs minutes de silence et surtout parce que ça commençait à la mettre de plus en plus mal à l'aise, elle brisa enfin ce silence.


    "Vous saviez que les poules de Sandorte ne viendraient pas de Sandorte? Presque tout le monde pense le contraire, mais en fait elles seraient originaire de Sombréa."


    Les regards se fixèrent sur Edghan. Quelques personnes froncèrent les sourcils, se demandant si elle ne délirait pas un tantinet, tandis que d'autres semblaient intéressés, mais encore une fois personne ne semblait vouloir parler. Elle se désespérait, quand tout à coup :


    "On ne va pas rester là sans rien faire!"


    Quelques minutes plus tôt il s'était passé quelque chose dont l'issu final n'avait pas vraiment ravi tout le monde et à présent, par cette simple phrase, Kennedy brisa une bonne fois pour toute le silence.


    "Hey, est-ce que c'est de ma faute si la majorité à voté pour l'idée de Marc-André?"

    "Moi je l'aime bien son idée."

    "C'est stupide on peut pas attendre assis que les choses se passe!"

    "Fallait réfléchir avant d'accepter son idée comme choix pour le vote."

    "C'est une démocratie, qui peut juger que mon idée n'est pas assez bonne pour l'être?"

    "Mais rester là et attendre que le temps passe, c'est pas une proposition ça!"

    "Qui a voté ça déjà?"

    "Jolan, Jimmy, M-A et puis moi. Il n'est pas impossible qu'en ne faisant rien, tout redeviennes normal"

    "Demander de l'aide aux magassionnelles, ça c'était une bonne idée."

    "Oui pas trop mal…"

    "Mais pourquoi tu as voté pour l'idée de Marc-André alors?"

    "C'est… la seule que… oh et puis je fais ce que je veux!"

    "T'écoutais pas plutôt."

    "Pfff n'importe quoi…"

    "Je demande un nouveau vote!"

    "Ah nan! Pour une fois que je gagnais!"

    "Mais c'est de la triche, vous avez eu plus de voix parce que Jimmy n'écoutait rien, que Jolan a fait plouf plouf et que Gabriel… bah c'est Gabriel!"

    "Je suis tout à fait d'accord!"

    "J'ignore comment je dois le prendre?"

    "Quand est-ce qu'on rentre à l'académie?"

    "Pourquoi ne pas voter pour décider si on vote à nouveau ou pas."

    "Pardon?"


    Moment de silence.


    "C'est pas bête, votons!"


    Alors que le groupe était sur le point de voter pour savoir si oui ou non il allait revoter pour le précédent vote, une nouvelle voix s'éleva.


    "Arya!"


    Toutes les têtes se tournèrent en direction de la nouvelle voix, et virent le (merveilleux) Mikaël s'avancer à grand pas vers Marcarya. Mikaël ou plutôt Livaël était, depuis que nous l'avions quitté, sortit du bâtiment du Gamazine, s'était fait accosté par une femmes avec ses deux enfants, s'était débarrassé de ses personnes un peu brutalement, était allé à Potionus mais s'était heurté à une boutique fermé, puis finalement était revenus sur ces pas pour attérir sur la place publique. Les cris du groupe l'avaient alors interpellé, il lui avait sembler reconnaitre quelques voix, s'était alors dirigé vers elles, tout naturellement, et qu'elle ne fut pas sa surprise de reconnaitre ce visage et cette chevelure blonde qui appartenait à Arya. Malheureusement pour lui ce n'était pas la chef des magassionnelles qu'il avait vu et qu'il tenait à présent par le bras, enfin techniquement si mais non…


    "Mikaël?"


    Kennebriel était passé d'une émotion à une autre en l'espace de quelques secondes. Elle ne comprenait pas pourquoi Mikaël venait de passer devant elle sans même la voir et son apparence actuelle n'avait rien à voir avec ça puisque Gil qui était dans son corps se tenait juste à ses côtés, certes sa coupe mi longue aux couleurs de l'arc en ciel était inhabituelle, mais tout de même. Ce qu'elle comprenait encore moins, c'est qu'il n'était intéressé que par la personne qu'il prenait pour Arya, alors qu'elle se souvenait très bien l'avoir entendus dire qu'il n'était plus du tout intéressé par les avances incessantes qu'elle lui avait faites par le passé. À présent elle le fixait, l'interrogeait du regard. Il s'était arrêté quand elle l'avait appelé, la reconnaissait il? Il semblait étonné de la voir.


    "Change de coiffeur Gabriel, vraiment."


    Kennebriel était déçus, la seule chose qu'il avait remarqué c'était ces cheveux et plus globalement cette apparence dont elle n'arrivait pas à se défaire. Elle ne pouvait pas lui en vouloir après tout, il ne pouvait pas deviné qu'elle n'était plus dans son corps si elle ne lui disait pas. Elle voulut lui dire, mais déjà Gabroz venait de se lever.


    "Pourquoi, vous n'aimez pas ma coupe monsieur Rogers?"


    Livaël ne comprenait pas pourquoi tout à coup Oz lui parlait de sa coupe de cheveux, ce n'était pourtant pas à lui qu'il avait fait une réflexion, mais tout ceci ne sembla pas l'intéressé plus que ça lorsqu'il aperçut les mèches bleus d'Edghan. Il lâcha le bras de Marcarya et lança, à l'attention d'Edghan :


    "Qu'est-ce que tu fais là Loghan?"


    L'ambassadrice le regarda une seconde, perdue, puis se souvint soudainement de sa nouvelle apparence.


    "Ah non, moi c'est Edryn, désolée."


    L'ex chasseur de primes trouvait la blague de très mauvais goût, ne comprenait même pas pourquoi il lui disait de telle chose et puis cette voix si féminine, si Edrynesque, c'était vraiment n'importe quoi, bien imité mais n'importe quoi.


    "Joue pas à ça avec moi."

    "Mais je ne joue pas… en parlant de jouer on t'as déjà dit que ton imitation de Liven était grotesque?"


    L'envie presque irrésistible de Livaël de frapper la personne qui venait de dire ça fut brusquement réfréné par une petite tape sur l'épaule. Depuis quand Arya lui tapotait timidement l'épaule? C'est ce qu'il avait du penser sur le moment.


    "Je ne suis pas Arya, enfin si mais non, un peu mais pas…"

    "C'est Marc-André et moi je suis Gilgamesh Baxter."


    Gabriel qui arborait un magnifique regard suspicieux, à présent, sautilla jusqu'à celui qui venait de parler et lui murmura quelque chose. Gilgannedy lui répondit :


    "C'est vrai je n'y avais pas pensé."


    Le regard suspicieux de Gabroz était apparemment contagieux puisque Gilgannedy l'avait aussi désormais.


    "Et moi c'est Kennedy!"


    Elle ne pouvait pas le lui cacher plus longtemps, elle fallait qu'elle lui dise, c'était Mikaël après tout. La main sur l'épaule de son collègue, Kennebriel attendait désormais une réaction, un mot ou une phrase, enfin n'importe quoi mais quelque chose. Malheureusement pour elle, les mots qui sortirent de la bouche de la personne qu'elle pensait être un journalistes n'étaient pas ceux qu'elle espérait, si tant est qu'elle en espérait certains plus que d'autres.


    "Bon alors je pense que quelqu'un va pouvoir m'expliquer ce qu'il se passe, je ne suis pas ce… ce… je suis Liven Reaves…"


    Déception profonde pour Kennedy, joie immense pour Gabriel.


    "LIVEEEEEEENNNNN! J'étais justement en train de dire à Gilgamesh que peut être tu étais quelqu'un d'autre dans le corps de Mikaël."


    Avant qu'il n'ait comprit quoi que ce soit, Oz se retrouva dans ses bras, débitant à toute allure des phrases. Il commençait à avoir un doute, ces mots, cette voix et sa réaction lorsqu'il avait fait une remarque sur les cheveux de Gabriel enfin non, de Kennedy, cela se pouvait il?


    "Gabriel?"

    "Oooooh Liven tu m'as reconnus! Je suis tellement heureux, je savais que quoi qu'il arrive tu saurais me trouver où que je sois, quoi que je sois."


    La Bêtounette attrapa la Gabriel comme il le put et le poussa sèchement vers l'arrière, ce qui ne manqua pas de blesser le directeur qui avait à présent les larmes aux yeux. Comme nous connaissons tous la cruauté sans pareille de cette chère Bête, cette dernière croisa les bras l'air vexé et tourna la tête vers la droite comme si elle ne voulait plus voir Gabriel, comme si elle lui en voulait.


    "Je ne peux malheureusement pas dire la même chose. J'étais devant toi et tu n'as même pas été capable de me reconnaitre."


    Alors que Gabroz pleurait dans son coin comme un bébé, que Marcarya tentait d'expliquer à Livaël la situation, Vasco se leva d'un bond à son tour.


    "Je vais retrouver Oz!"


    Il s'inquiétait de plus en plus pour son ami, il n'osait pas imaginer la réaction de ce dernier lorsqu'il se serait rendue compte qu'il n'était pas dans son corps, il allait s'énerver, peut être paniquer et Vasco ne serait même pas à ses côtés. Il fallait qu'il le retrouve et peu importe s'il ignorait où il se trouvait ou comment faire pour le retrouver. L'attention de Jimmasco se porta soudainement sur Vascandré, comme celle d'Edghan d'ailleurs.


    "Je viens avec toi!"

    "Vous ne pouvez pas partir, on ne peut pas s'éparpiller maintenant."

    "Je ne peux pas non plus attendre que le temps passe en me demandant où il est."

    "Très bien alors je viens aussi."

    Edghan ne connaissait pas vraiment Oz, en fait il faut avouer qu'elle se fichait un peu de le retrouver, mais Vascandré voulait le retrouver et puis peut être qu'il était dans son corps à elle, alors pourquoi pas? De toute façon elle n'avait pas très envie de se séparer de Vasco. Ce dernier qui était content d'avoir de la compagnie s'approcha de l'homme qui pleurait à moitié étalé par terre, s'accroupie et posa la main sur son épaule.


    "Allons Gabriel, arrêtez de pleurer je suis sûr que tout va s'arranger. Venez avec nous, nous allons retrouver Oz."


    Vascandré espérait qu'il allait les suivre, c'était plus simple s'il avait Oz et son corps sous la main, mais Gabroz ne semblait pas se réjouir de cette idée. C'est vrai que le directeur voulait aussi retrouver Oz pour lui rendre ce corps qu'il n'appréciait pas vraiment, mais il ne voulait pas se séparer de son propre corps, il ne pouvait pas laisser Jolan comme ça, il se sentait responsable et surtout, surtout il ne voulait pas quitter Liven.


    "Si mademoiselle Stevens, Jolan et Liven viennent, alors d'accord."


    Gabroz se leva avec l'aide de Vascandré et lançât un regard furtif à sa Bête, mais elle n'avait rien écouter de ce qu'il avait demandé, trop occupé à écouter un Marc-André qui malgré sa bonne volonté de se faire comprendre, partait dans des explications fumeuses et dont le sens ne semblait pas être la priorité. Au moins Jomesh et Kennebriel avaient entendus, le premier rejoignit sans aucune hésitation le nouveau groupe qui se formait mais la deuxième ne comptait pas perdre son corps ne serait-ce qu'une minute.


    "Alors Gilgamesh vient avec nous aussi."

    "Je comptais suivre mon corps de toute façon."

    "Autant qu'on y aille tous, on ne va pas laisser Marc-André et Liven ici."


    Surtout que vu les expressions faciales de La Bête, il ne valait mieux pas les laisser trop longtemps tout les deux. On ne savait jamais, le temps que le nouveau groupe retrouve Oz et reviennes, il était très probable que l'un des deux meurt d'une manière ou d'une autre, à cause d'un terrible mais non moins fortuit accident ou suicide. Mais peu importe tout ça, puisque soudainement et comme par miracle, un bras sortit de nul part, ou presque, agrippa violemment Jimmasco et le tira non moins brutalement.


    "PUTAIN T'ÉTAIS OÙ!?"


    Bien sûr Doudou avait un peu de mal à comprendre, un instant il était près de Jomesh et l'instant d'après une main l'agrippait, le tirait et voilà qu'il se retrouvait nez à nez avec un clone brun de Liven qui lui criait dessus. Cette douce mélodie, si nous pouvons appelé ça ainsi, fut tout de suite reconnus par un Vasco ravit de l'entendre à nouveau et attira par la même occasion l'attention de Livaël et Marcarya.


    "RÉPOND MOI!"

    "Oz!!"


    Ozven tourna légèrement la tête, il reconnaissait la voix de son Vasco mais...


    "M-A?"

    "Non c'est moi Vasco!"

    "Je confirme…"

    "Vous foutez pas de ma gueule…"

    "… mais qu'est-ce que tu as fait à mes cheveux?"


    Okay, Oz ne comprenait rien, enfin il se doutait bien qu'il n'était pas le seul à avoir quelques problèmes, mais il ne comprenait pas qui était qui. Vascandré s'approcha calmement de lui, le sourire aux lèvres, et commença à lui expliquer ce qu'il savait, tandis que Livaël fronçait les sourcils en ne perdant pas de vue une seconde son corps, ses cheveux étaient déjà devenus brun et ce n'était pas bon. Avant que le musicien n'ait eu le temps de finir, il vit son ami se diriger dangereusement vers Gabroz à grand pas, le visage serein comme jamais (ironique comme jamais). Il s'arrêta devant son corps et la vit, elle, un des nombreux symboles de la féminité, elle la barrette rose dans SES cheveux!!! Il leva le bras, attrapa cette ignoble chose qui souillait ses cheveux et la jeta par terre d'un geste violent. Gabriel ne savait pas quoi faire ou dire, il savait bien que la personne en face de lui n'était pas Liven, mais il avait son nez, ses yeux, ses oreilles, ses mains, ses jambes enfin tout et ça le déstabilisait complètement.


    "Je ne sais pas qui tu es et je m'en fout, mais tu vas me rendre mon corps, maintenant!"

    "Ou sinon quoi? Tu comptes te frapper toi même?"


    Putain il avait raison, le vieux aux cheveux multicolores avait raison, il ne pouvait pas frapper son beau visage au risque de l'abîmer.


    "Il va me rendre MON corps et après je le frapperais!"

    "Très réjouissant..."


    Et pendant que quelques personnes essayaient plus ou moins de calmer la situation et de comprendre ce qu'il se passait, une Gamaëlienne suivait une petite lumière bleu à la trace jusqu'à ce que cette dernière s'évapore une fois arriver près de la place publique.


    "Quoi? Et c'est tout? C'était bien la peine que je me pète le poignée en signant des tonnes d'autographes pour un sort qui ne marche même pas!"


    Mikasuzu était furieux, Gwendoline allait lui payer! Il avait passé de longues minutes à l'écouter lui raconter sa vie inintéressante et à signer des tonnes de photos, magazines… en plus même pas avec son nom, pour qu'elle l'aide à retrouver son corps grâce à un sort de détection. Le journaliste avait été confiant en voyant la petite lumière bleu qui était apparut devant lui après que la secrétaire ait lancé le sort, pareille lorsqu'elle s'était mise à se déplacer pour lui indiquer le chemin mais là c'était une autre histoire. Ce sort était censé retrouvé une chose ou une personne, hors ce qu'il voulait retrouver n'était clairement pas devant ses yeux. Pourquoi? Pourquoi le sort n'avait pas fonctionné? C'est alors qu'il lui vint une pensée, peut être que ça ne marchait pas parce qu'il avait demandé à retrouver Mikaël et que Mikaël c'était lui, c'est vrai il était dans le corps de la chasseuse de primes mais n'était il plus pour autant Mikaël? Il soupira bruyamment, il n'avait pas abandonné l'idée de retrouver son corps mais tout ça lui avait mit un sacré coup au moral. Moral qui n'était pas non plus au plus haut chez notre groupe de Gamaëliens laissé quelques minutes plus tôt, enfin chez eux la colère avait un peu prit le dessus sur la déprime (enfin pour certains).


    "Ah mais je le reconnais! c'est le TARÉ qui a voulus me tuer!!"

    "QUOI?"

    "… pardon? je ne vois absolument pas de quoi tu veux parler…"

    "Arrête de te foutre de moi! Tu m'as lancé des sorts lorsque je dormais, t'as faillis me tuer!"

    "N'importe quoi, ils ont même pas marché… heu..."

    "Ça ne m'étonne pas de vous Edge!"

    "Edryn?"

    "C'était juste pour vérifier que mes pouvoirs marchaient!"

    "EN ME TUANT!?"

    "Je le visait même pas!"

    "Continuez de vous enfoncer dans vos mensonges…"

    "Et c'est ELLE que tu veux épouser!!?? T'es tombé bien bas, mec, bien bas..."

    "Nan mais…"

    "AH! Liven! ou je sais pas qui, j'avais perdus ta trace!"


    Tout le monde se retourna d'un même mouvement et aperçut l'inconnus. Oz sembla une nouvelle fois furieux.


    "PAS TOI! DÉGAGE! JE T'AI DIT QUE JE TE CONNAISSAIS PAS!"

    "Qui c'est Oz?"

    "Loghan Akalenkov et ceci…"


    Il pointa Edghan du doigt.


    "… est à moi!"


    Oz ne disait plus rien, mais Liven que plus rien n'étonnait à présent…


    "Tu es censé être mon garde du corps! Pourquoi tu n'es pas arrivé plus tôt!? Pourquoi tu l'as pas empêcher de me teindre en brun!?"


    S'en suivit alors quelques reproches, de la jalousie Gabrielesque, des explications plus ou moins clair d'un Marc-André, des dessins dans l'eau, des soupirs, des regards blasés, des notes prises à la va vite, un Gilgannedy qui se bouche les oreilles, des cris Ozien et encore des cris Ozien. Liven avait même tenté de retrouvé son corps avec plusieurs formules mais rien, il ne se passait rien ou alors de petites bulles apparaissaient et éclataient quelques secondes plus tard. Tout ça jusqu'à ce que tout le monde en ai marre et soit sur le point de péter un câble, désormais ils s'observaient tous du coin de l'oeil, la plupart s'était calmé.


    "Quelqu'un a une idée de ce qu'ils nous arrive? Pourquoi on se retrouve dans le corps des autres?"

    "Un sort peut être?"

    "Ou une potion…"

    "Mais qui voudrait nous faire ça?"

    "J'ai trouvé une facture pour plusieurs potions dans le bureau de Mikaël."

    "Mikaël ne ferait jamais une telle chose!"

    "Il serait près à faire n'importe quoi pour un scoop…"

    "C'est vrai que la dernière fois que je l'ai vu il disait qu'il aimerait bien changer de corps avec un Gamaëlien pour fouiller et connaitre ses petits secrets plus facilement."

    "Mais il n'était pas sérieux et puis s'il voulait vraiment le faire il pourrait prendre une potion qui lui ferait prendre uniquement l'apparence d'une personne."

    "Il disait que ces potions ne duraient pas assez longtemps et que leurs effets étaient parfois approximatifs."

    "C'est n'importe quoi! Pourquoi il vous aurait dit tout ça d'ailleurs?"

    "Je crois qu'il avait trop bu de punch en fait…"

    "Je boirais bien un petit punch moi."

    "Pour une fois que tu dis quelque chose de censé M-A..."


    Liven regarda tout autour de lui, la moitié des personnes qui l'entouraient étaient en pyjama ou à moitié nu, les cheveux du corps de Gabriel et de Kennedy étaient multicolores quand aux siens ils étaient bruns, Gabriel dans le corps d'Oz n'arrêtait pas de le dévisager sans cesse, tout le monde se surveillait du coin de l'oeil, il faisait face à Edryn dans le corps de Loghan qui avait apparemment essayé de le tuer pendant son sommeil ignorant que c'était en réalité Oz, Ie peu de pouvoir qu'il avait ne marchait pas correctement, les passants les regardaient tous bizarrement, Loghan était dans le corps d'un type qu'il n'avait jamais vu de sa vie, à côté de lui était assis le corps d'Arya qui était en fait Marc-André, il ignorait si Arya allait bien ou où elle était et il était Mikaël… C'était clairement du grand n'importe quoi. C'était trop!


    "Il faut qu'on le trouve!!!"


    Et miracle miraculeux, ce que La Bête désirait le plus au monde sur le moment se produisit. Un peu plus loin Mikaël qui s'était remit à marcher après une petite pause, avait reconnus cette tignasse blonde qu'était la sienne, il commençât donc à courir en direction de lui même et s'enlaça, ignorant alors que cette personne n'était autre que THE BEAST.


    "Enfin je t'ai retrouvé!"


    Le journaliste n'était pas le seul à ignorer des choses, le groupe n'était évidemment pas au courant que cette chère Isuzu n'était pas elle même, mais bel et bien Mikaël Rogers, du coup tout le monde était pour le moins étonné, à commencer par ce cher Livaël.


    "Isuzu!?"


    ---*---


    Ainsi s'achève donc notre bond dans le temps que nous avions commencé au premier chapitre, mais pas notre histoire car comme vous avez pu le remarquer rien ne s'est arrangé, personne n'a retrouvé son corps, nous ne savons toujours pas comment ni pourquoi leurs corps ont été échangé et puis il manque évidemment certaines personnes à notre merveilleux groupe comme Arya par exemple. Arya quelques part entre Sannom et Sirtek...


    "Hum… je crois qu'il dort encore."

    "On le réveil?"

    "Si tu veux le réveiller vas y, mais ne compte pas sur moi pour le faire."


    Ou encore celui que nous nommerons "Peter", caché sous une longue cape, observant le groupe en secret.


    "De nouvelles perspectives s'ouvrent à moi…"

    ----------
    Hu c'est qui? O.o

    Kennedy est dans le corps de Gabriel (Kennebriel)
    Gilgamesh est dans le corps de Kennedy (Gilgannedy)
    Jolan est dans le corps de Gilgamesh (Jomesh)
    Gabriel est dans le corps d'Oz (Gabroz)
    Jimmy est dans le corps de Vasco (Jimmasco)
    Vasco est dans le corps de Marc-André (Vascandré)
    Marc-André est dans le corps d'Arya (Marcarya)
    Edryn est dans le corps de Loghan (Edghan)
    Liven est dans le corps de Mikaël (Livaël)
    Oz est dans le corps de Liven (Ozven)
    Isuzu est dans le corps de Jolan (Isulan)
    Mikaël est dans le corps d'Isuzu (Mikasuzu)
    Loghan est dans le corps d'un inconnus


    Dernière édition par Edryn Edge le Lun 22 Aoû 2011 - 19:04, édité 3 fois


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Arya Evans
    Admin
    Cheftaine des Magassionnels

    Messages : 3307
    Age : 35
    Métier : Magassionnelle
    Nature : Shiromag
    Niveau : //

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Arya Evans le Dim 17 Avr 2011 - 22:50

    "il n'était plus du tout intéressé par les avances incessantes qu'elle lui avait faites par le passé"
    Non mais ! O_o Quel menteur ce Mikaël quand même xD

    "Arya quelques part entre Sannom et Sirtek..."
    What's the... ?? Je veux la suiiiiiiiite ! Ma pauvre Arya T.T


    _________________
    T'es mort
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Dim 17 Avr 2011 - 23:00

    Fru fru fru XD
    En l'écrivant je pensais à vous très chère Arya et votre réaction, une spéciale dédicace en quelque sorte Very Happy
    Et oui Arya est très loin de Sannom ^^


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Oz Roland
    Glandeur appliqué/Sobre à ses heures perdues

    Messages : 878
    Age : 25
    Métier : Gosse de riche qui s'assume
    Nature : Joker
    Niveau : Ca intéresse quelqu'un ce genre de questions ?

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Oz Roland le Lun 18 Avr 2011 - 21:33

    J'avais complètement oublié de continuer ma lecture et de faire mes commentaires, ici ! XD
    Comme d'hab : J'AIME Coeur

    Spoiler:
    Alors maintenant Vasco fricotait avec l'ennemi, il était clairement tombé bien bas, en tout cas il lui paierait cet affront! -> Ça me fait trop marrer du fait qu'Oz dise ça parce qu'on lui a appris que Vasco est parti avec un Oz xDDD

    "C'EST ÇA TON SORT? MAIS T'ES NUL BORDEL!"
    "Je n'ai fait que ce que vous m'aviez demandé…"
    "OUAI C'EST ÇA!" -> Typique xDDD

    (l'auteur de cette histoire tient à demander pardon auprès d'Oz pour cette pseudo caricature à la noix) -> pardon tout accordé, je m'amuse trop en lisant <3

    "On pourrait même demander à mademoiselle Stevens ce qu'elle en pense…"
    "TA GUEULE ULRICH!" -> MIKA *________*

    Mika est trop chou avec sa prise de conscience et sa culpabilité <3

    Peut être parce qu'il était dans le corps d'une femme, qu'il était donc plus émotif? -> xDDD Le corps d'Isuzu, en plus... xDD

    Je me sens coupable d'avoir viré Kennedy en lisant ça é.è ...Mais ça me donne super envie de finir Albane, du coup. Ne t'inquiètes pas Mika, j'arrive <33 *divague*

    Sûr de lui, il se dirigea vers la secrétaire qui jetait des petits coups d'oeil vers son idole et qui avait vraiment du mal à croire qu'elle avançait vers elle. -> J'adore Gwendoline fan d'Isuzu xDDDD

    "Quel sale type vraiment…"
    "Oui certes, certes... " -> Le pauvre xDDD

    C'est en sortant une pile monstre d'articles, de magazines, de photos en tout genre et de tout un tas d'autres trucs en rapport avec Isuzu, que Mikaël comprit son erreur. -> XDDD

    un Liven qui était finalement devenus complètement fou et qui criait à tue tête sur une pauvre et innocente porte.-> Je suis tellement morte en imaginant...

    il avait bien sentie la main de l'homme sur son épaule, mais au lieu de se retourner il bougea violemment son épaule pour ne plus ressentir cette sensation désagréable, la sensation que quelqu'un le touche, LUI -> c'est tellement lui <3

    Non c'était trop! Il ne supportait plus d'être appelé Liven, lui c'était OZ!!! -> xDDD

    Le monsieur roux alias l'inconnu était de plus en plus perplexe, tout comme vous à la lecture de la couleur de ses cheveux -> Comment tu sais ? XDD <3

    M-A me fait TROP rire.
    Edryn est trop mignonne *__*
    Mon dieu, j'ADORE l'échange, je rigole toute seule xDD
    Kenny et Mika-qui-est-en-fait-Liv <3

    L'ex chasseur de primes trouvait la blague de très mauvais goût, ne comprenait même pas pourquoi il lui disait de telle chose et puis cette voix si féminine, si Edrynesque, c'était vraiment n'importe quoi, bien imité mais n'importe quoi. -> xDDDD

    Avant qu'il n'ait comprit quoi que ce soit, Oz se retrouva dans ses bras, débitant à toute allure des phrases. -> Oz dans les bras de Mikaël... XDD

    "Je vais retrouver Oz!" -> Vasco *___*

    Edghan ne connaissait pas vraiment Oz, en fait il faut avouer qu'elle se fichait un peu de le retrouver -> je l'adore XDD

    "… mais qu'est-ce que tu as fait à mes cheveux?" -> XDDD

    "AH! Liven! ou je sais pas qui, j'avais perdus ta trace!"
    Tout le monde se retourna d'un même mouvement et aperçut l'inconnu. Oz sembla une nouvelle fois furieux.
    "PAS TOI! DÉGAGE! JE T'AI DIT QUE JE TE CONNAISSAIS PAS!" -> Non mais sérieux, je suis morte de rire xDDD

    ignorant alors que cette personne n'était autre que THE BEAST. -> XDDDDDDD J'en peux plus XDDD

    Comme la fin donne trop envie de lire la suite *___*
    avatar
    Liven Reaves
    Admin
    Fugitif

    Messages : 2837
    Age : 36
    Nature : Kuromag
    Niveau : Expert

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Liven Reaves le Lun 25 Avr 2011 - 20:34

      Edryn, tu m'éclates.

      Je trouve qu'Oz est particulièrement bien réussi et j'adore le réflexe de Liven d'aller direct vers Arya dans ce monde de fou et d'ailleurs quel pauvre petit chéri qui est privé de ses trois meilleurs amis (Arya, Isuzu, Loghan) et qui se retrouvent avec ses trois pires ennemis (Edryn, Gabriel, Mikaël) XD.Oh ! Et j'ai ADORE l'image que j'ai imaginé quand Liven pousse Gabriel et que l'autre à les larmes aux yeux, ça m'a éclaté bêtement ! Et pour Arya en effet, what's the hell ?! XD


    _________________

    AGAIN
    « Non desistas, non exieris »





    CE N'EST PAS TRÈS GENTIL DE NE PAS ÊTRE TRÈS GENTIL AVEC OZ
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Lun 22 Aoû 2011 - 19:04

    /!\ Langage pouvant heurter la sensibilité de certaines rétines /!\


    Spoiler:
    Chapitre 7 : Nouveaux arrivants.


    Quelque part dans un bâtiment d'un quartier aisé de la capitale se trouvait une jeune femme, cela n'aurait rien eu de très étonnant si ce n'était en fait pas que son corps et qu'il ne gisait pas dans un couloir. Le corps était étendit près d'un petit meuble où était posé un vase vide plus ou moins en bonne état. Il ne bougeait pas, comme s'il était mort, pourtant en s'approchant un peu on pouvait facilement s'apercevoir qu'il respirait bel et bien. Pendant plusieurs minutes et en réalité plusieurs heures, il était resté étendu par terre jusqu'à ce qu'il se mette frénétiquement à bouger, un cauchemar? peut être, quoi qu'il en soit cela avait réveillé la personne provisoirement détentrice dudit corps. Cette personne essayait d'ouvrir les yeux, mais ils étaient lourds et surtout une lumière aveuglante l'en empêchait, elle tourna donc légèrement la tête et cligna des yeux plusieurs fois avant de se redresser légèrement tant bien que mal. Qu'arrivait t-il à cette personne? Sa peau la brûlait, elle passa instinctivement la main sur cette dernière, mais c'était encore pire et pour ne rien arranger sa tête lui faisait un mal de Koogan (l'auteur n'assume pas ce jeu de mot...). Elle leva difficilement la main et frotta sa nuque, puis effleura sa gorge, elle sentie quelque chose d'étrange, mais n'y prêta pas attention sur le moment puisqu'autre chose attira son attention. Face à cette personne une grande baie vitrée laissait entrer le soleil, rien d'extravagant si ce n'était que la personne n'avait jamais vu cette baie vitrée de sa vie et d'ailleurs en y regardant de plus près, elle n'avait aucun souvenir de cet endroit. Elle tourna la tête de tout les côtés sans rien reconnaître et décida finalement de se lever en prenant appuie sur le petit meuble sur sa droite, c'est a ce moment qu'elle sentie une douleur. Elle lâcha le meuble malgré elle et se trouva de nouveau par terre et ce n'était pas plus mal à vrai dire, elle avait tellement mal à la tête qu'il valait mieux qu'elle reste un peu plus longtemps par terre, même si elle ne rêvait que d'une chose : savoir où elle était… ou plutôt où il était car malgré ce corps féminin il n'en restait pas moins un homme.


    "Non Mikaël!"


    Livaël se raidit, qu'est-ce que c'était que cette voix? que venait de dire Isuzu? Et pire, pourquoi elle commençait à frotter sa joue contre la sienne? C'était on ne peut plus déroutant. Un peu plus loin Gaboz était en train de bouillonner intérieurement, cet exécrable spectacle lui donnait envie de vomir, il n'aimait pas voir Isuzu l'enlacer, même s'il n'était pas dans le bon corps et surtout c'était pour lui insupportable de la voir frotter sa joue contre celle de Liven. C'était lui qui aurait dû être à la place d'Isuzu! Il était assez vexé, d'autant plus que La Bête ne bougeait pas, ne la rejetait pas, rien! Bien sûr c'était sûrement plus parce qu'il était surpris que parce qu'il appréciait être enlacé par la chef des chasseurs de primes… quoi que? Mais peu importe ça énervait le Gabriel et ça le frustrait horriblement parce qu'il ne pouvait absolument rien faire, il n'allait pas se jeter sur Isuzu, la pousser violemment en criant que c'était SA Bête, il avait bien trop peur de se faire frapper par Liven… ce n'était pas tellement le coup qui l'effrayait mais plutôt la perspective qu'il le repousse de nouveau. Bref, il se contenta de croiser les bras et tourner la tête dans une autre direction, frustré et jaloux. Juste à côté de lui Edghan affichait un petit sourire amusé, elle avait parfaitement compris qui était en réalité la personne qui enlaçait Livaël, elle avait reconnus sa voix et elle savait que la personne qui aimait le plus Mikaël Rogers ne pouvait être que Mikaël Rogers. D'ailleurs elle ne semblait pas être la seule à avoir compris, une autre personne se trouvant un peu plus loin avait elle aussi reconnu cette voix et cela l'avait apparemment beaucoup choqué puisqu'elle gobait les mouches, les yeux grand écarquillés. Quand aux autres Gamaëliens présents ils étaient tous sans voix, bien entendu tous pour une raison différente. Jimmasco trouvait ça certes quelque peu étrange, mais semblait plus intéressé à tripoter ses cheveux en se disant qu'il aurait bien aimer retrouver les siens, Jomesh était assis dans un coin et lançait des cailloux, Ozven s'intéressait plus à son corps qu'autre chose, Koogan était un peu désorienté et ne savait pas vraiment quoi penser de ce rapprochement soudain, enfin Vascandré, Gilgannedy et Marcarya arboraient une jolie expression d'incompréhension. Une ou deux minutes passèrent comme ça, personnes n'osait ou ne voulait parler jusqu'à ce que…


    "Quelle belle image, Mikaël et Liven qui s'enlacent…"


    Bien sûr c'était tout à fait ironique, Edghan n'en avait que faire de cette image, tout ce qu'elle voulait c'était qu'ils se rendent compte de ce qu'ils faisaient et se fut le cas. La Bête attrapa les bras d'Isuzu et la poussa sèchement, assez pour faire reculer et lâcher prise à la personne qui l'enlaçait, mais pas assez pour lui faire mal car après tout c'était quand même le corps d'Isuzu. Il tenait donc maintenant Mikasuzu à une bonne trentaine de centimètre de lui, il le regarda droit dans les yeux, fronça les sourcils et d'une voix sèche et forte, lui dit :


    "Rogers!?"


    Ouh c'était étrange… cette voix rappelait à Mikaël, La Bête, mais ce n'était pas possible… quoi que… Il le regarda à son tour, fronça lui aussi les sourcils, mais il avait beau le regarder encore et encore la seule personne qu'il voyait c'était lui, comme s'il se regardait dans un miroir, tout ça était vraiment perturbant. Pendant un court instant il pensa être fou ou rêver, ça ne pouvait pas être vrai, ça ne devait pas l'être! Il ne voulait pas croire que celui qui était dans son corps était La Bête, mais surtout et c'était ça le pire, il ne voulait pas croire qu'il l'avait enlacé! Oh mon dieu! Qu'il avait frotté sa joue contre la sienne!!!!! Le journaliste se sentit tout à coup très mal et plus encore lorsqu'il s'aperçut que de nombreuses têtes familières étaient à quelques mètres et que certaines les observaient… QUE KENNEDY L'OBSERVAIT! Bien entendu il ne savait pas que le corps de Kennedy était en fait temporairement habité, une sorte de location si vous préféré, par le médecin Gilgamesh Baxter et évidemment il bloqua son regard quelques instants sur lui. Puis il fut ramené sur Gamaëlia par une petite secousse dont l'origine n'était autre que celui qui le tenait par les bras. Il fixa de nouveau son attention sur Livaël, puis d'un air dégoûté agita les bras violemment sans, bien sûr, oublier de le pousser légèrement.


    "Bas les pattes Reaves!"


    Non mais La Bête croyait rêver, qui était-celui qui s'était jeté sur l'autre? Sûrement pas lui! Mais bizarrement cela ne semblait pas être un obstacle pour Mikaël qui tentait de renvoyer la faute sur son ennemi juré, enfin si on peut dire.


    "Comment t'as pu faire ça? Je suis choqué! TOI dans MON corps c'est un cauchemar!!!"

    "Tu as raison…"


    Et là tout le monde fut choqué…


    "… moi dans un corps si ignoble et méprisable, c'est un cauchemar."


    Et là plus personne ne l'était…
    Mikasuzu avait bien envie de l'envoyer paitre ou de lui lancer une phrase cinglante à la figure, ça faisait d'ailleurs bien longtemps qu'il ne l'avait pas fait, mais outre le fait qu'il ne savait pas quoi répondre sur le moment il avait plus "important" à faire. Il se contenta d'envoyer un regard noir à celui qui avait prit possession de son corps tel un démon!!!!! MOUAHAHAHAHAH (désolé il est tard) Démon qui, avouons le, n'en avait carrément rien à faire de ce pseudo regard haineux, mais passons car le journaliste qui venait d'être viré était déjà face à Gilgannedy, les mains dans les siennes…


    "Kennedy, je suis vraiment désolé, je ne savais pas que c'était La Bête…"


    À cet instant il lui sembla entendre une plainte au loin, mais il n'y prêta guère attention.


    "… Si je l'ai enlacé c'était uniquement parce que j'étais heureux de retrouver mon corps, rien de plus! Jamais je ne me serais permis de l'enlacer en temps normal…"


    Oui et surtout il n'aurait jamais réussis… ou avec quelques litres d'alcool peut être.


    "… si j'avais su, jamais je ne l'aurait enlacé, parce que…"


    Il lâcha l'une des mains de la personne qu'il croyait être sa douce et effleura délicatement sa joue, mais cela n'eu pas l'effet escompté et avant même qu'il ne finisse sa phrase il fut repoussé sèchement. Certes le Gil n'avait rien dit jusque là, trop surpris, mais lorsqu'il sentit le contact de la main de Mikasuzu sur sa joue temporaire, il trouva cela un peu trop bizarre surtout avec l'idée bien encré dans son cerveau que ce n'était pas la main d'Isuzu mais celle de Mikaël. Ce dernier qui ignorait tout, s'en voulait affreusement, il n'avait jamais voulu enlacer Liven qui plus est devant Kennedy… C'est vrai que ce n'était qu'un petit enlacement de rien du tout, mais sa Kenny semblait lui en vouloir et ça il ne le supportait pas. Heureusement la "vraie" Kennedy Stevens avait tout entendu et ne lui en voulait pas, par contre elle trouvait cela très perturbant de voir Isuzu parler avec la voix de Mikaël à son corps… Enfin bref, elle décida de venir à sa rescousse et s'approcha de quelques pas de lui.


    "Non Mikaël, je suis là."


    Son collègue tourna la tête, cette voix était belle et bien celle de Kennedy mais par contre niveau physique rien à voir… et c'était quoi ces cheveux couleur arc-en-ciel? Alors qu'il tentait de trouver une explication plus ou moins plausible sur cette merveilleuse nouvelle couleur de cheveux et que la personne qui arborait cette tignasse si "in" s'avançait lentement vers lui, La fourbe Bête qui en avait marre vint se mettre pile entre ces deux personnes pour se retrouver de nouveau face au corps du chef des chasseurs de primes.


    "Écoute Rogers, je sais que ça t'amuse et que tu es un pourri de première mais là franchement tu t'es surpassé!"


    Bien entendu le Rogers en question ne comprenait absolument rien… De quoi parlait son corps et surtout pourquoi s'était-il mis entre lui et l'amour de sa vie? Non franchement là c'était trop…


    "Lâche moi Reaves, si ça t'as tellement choqué je veux bien te promettre de ne plus jamais le faire."


    Le journaliste se foutait t'il de la gueule du professeur?


    "Je n'ai pas envie de rire, alors tu vas arranger ça tout de suite!"


    Mikasuzu n'aimait pas le ton employé par la personne qui lui faisait face, d'autant plus que de se voir se crier dessus avec la voix du Liven à poil court était on ne peut plus désagréable, il décida de le snober. Un petit pas sur la gauche puis en avant et le journaliste se trouva de nouveau devant la futur femme de sa vie, enfin presque étant donné qu'elle avait les traits d'un Gabriel.


    "Oh Kenn…"


    Mais alors qu'il tendait la main pour attraper celle de Kennebriel, une main se posa sur son bras et le tira sèchement, en quelques secondes il se trouva de nouveau nez à nez avec son "sosie diabolique" qui lui faisait les gros yeux. Sa poigne était malheureusement plus forte que la féminine dont le journaliste était en possession actuellement et il avait quelques difficultés à s'en défaire.


    "Quoi REAVES? Tu veux que j'arrange ça comment? Tu voudrais peut être que je te le rendes?"


    Dans l'immédiat c'était plutôt ce que voulait Liven, qu'on lui rendes son corps…


    "Parfaitement."


    … mais malheureusement il semblait qu'entre les deux un malentendus s'était installé, car le corps d'Isuzu enlaça de nouveau le corps de Mikaël devant un public de nouveau choqué ou blasé, au choix. Malgré ce nouvel enlacement, Liven ne semblait pas vraiment satisfait et Mikaël ne comprenait absolument pas pourquoi, il lui avait bien demandé de lui rendre son câlin, non? N'était-ce pas ce qu'il avait fait? Certes il avait trouvé ça bizarre, mais après tout c'était un chasseur de primes et ils étaient tous plus ou moins atteints, rien à voir avec les arimages tous sains d'esprit.


    *Je deviens fou?*


    L'inconnu s'était finalement relevé tant bien que mal malgré la douleur, mais celle-ci n'était pas son problème le plus urgent car il avait beau essayer de se rappeler, il ne se souvenait d'absolument rien ou presque. L'endroit où il s'était réveillé ne lui était pas familier, il ne savait ce qu'il faisait là bas ni comment il y était arrivé, il ne se souvenait même pas de ce qu'il c'était passé hier soir après la fête où il avait été invité. Si c'était une blague elle n'était vraiment pas drôle. Il se sentait mal, très mal et très bizarre aussi, il n'avait pas l'impression d'être lui-même et pour cause il ne l'était pas, mais cela il l'ignorait jusqu'à ce qu'il aperçoive son reflet. Il s'avança prudemment du miroir mais malgré cela la peur n'en était pas moins forte, surtout lorsqu'il cligna plusieurs fois des yeux et qu'il aperçut son visage.


    "Ma peau…"


    L'homme était choqué, comment une telle chose était possible? Selon toute vraisemblance cela n'aurait pas pu arriver. Choqué et effrayé, il toucha frénétiquement son visage, ses cheveux, sa nuque, le miroir… essayant de se convaincre que cela ne pouvait pas être vrai, que ça ne pouvait pas lui arriver à lui, pas comme ça, pas après avoir réussit à l'éviter pendant tout ce temps. Non, ce n'était pas la personne à laquelle ce visage appartenait qui lui faisait si peur, ce n'était pas vraiment sa nouvelle apparence qui le préoccupait le plus, mais cette peau… De toute évidence cela n'allait pas s'arranger en restant ici, il devait trouver des réponses, malheureusement le soleil tapait fort dehors et il ne savait pas si avec ce nouvel aspect il pouvait sortir sans rien craindre. Après quelques minutes de réflexion il décida enfin de sortir et de retourner au dernier endroit où il se souvenait être allé. Malgré la sensation de brûlure une fois dehors, il ne s'arrêta pas, préférant longer les bâtiment qui projetaient des ombres modestes mais suffisantes pour qu'il puisse marcher sans être trop inquiété par le soleil. Pendant que l'inconnu était en chemin vers sa destination, une porte s'était ouverte près de l'endroit où il s'était réveillé à terre et un homme à la carrure impressionnante avait fait son entrée dans la "pièce". L'homme qui semblait beaucoup plus familier de l'endroit que l'inconnu quelques instants plus tôt, déambulait tranquillement jusqu'à ce que son attention soit attiré par un miroir, le même que celui où s'était tenu l'inconnu, un miroir élégant dont la trace de sang sur la glace était un des seuls vestiges du passage de l'inconnu.


    "MAIS BEURK!!"


    Ozven était choqué! Comment avait il osé faire ça? C'était immonde, c'était inhumain, c'était… il n'y avait même pas de mot pour décrire une chose aussi abominable et il était sûr que ce n'était pas Livaël qui le contredirait. Pour comprendre le pourquoi du comment il faudrait revenir quelques instants auparavant lorsque nous nous étions intéressé à l'inconnu, car malheureusement le temps ne s'était pas arrêté pour notre groupe de Sannomans complètement paumés et pensant à tort que la situation dans laquelle ils se trouvaient était dû à monsieur Rogers. Oui il faudrait faire de nouveau un retour en arrière, mais pourquoi tout expliqué quand on peut rester vague et embêter quelques personnes au passage? D'autant que ce qu'il venait de se passer était choquant et aurait pu heurter la sensibilité de certaines poules de Sandorte. Alors non, nous ne ferons pas de retour en arrière ou en tout cas pas maintenant, sachez seulement que pendant que vous lisez ceci quelques personnes de l'histoire se prennent des coups et évidemment d'autres en donne… Ah que de violence!
    Livaël avait mal à l'une de ses pommettes, Gabroz à la mâchoire, Kennebriel à l'épaule, Ozven à l'oeil et Vascandré au dos… Bref tout le monde était dans une forme olympique, c'est d'ailleurs à ce moment là qu'Isulan fit son apparition en pyjama, telle une fleur, plutôt calme considérant les événements.


    "Je voudrais récupérer mon corps."


    Comme tout le monde en même temps. Le petit groupe de Gamaëliens qui grandissait à vue de nez fit un seul mouvement de tête et dévisagea quelques instants le jeune académicien qui n'avait pas du tout la même voix que d'habitude, mais était-ce encore une surprise à cet instant de l'histoire, bien sûr que non. Un membre du groupe expliqua brièvement et bien plus clairement que Marc-André qu'on tenait habilement à l'écart durant l'explication grâce à l'aide d'un charmant jeu de carte. Bien que les quelques séquelles sans gravité de la petite bagarre qui s'était déroulé un peu plus tôt avaient calmé les esprits les plus échauffés, la suspicion sur le rôle que tenait le journaliste sur les évènements présent demeurait et dans un sursaut d'intelligence quelqu'un avait même laissé entendre à la jeune chasseuse de primes que c'était la faute de ce charmant jeune homme. Très heureuse de cette annonce, la jeune femme pointa une arme, qui semblait être sorti de nul part, devant un Mikasuzu médusé qui assistait sûrement à un des moments les plus déroutant de toute sa vie. Et tandis qu'un meurtre était sur le point d'être commis, le directeur de l'académie se demandait bien comment l'un de ses élèves, enfin plus ou moins, avait réussit à se procurer une arme, les gens étaient-ils tous fous? Ce n'est que lorsqu'il entendit le jeune homme aux cheveux roux qui n'était autre que Loghan prétendre connaitre cette arme qu'il cru comprendre d'où elle venait.


    "Il ne faudrait pas pousser tout de même!"


    Certes le trentenaire était choqué et pas très rassuré, mais cela ne l'empêchait pas de s'insurger contre cette injustice ce qui ne sembla pas déclencher de grandes réactions si ce n'est celle d'une personne.


    "C'est injuste! Je suis sûr que Mikaël n'a rien fait et de quel droit le menacez-vous?"


    Le concerné en fut fort touché, ce n'était pas tout les jours que quelqu'un volait à son secour, mais le bonheur fut de courte durée puisque l'accusation reprit.


    "Sur ton bureau j'ai vu un reçu où apparaissait le nom d'une potion qui a exactement ces effets."

    "Tu as dû te tromper, je n'ai jamais acheté une telle potion et puis même si je l'avais fait tu penses que j'aurais voulu être dans le corps d'Isuzu et que tu sois dans le mien? J'y suis pour rien!"

    "Exactement ça n'a aucun sens."

    "Avec son esprit tordu…"


    Le débat sur l'implication du journaliste continua encore une dizaine de minutes jusqu'à ce qu'il soit finalement décidé par la majorité qu'un meurtre en pleine rue ne serait peut être pas des plus indiqué, que cela risquait de nuire grandement à la plupart des membres du groupe par la suite et optionnellement qu'il n'était peut être pas totalement coupable. Une fois le verdict rendu par une juste majorité, la chef des chasseurs de primes rangea son arme dans une sorte de petit sac en bandoulière sortit également d'on ne savait où, mais étant donné les circonstances cela n'avait que très peu d'importance et personne ne se posa de question quand à sa provenance. Tandis que le vrai Jolan avait décidé de suivre Isuzu comme son ombre, le trentenaire s'approcha de sa douce et lui prit les mains.


    "Merci de m'avoir défendu Kennedy… je…"


    Il lâcha alors assez sèchement, mais sans mauvaise intention, les mains de Kennebriel et s'approcha de Livaël qui se trouva en un rien de temps et sans pouvoir rien faire, raquette d'une montre qu'il portait à "son" poignet et qui ne lui appartenait en rien, c'est d'ailleurs pour cela qu'il n'émit aucune objection. L'amoureux transi fit de nouveau face à celle qu'il convoitait (enfin toujours plus ou moins) et lui tendit la montre avec un sourire que l'on voyait se dessiner que trop peu sur ce délicat visage qui n'était pas le sien. Les yeux étonnés de la personne qui lui faisait face l'encouragea à expliquer son geste tandis que des soupirs d'ennuie s'élevaient tout à côté, mais cela n'avait aucune importance.


    "Je sais que ce n'est pas grand chose, mais je tiens à t'offrir ma montre pour te remercier de tout ce que tu as fait pour moi et aussi parce que je…"

    "Hey regardez là bas!"


    Plus l'inconnu avançait dans les rues et plus les Sannomans le dévisageait, était-ce à cause de la personne qu'il était? Ou était-ce l'état de sa peau qui en interpelait plus d'un? Ou encore était-ce parce qu'il n'avançait pas très droit? En tout cas tout cela n'était pas voulu, il ne voyait pas très bien et le soleil n'était pas son plus grand ami en ce moment. Essayer d'éviter les rayons du soleil, slalomé pour bien rester dans l'ombre n'était pas chose aisé et c'était les raisons principales du pourquoi il n'avançait pas très droit et non parce qu'il était sous quelques substances illicites, comme semblait le penser une jeune femme qui venait de le dépasser. Il n'osait imaginer ce qu'allait dire le vrai propriétaire de ce corps emprunter lorsqu'il allait tout lui raconter, il pensait même ne rien lui dire tout court, c'est sûr il s'en rendrait compte tout seul.


    "Qui c'est?"

    "Jimmy qui nous espionne?"

    "Heu non je suis ici!"


    Le bras de Jimmasco se leva lentement tandis qu'il avançait un peu perplexe en direction de son corps que Gabroz retenait gentiment mais fermement par le bras.


    "Tout d'abord je n'espionnais pas, ensuite si vous vouliez bien me lâcher je vous en remercierais."


    Le directeur relâcha son étreinte tout en essayant de se rappeler où il avait bien pu entendre cette voix qui lui était quelque peu familière sans pour autant réussir à mettre un visage dessus. Tout le monde ne fut pas aussi patient que le directeur et quelqu'un demanda finalement la véritable identité de cette personne qu'il savait déjà ne pas être Jimmy.


    "Je m'appelle Peter et je cherchais mon corps, j'ai entendus malgré moi votre conversation, je voulais être sûr que vous aviez le même problème que moi avant de faire mon apparition."

    "Ouai tu nous espionnais…"


    Les explications, bien que plutôt vagues contentèrent pour le moment l'ensemble du groupe, puis Gilgannedy décida d'expliquer tout aussi vaguement à ce nouveau membre tout ce qu'ils savaient et s'était passé jusque là. Peter, comme il prétendait se nommer, était légèrement mal à l'aise devant tout ce beau monde et plus particulièrement Gabroz qui le dévisageait littéralement, ne réussissant pas à se souvenir de l'endroit où il avait entendu cette voix tout en sachant pertinemment qu'il ne connaissait aucun Peter. Il y avait définitivement quelque chose d'étrange concernant cette personne, il ne savait pas quoi mais il savait que quelque chose ne tournait pas rond.


    "Dans quoi travaillez-vous Peter, si ce n'est pas trop indiscret?"

    "Pas du tout, je suis dans le nettoyage, je nettoie les rues."


    Nettoyer les rues? Il ne savait pas exactement pourquoi, mais Gabroz trouvait ça encore plus louche, il laissa cependant ses doutes et ses interrogations de côté lorsqu'une autre personne arriva à son tour. Comme s'il n'y avait pas assez de personne déjà présente dans le groupe. La plupart des membres tentaient de se mettre d'accord sur ce qu'ils faillaient faire lorsqu'ils virent "l'inconnu" s'approcher d'eux lentement, bien entendus la plupart reconnaissait sans peine le corps dans lequel la personne se trouvait. L'ambassadrice de Sombréa qui était assise quelques instant plus tôt s'était levé puis frayé un chemin en poussant les quelques obstacles sur son chemin, comprenez le pseudo joueur de poker et Ozven qui s'insurgeait. Elle n'en revenait pas, c'était elle mais quelque chose n'allait pas, mais alors pas du tout… Choquée au plus haut point, elle ne réussit qu'à articuler quelques mots.


    "Ma peau…"



    ----------
    Hu c'est qui? O.o - Couleurs bla bla

    Kennedy est dans le corps de Gabriel (Kennebriel)
    Gilgamesh est dans le corps de Kennedy (Gilgannedy)
    Jolan est dans le corps de Gilgamesh (Jomesh)
    Gabriel est dans le corps d'Oz (Gabroz)
    Jimmy est dans le corps de Vasco (Jimmasco)
    Vasco est dans le corps de Marc-André (Vascandré)
    Marc-André est dans le corps d'Arya (Marcarya)
    Edryn est dans le corps de Loghan (Edghan)
    Liven est dans le corps de Mikaël (Livaël)
    Oz est dans le corps de Liven (Ozven)
    Isuzu est dans le corps de Jolan (Isulan)
    Mikaël est dans le corps d'Isuzu (Mikasuzu)
    Loghan est dans le corps de l'inconnu
    "Peter" est dans le corps de Jimmy (Petermmy)
    L'inconnu est dans le corps d'Edryn


    Couleurs bla bla persos secondaires

    Lisa
    Prof 1
    Prof 2
    Vieille bique (voisine Kenny)
    Concierge Kenny
    Maman de Gil
    Élève 1
    Élève 2
    Ulrich
    Stagiaire Gamazine
    Gwendoline
    Inconnu avec Arya 1
    Inconnu avec Arya 2


    _________________



    « It began with an ending. »
    avatar
    Edryn Edge
    Admin
    Fan d'Alia

    Messages : 3279
    Age : 99
    Métier : Grand Gourou du Pompon Sacré
    Nature : Semi-pomponesque
    Niveau : Top-moumoute

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Edryn Edge le Mer 24 Aoû 2011 - 22:56

    L'auteur de cette histoire a certainement fumé beaucoup trop de cigarettes russes en écrivant certains passages de ce chapitre, nous ne voyons pas d'autres explications plausibles (il n'était même pas tard quand elle a écrit les passages les plus débiles).

    À toutes les baies vitrées...

    /!\ Langage pouvant heurter la sensibilité de certaines rétines (comme toujours) /!\


    Spoiler:
    Chapitre 8 : Baie vitrée et autres fioritures.


    "Pour le coup cette couleur te vas à ravir."


    Edghan n'en revenait pas que son visage habituellement si clair, si blanc, soit à présent rouge écrevisse! Elle n'arrivait même pas à être en colère, elle était bien trop choqué, elle qui faisait si attention à sa peau voilà qu'elle se retrouvait couverte de coups de soleil et qu'est-ce que c'était que cette coupe de cheveux? D'un côté tout aplatit et de l'autre tout ébouriffé, nom d'une cacahuète, n'avait-il pas honte de sortir ainsi!? Oh qu'est-ce qu'elle avait honte, ce n'était pas elle mais tout ce que voyait les autres c'était son visage, ses cheveux, ses coups de soleil!! Heureusement pour elle, et c'était d'ailleurs la seule chose qui l'empêchait de ne pas courir se cacher derrière un buisson quelconque, elle était habillé tout à fait normalement. Ils avaient beaux être froissés, ses vêtements étaient on ne peut plus appropriés pour déambuler dans les rues de Sannom, contrairement à la plupart des autres membres du groupe qui arboraient de jolies pyjamas ou une partie de pyjama ou même pour certains un assemblage étrange de vêtements. Elle échappait donc à cette horrible malédiction du pyjama qui semblait avoir touché leur petit groupe, malheureusement elle n'échappait pas à celle des coupes de cheveux façon "je viens de me réveiller". Mais pour en revenir à sa belle peau fragile...


    "Mais… qu'est-ce que vous avez fait à ma peau?"

    "Je l'ignore, je me suis réveillé tel un canard comme ça, mais j'étais face à une grande baie vitrée et comme le majestueux soleil tapait fort…"


    Canard? Mais peu importe Edryn ne releva pas cette drôle de comparaison.
    Une baie vitrée? l'arimage n'en connaissait qu'une, oui elle la connaissait personnellement et alors? Elle l'avait vu pour la première fois dans les bras de quelques déménageurs ou autres porteurs dont elle ignorait l'appellation exacte, elle était immense et très belle, aussi belle qu'une baie vitré pouvait l'être en vérité. Elle avait également assisté à sa pose qui avait donné tant de mal à ses poseurs de vitres ou quelque chose comme ça et avait été fasciné par la lumière qu'elle acceptait gentiment de faire entrer dans le couloir anciennement si sombre. Oui ladite baie vitrée se trouvait dans un couloir, cela peut être étonnant sauf si on a déjà aperçus le couloir immense et que l'on sait que cette jolie baie vitrée donne sur une sorte de terrasse, bref il faudrait le voir pour bien s'en rendre compte mais cela étant impossible, passons sur la disposition. Cette charmante fenêtre se trouvait dans le couloir de l'immeuble où habitait l'Edryn, immeuble qu'elle n'appréciait que moyenne tout comme son appartement à vrai dire malgré le fait qu'ils étaient tout deux fort bien aménagés et charmants. En réalité elle trouvait l'endroit où elle habitait bien triste et vide, quand aux voisins ils n'étaient pas des plus sympathiques, certes elle ne vivait pas avec ses voisins mais était-ce une excuse? Je vous le demande. Quoi qu'il en soit elle aimait bien cette baie vitrée, non elle ne faisait pas une fixette, elle l'appréciait seulement à sa juste valeur, malheureusement cet amour n'était pas réciproque. Combien de fois la fourbe s'était ouverte alors qu'Edryn sortait de chez elle, laissant entrer l'air froid et surtout le vent qui s'empressait de la décoiffer à grand renfort de gouttes d'eau lors des jours de pluie? Combien de fois la diabolique était elle si propre que la pauvre ambassadrice s'était cogné bien malgré elle dans la vitre qu'elle pensait ouverte? Elle ne comptait plus, elle ne le voulait plus, tout cela lui faisait bien trop mal. Pourtant ce n'était pas faute d'être agréable à son égard, jamais elle ne l'avait fermé violemment, jamais elle ne l'avait frappé du moins pas intentionnellement, parfois il lui arrivait même de nettoyer une petite trace qui s'était accroché telle une sangsue sur la merveilleuse vitre… Alors pourquoi tant de haine? Pourquoi Giselle la baie vitrée lui en voulait elle autant? Était-ce à cause de ce prénom donné par un petit garçon et qu'Edryn avait adopté à l'insu de son bon vouloir? Tout cela était tristement triste.
    La jeune femme momentanément en possession du corps du jeune chasseur de primes aux cheveux bleus continua son questionnement.


    "Mais et cette bosse énorme? Et ce sang? Mais qu'est-ce que vous avait fait bon sang!?"


    Deux fois "sang" dans la même phrase? N'était-ce pas le signe que la jeune femme pensait encore fortement aux vampires et par la même occasion à Alia, où était-ce simplement la folie du n'importe quoi qui s'emparait de l'auteur de l'histoire? Nul ne saura… Et oui on s'en fiche.
    Mais pour en revenir à nos brebis (bêê) la jeune personne, enfin tout dépend de ce que l'on entend par jeune, ne comprit pas tout de suite de quoi son interlocuteur parlait, une bosse? Il toucha donc sa tête et s'aperçut douloureusement qu'en effet une énorme bosse avait fleuri sur sa location de front délicat, au grand dam du propriétaire. Comment s'était-il fait ça? Il n'en avait aucune idée, après tout il n'avait fait que se réveiller dans le couloir immense du bâtiment, s'il était tombé ça ne devait pas être lui ou si? Les choses étaient un poil embrouillés, mais en tout cas tout cela lui avait permis de comprendre pourquoi il avait eu si mal à la tête lorsqu'il s'était réveillé. Et le sang? Oui ça s'était de sa faute, mais que faisait un vase cassé sur le meuble où il avait posé la main pour s'aider à se lever aussi? Non mais on avait pas idée de se casser à des endroits pareille, surtout qu'à cause de ça il s'était bien fait mal à la main et était retomber par la même occasion par terre en retirant machinalement sa main au moment où il avait sentie un bout de vase lui rentrer dans la paume, très agréable expérience. En fait encore une fois ce n'était pas vraiment de sa faute, ce n'était pas lui qui avait fait tomber le vase ou si? Parce qu'en y réfléchissant bien, c'était sans doute la personne à qui appartenait le corps qui en tombant s'était cogné sur le meuble et avait sans le faire exprès fait tomber le vase? Ce qui expliquerait la bosse et le vase cassé, non? Sauf que pour l'instant c'était lui qui était dans le corps de la personne du coup c'était sa faute à lui? Tout ceci devenait fort complexe surtout en se compliquant la vie. Bref il fallait bien répondre aux question, le gars aux cheveux bleus et à la voix de fille semblait s'impatienter.


    "Je crois que j'ai heurté par mégarde un meuble, le vase qui était dessus c'est cassé et en voulant me relever je me suis appuyé dessus d'où cette subjuguante coupure."


    En quoi était-elle subjuguante? Le premier tiers du groupe n'en savait rien, le deuxième s'en fichait et le troisième était bien trop occupé à tenter de se mettre d'accord sur la suite des évènements.


    "Mais vous savez ce que l'on dit : si l'on prend le couteau par les dents, il est fort à parier qu'il nous mordra."


    À cet instant précis le seul "mot" qui aurait pu décrire l'état d'esprit dans lequel se trouvait Edryn était celui-ci : hein?


    "Enfin c'était un vase du coup ça serait plus : le vase n'est pas cruche, il faut donc y prendre garde."


    Il avait sûrement attrapé une insolation ou alors c'était le résultat de l'énorme bosse qui défigurait son jolie visage… rouge…


    "Heu… oui, attendez je vais vous faire un bandage."


    Elle n'avait pas l'habitude d'être aussi avenante avec les inconnus, surtout ceux qui lui avait piqué son corps, en même temps cela n'était jamais arrivé avant… mais cette main lui appartenait et lorsqu'elle la récupérerait, car elle y comptait bien, elle espérait ne pas avoir à se la faire amputer parce que la plaie se serait infecté. Elle prit un cailloux qu'elle jugea assez coupant et coupa/déchira à grand regret un bout de ses vêtements, les siens à elle et pas ceux de son corps d'emprunt, elle n'allait tout de même pas déchirer les vêtements des autres. Puis, et elle se rendit compte qu'elle aurait du faire ça avant car cela aurait été plus logique mais peu importe, elle emmena la personne près de la fontaine et y plongea la main de cette dernière pour nettoyer un peu la plaie, cela n'était sûrement pas autorisé mais elle s'en fichait pas mal. Après avoir séché un peu la main comme elle le pu, elle fit un joli et plus que rudimentaire petit bandage, le tissu n'était pas très grand puisqu'elle n'avait coupé qu'un petit bout mais cela paraissait suffisant. Elle espérait que ce n'était pas très grave et que par la suite cette blessure ne la gênerais pas trop dans les gestes du quotidien, écrire, prendre les choses, ouvrir sans peine la baie vitrée… Surtout que comme par hasard la blessure était à la main droite et comme par hasard elle était droitière, sinon ce ne serait pas drôle.
    Vascandré qui observait tranquillement la scène se posa soudainement une question et décida d'en faire profiter tout le monde, d'ailleurs c'était étonnant que personne ne l'ait posé plus tôt.


    "Comment vous appelez-vous?"

    "Oh Marc-André je ne t'avais pas vu, c'est moi Dacre."


    Qui? Beaucoup se posèrent cette question excepté trois personnes, dont l'une d'elle était Marcarya tout sourire en s'avançant vers son ami.


    "Non c'est moi Marc-André, c'est compliqué mais c'est bien moi, comment vas-tu? Ça fait longtemps non?"


    Dacryn parut étonné un instant, mais après tout il était bel et bien dans le corps d'une autre personne alors pourquoi pas… Quelques pas de plus et les deux compères se retrouvèrent à seulement quelques dizaines de centimètres l'un de l'autre. L'inconnu qui n'en était plus vraiment un désormais dévisagea, fasciné, le visage de son ami qui affichait maintenant de jolis traits féminins.


    "C'est fou, j'ai du mal à te reconnaitre."

    "Oui moi aussi."

    "Mais comme on le dit : le plumage du pélican ne va pas à la mouette."

    "C'est bien vrai."


    Nom d'une cacahuète! Hallucinaient t-ils tous ou ce Dacre parlait couramment le M-A, ou alors était-ce l'inverse? Peu importe à vrai dire car pour l'un comme pour l'autre il y avait quelque chose d'effrayant. Non vraiment ils se comportaient à peu près de la même manière, mais un seul M-A était bien suffisant. En plus ils avaient beau dire avoir du mal à se reconnaitre, en réalité ils ne se reconnaissaient pas du tout, mais peu importe ils étaient bien trop contents de se voir et s'enlacèrent amicalement, plus ou moins virilement. Inutile de vous faire remarqué que pour les passants qui apercevaient la scène, cette étreinte était assez déroutante, ce n'était pas tout les jours qu'on pouvait voir Arya et Edryn s'enlacer comme de bonnes amies. Étrangement cela ne gêna pas plus que ça l'Edghan, ça l'arrangeait même, car avec un peu de chance cela aurait un impact positif sur son image et servirait sûrement par la même occasion la mission qu'on lui avait confié quelques mois plus tôt. Être enlacé par la chef des magassionnels, preuve de leur fausse grande amitié, aurait sans aucun doute de bonnes répercutions et elle n'avait même pas eu à faire quoi que ce soit. Le seul problème c'était ses cheveux et sa couleur de peau, elle n'était pas sûr de vouloir se voir telle une tomate sur les pages glacés des magasines à scandales. Plus elle y pensait et plus elle se rendait compte que la baie vitrée était en réalité une ennemie bien fourbe.


    "Dis-moi Marc-André, qui est la personne là bas qui a prit mon corps? Car nul autre que moi ne pourrait y voir la voie de mon âme en lambeau."


    Il pointa en direction d'une partie du petit groupe de Sannomans qui se tenaient un peu plus loin et qui étaient en grande conversation. L'ex magassionnel fronça les sourcils par habitude lorsqu'il n'avait pas ses lunettes sur le nez.


    "Je crois bien que c'est un certain Koogan."

    "Ah? Je ne pense pas le connaitre. Et je suppose que ce n'est pas monsieur Scott non plus qui se tient à mes… heu ses côtés?"

    "Non c'est mademoiselle Kenny."


    Précisons que c'était Mikasuzu qui avait aidé le joueur de cartes à se rappeler des différents prénoms de chacun, ceci expliquant cela.


    "Je suis là monsieur Irshinski!"


    Bon apparemment le nouveau connaissait aussi le directeur qui s'approcha de lui et voulu l'enlacer à son tour, mais c'était sans compté miss Oswalda qui guettait tout les moindre mouvements de son corps.


    "Hey! Trois mètres de distance! Je suis déjà défiguré par ta faute!"


    Le sans emploi se plaçât plus vite que l'éclair entre les deux qui s'apprêtaient à s'enlacer pour les empêcher de porter un peu plus préjudice à son être si parfaitement parfait. D'abord étonné, Dacryn changea très vite d'expression pour laisser place à un joli sourire et pointa "l'obstacle" entre lui et son "ami".


    "Je vous connais!"


    Cela n'étonnait pas Ozven, c'était tout à fait normal qu'il le connaissait, il aurait même pu être flatté qu'on le reconnaisse si pour lui ce n'était pas l'évidence même. Par contre cette façon de pointer sa personne ne lui plaisait pas le moins du monde, depuis quand quelqu'un se permettait de pointer son doigt insignifiant sur sa glorieusitude? Et le fait que la personne qui le pointait n'avait rien de moins que l'image de sa rivale, n'arrangeait rien. Au moins quelque chose qui restait constant malgré tout ces changements de corps, l'image de Liven n'aimait pas l'image d'Edryn. Du coup cela fut plus fort que lui et il frappa assez violemment le doigt qui le pointait, relançant par la même occasion la douleur de la personne dû à sa blessure faites quelques temps plus tôt. Les plaintes qui s'élevèrent à cause de cette injustice ne touchèrent pas le jeune homme porté sur la bibine et ce parce qu'il n'écoutait absolument pas, quoi qu'il lui sembla entendre une petite remarque de Vasco.


    "Vous êtes Liven c'est ça?"


    Oh putain, c'était décidé, il le détestait vraiment… Comment pouvait-on le confondre avec la féroce Bête? Ils n'avaient absolument rien en commun, non mais il suffisait de le regarder pour se rendre compte qu'ils étaient comme le jour et la nuit, qu'il était carrément mieux que l'autre. Ozven était exaspéré et après avoir encore poussé un peu plus loin le directeur qui se montrait étonnement compréhensif, il lança un joli :


    "Non mais ta gueule!"


    Ouah Dacre ignorait que l'ex chef des chasseurs de primes était si malpoli et méchant, peut être que les magazines à scandales avaient raison après tout. Il ne voulait pas entrer en conflit avec qui que ce soit et décida donc de reprendre sa conversation avec son ami qui commençât à lui expliquer ce qu'il se passait. Miracle miraculeux, Dacryn n'avait aucun mal à comprendre les explications de Marcarya. Malheureusement la conversation fut de coute durée puisqu'une voix Jimmyesque s'éleva tout près.


    "Attendez, rembobinez un peu. Vous vous connaissez et le corps là bas c'est le votre si j'ai bien tout suivis, non?"

    "Oui."

    "Bah pourquoi ne pas l'avoir dit avant si tu le connaissais déjà?"

    "Mais personne ne me l'a demandé."

    "J'approuve fortement monsieur Leuboulait!"


    Un bras s'éleva un instant de derrière un Ozven qui bouillonnait intérieurement et qui avait décidé de bouder tout le monde par la même occasion. Même le charmant Vascandré était boudé et alors que ce dernier s'apprêtait à sortir sa botte secrète, il fut fort heureusement coupé dans son élan par les quelques membres du groupe qui s'étaient éloignés un peu plus tôt et qui revenaient. Bien entendu ces derniers n'avaient absolument rien suivis et il fallut leur expliquer qui était en réalité ce nouvel arrivant. Bon en fait on leurs apprit uniquement quel était son prénom et nom puisqu'à part ça ils n'en savaient pas plus, il y avait bien Marcarya mais on ne le laissait pas s'exprimer de peur que certains esprits déraillent, tandis que Gabroz était trop occupé à tenter d'échapper à son nouveau garde du corps… Mais une autre personne du groupe le connaissait un peu en fait, une personne à laquelle on ne s'attendait pas vraiment.


    "Dacre Irshinski? L'auteur du livre avec le castor et les goélands qui parlent?"


    En entendant ses mots, tout le monde ou presque se tourna en direction de Livaël et le dévisagea. C'était un peu étrange d'entendre La Bête parler de castor et de goélands qui parlaient, mais encore plus de se rendre compte qu'apparemment il était familier de cette histoire qui, soulignons le, était pour les enfants.


    "C'était écrit dans un journal."


    Rah mais pourquoi il se justifiait, ce n'était pas nécessaire et puis franchement ça faisait quoi qu'il connaissait cette histoire? Il avait beau penser ça, les regards moqueurs des deux autres journalistes à la noix et le regard de tendresse exagéré du directeur, sans parler de celui de l'auteur complètement fasciné que quelqu'un de si important connaisse une de ses oeuvres, tout ceci n'avait rien de réjouissant. Non mais de toute façon en quoi était-ce gênant qu'il connaisse cette histoire tout comme son auteur? Il ne devait pas être le seul. Dacre Irshinski était un auteur pour enfant plutôt connu de la capitale, très tôt il avait fuit son pays d'origine après une étrange affaire de trafic qui avait mal tourné pour finalement atterrir dans la belle capitale de Gamaëlia. À l'époque c'était une personne foncièrement mauvaise et imbue de cette dernière, il voulait être important, que l'on se souvienne de lui et peu importe la manière, bref cela avait fini par le conduire directement en prison. Une fois sorti il ne resta que quelques mois à l'extérieur avant finalement d'y retourner pour complicité de meurtre, à l'époque ce n'était vraiment pas une personne fréquentable. À sa sortie (bis) il se prit étrangement de passion pour la poésie, mais jamais il ne réussit à faire publier quoi que soit en rapport avec sa passion, ce n'est que quelques années plus tard qu'un éditeur publia une petite histoire qu'il avait écrite. Il était maintenant auteur pour enfant, mais ce pour quoi il était connu c'était surtout ses nombreux proverbes qui ne voulaient rien dire, ainsi que son habitude de sortir des phrases se voulant pseudo poétiques qui n'avaient pas plus de sens et que seul quelques personnes semblaient comprendre. L'auteur était quelqu'un de très secret qui ne parlait pas souvent de son passé et il était très dur pour les personnes qui le connaissait de croire toutes les choses négatives dont on le disait coupable, et pourtant.


    "Bon c'est pas tout, quelqu'un a une idée de ce que nous allons faire?"

    "On pourrait ne rien faire, on est bien comme ça, non?"


    Ce sont les regards de tueurs psychopathes des membres du groupes qui permirent à Petermmy de se rendre compte que personne ou presque ne pensait comme lui. Bien que tout ses regards ne l'effrayait pas plus que ça, il décida de se raviser, il ne voulait pas trop attiré l'attention sur lui en réalité.


    "Je plaisante…"


    Mais oui, on y crois tous…


    "Ça serait bien de savoir comment c'est arrivé."

    "Personnellement je m'en fiche pas mal, récupérer mon corps est tout ce qui importe pour moi."

    "Bizarrement j'approuve Mikaël."

    "C'est sûrement une potion qu'on nous a fait boire à notre insu, on a qu'a aller à Potionus ils auront sûrement l'antidote."

    "C'est fermé, j'y suis déjà allé."

    "Ah mais je connais le propriétaire! Tout les matins il va voir son frère qui travaille à la terrasse panoramique, on peut toujours y aller il y sera peut être encore."

    "Bon allons y alors."


    Tout le monde n'était pas très convaincu par cette idée, le problème c'est que Gilgannedy, qui en avait marre de tout ça, commença à se diriger vers la terrasse panoramique, il fut donc rejoint par Kennebriel, puis par Mikasuzu et Gabroz malgré la tentative de retenage du Ozven qui finalement suivit le mouvement ou, selon ses propres mots, "mena le groupe avec panache". Bien entendu personne ne voulait laisser son corps partir sans lui ou alors ils ne voulaient pas laisser leurs amis seuls… du coup tout le monde fini par suivre et ils se dirigèrent tous vers la terrasse panoramique, passant devant des passants tantôt étonnés, tantôt amusés par cet ama de personne à l'allure et aux comportements étranges.


    "Le roseau de la vie coule sur les nuages de l'indécision."

    "Tu as tout a fait raison et je dirais même que l'indécis n'est autre qu'un joueur sans carte."


    La plupart des membres du groupe avaient décidé de ne plus faire attention à Marcarya et Dacryn, ne comprenant absolument rien à leur charabia, quelques uns étaient même frustrés de ne rien comprendre, quand aux autres ils essayaient de passer outre cette incompréhension pour ne pas les laisser "seuls", ce qui en vérité ne les auraient pas du tout dérangé. La chose la plus étrange avec ces deux personnes c'est que la situation actuelle ne semblait pas les atteindre, elles papotaient tranquillement, riaient à leurs propres blagues incompréhensibles… bref la vie était belle et le fait d'être passé d'un corps d'homme à celui d'une femme ne paraissait avoir aucune importance. Il était assez difficile de savoir pourquoi cela ne les touchaient pas, peut être était-ce parce qu'en étant dans ces nouveaux corps ils retrouvaient leur jeunesse d'antan ou parce qu'ils rêvaient d'être des femmes? Même si cela était des raisons complètement farfelues elles n'en restaient pas moins plausibles. Finalement peut être que ça n'avait rien à voir avec leur état, peut être que la seule raison pour laquelle ils ne paniquaient pas c'était parce qu'ils étaient ensemble? Du coup la joie d'être ensemble éclipsait tout le reste OU alors ils étaient complètement à l'ouest parce qu'à part eux tout les autres étaient mal à l'aise, apeurés, en colère et puis il y avait Isulan. Ah Isulan mystérieuse Vénus devenue Apollon, venue d'une planète inconnue et dont les émotions n'étaient que contradiction. Son visage fermé cachait il la clef d'une peur enfouit? Nul ne le savait, nul ne le saurait jamais car tel était son bon vouloir. Et donc, sans transition aucune, Mikasuzu prit amoureusement la main de Kennebriel. Alors que toutes ces choses merveilleuses se déroulaient devant les yeux des passants médusés, notre alcoolique préféré semblait être en proie à de grands dilemmes, des dilemmes d'une importance capitale qu'il n'arrivait pas à résoudre malgré son intelligence sans pareille. Tout en jetant des coups d'oeil à son corps, Edghan marchait, mine de rien, tranquillement aux côtés de Vascandré et bien sûr ça ne plaisait pas à l'Ozven sauvage qui, lorsqu'il le remarqua, s'empressa d'attraper le bras de SON musicien et de le tirer plus loin. Là où tout se corsa pour notre amateur de capuccino, c'est qu'il ne voulait pas laisser son corps se balader seul, du coup il était obligé de marcher à côté de lui ce qui était une chose Ô combien impensable, il fallait qu'il avance DEVANT lui! Mais avancer devant lui ne lui permettait pas de le surveiller correctement, en plus son corps se mettait à discuter avec SON premier "otage" ce qui était aussi inacceptable, c'était à lui qu'on devait parler, à lui qu'on devait faire attention! Et comme si cela ne suffisait pas il ne menait pas vraiment le groupe vu qu'il était derrière quelques personnes, mais il ne pouvait pas plus avancer sinon l'autre fou aux cheveux roux allait encore l'emmerder et ho non il s'avançait vers lui…


    "Liven…"


    Il y avait vraiment quelque chose qui ne tournait pas rond chez ce mec…


    "MAIS LÂCHE MOI PUTAIN!"


    Le jeune nerveux attrapa sèchement ces deux otages et les traina un peu plus loin.


    "Bon… d'accord…"


    Loghacre ne comprenait pas pourquoi le sosie de Liven lui en voulait tellement, surtout qu'il voulait juste lui faire part d'une remarque sur la situation concernant le changement de corps… Est-ce que quelque chose ne tournait pas rond chez lui et puis pourquoi refusait-il que les deux personnes à ses côtés s'éloignent? En tout cas ça ne semblait pas faire plaisir au type à sa droite qui avançait en trainant les pieds et qui semblait supporter de moins en moins cette proximité.


    "Tu me fais mal."


    Il fallait rester zen, au moins il avait desserré un peu son étreinte. Ça devenait ridicule, Gabroz commençait sérieusement à en avoir marre, il ne supportait plus la personne qui avait prit les traits de La Bête, le problème c'est que ça le troublait mine de rien qu'il ait justement ces traits… Au pire il pouvait toujours lui péter le nez s'il devenait encore plus insupportable, son image de gentil directeur en aurait sûrement prit un coup mais ce n'est pas lui qui aurait souffert physiquement… Sauf bien sûr si la vraie Bête le prenait mal et le frappait à son tour??? Bon au pire il pouvait aussi lui péter le nez même si techniquement il savait qu'il ne le ferait sûrement jamais, bah oui il ne connaissait pas la force de son nouveau corps et n'avait pas envie de se faire mal à la main.


    "On est arrivé."


    Même si on peut croire que cette phrase prononcé par un Gilgannedy avisé n'avait pas une grande utilité étant donné la taille imposante du bâtiment, en réalité il en était tout autre. Suivit de près par un Jomesh qui semblait s'être étrangement prit d'affection pour lui, le jeune médecin qui avait mené le groupe jusqu'à la tour de Sannom, avait observer la moitié du groupe dépasser le bâtiment avant de parler. Dire que certains étaient tellement absorbés par leurs propres dilemmes qu'ils ne voyaient absolument rien aurait été un euphémisme, ce qui expliqua l'importance de cette phrase. Après que quelques uns aient fait quelques pas en arrière, ils entrèrent tous dans le bâtiment telle une magnifique famille soudée… on a le droit de rêver.


    "Il suffit de monter les centaines de marches maintenant…"

    "Heureusement qu'ils ont construits des ascenseurs récemment."


    Que venait t-il de dire?


    "Des quoi?"


    Et tandis que l'un de nos personnages paniquait, un autre trouvait qu'il manquait vraiment une ou deux baies vitrées dans cette tour.



    ----------
    Hu c'est qui? O.o - Couleurs bla bla

    Kennedy est dans le corps de Gabriel (Kennebriel)
    Gilgamesh est dans le corps de Kennedy (Gilgannedy)
    Jolan est dans le corps de Gilgamesh (Jomesh)
    Gabriel est dans le corps d'Oz (Gabroz)
    Jimmy est dans le corps de Vasco (Jimmasco)
    Vasco est dans le corps de Marc-André (Vascandré)
    Marc-André est dans le corps d'Arya (Marcarya)
    Edryn est dans le corps de Loghan (Edghan)
    Liven est dans le corps de Mikaël (Livaël)
    Oz est dans le corps de Liven (Ozven)
    Isuzu est dans le corps de Jolan (Isulan)
    Mikaël est dans le corps d'Isuzu (Mikasuzu)
    Loghan est dans le corps de Dacre (Loghacre)
    "Peter" est dans le corps de Jimmy (Petermmy)
    Dacre est dans le corps d'Edryn (Dacryn)


    Couleurs bla bla persos secondaires

    Lisa
    Prof 1
    Prof 2
    Vieille bique (voisine Kenny)
    Concierge Kenny
    Maman de Gil
    Élève 1
    Élève 2
    Ulrich
    Stagiaire Gamazine
    Gwendoline
    Inconnu avec Arya 1
    Inconnu avec Arya 2


    _________________



    « It began with an ending. »

    Contenu sponsorisé

    Re: Fanfictions, récits et autres...

    Message  Contenu sponsorisé