Gamaëlia


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Liven Reaves [Adulte 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Liven Reaves [Adulte 2]   Ven 26 Déc 2008 - 6:49

Anciennes présentations :
Présentation élève
Présentation adulte 1
Identité :


Prénom et nom : Liven Reaves

Date de naissance et âge : 29 février– 22 ans
Sexe : Masculin

Années de pratique : 2 ans détudes à l'Académie de Gamaëlia
2 ans comme chasseur de primes
4 ans à la tête de la guilde
Métier : Ex-chef des chasseurs de primes,
il a démisionné mais appartient toujours à la guilde.
Actuellement, il est professeur de
Magie de Combat à l'Académie.


Physique :

Liven est un jeune homme que son physique seul rendrait charismatique. De grande taille, un peu plus d'un mètre quatre-vingt, sa silhouette altière et sportive lui confère une certaine prestance qui ne manque pas d'attirer l'attention. Ses cheveux raides, d'un blonds un peu terne, tombent en mèches négligées jusqu'à sa nuque et balayent parfois son regard. Un regard froid et arrogant dans lequel scintillent des yeux d'un bleu abyssale. Un regard qu'il sait rendre hypnotisant ou effrayant. Un regard qui contribue à lui donner cet air sombre et préoccupé qui est habituellement le sien... Son visage est un masque glaciale derrière lequel il dissimule ses émotions les plus fortes et ses pensées les plus impétueuses même si de plus en plus, des failles apparaissent. Son attitude élégante, nonchalante presque désabusée teintée de prétention complète le tableau. Avec ce petit côté sombre et mystérieux, sa physionomie attirante, Liven est séduisant et n'hésite pas à se servir de cet avantage. Depuis l'invasion vampirique et la nécessité de se cacher dans l'ombre avec les moyens du bord, Liven a quelque peu changé. Ses cheveux sont plus longs, il a maigri, son style vestimentaire est devenu plus commun en délaissant les costumes de grandes marques.

Caractère :

Liven est quelqu'un de...compliqué. Fin, calculateur et un brin manipulateur, il sait imposer sa volonté aux autres et n'est pas du genre à se faire marcher sur les pieds. Malgré tout, sa carrière de politicien lui a appris à modérer son caractère impulsif et son esprit critique lui permet d'analyser rapidement des situations difficiles.

Individualiste et égoïste,il préfère se renfermer sur lui-même plutôt que de s'ouvrir aux autres. Sa méfiance naturelle à l'égard de ses semblables peut vite se transformer en mépris et le rendre irritant voir particulièrement arrogant et désagréable même s'il devient de plus en plus sociable. Malheureusement, sa prétention se révèle bien souvent fondée ce qui le conforte dans la haute estime
qu'il se fait de lui-même.

Cependant, cette confiance en lui-même et en ses capacités lui joue parfois des tours comme lors de l'invasion des vampires qui a ébranlé ses certitudes et l'a poussé à se remettre en question. Car, même s'il se montre parfois borné et fier, il est trop intelligent pour refuser de reconnaître ses erreurs lorsqu'elles sont fondées. Ces évènements lui ont appris à se montrer plus patient et plus prudent qu'il ne l'était autrefois. En revanche, ils lui ont montré l'étendue de la puissance de la magie noire qui l'effraye et le fascine. Quand au lynchage médiatique dont il fit l'objet par la suite, il ne fit que confirmer ce qu'il pensait déjà : les choses ne sont jamais manichéennes. Mais plus que jamais, il assumait chacun de ses actes.

La volonté est le moteur de son ambition. Elle le pousse à se dépasser, à repousser ses limites, à assumer ses choix. Ceux-ci sont généralement pris après mûre réflexion lorsqu'ils se révèlent véritablement important. Néanmoins, dès que sa parole est donnée on peut être sûr que Liven tiendra ses promesses. Sa loyauté s'exprime aussi dans ses amitiés pour peu qu'on dépasse son masque de froideur et d'arrogance pour découvrir un jeune homme plus vulnérable qu'on le croit et plus attachant qu'il n'y paraît.


Histoire :

[voir les messages suivants vu qu'elle est très longue.]


Membres de la famille : Liven a coupé tout lien avec ses parents dont il était le fils unique même s'il ne restait plus grand chose à couper. Pour lui, il n'a aucune famille.


Familier :

Nom : Sabbat

Comment avez-vous connu votre familier
?
voir le chapitre de l'histoire intitulé "rencontre".

Race : C'est une genette

Physique : Un peu plus gros qu'un chat mais ressemblant davantage à un furet, le poil de couleur fauve parsemé de taches noirs, le dos parcouru d'un liseré
noir sur a colonne vertébrale, des oreilles dignes d'un fennec miniature, une longue queue duveteuse à la pointe blanche et de grands yeux dorés.

Caractère :
Sabbat est un familier extrêmement positif. Tout l'inverse de son humain. Même dans les pires situations, elle est capable de relativiser la dangerosité du moment pour trouver des éléments
encourageants. Elle met son agilité naturelle au service de son énergie débordante. Très caractérielle,
si elle a des choses à dire, elle ne s'en prive pas et peut se montrer extrêmement irascible. Heureusement, elle est tout simplement incapable de se montrer rancunière. La genette peut
être aussi très possessive notamment (et presque exclusivement) en ce qui concerne Liven. Très sociable, elle a déteint au fur et à mesure des années sur Liven qui s'est adouci dans ses rapports aux autres tandis qu'elle même a appris à devenir un peu arrogante.

Quels sont les liens qui vous unissent ? : S'il est indubitable que Liven et Sabbat sont très proches, il arrive souvent qu'ils entrent dans des prises de becs mémorables. Leur caractère très
distincts pour ne pas dire opposés entrent souvent en conflit mais ce n'est jamais méchant et Sabbat étant incapable de lui en vouloir plus d'une minute finit toujours par revenir vers son humain. La
genette s'est fait un devoir de rendre Liven plus sociable et de lui faire perdre son côté désagréable ce qu'elle a accomplit avec plus ou moins de succès. De son côté Liven semble parfois distant vis à vis de son familier mais c'est pour mieux dissimuler la tendresse qu'il lui porte, refusant d'admettre tout à fait qu'il l'adore quand elle est parfois si inconsciente et énervante.


Autre :

Quelle guilde souhaiteriez-vous intégrer ? : Devinez.

Comment avez-vous connu le forum ? : Sur un top site il y a environ deux ans, c'est plus une surprise.


Dernière édition par Liven Reaves le Lun 13 Juil 2009 - 9:58, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Ven 26 Déc 2008 - 7:24

Abandon

Liven claqua la porte avec toute la violence dont il était capable. A travers elle, il entendit encore son père l'insulter alors qu'il descendait les escaliers en courant sans savoir s'il voulait simplement fuir cette endroit maudit ou s'il désirait uniquement se calmer les nerfs. Ce n'est qu'en arrivant dans le hall de son immeuble à bout de souffle qu'il ralentit avant de s'immobiliser. Là, seul, debout sous la lumière glauque de l'unique ampoule, il se rendit compte qu'il pleurait. Etait-ce de rage ? Etait-ce de douleur ? Il était incapable de le dire. Rageusement, il essuya ses larmes sans parvenir pour autant à les stopper. Soudainement à bout de force et sur le point de craquer, il se laissa glisser à terre contre un mur à la peinture écaillée et s'abandonna un instant à sa tristesse. Puis, lentement, il porta la main à son visage et le caressa du bout des doigts. Il grimaça en sentant sa joue enflée et son arcade sourcilière en sang. Ses côtes aussi le faisait souffrir mais la douleur était plus supportable. Il n'y était pas aller de main morte. Le garçon parvint à esquisser un sourire en songeant à la magnifique droite qu'il lui avait rendu. Mais il n'avait aucune illusion à se faire. Comment un gamin de douze ans pouvait-il faire face à un homme de trente-cinq ? En bougeant avec précaution maintenant que ses muscles meurtris avaient refroidi, il sortit son portable de la poche de son blouson et composa le numéro.

- Alex ? C'est moi. J'ai des ennuis je peux venir squatter chez toi ce soir ?

- Qu'est ce que t'as encore foutu Liven ? J'te préviens que si c'est encore un problème avec les flics...

- T'occupe, j'te raconterai plus tard. Alors ? C'est OK ?

- Ouais, c'est bon mais viens après 23 heures que mes parents soient couchés.

- Ca marche à tout à l'heure.


Liven referma son portable et se releva en étouffant un juron. Finalement ses côtes méritaient peut être qu'il y fasse plus attention. Il sortit et se mit en route vers le quartier de son ami. Il lui raconterait qu'il avait traîné au mauvais endroit au mauvais moment et que le grand frère d'un gamin qu'il avait raquetté avait voulu lui faire part de sa façon de penser. Ce ne serait pas la première fois que Liven aurait été mêlé à une bagarre. D'ailleurs c'est pour ce motif qu'il avait été renvoyé du collège et qu'il venait de se faire tabasser par son père. Abandonnant ses pensées et ses vaines tentatives pour oublier la douleur, Liven jeta un coup d'œil à sa montre. Il avait encore une heure à perdre avant de pouvoir débarquer chez Alex et lui raconter son histoire à dormir debout. Avec un soupir, il choisit d'opérer un détours pour rallonger sa route et lui changer les idées par la même occasion. Arriver devant le parc, il ne prêta aucune attention au petit trafic qui se prêtait non loin de l'entrée. Peut être qu'un jour il devrait essayer lui-aussi ? Peut être que ça lui permettrait d'oublier ? Il détestait avoir mal. Il détestait ses parents. Il détestait sa vie...

Brusquement, il stoppa et releva la tête. Il lui avait sembler entendre quelque chose. Une sorte de chuintement... Le garçon secoua la tête et reprit sa marche, les mains dans les poches. Il était fatigué et désespéré, son imagination devait lui jouer des tours. Malgré tout, lorsqu'il rouvrit les yeux, il dut admettre que son hallucination auditive était accompagnée d'une hallucination visuelle très convaincante ! Devant lui, entre les troncs d'un peuplier et d'un platane, se tenait un halo parfaitement circulaire brillant d'une lumière laiteuse, irréelle. En son centre, ce n'était pas les maigres buissons du parc qu'il contemplait, mais une véritable forêt. Liven resta immobile totalement tétanisé. Qu'est ce qui lui arrivait ? Son cerveau avait-il reçu un méchant choc lorsque son crâne avait tapé contre le sol ? Afin d'en avoir le cœur net, il s'approcha avec prudence et tendit la main sur les rebords de cet espèce hublots qui donnait sur cette vision fantastique et, d'après lui, imaginaire. Il fut surpris par sa tiédeur. C'était comme une sorte de brouillard impalpable mais il ne pouvait pas remettre son existence en doute. Quelque chose en lui l'en empêchait... Il voulait croire à cette idée qui venait de surgir dans son esprit... Non, il devait y croire, ne serait ce que pour l'espoir que cela lui faisait entrevoir.

Liven hésitait. Et s'il se trompait ? Si ce n'était pas un autre monde qu'il voyait devant lui ? Si était vraiment en train de péter les plombs ? Ces questions n'assaillirent sont esprit qu'un court instant. Après tout que risquait-il à essayer ? Qu'avait-il à perdre ? Il ne regretterait ni son père violent, ni sa mère indifférente, ni son avenir de délinquant juvénile. Il voulait croire qu'on lui donnait une deuxième chance. Sa décision résolue, il avança pas après pas avant de s'immobiliser juste devant l'étrange phénomène. L'air était plus chaud là-bas. Il pouvait le sentir. Alors il fit son choix. Il avança, se sentit happé, trébucha sur quelque chose et se retrouva face contre terre sur un lit d'épines de pin. Le garçon se retourna vivement mais le cercle avait disparu. Tout ce qu'il voyait c'était une végétation dense et anarchique. Il s'assit à genoux et sortit son téléphone pour se faire un peu de lumière mais constata qu'il était inutilisable. Il retira la batterie ou du moins voulu le faire avant de se rendre compte qu'elle avait littéralement fondu sur le circuit. En revanche, il ne trouva pas d'explication convaincante pour comprendre pourquoi sa montre s'était arrêtée. Assis à genoux dans cet endroit inconnu, il était partagé entre des émotions contraires. Il y avait la joie et l'excitation auxquelles se mêlaient intimement l'appréhension et l'angoisse. Il ne savait pas ce qu'il allait découvrir. Il n'allait pas être déçu...

Rencontre


Mais bon sang ! Qu'est ce qui lui était passé par la tête de venant dans ce monde pourri ! Il avait bien tenté d'ignorer les protestations de son estomac les deux premiers jours passés à errer dans cette forêt sans la moindre idée de la direction dans laquelle il allait même s'il essayait d'aller vers le nord en gardant le soleil levant à sa gauche. Mais ce n'était pas une mince affaire, d'autant plus que le terrain accidenté rendait sa progression aussi difficile qu'épuisante. Heureusement, il avait croisé la route de plusieurs ruisseaux et avait pris son courage à deux mains pour goûter à des fruits inconnus en espérant qu'ils n'étaient pas empoisonnés. C'est sans doute pour cette raison qu'il était encore en vie. A moins que ce ne soit qu'un moyen de prolonger son calvaire... Epuisé et énervé, Liven finit par s'assoir sur un rocher couvert de mousse en attendant de retrouver ses forces. Un mouvement face à lui attira son attention et il craint un instant d'être tombé sur un prédateur. Une de ces espèces de lézard géants pas très commode qu'il avait pu observer de loin en plein repas. Inutile de préciser qu'il n'avait aucune intention d'en devenir la proie. Cependant, il comprit que ses craintes étaient infondées lorsqu'il aperçut un petit corps fauve et moucheté de noir caché dans les feuillages. Excédé et éprouvant le besoin de se venger sur quelque chose, il ramassa un petit bâton et l'envoya droit sur sa cible qui détala en un rien de temps.

- Tu vas arrêter de me suivre stupide bestiole !
Cria-t-il, troublant la quiétude des sous-bois.

Il soupira avec mauvaise humeur. Ca faisait quatre jours qu'il se trouvait dans ce monde étrange et trois qu'il se rendait compte que cet animal le suivait. Environ de la taille d'un chat mais ressemblant davantage à un furet, le poil de couleur fauve parsemé de taches noirs, le dos parcouru d'un liseret noir sur la colonne vertébrale, des oreilles dignes d'un fennec miniature et de grands yeux dorés... Liven ne s'était jamais intéressé aux cours de sciences et ce n'était pas dans son quartier qu'il aurait fait connaissance avec le règne animal dotant plus que...

**Une genette.**

Liven fit un bond qui faillit lui faire perdre son équilibre. Il n'avait pas rêver ? C'était bien une voix féminine qu'il avait entendu ? Il se retourna et parcouru l'espace du regard dans l'espoir de découvrir
quelqu'un qui pourrait l'aider.

**Tu m'entends enfin ? ! Là, je suis devant toi !**

S'il fut moins surpris la deuxième fois, il détesta en revanche l'idée que quelqu'un puisse savoir ce qu'il pensait. Il tourna son visage rayonnant d'amabilité devant lui et lança d'une voix sèche :

- Qui es-tu ?


**Pas besoin d'être aussi désagréable ! Je te l'ai déjà dit, je suis une genette et...**

**Où es-tu ?**

Il venait de comprendre que cette personne qui qu'elle soit pouvait l'entendre même s'il ne prenait pas la peine de parler à voix haute.

**Tu ne me lanceras pas de pierre cette fois-ci ?** S'entendit-il répondre par une petite voix timide.

Liven resta un moment interdit. Cet animal qu'il avait chassé à l'insant...c'était lui qui lui parlait ? ? ?

**Elle.**

Sortant des fourrés en un bond gracieux, la genette se planta prudemment à quelques pas de lui, l'observant de ses grands yeux dorés avec une certaine...intelligence ?

**Bien sûr ! Alors, elle t'en bouche un coin la stupide bestiole !** Lui répondit-elle avec colère.

- Arrête de répondre à tout ce que je pense et sors de ma tête.

**Ca risque d'être compliqué.**

**Arrête de parler deux secondes tu veux. Il faut que je réflechisse.**

**Tu en es capable ?**

**Tu veux une autre pierre ?** Répliqua-t-il avec mauvaise humeur.

Il avait besoin de faire le point. D'une, il était dans un autre monde où alors dans un coma profond. De deux, il était visiblement capable de communiquer par la pensée avec...un animal (il avait encore du mal à l'admettre). De trois, cet animal semblait doter d'une conscience humaine. Ca faisait beaucoup à accepter d'un coup là. Il avait besoin d'un peu de temps.

**Je croyais que tu avais faim ?**

**Tu ne m'écoutes pas quand je te dis de te taire.**

**Ca fait quatre jours que tu fermes ton esprit et que j'essaye de te contacter alors maintenant que je le peux, je ne vais pas m'en priver !**

Il faudrait d'urgence qu'il réfléchisse à la façon dont il s'y était pris pour fermer son esprit et réitérer cet exploit le plus vite possible.

**Enfin, juste pour information, tu tournes en rond depuis un sacré bout de temps alors que tu te trouves à moins de trois heures de marches de la lisière de la forêt.**

Liven faillit s'étrangler. Seulement trois heures ? Avec un peu de chance il trouverait sans doute un village et quelqu'un qui lui expliquerait ce qui se passait. Cette nouvelle lui donna une énergie nouvelle et il se releva vivement. Sans doute n'aurait-il pas du car la tête lui tourna un instant à cause de son hypoglycémie.

**Tu peux me guider ?**

**Bien sûr !** Elle semblait ravie de pouvoir l'aider mais Liven ne fit pas l'effort d'essayer de comprendre pourquoi. **Mais à une condition.**

Il soupira une fois encore, il s'attendait à n'importe quoi, même à devoir lui ramener un oeuf de dragon.

**Non, je ne t'en demanderai jamais tant, c'est beaucoup trop dangereux.**

Il ne fut pas vraiment surpris d'apprendre qu'ici les dragons faisaient bien partie de la réalité. Au point où il en était.

**Tu peux me porter ?** Demanda-t-elle avec la même timidité que la dernière fois.

Liven se renfrogna véritablement agacé.

**J'espère que c'est une plaisanterie ? Dieu sait où tu as traîné et...**

**Ca fait quatre jours que tu ne t'es pas lavé alors tu peux parler ! De toute façon si tu refuses je ne t'aiderais pas.**

Sans qu'il ne comprenne pourquoi Liven avait la conviction qu'elle mentait en formulant sa menace. D'un autre côté, il réalisa qu'il n'avait pas vraiment de motif pour refuser sa requête.

- Ok amène-toi.

En trois bonds, la genette l'avait rejoint et il la prit dans sa bras en constatant avec étonnement la douceur de sa fourrure. Finalement elle était plutôt attachante cette boule de poil. Suivant ses indications, il reprit sa route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Ven 26 Déc 2008 - 7:39

Meurtres

Liven s'étira en grognant avant de parcourir la petite chambre d'auberge des yeux. Rapidement, il enfila son jean et une chemise qu'il ne commença à attacher qu'après avoir réveillé Sabbat en lui lançant son oreiller dessus.

- LIVEN !

La genette était furibonde et faisait le dos rond en hérissant ses poils. On aurait cru qu'elle s'apprêtait à se jeter à sa gorge. Le jeune homme de quatorze ans esquissa un sourire moqueur en terminant de boutonner sa chemise.

- Je ne comprends pas pourquoi tu te mets dans cet état. C'est toi qui ne voulait rien perdre de la fête.

L'expression de son familier changea du tout au tout. Comme si l'incident du réveil forcé n'avait jamais eu lieu, elle devint excitée comme une puce et se précipita à la petite fenêtre qui donnait sur la rue déjà bondée. Le carnaval de Traïm était un événement qu'elle ne voulait manquer en aucun cas. D'ailleurs elle avait eu toute les peines du monde à convaincre Liven de s'y arrêter. Elle se mit à deviser toute seule sur le caractère exceptionnel de la fête à laquelle ils allaient assister tandis que Liven, ne lui prêtant pas la moindre attention, vérifiait le montant de leur petite fortune. Sabbat redevint tout à coup sérieuse et le regarda en coin.

**Ca ira ?**

**Oui, de quoi tenir encore quelques jours.**

Cela faisait deux ans que Liven se faisait embaucher pour des petits boulots mal payés mais qui assuraient sa subsistance. Il n'en demandait pas plus. Nonobstant, c'est grâce à ces petits boulots qu'il avait appris le Gamaëlien aussi vite. En à peine trois mois, il le parlait couramment et sans le moindre accent. Ils finirent par descendre et se mêlèrent à la foule qui se rendait sur les bords de la rue principale. Celle où se déroulerait le carnaval. Durant les festivités, Liven donnait l'impression de quelqu'un de désabusé, se moquant volontier de Sabbat qui ne tenait littéralement pas en place, disparaissant par moment pour revenir un peu plus tard. Liven était serein. Depuis qu'il était arrivé
dans ce monde, les choses s'étaient arrangées pour lui. Il menait se vie comme il le voulait sans personne pour lui dire quoi faire (mise à part Sabbat bien sûr) et ce sentiment de liberté lui plaisait
profondément. Même ce carnaval pourtant futile parvenait à le mettre de bonne humeur.

Soudain, il porta la main à son coeur, surpris par la douleur qu'il avait ressenti. Il n'eut pas le temps de s'interroger sur son origine qu'il connaissait déjà la réponse. Attivement, il rechercha la genette des yeux sans parvenir à la repérer. De plus en plus inquiet, le souffle court, il bouscula la foule en l'appelant mentalement sans obtenir de réponse, ajoutant à son angoisse. Ses pas le guidèrent. Il s'était mis à courir lorsqu'il dépassa une ruelle plutôt éloigné de la rue principale avant de s'immobiliser. Elle était là, il en était sûr. Revenant sur ses pas, il s'arrêta à nouveau à l'entrée du cul de sac. Tout au bout, un énorme dog allemand tenait dans sa gueule le petit carnassier ignorant ses gémissements et fixant le jeune homme comme s'il le mettait au défi de s'approcher. Liven tremblait de colère. Avec le temps, il avait comprit qu'un familier était bien plus qu'un animal de compagnie. C'était une partie de lui. Et cette partie de lui était en danger. Il s'avança sans savoir encore comment il allait la sortir de là quand il mesura toute l'ampleur du piège dans lequel il était tombé.

- Désolé le mioche mais tu vas ressortir d'ici délesté de ta bourse.

Au son de cette voix vulgaire, Liven se retourna vivement et se retrouva face à deux hommes qui de toute évidence n'étaient pas animés des meilleures intentions. L'un deux sortit un long couteau et le sang du jeune homme s'accéléra soudain. Qu'était-il censé faire dans ce genre de situation. S'il donnait ses maigres économies, au delà des problèmes qu'il aurait pour survivre les jours suivants, les deux voleurs ne seraient certainement pas satisfait et le tuerait sans doute pour le fouiller et être sûr qu'il ne leur cachait pas autre chose. D'un autre côté, s'il ne leur donnait pas, il était persuadé que l'autre familier n'hésiterait pas une seconde à s'acharner sur Sabbat. Et elle ne pouvait pas faire face...

- Tu es bien long. Tu nous le donnes ce fric ?

La panique commença à s'emparer de Liven. Lentement et peinant à maîtriser ses tremblements qu'il ne savait attribuer à la colère ou à la peur, il tira sa petite bourse de son sac et la leur lança. Le coeur serré par l'angoisse ou par l'étau des mâchoires du chien, il vit son contenu s'étaler dans la main de celui qui semblait être le chef.

- Tu te moques de nous ? Sa voix était dure sans plus aucune trace de l'humour malsain qu'il avait à présent affiché.

- Non, c'est tout ce que... Commença Liven.

Il n'eut pas le loisir de terminer, le dog allemand venait de resserrer son étreinte et la souffrance de la genette se répercuta avec violence sur Liven. Il plia les genoux et ne put retenir un grognement de
douleur.

- Allez dépéche-toi de nous donner tout ce que tu as. On a pas toute la journée.

Ca faisait mal. Ca faisait vraiment mal. Liven avait quitté son monde pour échapper à sa vie de douleur. Pas question qu'il revive ça... Un frisson lui parcourut l'échigne quand il se redressa pour planter un regard glacé dans celui de ses agresseurs. Le chef perçut faiblement que quelque chose était en train de changer dans le jeune homme qui lui faisait face. Ce regard...Il sentit confusément une impression de danger. Instinctivement, il s'élança, son poignard en avant sans savoir
que jamais il n'atteindrait sa cible. Liven bouillonnait d'une telle rage, d'une telle impression d'impuissance qu'il en avait oublié sa peur. Il souhaita les voir morts. Il souhaita être capable de leur faire du mal à son tour. Un grondement sourd résonna dans l'air. Il leva les yeux juste à temps pour voir la façade du bâtiment d'à côté s'effondrer. Les blocs de pierre tombèrent, inévitables et s'écrasèrent sur les deux voleurs. Liven tressaillit d'effroi en entendant les hurlements bientôt remplacés par le bruit des os brisés lorsque l'amas de pierre les recouvrit. Il ne se rendit pas compte que l'étau qui enserrait son coeur avait disparu et que Sabbat s'était précipitée vers lui, libérée du dog allemand qui s'était volatilisé à la mort de son propriétaire.

Liven restait immobile. Incapable du moindre mouvement. Il entendait bien Sabbat l'appeler mais il ne pouvait pas réagir. Avait-il...avait-il vraiment fait ça ? Ces hommes, il les avait... Pour la première fois depuis deux ans, il prit conscience qu'il était seul dans son esprit. Sabbat ne parvenait plus à le contacter et honteusement, il réallisa qu'il en était heureux. La respiration saccadée, il commençait tout juste à réaliser ce qui venait de se passer. Il avait visualisé ce mur, il avait souhaité le voir s'effondrer. Il les avait tué...

Liven était déjà loin lorsque l'on découvrit ce qui s'était passé. Dans l'heure, il avait quitté la ville refusant encore d'admettre ce qu'il avait fait. Ce n'était pas possible. On ne pouvait pas faire s'effondrer un mur simplement en le souhaitant. Et pourtant... Combien de fois avait-il assister aux prouesses des magas qu'il avait cotoyé ? La magie auquel il avait semblé si imperméable au début était-elle capable de faire de lui un meurtrier ? Que devait-il faire ? Le jeune homme était trop secoué pour réfléchir posément et trop effrayé pour se poser les bonnes questions. Depuis une journée qu'il marchait sans but particulier, Sabbat semblait s'être fait une raison et avait accepté son silence. Malgré tout, elle ne pouvait pas juguler son inquiétude qui allait croissante à mesure que Liven gardait le silence et lui refusait toujours d'accéder à son esprit. Il parraissait terrifié et en même temps son visage avait pris des traits durs qu'elle ne lui connaissait pas. Elle ne savait que penser, comment l'aider. Lorsqu'ils s'arrêtèrent pour la nuit, elle tenta encore une fois de lui parler mais il semblait hermétique à toute intervention de sa part. Tout ce qu'elle parvint à faire ce fut s'allonger sur ses genoux pour le réchauffer pendant la nuit. Elle se trouva inutile et commença à culpabiliser. Tout ceci était de sa faute finalement. Elle commença à comprendre qu'en définitive, elle ne désirait pas partager les pensées de son humain en ce moment, qu'elles seraient trop terribles à entendre.


Le lendemain, la genette s'éveilla sur l'herbe humide où Liven l'avait délicatement posée. Tout à coup prise de panique en songeant qu'il avait pu l'abandonner, elle se leva d'un bond avant de le découvrir un assis un peu plus loin. Se rapprochant, elle stoppa nette en découvrant son visage. De grandes cernes ornaient ses yeux et il lui apparut comme une évidence qu'il n'avait pas dormi de la nuit. Mais ce ne sont pas les cernes qui eurent un impact si profond sur le familier. Liven paraissait changé. Elle le lisait sur son visage, sur les contours de sa bouche, dans son regard glacial. Il affichait une expression neutre totalement indéchiffrable comme un masque qui dissimulait les souvenirs qui le torturait. Pour la première fois, elle hesita sur la conduite à adopter. Qu'avait-il décidé ? Qu'allait-il sortir de ses réflexions ?Comment allait-il ? Ce fut à ce moment qu'il lui ouvrit son esprit.

**Est ce que ça va aller ?**

**Oui.**

Difficile de faire plus succint comme réponse. Néanmoins, Sabbat ne se sentait pas d'humeur à le lui faire remarquer. Oui, quelque chose avait changé. Il semblait à la fois plus mûr et plus renfermé, plus sûr de lui et plus fragile, plus déterminé et plus désemparé.

**Ne me refais plus jamais un coup pareil ! C'est une torture de ne pas savoir ce que tu penses et...**

Elle se tue à la seconde où son regard se posa sur elle. Effrayant de froideur presque méprisant.

**...et quoi ? J'ai pas mal réfléchis pendant tout ce temps et vu que tu es une piplette écervelée je ne risquais pas de le faire avec tranquilité. Je peux t'assurer que j'ai les idées plus claires maintenant.**

La piplette écervelée en question avait très envie de lui dire sa façon de penser mais de nouveau l'attitude distante et froide de Liven l'en dissuada.

**Ce qui veut dire ?**

**Ce qui veut dire que je ne compte pas m'apitoyer sur mon sort ni sur le leur. Ce qui veut dire que même si je ne minimise pas ce que j'ai fait, j'ai décidé d'aller de l'avant. Ce qui veut dire qu'au lieu de me chercher des excuses j'ai décidé d'assumer.**

Il l'avait compris cette nuit. Toute sa vie il s'était chercher des excuses. S'il avait failli mal tourné, c'était à cause de la société, de son père, de ses mauvaises fréquentation. N'importe quoi... Les
choix c'était bien lui qui les avait pris. Il était plus que temps qu'il les assume désormais. Jamais il n'avait prétendu que ce serait simple. Ce qui c'était passé à Traïm n'était pas quelque chose qu'un
adolescent de quartorze ans pouvait analyser avec le recul nécessaire mais il ne voulait plus laisser les autres décider pour lui. Dans son monde comme dans celui-ci, c'était chacun pour soi. Sabbat enregistra toute ces informations et y réfléchit tout le temps que dura leur marche jusqu'au village suivant. Son nouvel état d'esprit avait beau avoir certains aspects égoistes et critiquables, il avait le mérite de lui faire garder la tête sur les épaules. Malgré tout, elle sentit qu'il en voulait à la terre entière et elle se demanda si un jour elle arriverait à lui montrer les choses sous un autre angle. Quoiqu'il en soit, c'est la voie qu'il avait choisi et ce ne serait pas elle qui l'empêcherait de disposer de sa vie.

Parvenus dans la soirée à un petit village, ils dégotèrent une auberge potable et Liven gaspilla ses derniers rys pour prendre un repas digne de ce nom. Après tout il était en pleine croissance et après l'épreuve traumatisante qu'il venait de vivre, il avait bien droit à un peu de réconfort. Alors qu'il venait d'achever dans un coin sombre un succulent poulet rôti, le jeune homme surprit une conversation qui suscita immédiatement son intérêt.

- L'Académie de Gamaëlia ?

- Quoi ? ? ? Ne me dis pas que tu n'en as jamais entendu parler ? !

- Ben...

- C'est l'école de magie la plus réputée du pays ! Si tu vas là-bas tu peux être sûr de devenir l'un des meilleurs magas du continent et de développer ton don rapidement. En seulement trois ans !

- Tu vas essayer de l'intégrer ?

- Non. Mes parents disent que Sannom est trop loin et qu'ils préfèrent me garder à l'oeil.


Les deux jeunes filles sursautèrent quand elles entendirent un raclement de chaise non loin d'elles. Elles avaient pourtant cru être seule dans la pièce. Le jeune homme qui passa devant elles, son familier sur les talons leur lança un regard féroce quand l'une d'elles ouvrit la bouche pour lui adresser la parole. Coupée dans son élan, elle se tut et il disparut au-dehors après avoir laissé de l'argent sur le comptoir.

- Tu as vu comment il m'a regardé ? Si ses yeux pouvaient tuer je serais déjà morte.

- Je ne sais pas mais moi j'aurais bien aimer qu'il me regarde.
Sussura son amie avant de partir dans un commentaire détaillé de toute les qualités physiques de l'inconnu en question.

Un inconnu qui poursuivait désormais un but. Entrer à Gamaëlia et maîtriser ce pouvoir qui l'effrayait tant.


Dernière édition par Liven Reaves le Lun 29 Déc 2008 - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Ven 26 Déc 2008 - 8:52

Merci...

Liven sortit le premier de son tout premier cours tandis que son familier le rejoignait en bondissant plus qu'en courant. Après deux ans de totale liberté, se retrouver enfermer dans une salle de classe à suivre un cours théorique avec des nashaoviens surexcités était un véritable calvaire. En fait, Liven frisait la crise de nerfs.

**Franchement Liv' tu pourrais faire un effort !**

**...**

**Pourquoi te sens-tu obligé d'être aussi désagréable ?**

**Elle me soulait ! Et puis je trouve que j'ai été plutôt sympas, au moins je lui ai répondu.**

**...**

Dépitée, Sabbat décréta qu'elle devait aller croquer un écureuil ou deux et elle quitta rapidement ses épaules pour disparaître dans la foule des élèves déambulants dans les couloirs. A grandes enjambées, Liven se dirigea vers son prochain cours sans prêter la moindre attention à certaines élèves qui le regardaient avec un certains intérêt. En pénétrant enfin dans la salle de magie générale, il n'accorda pas plus d'importance aux quelques élèves déjà présents et s'assit au fond de la salle près de la fenêtre, fidèle à ses mauvaises habitudes héritées de son parcours scolaire catastrophique. Les autres élèves ne tardèrent pas à arriver, donnant leur nom et leur maison à la directrice à l'instar de Liven quelques instants plus tôt. Celui désirant être particulièrement tranquille gratifia chacun d'eux d'un regard peu amène les mettant au défi de s'asseoir près de lui. A sa grande satisfaction, aucun de ses camarades ne semblaient très encluns à faire sa connaissance après ce regard assassin et il se retrouva à l'écart comme il le souhaitait.

Le cours commença par une partie théorique qu'il leur fallait noter au tableau. Cette nouvelle rendit Liven plus maussade encore si toutefois c'était possible et il se mit à compter les minutes qui les séparaient du moment où ils passeraient à la pratique. Les bavardages s'estompèrent et chacun sortit de quoi noter. Soudain, le bruit d'une course retentit dans le couloir par la porte restée ouverte. Liven releva la tête au moment où la retardataire arrivait à la porte. Il se surprit à la détailler. Ses cheveux blonds que la lumière tâchait d'or, ses grands yeux bleus malicieux, sa joie de vivre évidente...elle était jolie.

- Je suis désolée pour mon retard, c'est à cause de la salle commune et...oui enfin, ce n'est pas vraiment important n'est ce pas ? Bref, je suis Arwen Black en Nashaovie.


Vu le débit sur lequel elle avait balancé ça, elle n'avait pas besoin de le préciser. La dirlo fit une remarque sur la ponctualité qu'exigeait l'Académie mais c'est en souriant qu'elle lui demanda de s'asseoir. La jeune fille s'avança dans les allées, saluant d'un signe discret de la main une autre jeune fille blonde assise près d'un garçon roux. Liven se rendit alors compte que les seuls places restantes étaient celles du fond et il regretta aussitôt de lui avoir prêter attention plutôt que de l'avoir ignoré. Bien vite cependant, il se reprit et lui lança un regard farouche. Ce fut sans doute ce qui la fit hésiter.

- Heu...Je peux m'asseoir ?


Toujours aussi glacial, les bras croisés, Liven lui indiqua la table devant lui d'un signe de la tête mais elle s'y installa sans se formaliser de son attitude. Le cours reprit dans un silence relatif mais le sort sembla s'acharner contre lui. Peu à peu, son écriture se fit de moins en moins lisible au fur et mesure que l'encre de son sylo s'épuisait. Liven poussa un soupir consterné et se pencha en avant.

- Dis-moi, tu aurais un stylo ou une plume ?

Si Sabbat avait été là sans doute aurait-elle émit une critique sur le manque de politesse de son humain mais à la grande surprise du jeune homme, la dénommée Arwen se retourna avec un sourire radieux et lui tendit une de ses plumes qu'il avait eu l'occasion de contempler dans les vitrines des papeteries de luxe. Sans plus se préoccuper ni d'Arwen, ni de sa plume, il accueillit avec joie l'annonce du passage à la partie pratique. L'exercice consistait à reproduire avec le plus d'exactitude le modèle du professeur. Les élèves suivirent les consigne, parvenant plus ou moins vite et avec plus ou moins de réussite à créer un objet similaire. En promenant son regard sur la salle avant de commencer, Liven remarqua que le rouquin avait déjà terminé une copie parfaite de l'objet en question alors que les autres élèves élaboraient encore leurs sortillèges. Un sourire moqueur se glissa sur ses lèvres. Ils seraient deux à ce petit jeu là. Liven lança son sortillège sans rencontrer de difficultés particulières et contempla avec une certaine fierté la réplique exacte qui se trouvait sur sa table. Un jeu d'enfant...

La sonnerie marqua la fin de l'exercice et les élèves sortirent sous le regard de la directrice qui se fit particulièrement intéressé au passage de Caliban et de Liven qui ne le remarquèrent pas. Ce n'est que parvenu dans le couloir que Liven se souvint de la plume. Revenant sur ses pas, il rejoignit la jeune fille.

- Tiens. Et...merci.

A croire que ça lui faisait mal de le dire. Ignorant son air étonné, il tourna les talons et ne tarda pas à disparaître dans les escaliers menant à son dortoir. Pourquoi l'avait-il remercier ? Quelle importance cela avait-il ? Pourquoi lui avait-il prêter plus d'attention qu'aux autres ? Pourquoi n'avait-elle pas été froissée devant son air revêche ? Autant de questions qu'il ressassait et qui l'énervaient prodigieusement.

Amour :

**Maintenant ça suffit ! Tu me dis ce qui ce qui se passe ! Vu ton état ça a l'air grave !**

Sabbat sauta sur son torse mais elle aurait tout aussi pu détruire la chambre qu'il n'aurait pas bougé d'un pouce. Jeté en travers de son lit, les mains derrière la tête, il contemplait le plafond avec un sourire aux lèvres. Mais pour Sabbat quelque chose clochait dans ce sourire. Il n'était ni arrogant, ni méprisant, ni moqueur, ni chameur, ni faux, ni amusé... C'était un sourire de...bonheur ?

**LIVEN !**

**Ce que tu peux être bruyante quand tu veux...**

Ses yeux se détachèrent du plafond pour se poser sur la genette et son sourire s'élargit. Cette fois c'était sûr, elle allait le tuer.

**Qu'est ce qui s'est passé ?**

Finalement Liven décida qu'il l'avait suffisament fait tourner en bourrique.

**Je suis allé voir Arwen à la plage.**

**J'espère que tu t'es bien comporter cette fois et qu'elle n'a pas été à nouveau obligé de te frapper.**

**Non.** Son sourire revint se ficher sur ses lèvres. **Bien au contraire...**

**Attends ! Tu l'as embrassé ? ? ?**

**Je peux savoir pourquoi tu es aussi suprise ? Tu devrais être contente toi qui n'arrête pas de dire que je suis un rustre insupportable et associable...**

**Je te ferais dire que Tynador est du même avis que moi.**

**Tiens, je devrais aller en parler à Arya.**

Il se redressa et se dirigea vers la porte. Il savait où la trouver : la bibliothèque.

[leur idylle : ICI et ICI]


Dernière édition par Liven Reaves le Lun 29 Déc 2008 - 13:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Dim 28 Déc 2008 - 12:41

[le combat : ICI]

Victoire :

**Je suppose que tu es très fier de toi ? !**

Liven lui offrit un visage ravi.

**Très.**

La genette lui lança un regard furibond tandis que l'infirmière s'affairait auprès de Liven. Bilan de son duel : un bras cassé, une jambe brûlée, une cheville foulée, des égratinures sur les bras et le visage, et une immense fatigue telle qu'elle l'empêchait de se déplacer. L'infirmière régla immédiatement la question des blessures superficielles en pestant contre ces duels idiots entre élèves et prophétisant qu'il y aurait bientôt un mort.

**Est ce que tu as une idée de la peur que j'ai eu ? Et Arya ? Et Arwen ?**

**J'ai gagné non ?**

**Caliban et toi vous êtes vraiment des cas lourds...**

Liven sourit en son fort intérieur. Depuis trois ans qu'il voulait se mesurer à Caliban il avait enfin prouver qu'il était meilleur que le petit géni.

**Ca va les chevilles ?**

**Sabbat sois gentille et fiche-moi la paix. Je veux savourer ma victoire avant de tomber dans les pommes.**

**De tomber dans...? !**

Liven avait déjà reposer sa tête sur l'oreiller en fermant les yeux. Il en avait fait beaucoup trop lors de ce combat. Malgré tout, Sabbat avait été impressionnée par les deux Dalaviriens. Leur combat était d'un niveau beaucoup plus élevé que la moyenne des élèves sortant de l'Académie. Elle entendit la porte s'entrouvrire en grinçant tandis qu'une silhouette fine se faufilait à l'intérieur maintenant que l'infirmière était partie, le laissant se reposer après l'avoir soigné.

- Liv' ?

Arwen s'avança jusqu'au lit et s'y assis avec précaution en observant d'un air horrifié les bandages qui parcourait son corps.

- Arwy tu me rends service d'accord ? Quand il se réveillera, ne le laisse surtout pas jouer aux victimes martyres, il n'attend que ça.


- Tu es dure Sabbat ! Je viens de la chambre de Cal' et ils ne se sont retenus ni l'un ni l'autre.

Elle se tut un instant, contemplant le visage de son petit ami, l'air songeur.

- A quoi tu penses ? Demanda la genette. Tu sais, il va être insupportablement arrogant après ça.

- Oui, je sais. Répondit la nashaovienne en souriant.


Dernière édition par Liven Reaves le Lun 29 Déc 2008 - 14:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Lun 29 Déc 2008 - 9:49

Premier regret :

Liven baissa une nouvelle fois les yeux sur la lettre qu'il tenait en main. Après avoir quitté l'Académie et hésité pendant longtemps entre les différentes guildes qui tentaient de le recruter, il avait fini par faire un choix. Les épreuves d'entrée n'avaient été qu'une formalité pour cet élève brillant et prometteur qui sortait de l'Académie la plus réputée du pays. Il était devenu Chasseur de Prime et n'avait cessé de gravir les échelons en faisant preuve d'audace, d'ambition, de talent. Ces résultats le classait comme l'un des meilleurs mais compte tenu de sa jeunesse, lorsque l'occasion s'était présentée de devenir le porte parole de la guilde, il n'y avait pas cru. Et pourtant, il venait de recevoir la lettre qui l'officialisait. Un fin sourire se glissa sur ses lèvres. Liven Reaves, Chef des Chasseurs de Primes.

**Ca sonne bien non ?**

**Ne te repose pas sur tes lauriers. Tu as beau être le plus jeune chef de la guilde depuis bien deux siècle, je te rappelle que même si tu viens d'être nommé, tu as déjà pas mal d'opposants.**

**Ce n'est pas un problème. Je sais très bien comment fonctionne la guilde et je ne compte pas dépasser mes prérogatives.**

Sabbat lui jeta un regard soupçonneux mais elle n'avait aucune raison de ne pas le croire. Désireuse de lui faire oublier son égo désormais surdimensionné, elle préféra changer de sujet.

**Ca va bientôt être l'heure non ?**

Liven se leva et revint un peu sur terre. Ce soir-là c'était l'anniversaire d'Arwen. Elle aurait dix-huit ans. Liven s'amusa de voir à quel point les trois amis inséparables de l'Académie avaient pu choisir des voies si différentes. Sa petite-amie était entrée chez les Ryseurs d'or, Arya chez les Magassionels et lui chez les chasseurs de primes. Néanmoins, ils étaient toujours resté les mêmes. Enfin, à ce qui lui semblait... Ayant fini de se préparer, il enfila sa veste et se prépara à sortir. Arwen obnubilant ses pensées.

[voir le sujet de l'anniversaire : ICI]

Le cliquettis des clés fourageant dans une serrure...
Le bruit d'une porte que l'on ouvre et qu'on referme...
Le soupir épuisé de celui qui rentre à la nuit tombée...

Lentement, Liven fit coulisser la fenêtre, laissant l'air frais envahir l'appartement. D'un air las, il laissa tomber des dossiers sur des piles qui s'élevait sur son bureau. Le remaniement de la guilde promettait d'être long et fastidieux. Il ressortit de sa poche le mot qu'il avait reçu d'Arya en réponse à sa propre lettre.

"Non. Je suis inquiète moi aussi mais je n'ai toujours pas eu de nouvelles. Tu sais, je crois qu'elle avait besoin de partir, de changer d'air. Elle reviendra quand elle ira mieux. Je suis désolée Liven."

Rageusement, il le froissa dans sa main avant de le laisser tomber sur le sol et de se laisser tomber sur son canaper. Cela faisait trois mois qu'il la cherchait. D'abord dans Sannom, puis quand il avait compris qu'Arwen ne s'y trouvait plus, dans les villes alentours. Mais la réponse était toujours la même. Rien. Il savait qu'il n'avait rien à se reprocher. Ses remarques étaient fondées, tout ce qu'il lui avait dit ce soir-là il le pensait encore aujourd'hui. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de penser avec égoïsme qu'il avait perdu la seule personne qui avait réussi à lui redonner un peu le goût de vivre. S'il avait tellement changer depuis son entrée à l'Académie, s'il était devenu ce qu'il était aujourd'hui, s'il avait pu atteindre ses rêves, c'était grâce à elle. Elle lui manquait. Il se prit la tête dans les mains en ébouriffant ses cheveux. La migraine montrait déjà le bout de son nez mais il ne pouvait pas se permettre d'y prêter attention. Les dossiers attendaient d'être bouclés, il devait encore appelé un avocat, le chef de la police, transmettre de nouveaux ordres de missions pour le lendemain... Avec un soupir, il se leva et après s'être servi un verre d'eau, commença à travailler.

Aussi fluide qu'une ombre, Sabbat rentra une heure plus tard par la fenêtre ouverte et vint se pelotonner à sa place habituelle, c'est à dire la pile de dossier ce qui énervait habituellement prodigieusement Liven. Ce qui l'inquiéta ce fut que justement cette fois-ci, il ne réagit pas, ne dégnant même pas lever les yeux à son arrivée.

**Qu'est qu'il y a ?**

**Rien.**

Sabbat resta silencieuse sans cesser de le fixer. Achevant une dernière signature, Liven finit par s'arrêter et lui prêta enfin attention.

**Je suis fatigué Sabbat. Quoi ?**

**Tu ne l'as toujours pas retrouvée.**

Le jeune homme ne put s'empêcher d'exprimer sa surprise devant l'affirmation.

**Et après tout, que lui dirais-tu si tu la retrouvais ?**

Liven ficha son regard intensément bleu dans celui doré de la genette. Parfois la perspicacité des familiers était vraiment agaçante. Cependant, elle avait le mérite de l'obliger à se poser les bonnes questions. Oui, que lui dirait-il si elle revenait ? Le besoin qu'il avait de sa présence ne relevait-elle pas du simple égoïsme ? Pour une fois, Liven fut mouchée mais Sabbat n'afficha pas son air victorieux habituel lorsque cela se produisait. Elle s'approcha de lui et se pelotonna sur son torse.

**Arrête un peu de toujours regarder en arrière. Les choses sont ce qu'elles sont. Va de l'avant maintenant. Je ne veux plus te voir dans cet état là.**

Liven resta un instant interdit. Sabbat avait beau être insupportablement insouciante et bavarde, elle n'en restait pas moins d'une aide précieuse lorsqu'il avait besoin d'elle. Il ressera ses bras autours de son petit corps. Elle avait raison. Il devait avancer. Après tout n'avait-il pas atteint son but ? Il devait tout faire pour s'y maintenir désormais.


Dernière édition par Liven Reaves le Jeu 16 Juil 2009 - 21:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Lun 29 Déc 2008 - 11:02

Second regret :

L'invasion vampirique !

La nuit de l'attaque ICI
Le lendemain ICI
Quelques semaines plus tard ICI
A la fin de la nuit ICI
Retrouvailles ICI
Epreuve du feu ICI
Premier acte de la vengeance ICI
Le final [voir le background du forum]

Reconstruction :

C'était la seconde fois qu'il était dépassé par les évènements et son jugement était définitif : il détestait ça. Liven avait besoin de garder les choses sous contrôle pour ne pas se sentir dans un état de faiblesse. Evidemment, depuis son accession au rang de chef des chasseurs de primes il avait toujours été sur le devant de la scène médiatique et il avait appris à gérer sa popularité comme son impopularité. Pourtant, ce qu'il vivait en ce moment n'avait rien à voir avec la curiosité maladive des médias pour les célèbrités ou la contestation habituelle de telle ou telle tranche de la population. Bien sûr, il était tout à fait prévisible que la mort d'Alia et par conséquent la fin du règne des vampires prenne une ampleur sans nom au sein de la capitale et même du pays tout entier. Mais Liven devait avouer qu'il ne se serrait jamais attendu à quelque chose d'aussi minable que le complot dont il faisait l'objet. Dans un monde idyllique et parfait il aurait été considéré comme un héros et traité comme tel mais la vérité avait une saveur amère de déception.

Le fait était pourtant là. Il avait tué Alia, il avait renversé les vampires, il avait permis à Gamaëlia de retrouver la liberté. La finalité, les résultats, étaient la seule chose qui importaient même si les méthodes étaient contestables. Oui, il ne pouvait nier ne pas avoir été un parfait modèle d'intégrité tout au long de sa quête. Oui, il avait menacé, torturé, tué des hommes comme Orion Costel dans le but d'obtenir des informations ou des garanties. Oui, il s'était entraîner à la magie noire, l'avait utilisée, l'avait fait en connaissance de cause en s'alliant à un magas peut être même plus dangereux à lui seul que le totalité des vampires réunie. Arrivé à un certain point, on ne peux pas éviter de se salir les mains pour préserver ce qui nous est cher. Les rumeurs avaient enflées à travers la ville avec une vitesse phénoménale, donnant naissance à la joie d'abord puis à l'inquiétude. La polémique prit rapidement corps, la population fut instrumentalisée, les médias s'en donnèrent à coeur joie. Même si Liven Reaves avait libéré Gamaëlia, pouvait-on tolérer la manière dont il s'y était prise ? La fin justifiait-elle les moyens ? Liven ne regrettait rien. Il avait toujours fait ce qu'il croyait être juste.

Et puis ce furent les vieilles accusations qui ressurgirent, pas nécessairement toujours infondées d'ailleurs mais qui n'étaient faîtes que pour le traîner dans la boue... Pressions, chantages, détournement...rien ne lui fut épargné. Ses anciens et ses nouveaux ennemis n'avaient aucune intention de laisser passer cette opportunité de détruire sa légitimité, de le détruire. Car l'évidence était là. Une évidence qui ne suscitait qu'un mépris absolu de la part de Liven : ils avaient peur. Peur qu'il n'utilise ses exploits et ses relations pour accéder au pouvoir. Peur qu'il n'ait chassé les vampires que pour nourrir ses propres relations. Peur qu'il ne devienne incontrôlable et effroyablement dangereux. On préférait et de loin le garder en laisse en le surveillant du coin de l'oeil plutôt que le laisser tel un électron libre. Minable... Liven avait du même s'expliquer devant une commission spéciale chargée de savoir s'il ne constituait pas un danger pour Gamaëlia. Il couper court à cette situation très délicate le plus rapidement possible.

Liven Reaves, le plus jeune chef des Chasseurs de Primes depuis près de deux siècles, démissiona de son poste et resta confiné dans son appartement malgré le harcélement journalistique dont il faisait l'objet. Son ambition avait beau être gigantesque, il était loin d'être stupide et ne comptait pas saborder ce qui restait de son honneur en lambeux. A la vérité, il était un problème extrémement complexe à gérer. Au vue de la dette que lui devait la population, il était inconcevable de lui faire payer ses crimes tout comme il était inconcevable de le laisser totalement impuni. Liven reçu l'interdiction de refaire usage de magie noire et on lui confia un poste de professeur à l'Académie de Gamaëlia. Officiellement pour qu'il transmette son savoir et puisse préparer les générations futures à affronter une attaque comme celle dont le pays se relevait avec peine. Officieusement pour le garder à l'oeil sans choquer l'opinion public et s'assurer de le rendre innofensif.

Pour Liven, toutes ces mesures étaient sans conséquences. Conscient des risques, il n'était pas suffisamment stupide pour utiliser davantage la magie noire qu'il ne l'avait déjà fait. Quand au fait de devenir professeur, cela servait même ses plans. Ils croyaient lui mettre une laisse autours du cou en voulant contraindre ses ambitions ? S'ils avaient seulement idée de ses ambitons... Liven voulait comprendre et analyser cette magie si singulière dont il avait appris la manipulation. S'il était possible d'en faire usage sans en avoir les inconvénients, cela pourrait révolutionner le monde de la magie et lui donner un pouvoir bien plus puissant et intéressant que celui d'origine. Dès lors, il n'aurait plus qu'à consacrer tout son temps à ses recherches et à ses cours.

Cours particulier ou jeu de massacre : ICI

Le retour des habitudes pas si polissées que cela : ICI

Le pêcheur rencontre le malin : ICI

Réminiscences Actuelles : ICI

Premier Cours de Magie de Combat : ICI


Dernière édition par Liven Reaves le Lun 1 Fév 2010 - 19:34, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Evans
Admin
Cheftaine des Magassionnels
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3298
Age : 35
Maison/Métier : Magassionnelle
Année d'étude/de pratique : //
Familier : Un lynx - Tynador
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Mar 30 Déc 2008 - 20:34

Bon en fait je cherchais de l'inspi pour mon histoire, alors j'ai lu la tienne. Je voulais juste commencer et je me suis laissée prendre xD Elle est super ^^ C'est bien écrit, ça reflète bien ce qu'il s'est passé... Enfin je suis totalement fan <3

Je sais toujours pas comment je vais faire la mienne mais j'ai pris plaisir à lire la tienne. Par contre Arwen n'est jamais entrée chez les Ryzeurs d'or, elle a été Arimage ^^ Et Cal était roux ? O_o Sur ?

Bref je valide et t'attends pas ta validation puisque c'est toi qui a fait la fiche ^^


T'es mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gamaelia.heavenforum.com
Liven Reaves
Admin
Dangereux mage noir fugitif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2809
Age : 36
Maison/Métier : Mage Noir
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   Ven 2 Jan 2009 - 8:01

Merci ! J'ai essayé de résumer au maximum.

Tu as raison pour Arwen, je devais être fatigué ce jour-là mais pour Cal', je suis sûr qu'il était roux. (se souvient de son avatar)...



AGAIN
« Non desistas, non exieris »





GRIFFER UN PAUVRE MANTEAU ET MÂCHOUILLER D'INNOCENTES CHAUSSURES C'EST MAL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liven Reaves [Adulte 2]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liven Reaves [Adulte 2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kamil Nil'Bhrissau
» Liven se présente
» JOAO LIVEN THERON. ‡ la fin justifie les moyens
» Liven Dil' Ventin
» Liven Brahma - C'est l'histoire de la vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamaëlia :: Accueil et vie du forum :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: